Aires protégées : Vers une valorisation pour attirer des investisseurs

Les Aires Protégées jouent un double rôle clé pour faire face aux effets néfastes du changement climatique sur l’économie de Madagascar et sa biodiversité hors pair.

Elles veillent en premier lieu à la conservation de la biodiversité en maintenant l’intégrité de l’écosystème et des services écosystémiques qu’elles offrent. Ensuite, elles permettent de contribuer au développement économique en créant des opportunités de revenus et d’emplois pour la population locale. Ainsi, une étude de faisabilité du projet de Résilience Climatique par la Préservation de la Biodiversité (PRCPB) sera mise en œuvre par l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN) et coordonnée par Madagascar National Parks. La Banque Africaine de Développement a apporté un appui financier de l’ordre de 1,5  millions USD, pour ce faire. L’objectif consiste à valoriser la biodiversité via le développement de l’écotourisme pour attirer des investisseurs à se lancer non seulement dans la préservation de l’environnement, mais aussi dans la création des opportunités de revenus et d’emplois pour les communautés de base riveraines, a-t-on appris lors du lancement officiel de cette étude hier à l’hôtel Colbert.

180 000 visiteurs par an. En effet, les parcs nationaux attirent près de 180 000 visiteurs par an, soit environ 65% du nombre de touristes choisissant la destination Madagascar. « Dans le cadre de cette étude de faisabilité du PRCPB, qui va durer jusqu’à la fin de l’année, 14 aires protégées sont ciblées compte tenu de leur potentialité en matière de développement du tourisme durable, ainsi que de leurs richesses en biodiversité qui leur sont endémiques et exceptionnelles », a fait savoir Chantal Razanajovy, le coordonnateur du projet. Force est en fait de reconnaître que le tourisme constitue le deuxième secteur pourvoyeur de devises dans le pays tout en jouant un rôle important dans l’économie nationale. Une bonne gestion des aires protégées s’avère ainsi essentielle pour contribuer au développement socio-économique des communautés de base riveraines , et augmenter la résilience des espèces et des écosystèmes. Madagascar est d’ailleurs l’un des pays les plus vulnérables aux impacts du changement climatique. Par ailleurs, les investisseurs tant nationaux qu’étrangers sont sollicités à se lancer dans le développement de l’éco-tourisme tout en partageant leurs expertises en matière de protection de l’environnement, et en collaborant avec la population locale.

Source : Aires protégées : Vers une valorisation pour attirer des investisseurs

Laisser un commentaire