Alors que l’industrie hôtelière fait de plus en plus la chasse aux pailles, bouteilles et autres « touillettes », Accor annonce la suppression de tout le plastique à usage unique dans ses hôtels, d’ici 2022. 

Discret, en matière de développement durable, le groupe Accor ? Le sujet fait pourtant bel et bien partie des préoccupations depuis de longues années : dès 1994, le groupe créait une direction de l’Environnement. “Si nous n’en parlons pas tant que ça, c’est peut-être parce que pour nous, le développement durable fait partie intégrante de notre culture et de la façon dont nous menons nos activités”, explique Chris Cahill, directeur général adjoint en charge des opérations hôtelières du groupe Accor. 2020 semble en tout cas devoir marquer un tournant dans les engagements du groupe, qui annonce la suppression de tout le plastique à usage unique dans ses hôtels, d’ici deux ans. Accor rejoint par la même occasion le Global Tourism Plastics Initiative mené par l’ONU et l’OMT, en collaboration avec la fondation Ellen MacArthur. « La pollution plastique est l’un des principaux défis environnementaux de notre temps, et le tourisme a un rôle important à jouer pour y remédier », commente Ligia Noronha, directrice de la division économie du Programme des Nations unies pour l’environnement. « Grâce à l’Initiative mondiale de lutte contre le plastique dans le tourisme, les entreprises et les destinations touristiques bénéficient d’un accompagnement pour innover, éliminer les plastiques et partager la manière dont elles utilisent ce matériau, afin de promouvoir une économie circulaire et de réduire, dans le monde entier, la pollution par le plastique. »

D’autres acteurs du tourisme s’inscrivent en effet dans cette démarche « zéro plastique à usage unique ». C’est le cas de certaines compagnies aériennes, d’opérateurs de croisières, comme MSC, ou encore de certaines destinations, à l’instar des Bahamas, qui a instauré la politique du zéro plastique depuis le 1er janvier. Rappelons aussi que le plastique à usage unique se trouve dans le collimateur de Bruxelles, qui interdit déjà la vente de certains produits à usage unique. La France planche aussi sur le sujet, via le projet de loi La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire.

200 millions d’articles en plastique par an

Après avoir déjà supprimé les pailles, cotons-tiges et mélangeurs en plastique dans la très grande majorité de ses hôtels, le groupe Accor s’attaque donc désormais à la suppression des accessoires de toilettes et des gobelets en plastique individuels d’ici à la fin 2020, et à l’élimination de tous les articles en plastique à usage unique restants dans les chambres, les salles de réunion, les restaurants et tous les lieux de loisirs (spa, centre de fitness…) d’ici à 2022. De la bouteille d’eau au sac en plastique pour le linge ou les oreillers supplémentaires en passant par les cadeaux et produits d’accueil. “Des matériaux alternatifs adaptés seront proposés pour chaque article, en tenant compte de l’analyse de leur cycle de vie afin de garantir aux clients que la nouvelle solution présente bien une meilleure performance environnementale”, précise le groupe hôtelier. “C’est un travail de longue haleine, mais depuis quelques années, il devient plus facile de trouver des prestataires proposant des alternatives”, constate Chris Cahill. La décision devrait en tout cas permettre de ne pas voir finir 200 millions d’articles en plastique dans les poubelles des hôtels du groupe, et ce, chaque année. Vraie démarche environnementale ou moyen de faire des économies ? “Pour nous, supprimer le plastique a un coût, certaines alternatives reviennent plus cher”, assure Chris Cahill.

Vers la logique des « 3R »

A travers cette nouvelle initiative, le groupe poursuit donc ses efforts en matière de développement durable, définis dans le programme Planet21. Depuis 2011, un dispositif interne a été déployé pour faire progresser la performance des hôtels, avec une classification – Bronze, Argent, Or, Platine – concrétisant l’avancement des hôtels dans la mise en œuvre de ce programme, qui repose sur quatre axes stratégiques : agir auprès de ses collaborateurs, impliquer les clients, co-innover avec les partenaires, agir avec les communautés locales, notamment sur les deux enjeux clés que sont l’alimentation et les bâtiments.

Plusieurs hôtels du groupe – notamment le Novotel Paris les Halles, Novotel Yangon Max, en Birmanie, le Sofitel Bogota, de nombreux hôtels à Bali et à Lombok, en Indonésie, ou encore l’Ibis Styles São Paulo Anhem – ont déjà pris individuellement des mesures pour bannir le plastique et se rapprocher de l’objectif 0% de plastiques à usage unique.

“L’un des principaux objectifs de Accor, outre la recherche d’alternatives au plastique et la réduction de ses impacts environnementaux, est de faire évoluer les mentalités à travers le monde en adoptant la logique des 3R : Réduire, réutiliser et recycler”, ajoute le groupe.

Une philosophie qui s’incarne dans Greet, nouvelle marque du groupe lancée officiellement il y a quelques mois. Greet se présente ainsi comme “la marque de la seconde chance”, mettant notamment en avant “l’esprit récup” qui guide l’aménagement des établissements, avec des éléments de décoration dénichés dans des vide-greniers, chez des créateurs locaux et auprès d’organismes solidaires, s’inscrivant ainsi dans une démarche d’économie circulaire.

Au travers de ses 39 marques, Accor compte au total 5000 hôtels et résidences, implantés dans 110 destinations.

Source : Accor va supprimer tout le plastique à usage unique de ses hôtels

Laisser un commentaire