Webinaire : "Le développement durable dans l'hôtellerie et la restauration : excentricité, nécessité ou opportunité ?" ​

Ce webinaire, organisé dans le cadre d’Equip Hotel WEEK, pose la question sur les raisons profondes pour lesquelles les hôteliers et les restaurateurs s’engagent de plus en plus dans les solutions en développement durable : économies de charges ? protection de la planète ? démarche commerciale ? enjeu humain avec ses équipes ? valoriser la biodiversité sur mon site ?

Découvrez les axes de réflexions et solutions exposées par les différents intervenants, dont Philippe-Jean Arnou, fondateur et consultant de Madagascar Hôtel Consultant et Délégué régional FTC :

La Seychelles Airways vient de décrocher le titre de meilleure compagnie aérienne de l’océan Indien 2020. Ce prix lui a été décerné dans le cadre de la cérémonie des “World Travel Awards”. Ce prix tient compte de la situation actuelle. Il prime la résilience dont font preuve les lauréats.
La vingt-septième édition, des World Trawel Awards, s’est déroulée par téléconférence ! Malgré les difficultés que traverse l’industrie aéronautique, Graham E-Cooke, le fondateur de la récompense, a voulu maintenir la manifestation. Une manière, comme une autre, de se projeter vers l’avenir et encourager les compagnies à résister aux nombreuses difficultés qu’elles rencontrent avec la crise covid.

Dans la zone océan Indien, personne n’ignore la crise financière d’Air Mauritius ou Air Madagascar, et même Air Austral. Les trois sociétés sont confrontées à des trous d’air récurrents depuis des mois. Les interrogations sur leur viabilité se posaient en 2019, alors qu’il n’était pas encore question de coronavirus.

Un A320neo et des nouvelles tenues

Les nouvelles tenues des hôtesses de Air Seychelles nov 2020

©Capture d’écran ilemaurice-tourisme.info

Le titre de première compagnie aérienne pour Air Seychelles prend en compte la : “résilience de l’entreprise” écrit ile-maurice-tourisme.info.
Alors que tous les indicateurs basculent dans le rouge pour l’ensemble du secteur aérien, Air Seychelles, dont le capital est détenu à hauteur de 40% par Etihad Airways (compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis), a investi en achetant un A320neo et en renouvelant la garde-robe de son personnel navigant.

Air Seychelles décroche les prix de : “Indian Ocean’s Leading Airline – Business Class 2020” et “Indian Ocean’s Leading Cabin Crew 2020”. Ces trois titres récompensent le service à bord des vols en direction de Johannesburg, Maurice, Mumbai et Tel Aviv, mais aussi les lignes entre les îles de l’archipel, soit plus de 350 vols par semaine… Elle est notée quatre étoiles sur cinq par Skytrax, l’organisme de notation des compagnies.

Pour mémoire, Air Seychelles a été créée en 1978 et s’est envolée pour l’international en 1983. Aujourd’hui, avec le concours d’Etihad, le transporteur seychellois parvient à se maintenir en vol au milieu des turbulences.

Source : Air Seychelles élue première compagnie de l’océan Indien

Salade acidulée de crevettes à la pomme et aux radis

Une recette de Vincent Ferniot

INGRÉDIENTS POUR 4 PERSONNES

  • 200g de crevettes roses décortiquées
  • 150g de radis blanc (daïkon)
  • 1 pomme granny smith
  • 1 petit citron vert
  • un demi citron jaune
  • 1 échalote
  • 1 cuillère à café de sucre en poudre
Pour l’assaisonnement
  • 2 cuillères à soupe de sauce soja claire
  • 1 gingembre de la taille d’une noix
  • 1 petit bouquet de coriandre
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’arachide (ou de tournesol)
  • Sel et poivre blanc du moulin

PROGRESSION

Préparation de la marinade des crevettes

  • Presser le citron vert  et le demi citron jaune. Garder les peaux. Faire mariner les crevettes décortiquées dans la moitié du jus obtenu pendant au moins 30 minutes. Diluer le sucre en poudre dans le jus de citron restant.
Préparation du radis et de la pomme
  • Éplucher le radis.
  • Dans un petit saladier, râper  à la râpe japonaise (de préférence pour former des bâtonnets très fins) le radis épluché, la pomme verte. Verser dessus de jus de citron sucré et remuer.
Préparation du gingembre et de l’échalote
  • Peler et émincer finement l’échalote.
  • Peler et râper finement le gingembre, en prenant soin de ne pas aller jusqu’au cœur dont la texture est trop filandreuse.
  • Râper toute la circonférence et s’arrter à 0,5cm du bord. 
  • Ajouter le gingembre aux crudités avec l’échalote ciselée.
Finitions de la salade
  • Ajouter ensuite les crevettes marinées avec leur jus, puis râper dessus le zeste d’un quart de citron vert en prenant soin de ne pas prélever la peau blanche qui est amère.
  • Verser la sauce soja claire et l’huile. Mélanger bien le tout. Goûter, puis saler et poivrer à votre convenance pour rectifier l’assaisonnement.
Dressage
  • Au dernier moment, ciseler la coriandre au dessus de la salade. Remuer à nouveau puis répartir dans les bocaux. Servir

Dans vos cuisines, pensez à l’environnement et à votre porte-monnaie :

  • Remplacez le charbon par du gaz
  • Utilisez des couvercles pour limiter les temps de cuisson
  • Dégivrez régulièrement vos réfrigérateurs et profitez-en pour faire changer les joints de porte défectueux
  • Préférez dès que possible les produits locaux (et sachez les valoriser sur vos cartes)
  • Evitez le gâchis : la mise en place d’un plat du jour créatif vous permettra d’écouler les restes de la veille (attention, pour des questions d’hygiène, tous les plats ne peuvent pas être re-cuisinés et/ou resservis : sachez faire le tri !)

Beaucoup d’hôteliers sont convaincus de la nécessité de répondre aux avis sur les plateformes. En revanche, sur la manière de répondre, les opinions divergent. Une réponse incisive peut parfois être très efficace auprès de l’audience.

Faut-il recadrer le client lorsque l’on estime que cela est nécessaire, ou faut-il accepter la critique, même si elle semble injustifiée ? La question se pose face à des avis en ligne négatifs voire abusifs. Le client n’est pas satisfait, a l’impression de s’être fait avoir, n’arrive pas à obtenir la compensation qu’il désire, bref il est frustré et vient se défouler sur une plateforme d’avis.

Son avis est orienté pour que l’audience perçoive négativement l’établissement, usant du mensonge ou ne décrivant qu’une partie de la situation et faisant abstraction de ce que l’établissement à fait pour résoudre le problème. Si la mauvaise foi est trop évidente, voire caricaturale, il vaut mieux parfois ne même pas répondre, tant le rédacteur s’est déjà décrédibilisé lui-même. Vous pouvez aussi laisser commentaire faisant preuve d’humour, par exemple : “Heureusement que vous n’êtes restés qu’une nuit car à ce rythme, le bâtiment se serait effondré la seconde nuit.”

Pourquoi être incisif ?

Les plateformes d’avis sont un outil de relation client en mode public. Votre objectif est donc de remettre les points sur les i, en restant toujours courtois. Toutefois, quatre facteurs me font dire qu’il faut savoir être incisif :

  1. C’est le client qui vous manque de respect par sa description exagérée ou mensongère. Il ne faut pas vous laisser faire, car il y a de vrais enjeux commerciaux. Il en va de l’image et de la réputation de votre établissement.
  2. Le client se rend compte, petit à petit, qu’il prend le pouvoir par ses avis. Certains vont donc vouloir les monnayer. Avez-vous intérêt à ce que le client obtienne tout ce qu’il demande avec du chantage à l’e-réputation ? En envoyant un message fort à l’audience, vous montrez que n’acceptez pas les comportements abusifs.
  3. L’audience lit les avis mais aussi les réponses. Ces futurs clients seront rassurés de voir que le responsable ne se laisse pas faire et recadre ceux qui ont besoin de l’être. Les lecteurs aiment que les avis malhonnêtes soient démasqués et que la vérité soit rétablie.
  4. Lorsque vous répondez, vous le faites en tant que représentant officiel de l’établissement, l’audience vous accorde beaucoup plus de crédit, de confiance, qu’à un rédacteur anonyme. Si vous restez trop consensuel face à un client qui abuse, vous risquez de ne pas faire passer votre message, l’audience passera à côté. À l’inverse, vous acquerrez l’audience à votre cause si vous rétablissez la vérité de façon incisive (toujours en restant respectueux et honnête).

Quand être incisif ?

Cela dépend de votre établissement, de son positionnement, de votre nature, de votre forme de management, de la relation que vous établissez avec vos clients, des avis qui sont postés, de leur honnêteté, etc.

Gardez en tête qu’être au service de ses clients ne veut pas dire être esclave : soyez serviable, pas asservi.

Si le client est malhonnête, abusif, menteur, de mauvaise foi, n’hésitez pas à devenir incisif.

Conclusion

Le client est en train de prendre le pouvoir avec la possibilité qui lui est offerte de partager son expérience et donc d’influencer l’acte d’achat des prospects. La conversation et l’influence ont toujours existé, mais elles sont maintenant publiques et mondiales. Il ne faut pas perdre de vue qu’aujourd’hui la grande majorité des clients (90 %) lit les avis et accorde de l’attention à la réponse qui leur ait faite par la direction : 22,4 % des clients d’hôtels les lisent systématiquement et 50,7 % le font parfois ou occasionnellement.

Notre comportement influence aussi cette prise de contrôle par le client. À force de solliciter, de quémander un avis auprès de la clientèle, celle-ci comprend que sa parole à un poids et qu’elle est monnayable. Si vous montrez que vous êtes faibles, alors vous allez vous faire exploiter. Il est donc important de montrer une certaine maîtrise de la situation et de rétablir la vérité quand cela est nécessaire.

Source : E-réputation : faut-il laisser le client prendre le pouvoir ?

Tribune libre de Dimitri Ruiz, président de l’association Les Clefs d’Or France

“On pensait que la plus grande menace pour un concierge d’hôtels Clefs d’or viendrait de la Covid et des contraintes sanitaires, avec les distanciations sociales à respecter. Eh bien non, pas seulement ! Le concierge d’hôtel est en grand danger, certes, mais la menace vient de la vaste vague de licenciements économiques qui s’abat en ce moment, en France, sur le secteur de l’hôtellerie. Et les premiers à en faire les frais sont, bien souvent, les concierges…

Le concierge Clefs d’or est celui ou celle qui permet à son établissement de réaliser l’impossible pour satisfaire son client.

Il est la clef de voûte d’un service personnalisé et surtout incarné par l’excellence.

Cette plus value humaine dans un établissement de luxe offre la mémoire des lieux et des habitudes des clients ; ses connaissances toujours plus grandes permettent aujourd’hui à une nouvelle génération d’apprécier ses services.

L’électronique, il s’en sert comme un outil sympathique, mais ce sont bien des hommes et femmes qualifiés qui offrent ce supplément d’âme qui est recherché.

Le Clefs d’or est l’un de ces piliers indispensables du fameux service à la française, raffiné et de son temps.

L’association (loi 1901) des Clefs d’or, née en France grâce à son réseau d’amis concierges et de partenaires au [niveau] national mais aussi à l’international, donne une efficacité exemplaire aux attentes des clients.

Notre devise est ‘Le service dans l’amitié’ : ce réseau humain décuple nos possibilités, pour le plus grand bonheur de nos clients. On ne peut donc pas déshumaniser l’hôtellerie, l’échange et le partage. On peut penser qu’il y aura un avant et un après Covid, les clients des hôtels de luxe auront besoin d’ambassadeurs et pourront se tourner vers les hôtels qui ont un concierge Clefs d’or, vers un hôtel qui privilégie l’humain, car, après de longs mois d’isolement, nous aurons tous soif de contacts humains.

Le concierge d’hôtel Clefs d’or devrait donc non seulement être préservé, mais également intégré dans une stratégie de relance efficace, à l’image de ce travail qu’ils font pour promouvoir ces grands événements de notre pays, des lieux de visites chargés d’histoire, ils savent préserver notre patrimoine et ils donnent envie de goûter à cette gastronomie.

La richesse est là, avec cette passion qui les animent.

Notre pays a besoin de tous ses acteurs qui permettent de faire rayonner notre destination.

Mode, JO 2024, lieux de culture et de liberté, voilà autant de recommandations que les Clefs d’or aiment à proposer et s’investissent pour aider cette clientèle exigeante à réaliser ses rêves de France.

 Alors, Monsieur le président de la République, Mesdames et Messieurs les ministres, nous vous encourageons à promulguer vite les décrets de prolongation du chômage partiel, avant que notre profession soit totalement décimée.

 Mesdames et Messieurs qui dirigez des hôtels, n’ignorez pas le rôle essentiel de vos Clefs d’or et de notre belle association.

Bien cordialement”

Dimitri Ruiz, président Les Clefs d’or France

Source : “Concierge d’hôtels, un métier sacrifié”

Ce matin, l’avant-première virtuelle du forum A World For Travel a rassemblé des intervenants de haut niveau. Une table-ronde dédiée au regard des jeunes sur la transformation du Tourisme a été l’occasion d’aborder la question du développement durable.

Le sujet de l’impact écologique du Tourisme a été au cœur des échanges lors de l’avant-première virtuelle du forum A World For Travel. Mike Horn, le célèbre aventurier, a notamment appelé la population à aller découvrir les contrées qui l’entourent. « Dream big, don’t dream small », a-t-il déclaré en visioconférence en s’adressant aux professionnels du Tourisme. Selon lui, il faut davantage investir dans l’économie locale. Il s’agit de voyager moins, mais de voyager mieux. Et cela passe par la réduction du Tourisme de masse.

Une idée reprise par le panel des Millennials lors d’une table-ronde sur le Tourisme de demain. « Il faut repenser le Tourisme en intégrant l’aspect écologique », a déclaré Isaure Delom, Activiste du voyage alternatif. Pour promouvoir le cyclotourisme, la jeune fille a enfourché son vélo dimanche 11 octobre pour 1790km jusqu’à Evora. Un voyage malheureusement écourté à cause du contexte sanitaire et du report du forum en mai 2021. Mais ses convictions restent, elles, bien présentes : « Il faut repenser les moyens de transport pour construire des expériences écologiques durables », a-t-elle ajouté. Avec son association portugaise Rota Vicentina, Marta Cabral veut avoir un impact positif en voyageant, pas négatif. Pour cela, les initiatives doivent être locales, mais aussi plus globales selon elle. « Innover est en effet un défi global », a complété Frédéric Lizée, spécialiste du Tourisme et Mobilisateur de jeunesse.

Le développement durable n’est pas une tendance

Comment créer un Tourisme plus durable ? En travaillant avec les territoires selon Marta Cabral. « Aujourd’hui, lorsque l’on parle de durable, on parle de local. Mais nous ne maîtrisons pas encore ce qui se passe localement dans les destinations », explique-t-elle. Autrement dit, il faut que la réorganisation vienne par le haut et non pas le bas pour créer un mouvement plus important. « Le secteur doit généraliser les offres durables jusqu’à ce que ça devienne la norme », a continué Isaure Delom. Le changement doit venir de trois entités selon Frédéric Lizée : des professionnels du Tourisme, des institutions et des clients eux-mêmes.

C’est donc un changement profond qu’il faut opérer, une réorganisation même du système en place. « Le développement durable n’est pas une tendance. Cela ne doit pas être un slogan marketing », a appuyé Marta Cabral. Qui mieux alors que la nouvelle génération pour fonder de nouvelles bases au Tourisme ? « Il faut écouter les Millennials car ce sont eux qui construiront le Tourisme de demain ». C’est pourquoi le mobilisateur de jeunesse a créé le #NewExplorerChallenge. Une initiative pour inviter les étudiants à réfléchir à l’évolution du voyage aventure durable tout en se dépassant sportivement.

Pour voir ou revoir l’évènement en ligne, vous pouvez accéder au replay ici

Source : « Il faut écouter les Millennials car ce sont eux qui construiront le Tourisme de demain »

4 Novembre 2020 – Niché au cœur de la Vallée de Ferney dans un domaine de 2 300 hectares, CIEL Properties lance ce mois-ci le Ferney Nature Lodge. Unique à Maurice, le Ferney Nature Lodge offre tout le confort d’un établissement haut de gamme au cœur de la nature et à l’écart de toute civilisation. À l’heure où l’industrie du tourisme se remet en question, CIEL innove avec cette nouvelle offre qui rencontrera sans aucun doute l’adhésion des mauriciens et des touristes dès la réouverture complète des frontières.

« Nous sommes très heureux de lancer le Ferney Nature Lodge aujourd’hui. Malgré le contexte touristique difficile que nous connaissons tous, le lodge répond totalement aux nouvelles attentes davantage axées vers la nature, le développement durable, le bien-être et l’éco-tourisme » indique Guillaume Dalais, CEO de CIEL Properties. « Aujourd’hui, nous venons redéfinir la notion du luxe. L’important est d’offrir l’opportunité de se retrouver en couple, entre amis, ou en famille dans un lieu extraordinaire, complètement déconnecté du quotidien et en harmonie avec soi-même et la nature qui nous entoure » poursuit Guillaume Dalais.

‘Se reconnecter à la nature en profitant du confort d’un chalet chic et cosy’, c’est en effet la promesse de CIEL Properties en lançant ce Lodge à Ferney.

Découvrir le sud-est de l’île Maurice autrement
Idéal pour les couples, les familles souhaitant privatiser les lieux, et tous les amoureux de la nature, le Ferney Nature Lodge est l’occasion de découvrir le sud-est de l’île Maurice sous un tout autre angle ; brisant ainsi l’idée que les vacances à l’île Maurice riment uniquement avec sable et cocotiers.

Un produit d’exception
Dépaysement assuré dès votre arrivée au Lodge avec une vue à couper le souffle sur la Vallée de Ferney, les troupeaux de cerfs et l’une des dernières forêts endémiques de l’île Maurice. Outre le cadre époustouflant, le Ferney Nature Lodge saura sans aucun doute vous émerveiller grâce à son ambiance safari et un espace à vivre magnifiquement décoré. Le lodge principal, véritable lieu de vie du Ferney Nature Lodge, a été conçu pour pouvoir accueillir les invités dans un vaste espace donnant sur la forêt de Ferney. Les résidents du lodge peuvent déjeuner et se détendre dans les différents coins du lodge, sur la varangue en deck, au bar orné de cuir, autour de la piscine ou de la cheminée centrale où tout est pensé pour le confort et le bien-être de chacun.

Le Lodge, conçu pour une expérience hors du commun, offre un hébergement en chalet individuel. Quatre somptueuses chambres, un chef privé, des produits 100% locaux et une vue à couper le souffle font du Ferney Nature Lodge une adresse d’exception pour les voyageurs.
Le lodge principal peut également accueillir des événements jusqu’à 50 personnes, tels que des anniversaires ou des mariages en petit comité.

« Nous sommes très heureux d’ouvrir le Ferney Nature Lodge car il s’agit vraiment d’un lieu hors du temps, hors du commun. Tous nos invités sont éblouis dès leur arrivée par la beauté et la sérénité qui émanent de ce lieu magique. Toute l’équipe de Ferney travaille depuis plusieurs mois sur cette ouverture afin de proposer une expérience mémorable à nos clients avec une dimension résolument locale. En effet, tout notre personnel vient de la région, nous proposons une cuisine traditionnelle avec des produits du terroir, directement achetés à Ferney ou dans les fermes environnantes » nous confie Annaline Bax, Operations Manager de La Vallée de Ferney. « Par ailleurs, votre séjour sera l’occasion de (re)découvrir la faune et la flore endémique de l’île Maurice grâce à la zone de conservation de 200 hectares qui se trouve dans la Vallée. Plus de 40 espèces d’arbres et environ 120 oiseaux endémiques ont ainsi trouvé refuge dans notre domaine » précise Annaline.

Des activités 100% nature
Si le Lodge appelle résolument au repos et au dépaysement, de nombreuses activités outdoor vous sont également proposées par les équipes Ferney. Que ce soit une randonnée conviviale, accompagnée de l’un des rangers de Ferney, dans la zone de conservation à la découverte de la flore et faune endémique, un piquenique champêtre au bord de la rivière, ou le lever de soleil sur les hauts de la chaine de montagne Bambou, vous serez à coup sûr immergé dans la nature.

La gastronomie et les produits locaux mis à l’honneur
Au-delà de la magie du lieu, le Ferney Nature Lodge propose un concept unique de « from Farm to Fork », offrant ainsi des plats préparés avec des produits frais et locaux, mettant ainsi en valeur les petites fermes des environs et produisant un cercle vertueux économique et responsable. Le Chef sera aux petits soins tout au long de votre séjour pour vous proposer une cuisine 100% locale.  Outre les mets qui vous seront proposés au Lodge par le Chef, vous pourrez également découvrir notre cuisine au restaurant Ferney Falaise Rouge qui offre une vue extraordinaire sur le lagon, les îles du sud-est et la montagne du Lion.

Un séjour au Ferney Nature Lodge est une expérience unique, une grande bouffée d’air frais, loin des foules, de la civilisation et de la routine. Avec son programme favorisant la protection de la biodiversité, le Ferney Nature Lodge se veut être une référence en matière d’écotourisme.

Source : CIEL innove et mise résolument sur l’éco-tourisme avec l’ouverture du Ferney Nature Lodge

L’Etat met en place un guide pratique à destination des commerces indépendants pour les accompagner dans la numérisation de leur activité, notamment dans le cadre du confinement, sur le portail de la transformation numérique des entreprises. Ce guide va s’articuler autour de la visibilité en ligne, l’information et le moyen de garder le contact avec ses clients en faisant connaître son offre, et le développement de la vente par le retrait de commande, la livraison à domicile ou la vente en ligne. Ce guide sera enrichi régulièrement. Les réseaux consulaires (CCI et CMA) se sont engagés par ailleurs à réaliser 60 000 appels téléphoniques auprès des entreprises pour les accompagner  dans le choix et la mise en œuvre de la solution numérique la plus appropriée.

Source : Transformation numérique des indépendants : l’Etat met en place un guide pratique

Sur l’île de La Réunion, Thierry Prangère et Joëlle Conreur ont fait le pari fou d’ouvrir une agence de voyages digitale en pleine crise.

Le secteur du tourisme est moribond et pourtant cela ne décourage pas certains. A la Réunion, une agence de voyages a décidé de se lancer durant le confinement.« La décision a été faite avant la période d’état d’urgence », explique Thierry Prangère, le président de LAhLANhLA Voyages Privés. Mais l’agence « a vu le jour et fait face dès sa naissance à la plus grande crise du tourisme ».

Associé à Joëlle Conreur, une ancienne formatrice pour les agents de voyages, l’ancien de Barclays a créé une agence haut de gamme avec des « services importants très personnalisés et des voyages sur mesure ».

L’agence a déjà lancé une application web, avec sa carte Exclusive Traveler. Il s’agit d’une « carte personnelle, dont le QR code se trouvant au verso, permet d’ouvrir l’application et d’accéder à des services pratiques, dont une conciergerie 7j/24h, et une reconnaissance individuelle. Un peu comme l’accès à un club privé », explique Thierry Prangère.

Association avec une agence métropolitaine

L’agence, situé à Saint Gilles les Bains, est entièrement digitalisée. « Nous nous voulons écoresponsables, et nos procédures vis-à-vis des partenaires et nous-même sont basées sur les principes du tourisme durable. Nous pouvons amener nos clients sur 61 pays dans les mêmes conditions que si nous les recevions en France » poursuit le dirigeant, membre de la Commission Tourisme CPME Réunion et des Entreprises du Voyage. Elle s’est déjà associé à l’agence bordelaise Millésime Privé.

Si les créateurs sont conscients de la difficulté de se lancer pendant cette période trouble, ils ont déjà une idée sur le voyage et l’après. « De nombreux amateurs d’aventure opteront pour la sécurité et la tranquillité d’esprit de voyager inclusivement. Ils penseront aux transports privés, aux transferts privés et aux petits hôtels de charme. Presque du jour au lendemain, les voyages sont devenus un fruit interdit. Dès que cela sera possible, de nombreux voyageurs se mettront enfin à vivre (et pas seulement imaginer) des aventures uniques dont ils ont passé leur vie à rêver. Les trajets fréquents et courts seront remplacés par des trajets moins nombreux, plus longs et plus significatifs. Il est temps de ralentir et de profiter du voyage ! »

Après le confinement, « le grand air »

Et selon eux, « de nombreux voyageurs chercheront des évasions réparatrices vers des destinations lointaines qui offrent des cachettes émouvantes, des retraites paisibles et des espaces parfaitement illimités. Ces endroits dépourvus de foule et de files d’attente où la distanciation sociale vient naturellement et où les voyageurs peuvent se plonger dans l’isolement ultime. Après le confinement beaucoup auront envie de grand air (…) et de (ré) apprécier l’extraordinaire beauté du monde naturel. »

Aujourd’hui, l’agence a commencé à commercialiser ces services aux entreprises, sponsorisé Miss Ecologie Réunion, et publie chaque semaine sur un magazine du Journal de la Réunion des « destinations de rêve ».

Source : La Réunion : ils créent une agence de voyages en plein confinement
Durement impactés par la crise du coronavirus, les hôtels se tiennent prêts à s'engager pour lutter contre l'épidémie. (Photo d'illustration/Pixabay).

Selon une enquête menée par MKG consulting et publiée par Hospitality On, l’annonce du deuxième confinement a contraint un grand nombre d’hôtels à fermer leurs portes en raison de l’absence de clients.

Au 1er octobre, le taux d’ouverture des hôtels en France avait atteint 93 %, un niveau surtout porté par la province, qui affichait 96 % contre 76 % à Paris. En novembre, ces taux ont perdu 20 points, pour atteindre respectivement 73 % et 76 %.

Paris souffre particulièrement de la crise sanitaire, avec un taux d’ouverture qui est retombé à 58 %, et l’Île-de-France à 74 %. La région parisienne est la plus touchée par la crise sanitaire, en l’absence de clientèle internationale.

Les catégories d’hôtels sont inégalement impactées. Les segments budget et économique, ouverts respectivement à 98 % et 96 % au 1er octobre, affichent désormais  90 % et 73 %. Le milieu de gamme recule de 22 points entre le 1er octobre t le 1er novembre, passant de 91 % à 69 %. Les catégories haut de gamme et luxe sont les plus touchées : elles affichaient 74 % d’ouverture en octobre mais seulement 45 % au 1er novembre.

Source : En France, les hôtels referment leurs portes