Tourisme en grande crise : Les opérateurs économiques, inquiets sur l’avenir du secteur

You are currently viewing Tourisme en grande crise : Les opérateurs économiques, inquiets sur l’avenir du secteur
  • Reading time:3 mins read

Les acteurs des différents secteurs d’activités économiques prétendent être victimes de la crise sanitaire qui a eu des impacts graves sur l’économie malgache. Selon les opérateurs touristiques, leurs activités sont au premier plan.

 Les opérateurs du secteur du tourisme mettent en avant les conséquences de la fermeture des frontières sur l’économie nationale. D’après eux, la relance des secteurs gourmands en devises, tels que les infrastructures routières, hydroagricoles, énergétiques, etc. nécessitent avant tout, la reprises des activités du tourisme. En effet, ce secteur, qui contribue à 7% du PIB (Produit intérieur brut) est primordial en termes d’entrée de devises. « Mais le tourisme  est complètement sinistré à cause de la fermeture trop longue des frontières. Grand pourvoyeur d’emplois formels (300 000 emplois directs), le secteur souffre de distorsion sur le marché de l’emploi. 9 salariés sur 10 sont au chômage technique en juillet, et sont désormais sans salaires. Pourtant, le secteur fait vivre environ 1,5 millions d’habitants, outre les paysans qui approvisionnent les restaurants, les artisans, les pêcheurs, les tireurs de pousse-pousse, etc. », nous ont confié ces opérateurs du tourisme.

Dérogations ambigües. Au mois de juillet, environ 200 opérateurs touristiques étrangers ont envisagé de quitter Madagascar. Depuis, leur liste s’allonge de jour en jour à cause du maintien de la fermeture des frontières. « Même ceux qui n’opèrent pas dans le secteur comprendront qu’avec 5 mois sans vols internationaux et régionaux, la crise devient très grave pour le tourisme. S’il faudra attendre octobre, comme l’a dit le président de la République, nous craignons le pire pour ce secteur qui a un plein potentiel mais aujourd’hui, complètement asphyxié par la fermeture des frontières », ont affirmé les opérateurs. D’après eux, l’Etat doit ouvrir les frontières et prendre les mesures adéquates pour limiter la propagation du virus (test PCR avant embarquement à destination de Madagascar, port du masque obligatoire dans les lieux publics, désinfection des avions, gels hydro-alcooliques dans les avions et dans les aéroports, etc.). Par ailleurs, ces opérateurs se posent également des questions sur les critères de choix des personnes rapatriées. « De nombreuses personnes sont bloquées à l’extérieur. Il s’agit de Malgaches qui doivent rentrer, depuis des mois. Ils sont coincés à l’étranger sans accompagnement de l’Ambassade malgache, comme c’est le cas en France. Comparé aux autres pays, c’est comme si nous ne nous soucions pas de nos concitoyens », ont-ils martelé.  Bref, la gestion de la crise est difficile. Les opérateurs du tourisme espèrent la prise de mesures adéquates, par l’Etat.

Source : Tourisme en grande crise : Les opérateurs économiques, inquiets sur l’avenir du secteur