Promotion du tourisme : faible usage du numérique

  • Reading time:3 mins read

42-48611031

Dans le monde, en particulier dans les pays insulaires, le tourisme constitue une force d’attractivité majeure, un levier de développement économique. Avec l’évolution fulgurante des nouvelles technologies de l’information et de la communication (Tic), le numérique s’impose comme un facteur de croissance et d’innovation.

Les observateurs font pourtant état d’un faible usage du numérique dans le secteur du tourisme. «Les acteurs touristiques (tour-opérateurs, hôtels, compagnies aériennes, loueurs de voitures etc.) à Madagascar ont rarement recours au numérique», d’après Hely Rakotomanantsoa, présidente de l’association des tour-opérateurs de Madagascar (Top-Madagascar).

Les chiffres présentés par Top-Madagascar montrent qu’environ 15% des tour-opérateurs réceptifs et des grands établissements hôteliers (3 étoiles et plus) utilisent des logiciels comme Granit, Orchestra ou Fidelio. Par ailleurs, si les compagnies internationales opérant en Europe et les loueurs de voitures permettent des réservations et des achats en ligne avec des cartes de crédit internationales, cela n’est pas encore possible à Madagascar. Aussi, presque tous les acteurs possèdent un site Web, cela sert encore de «simple vitrine» mais ne génère pas de vente et les réseaux sociaux sont généralement mal exploités.

Hely Rakotomanantsoa a pris comme exemple le cas de l’usage du numérique dans le secteur tourisme en France. D’après elle, la part des réservations en ligne effectuées via un terminal mobile a presque doublé en France, entre 2012 et 2015. En effet, les réservations en ligne des hôtels sont passées de 11 à 17%, les réservations pour les compagnies aériennes traditionnelles sont passées à 18% contre 7% en 2012, les réservations en ligne au niveau des agences de voyages sont passées de 5 à 16%.
Et pour cause, Top-Madagascar cite quelques points : main-d’œuvre peu qualifiée pour le numérique, qualité médiocre de l’Internet malgré la fibre optique et la large couverture, coût élevé des logiciels de tourisme et hôtellerie; un investissement assez conséquent pour les petites structures, délestages récurrents, différence de culture entre clients potentiels et prestataires locaux, une grande résistance aux changements, etc.

Développer un portail Web
Si la mise en place du groupement «îles Vanille» devait apporter des avantages notables pour Madagascar, l’utilisation des Tic au sein des îles Vanille n’est réellement palpable qu’à la Réunion, aux Seychelles et à Maurice qui utilisent l’image des îles Vanille pour promouvoir leurs destinations. Madagascar n’a pas su optimiser son appartenance aux îles Vanille (presque invisible), alors qu’il possède plus de potentiels touristiques que les îles sœurs.

Pour appuyer ainsi la promotion de Madagascar au sein des îles Vanille grâce au numérique, Top-Madagascar suggère de «Développer un portail Web répondant aux besoins des clients (surtout occidentaux), regroupant les plateformes de chaque office régional du tourisme malgache pour offrir des packages facile à promouvoir et combiner avec les îles vanilles». En d’autres termes, il s’agit de fournir les équipements utiles à Madagascar pour optimiser l’utilisation du numérique dans le tourisme.

Source : Arh – Promotion du tourisme : faible usage du numérique