Les flux conséquents de voyageurs, venus passer les fêtes sur l’île, inquiètent une partie de la population sur fond de pandémie.

De nombreux visiteurs ont prévu de s’envoler pour les Antilles, afin de retrouver leurs proches ou de passer des vacances au soleil. Les plages, les prix abordables et l’absence de couvre-feu ont effectivement convaincu des Français vivant en métropole. Ce que confirme le récent baromètre d’Orchestra, sur les ventes loisirs des voyagistes et des agences de voyages.

Depuis la fin du deuxième déconfinement, Air France observe un bond des réservations sur ces îles lointaines françaises, assorti d’une diminution des tarifs. Air Caraïbes note elle aussi une embellie. Les compagnies aériennes ont ajouté des liaisons, de Roissy comme d’Orly. « Nous étions à trois gros porteurs par jour, nous sommes passés à 6-7 quotidiens », indique Alain Bièvre, président du directoire de l’aéroport de la Guadeloupe. Le rythme d’une cinquantaine de vols par semaine est prévu jusqu’à la rentrée scolaire de janvier.

Dans les hôtels, fermés ou au ralenti depuis avril, le mois de décembre s’annonce intense. Au Club Med, en cette fin d’année, « nous accueillons environ 600 personnes dans le village qui est rempli à 80% », rapportent les deux animateurs masqués venus récupérer les clients à l’aéroport.

Inquiétudes et incompréhension

Cette affluence de visiteurs venus de métropole inquiète certains habitants de l’île. La deuxième vague de l’épidémie, qui a fait monter le nombre de décès ici à 154, a laissé des traces. Et le coronavirus, bien que très fortement ralentie, continue à faire des victimes.

Les réseaux sociaux grouillent d’ironie, de méfiance, de questionnements : « Prêts pour un confinement en janvier ? », s’inquiètent les uns, quand d’autres parlent de « crimes d’Etat », en rappelant inlassablement les déficiences du CHU de Guadeloupe.

C’est aussi l’avis d’Elie Domota, le leader de l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) qui ne comprend pas : « Ces derniers jours le gouvernement a interdit aux Français de se rendre dans les stations de ski, en France et en Europe, pour mieux maîtriser l’évolution de la contamination », écrit-il dans un courrier aux autorités à qui il demande un arrêté d’interdiction de l’arrivée des touristes.

Aussi à l’aéroport, les services de l’Etat distribuent des flyers aux arrivants, rappelant les mesures en vigueur sur l’île. Les acteurs du tourisme donnent eux aussi des consignes. « Nous incitons les gens à faire un test quelques jours après leur arrivée et à éviter trop de déplacements tant que ce test n’est pas fait », explique Catherine Cadrot, directrice générale de l’hôtel Arawak (Gosier).

Source : Guadeloupe : la population locale redoute l’affluence des voyageurs

Laisser un commentaire