Slovénie : le pari de la nature

Quatre millions de visiteurs se rendent chaque année en Slovénie, attirés pour la plupart par les espaces verts. Pour cause, 60% du territoire sont occupés par la nature.

Comme dans un écrin, lacs, montagnes et forêts se confondent. Une symphonie de vert, et d’émeraude. La Slovénie, l’un des plus petits pays d’Europe, l’un des plus méconnus aussi. Un pays qui mise tout sur le vert et l’écologie pour attirer les touristes. La base du tourisme en Slovénie, ce sont des fermes. Celle-ci accueille 15 voyageurs chaque jour, à partir de 50 €. Ici, tout est bio. Dans le potager, une vingtaine de variétés de fruits et légumes. Et si ces 20 chèvres sont traites à la main chaque matin, ce n’est que pour les touristes de cette ferme, les seuls à pouvoir déguster ce fromage maison au petit-déjeuner.

De nouveaux records de fréquentation attendus cette année

C’est exactement le genre de projets dont le gouvernement fait la promotion. En trois ans, un million d’euros ont été investis dans le tourisme durable. Toute la communication est axée sur le vert. Et ça marche. Le nombre de touristes ne cesse d’augmenter : +8% en 2016, +14% en 2017, et la Slovénie s’attend à un nouveau record cette année. Symbole de cette réussite, cet hôtel quatre étoiles aux pieds des montagnes. Un établissement autosuffisant en eau et en électricité, bâti uniquement en matériel écologique. Dans les 110 chambres, même soin du détail.

Une manne touristique qui profite à toutes les activités locales, comme l’apiculture. Ici, la visite, c’est 5 €, dégustation comprise. Un miel garanti sans pesticides. Mais la promotion de ce tourisme vert marche tellement bien que certains sites, comme le lac de Bled, commencent à être trop fréquentés. Au point que l’été, parfois, à la radio, les autorités conseillent aux habitants de ne pas venir ici pour laisser la place aux touristes. La Slovénie cherche l’équilibre pour que son tourisme durable ne se transforme pas en tourisme de masse.

Source : Slovénie : le pari de la nature