Le géant américain du tourisme est comme l’ensemble de l’industrie en mauvaise posture. Malgré sa levée de fonds de deux milliards de dollars, ses réorientations commerciales, Airbnb va couper dans ses effectifs et ses investissements pour se sauver. Explications.

Le covid-19 semble être une lame de fond qui n’épargne aucune entreprise du tourisme qu’elle soit du digital ou traditionnelle.

Alors que les agences se demandent si elles réouvriront, les tour-opérateurs s’ils vont survivre, de l’autre côté de l’Atlantique l’heure est grave pour le site de location saisonnière, Airbnb.

Il y a tout juste un mois, sa direction annonçait avoir levé non pas un, mais deux milliards de dollars pour faire face à “la plus grande crise” de son histoire, des mots mêmes de Brian Chesky cofondateur et PDG de la plateforme.

Un ouf de soulagement pouvait presque s’entendre dans les bureaux de San Francisco.

Depuis l’entreprise a essayé de s’adapter à la crise en misant sur des locations de longue durée, l’activité représentait jusqu’alors environ14% de ses réservations.

Sur cette nouvel onglet de la plateforme, les internautes peuvent trouver plus d’un million d’annonces pour des logements disponibles de 6 à 9 mois, de quoi répondre aux préoccupations des citadins obligés de télétravailler et voulant fuir les grandes villes.

Mais ce virage n’a semble-t-il pas suffit.


Réduction des effectifs, suspension des dépenses marketing…

Ce mardi 5 mai 2020, Brian Chesky s’est de nouveau adressé à ses salariés, depuis chez lui et sur un ton plus solennel.

“Chaque fois que nous avons parlé, j’ai partagé de bonnes et de mauvaises nouvelles, mais aujourd’hui, je dois partager des nouvelles très tristes.

Lorsque vous m’avez posé des questions sur les licenciements, j’ai dit que rien n’était en jeu. Aujourd’hui, je dois confirmer que nous réduisons l’effectif d’Airbnb,” explique le PDG de l’entreprise, dans une lettre publiée sur la plateforme.

Et l’information ne réjouit personne puisque près d’un quart des salariés d’Airbnb dans le monde vont se retrouver au chômage, soit 1 900 personnes. Les salariés en seront informés dans les prochaines heures, avec une date effective de licenciement prévue pour le 11 mai, notamment aux USA et Canada.

Différentes mesures économiques et de suivis ont été prises afin d’aider les employés à gérer au mieux cette triste réalité.

Rien ne circule pour le moment sur le siège parisien.

Pour en arriver là, le patron prédit une baisse du chiffre d’affaires supérieur 50% pour l’année en cours.

Si le chiffre d’affaires s’annonce moindre, l’incertitude est elle aussi très grande avec la moitié de la planète confinée et des frontières fermées.

De plus selon Brian Chesky le tourisme va changer.

“Les gens voudront des options plus proches de chez eux, plus sûres et plus abordables.

Mais les gens aspirent également à quelque chose qui semble leur avoir été retiré – la connexion humaine.

Cette crise a affiné notre concentration pour revenir à nos racines, revenir à l’essentiel, revenir à ce qui est vraiment spécial à propos d’Airbnb – les gens ordinaires qui hébergent leurs maisons et offrent des expériences.”


Airbnb va se recentrer sur son coeur de métier

De ce constat en résulte aussi un repositionnement sur le coeur de métier de la plateforme et une réduction drastique des investissements dans les hôtels, les transports et les studios Airbnb.

Dans le même temps, les dépenses marketing ont été suspendues afin de permettre de générer 800 millions de dollars d’économie, sur l’année 2020.

“Comme je l’ai appris ces huit dernières semaines, une crise vous apporte de la clarté sur ce qui est vraiment important.

Le monde a plus que jamais besoin d’une connexion humaine et je sais qu’Airbnb sera à la hauteur.

Je suis vraiment désolé. Sachez que ce n’est pas de votre faute. Le monde ne cessera de rechercher les qualités et les talents que vous avez apportés à Airbnb… qui ont contribué à faire d’Airbnb,” a conclu le patron d’Airbnb.

Dans le même temps, pour rassurer les clients et les hôtes, la plateforme vient de signer un partenariat avec l’entreprise de nettoyage durable Ekoklean.

Cette nouvelle offre “Ekoklean on demand” sera disponible dès juillet 2020 en France, et permettra de proposer un service de nettoyage et de désinfection des logements de niveau professionnel à leurs voyageurs.

Un kit de nettoyage et de désinfection contenant des équipements de protection individuels écologiques et des produits désinfectants approuvés pour un usage médical seront conçus et proposés par Ekoklean aux hôtes français.

Ce partenariat s’inscrit dans le nouveau protocole mondial d’hygiène et propreté mis en place par Aribnb pour le futur du voyage.

Source : Covid-19 : quel est le plan de Brian Chesky pour sauver Airbnb ?

Laisser un commentaire