Plateformes : la Belgique et la Suède font tomber les clauses de parité tarifaire imposées aux hôteliers

Plateformes : la Belgique et la Suède font tomber les clauses de parité tarifaire imposées aux hôteliers
  • Reading time:2 mins read

Six pays en Europe ont aujourd’hui obtenu ce rééquilibrage des relations commerciales.

Deux décisions, à deux jours d’intervalles, viennent consacrer les efforts de l’industrie hôtelière européenne en faveur d’un rééquilibrage des relations commerciales avec les plateformes, se félicitent l’Umih et le GNC : la première en Belgique par la voie législative, la seconde en Suède au travers de l’autorité de concurrence. Le Parlement Fédéral belge a en effet adopté, le 19 juillet 2018, par un vote à l’unanimité, une nouvelle loi interdisant les clauses de parité tarifaire dans les contrats entre les plateformes de réservation en ligne et les professionnels de l’hébergement touristique. En Suède, l’Autorité de la concurrence vient d’exiger de Booking.com la fin de pratiques jugées anti-concurrentielles dont la parité tarifaire, par voie contentieuse comme en Allemagne. La France a été le premier pays européen à faire tomber la pratique (loi Macron, août 2015)  permettant aux hôteliers de retrouver leur liberté tarifaire et instaurant le principe du contrat de mandat. Roland Héguy,président confédéral de l’Umih, Jean-Virgile Crance, président du GNC, tout comme Laurent Duc, président d’Umih Hôtellerie et de la commission Europe de l’Umih, souhaitent que « le reste de l’Europe suive l’exemple des six pays* » qui ont actuellement gagné ce combat contre cette domination commerciale des plateformes.

*France Italie, Autriche, Allemagne, Belgique et Suède

Source : Plateformes : la Belgique et la Suède font tomber les clauses de parité tarifaire imposées aux hôteliers