Tourisme : Les opérateurs hôteliers de l’Isalo en grande difficulté

You are currently viewing Tourisme : Les opérateurs hôteliers de l’Isalo en grande difficulté
Madagascar possède une biodiversité impressionnante
  • Reading time:3 mins read

Situation catastrophique à Madagascar en raison de la crise sanitaire qui continue de persister dans le monde.

Les opérateurs touristiques rencontrent en ce moment de grandes difficultés et ne peuvent visiblement pas s’appuyer sur les aides de l’Etat

Désastre                                                                                                              

Un directeur d’exploitation qui continue d’y croire malgré la montagne de problèmes auxquels il faut faire face. Des employés qui, eux aussi, affichent leur solidarité envers leur dirigeant pour maintenir l’établissement debout. Le tout avec une fréquentation pratiquement inexistante  pour l’Isalo Rock Lodge, l’un des plus prestigieux hôtels que compte Ranohira, un haut lieu du tourisme à Madagascar en raison  notamment  de la présence du parc national de l’Isalo qui enregistre chaque année des milliers de  touristes étrangers.  Le quotidien vécu par Séverin Besabotsy, le directeur d’exploitation de l’Isalo Rock Lodge et son équipe, résume le désastre provoqué par les restrictions de la crise sanitaire. Ravi d’avoir la visite éclair d’un groupe de journalistes rentrant d’une mission de Toliara, l’opérateur touristique ne cache pas son désespoir face à la situation d’un tourisme qui est pratiquement mort dans cette destination pourtant très prisée par les visiteurs internationaux. Depuis le début du  confinement, son établissement n’a pratiquement pas accueilli de touristes qui sont à 90% des étrangers, notamment des Italiens. Après le déconfinement, la situation n’a pas changé, il n’y a toujours aucun touriste pour cette destination.

Braderie

Et pourtant, pour tenter de survivre, la quinzaine d’établissements hôteliers de Ranohira a opté pour une véritable braderie en réduisant de plus de moitié, leurs tarifs. C’est le cas notamment de l’Isalo Rock Lodge qui est passé de 400 000 ariary à 180 000 ariary la nuitée pour ses chambres de luxe. Mais rien n’y fait puisque les  visiteurs locaux ne se bousculent pas, alors que la fermeture des frontières qui continue ne permet pas aux touristes étrangers de venir. Le calme plat, en somme pour la destination Isalo. Et la situation n’est visiblement pas encore prête de changer. « On parle d’une reprise de la filière tourisme en juin 2021, mais le véritable retour à la normale de nos activités ne se fera probablement qu’en 2022 »,  explique Séverin Besabotsy. En attendant, lui et les autres opérateurs touristiques de la région essaient de survivre avec les moyens du bord et à grand coup de promotion. « C’est le seul moyen pour nous de survivre, et d’aider également nos employés qui, heureusement se montrent compréhensifs  face à la situation », explique le dirigeant de l’Isalo Rock Lodge qui n’a pas manqué de dénoncer l’absence d’appui efficace de la part des autorités. « Nous sommes pratiquement livrés à nous-mêmes et sommes obligés de trouver les moyens pour que nos employés puissent également survivre ». Une manière de dire que malgré l’inefficacité des  mesures prises par l’Etat,  il n’abandonnera pas. Pour le bien de  l’établissement qu’il dirige, de ses employés, du tourisme et du pays. Son pays.

Source : Tourisme : Les opérateurs hôteliers de l’Isalo en grande difficulté