La Gomera, l’île à l’âme verte

Située non loin de la côte nord-ouest de l’Afrique, la Gomera est une île sauvage posée sur l’Atlantique et dotée d’un environnement vert et luxuriant sur les hauteurs de l’île, par ailleurs assez aride. Petit bout de paradis, cet oasis de verdure, encore méconnu des touristes, est particulièrement préservé et bénéficie d’un climat printanier toute l’année. Une destination Eco Touristique exceptionnelle! La Gomera, une île aux sites naturels époustouflants, déclarée réserve de Biosphère par l’Unesco en 2012.

Réserve de la Biosphère déclarée par l’UNESCO

Vous serez surpris dès votre arrivée par la nature intacte de cette île décorée depuis 2012 par l’Unesco du titre de Réserve de Biosphère dans la catégorie Excellence, du fait de la qualité de son écosystème terrestre et marin.

C’est sur les sommets de la Gomera que se niche l’un de ses plus grands trésors : une forêt luxuriante couvrant 10% de l’île, soigneusement protégée au sein du Parc National de Garajonay, et de ses multiples cours d’eau, sources pour toute l’île. Véritable vestige vivant des anciennes forêts qui couvraient une grande partie de l’Europe et de l’Afrique du Nord, elle perdure aujourd’hui en altitude, enveloppée quasiment en permanence d’un voile de brouillard et de brumes. Outre l’aspect magique qu’elle lui confère, cette humidité permanente abreuve la forêt de la vapeur d’eau condensée qui, alliée aux températures douces, est indispensable à sa survie. Elle abrite une multitude d’espèces animales et végétales endémiques, dont certaines sont menacées de disparition. Cette réserve précieuse est inscrite par l’Unesco au Patrimoine Mondial depuis 1986.

Les 4 000 hectares du parc culminent en haut du sommet dont il porte le nom : l’Alto de Garajonay, à 1 487 mètres au-dessus du niveau de la mer, point culminant de La Gomera. Cette forêt humide, la laurisilva, est composée d’une grande diversité d’espèces végétales, dont de nombreuses espèces à feuilles pérennes, couvrant environ 70 % du parc national. On y croise le pigeon des lauriers et le pigeon turquoise (Pigeon de Bolle), endémiques des îles Canaries, mais aussi le lézard de La Gomera, la bécasse des bois, la barbastelle (une chauve-souris locale) et le serin des Canaries (une espèce de passereaux).

La Gomera dispose de 16 zones naturelles, en plus du Parc de National de Garajonay, ce qui représente 33% de la superficie totale de l’île !

Une combinaison idéale pour les sportifs et les amoureux de la nature

Il faut absolument cheminer à pied à travers le parc pour admirer le spectacle de ces lieux cachés, uniquement accessibles par le marcheur. On se balade dans un paysage de conte. Un réseau complet de sentiers facilite l’exploration de ce bois exceptionnel.

Pour les plus sportifs, le mountain bike apporte une sensation encore plus forte de liberté. A vous les gorges majestueuses et les sentiers très bien balisés. La Gomera en possède plus de 600 km.

Sur cette île, la montagne s’impose et le regard porte jusqu’au littoral. Au loin, les dauphins et les baleines

Sans trop s’éloigner des côtes, on peut partir à la rencontre des dauphins, des rorquals, des baleines pilotes à bord d’un petit bateau. En restant près des côtes et si on est amateur de sport, on peut profiter d’une promenade en kayak de mer et admirer les petites criques et plages de sable noir nichées entre les falaises. Vous n’oublierez pas de vous baigner dans l’eau cristalline d’une de ces jolies criques sauvages.

La Gomera au plus près des habitants, en hébergement rural

Vous aspirez à partager des expériences avec vos hôtes, découvrir l’île autrement, vous recherchez la tranquillité d’un petit village ! Alors réservez un gîte rural ou une maison à l’architecture traditionnelle en vieille pierre, différente selon les régions. Vous vous y sentirez comme chez vous et passerez des vacances authentiques à la découverte des paysages ruraux avec ses innombrables terrasses à flanc de montagne qui plongent vers la mer, ses charmants petits villages peu fréquentés, perchés sur les hauteurs de l’île.

Cette île qui a une âme, raconte une histoire, celle d’une vie où certaines traditions persistent encore

La Gomera conserve une étrange coutume, le “Silbo Gomero”, un langage sifflé très curieux, encore pratiqué sur l’île, aussi inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco. Pour ne pas laisser disparaître ce langage, on l’enseigne à l’école !

D’autres traditions sont encore bien vivantes comme la réalisation d’objets en céramique sans tour ou encore la danse ancestrale du tambour. De nombreuses spécialités typiques telle que « l’Almogrote », une succulente préparation à base de chèvre sont à déguster dans des auberges locales ou chez l’habitant.

Laissez-vous guider par les rencontres, au plus près des habitants. Prenez le temps de vivre, car ici les traditions restent présentes.

Source : La Gomera, l’île à l’âme verte
Posté dans Actualités Internationales, Tourisme Durable et taggé , ,