Uluru qui est aussi connu sous le nom d’Ayers Rock, a été définitivement fermé vendredi soir aux grimpeurs.

Au coucher du soleil, après la descente des derniers touristes, les gardes ont définitivement refermé les portes d’accès au monolithe géant aux teintes rouges. Haut de 348 mètres et également connu sous le nom d’Ayers Rock, il avait été ouvert aux touristes dans les années 1950.

L’interdiction avait été décidée en 2017 par les propriétaires du site, les aborigènes Anangu, qui vénèrent le lieu depuis des dizaines de milliers d’années. Les raisons invoquées ? La volonté de protéger le site contre des dommages environnementaux et d’assurer la sécurité des visiteurs.

Le parc reste ouvert aux voyageurs

Ces derniers mois, une vague de touristes désireux de se retrouver en haut d’Uluru avant l’entrée en vigueur de l’interdiction a déferlé sur le site. Vendredi matin, encore, des centaines de personnes ont attendu pendant des heures l’autorisation d’entamer la montée, interdite jusqu’en milieu de matinée en raison de vents violents. Pour de nombreux touristes, l’escalade d’Uluru fait partie des « choses à faire absolument » quand on visite l’Australie. Pour d’autres, ce lieu mythique était devenu « un parc à thème ».

A noter que les voyageurs seront toujours autorisés à visiter le parc national d’Uluru-Kata Tjuta dans lequel ils peuvent se promener ou découvrir le patrimoine indigène.

Source : Australie : le célèbre rocher Uluru est désormais fermé aux grimpeurs

Laisser un commentaire