La presse étrangère s’intéresse à la Grande île

  • Reading time:4 mins read

Trente cinq voyages pour la presse étrangère, au total, sont programmés cette année. Une cinquantaine d’éductours sont également destinés aux professionnels du voyage.

PresseTourismePresseTourisme
L’Office nationale du tourisme de Madagascar organise, depuis quelques années, des voyages destinés aux journalistes étrangers, afin que ces derniers découvrent la Grande île.
Le manque de moyen ne peut pas être la seule excuse. L’Office nationale du tourisme de Madagascar (ONTM) l’a prouvé, dans le cadre de la promotion de la destination Madagascar. Elle organise, depuis quelques années, des voyages destinés aux journalistes étrangers, afin que ces derniers découvrent la Grande île. Rien que pour cette année, trente cinq ont été organisés. Une initiative largement moins coûteuse que les insertions publicitaires, mais qui n’en sont pas moins efficaces pour autant.
Souvent, Madagascar a droit à quelques pages qui peuvent aller jusqu’à quelques dizaines dans des magazines spécialisés dans le secteur. Ce fut le cas, par exemple, au même moment où le salon Top Resa réservé aux professionnels du tourisme s’est tenu à Paris, la semaine dernière. Le magazine Tour Hebdo avait consacré une trentaine de pages pour montrer les merveilles de la Grande île. Des journaux comme le Monde, les chaines France 5, France 0 et le magazine ici avaient également pu visiter et consacrer des reportages et articles à la Grande île, à travers cette initiative.

«L’ONTM dispose d’un budget de 400 000 euros par an pour la promotion de la destination Madagascar, alors que les iles voisines comme Maurice y consacrent des millions. Nous sommes obligés de recourir à ce système afin d’assurer une visibilité pour Madagascar dans la presse spécialisée », a déclaré Eric Köller, président de l’ONTM, en marge du salon Top Resa.

Avenir
Mais les médias ne sont pas les seuls à bénéficier de ces voyages d’information. Les professionnels du voyage, au niveau des pays émetteurs de touristes, viennent aussi régulièrement à Madagascar suite à l’initiative de l’ONTM. Jusqu’à la fin de cette année 2014, une cinquantaine d’éductours réservés aux professionnels figurent au programme. Il y a évidemment des tours opérateurs français, principal pays émetteur vers Mada­gascar, mais ils ne sont pas les seuls. L’ONTM a même renforcé ses actions au niveau des pays comme la Russie ou le Japon, qui sont relativement épargnés par la crise économique, et où les ressortissants continuent à voyager de plus en plus.

«La France reste notre principal marché, mais pour diverses raisons, le nombre de touristes français qui vont à Mada­gascar baisse régulièrement. Cette baisse était de l’ordre de 30000 en 2013. Par contre, des visiteurs venus d’autres pays comme l’Espagne arrivent à Madagascar, mais leur nombre est largement insuffisant pour compenser la perte sur le marché français, voilà pourquoi nous avons besoin de renforcer les actions de promotion au niveau de ces pays », explique Vola Raveloson, directeur exécutif de l’ONTM.

Pourtant ces actions de l’ONTM ne peuvent se réaliser sans le soutien de ses partenaires, dont les transporteurs aériens. Et cette année encore, Air France et Air Madagascar ont profité de la tenue du salon Top Resa pour renouveler leur soutien à l’ONTM. Les nouveaux accords de partenariat qui couvrent l’année 2015 ont donc été signés au stand Madagascar lors de l’évènement. Air France a été représenté par Zoran Jelkic, son directeur commercial pour l’Afrique et l’Océan Indien, tandis que Haja Raelison, directeur général d’Air Madagascar, a représenté la compagnie malgache.
Mahefa Rakotomalala

Source : L’express de Madagscar