TOP Madagascar : Des propositions de mesures pour relancer le tourisme

La promotion du tourisme national est en vue.

L’association Tours Opérateurs de Madagascar a organisé pour la première fois son assemblée générale extraordinaire cette année.  

Une cinquantaine sur les soixante-six membres de cette association y ont assisté, et ce, en présence de la délégation conduite par le ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie, Joël Randriamandranto. A cette occasion, des propositions de mesures ont été évoquées par toutes les parties prenantes afin de contribuer à la relance du secteur du tourisme qui est considéré comme un secteur stratégique pour le développement socio-économique de Madagascar. Parmi lesquelles, il a été soulevé, entre autres, la mise en concession de certains sites gérés par l’APMF (Agence Portuaire, Maritime et Fluviale) et l’ouverture de certaines voies ferroviaires.

Tourisme national. En outre, les projets d’extension des aéroports initiés par la société ADEMA (Aéroports de Madagascar), font partie des propositions évoquées par les parties prenantes qui pourraient servir à développer les activités des Tours Opérateurs.  La promotion et la vente de produits touristiques par l’ONTM (Office National du Tourisme de Madagascar) ainsi que les soutiens financiers par le programme Fihariana et la banque BNI Madagascar par le biais de son projet Miarina aux acteurs opérant dans le secteur du tourisme, ne sont pas en reste. La promotion du tourisme national a été également mise en exergue. Il faut rappeler que cette crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 a touché de plein fouet le secteur du tourisme, aussi bien à Madagascar qu’à l’extérieur. Et depuis la fermeture de nos frontières, ce secteur pourvoyeur de devises a connu une baisse de son chiffre d’affaires à plus de 83%, soit un manque à gagner de l’ordre de 620 millions USD en 2020, et ce, sans compter la perte de 44.000 emplois directs.

Affaire de tous. Par ailleurs,  le ministre de tutelle a soulevé à l’occasion de cette assemblée générale extraordinaire de l’association TOP Madagascar que, le protocole sanitaire pour le métier des Tours Opérateurs est déjà validé mais non encore officialisé. En revanche, le protocole sanitaire pour les croisiéristes sera finalisé d’ici à la fin de ce mois, selon le directeur général de l’APMF. En bref, « la relance du secteur est l’affaire de tous et ne peut être réalisable que grâce à un soutien mutuel de tous les acteurs concernés privés ou publics », a réitéré Ramampionona Jonah, le président du conseil d’administration de l’association TOP Madagascar.

Source : TOP Madagascar : Des propositions de mesures pour relancer le tourisme

Le Chef Lalaina, un ambassadeur de la cuisine haut de gamme Malgache

Madagascar se découvre par la beauté de ses paysages et de sa nature, mais aussi par son art culinaire. L’un des meilleurs chefs du pays, et non moins le plus distingué sur la scène internationale, le chef Lalaina Ravelomanana, travaille sous le regard des convives de son restaurant gastronomique ouvert en 2019 dans la capitale malgache, Marais.

A l’image du cacao ou de la vanille de Madagascar, le chef malgache n’est plus à présenter. Ce maître de la gastronomie a su donner à la cuisine malgache ses lettres de noblesse puisqu’il en est un féru ambassadeur. Avec plusieurs distinctions de renom à son actif, il est à la fois premier Africain intronisé à la prestigieuse académie culinaire de France en 2010, disciple d’Auguste Escoffier, finaliste du trophée mondial de la Toque d’or en 2013 ou meilleur buffet traiteur du monde en 2015. Ces différents titres lui valent de multiples offres au-delà des frontières de la Grande Ile, mais il a choisi de rester au pays.

Le concept de ce lieu dédié aux gourmets est de proposer aux clients des plats d’excellence qui mettent en valeur les produits nobles du terroir et les produits frais, dans un cadre très élégant, qui surplombe le quartier d’Ankorondrano, à cinq minutes du centre-ville. Au travers de la baie vitrée qui sépare la cuisine de la salle de restaurant, ces derniers peuvent entrevoir en temps réel le travail et la rigueur militaires qui règnent en cuisine, mais aussi tout le processus créatif du chef. Et pour s’assurer d’utiliser des produits en permanence de première qualité, chef Lalaina a non seulement son réseau privilégié de petits producteurs, mais aussi son propre potager, ainsi qu’un vivier à l’eau de mer pour la bonne conservation des produits de mer.

Fils de gendarme et de couturière, l’artiste n’envisage pas tout de suite un métier dans la restauration. C’est par un concours de circonstances qu’il se retrouve aux fourneaux et où il prend réel goût au métier. Puis il fait la rencontre de Philippe Gourio et c’est la révélation aux côtés d’un homme qui lui enseigne les bases de la technique française, et de l’organisation du travail en cuisine. Il enchaîne donc un riche parcours dans divers établissements, dont Vakona Forest Lodge, le Relais de la reine, l’Hôtel Colbert, le Petit Verdot, la Varangue.

Les tables d’exception sont nombreuses à travers l’île. Epices, fruits et légumes bio, crustacés et viandes en tous genres  abondent et offrent un large éventail de saveurs succulentes lorsqu’ils sont remis entre les mains d’hommes et de femmes au savoir-faire confirmé.

Source : Le Chef Lalaina, un ambassadeur de la cuisine haut de gamme Malgache

Reprise des vols domestiques : 1 550 passagers en une semaine pour Tsaradia

Tsaradia

Une reprise plutôt laborieuse pour les vols domestiques. En une semaine, Tsaradia, la filiale d’Air Madagascar en charge des vols intérieurs, enregistre 1 550 passagers.

Tsaradia, rappelons-le, a ouvert les réservations dès l’annonce de la reprise des vols nationaux par le Président de la République. Une semaine avec un bilan plutôt positif grâce à ses 1 550 réservations, dont 60% de nouveaux passagers et 40% de passagers ayant déjà réservé avant la crise et qui ont donc décidé de prendre leurs vols.

Bon résultat. « C’est très encourageant de voir cet engouement des passagers et cela donne de l’espoir pour l’avenir », explique Andriamamonjy Rafanomezantsoa, Directeur Général de Tsaradia. Un bon résultat obtenu grâce à une politique tarifaire très attrayante pratiquée par l’équipe de Tsaradia sur une période qui va courir jusqu’au 31 octobre. « On a décidé de pratiquer un prix d’appel sur toutes les destinations », ajoute le DG de Tsaradia. Effectivement, il y a de quoi être attiré quand on sait par exemple que Tana-Nosy Be peut se faire à moins de 400 000 ariary en classe affaire, contre environ 900 000 ariary en temps normal. « On gagne encore peu en termes de marge, mais c’est le moyen d’amorcer la relance », ajoute le DG de Tsaradia qui mise par ailleurs sur l’économie d’échelle pour permettre à la compagnie de se maintenir à flot. En tout cas, ces tarifs très promotionnels pratiqués par Tsaradia vont attirer encore beaucoup de passagers. La compagnie cible notamment les jeunes couples avec enfants puisque les moins de deux ans, par exemple, peuvent voyager gratuitement, ou encore les moins de 12 ans bénéficient d’une réduction de 70%.

Sécurité. Tsaradia est ainsi sur la bonne voie de la relance. « Cette décision du Président de la République de rouvrir les vols nationaux est une très bonne chose car elle arrive à un moment où le secteur aérien a plus que jamais besoin de reprendre du souffle », ajoute Andriamamonjy Rafanomezantsoa qui assure que toutes les dispositions techniques et sanitaires ont été prises pour assurer la sécurité des passagers des 28 vols hebdomadaires que la compagnie compte opérer pour ce début de reprise. Outre les mesures-barrière classiques, un test PCR est exigé pour chaque passager 24h au plus tôt ou 72 heures avant le vol. Avec, bien évidemment, obligation de présenter le résultat du test avant l’enregistrement aussi bien au départ à Antananarivo que dans les autres destinations déjà desservies.

Bref, non seulement les vols de Tsaradia sont très accessibles, mais ils sont également très sécurisés. Une bonne perspective en somme pour l’avenir de la compagnie et la relance du tourisme à Madagascar. Nous en reparlerons.

Source : Reprise des vols domestiques : 1 550 passagers en une semaine pour Tsaradia

Mayotte : 2019, une année record pour le tourisme

Mayotte a enregistré 65 000 touristes en 2019 pour 44 millions de recettes. Le secteur est assez prometteur et la situation incite les acteurs à faire plus.

Une bonne base pour l’avenir

L’année 2019 est sous le signe du record pour le tourisme à Mayotte. Le département a recensé 65 000 visiteurs l’an dernier, soit 4 000 de plus qu’en 2017, et 10 000 de plus qu’en 2016, pour 44 millions d’euros de recettes. “On avait perdu 9 % et on a repris 16%, on établit donc un record”, a confié Jamel Mekkaoui, directeur de l’Institut national des études et statistiques économiques (Insee), cosignataire de l’étude avec le comité départemental du tourisme. Michel Madi, directeur du comité départemental du tourisme, salue une base solide de travail avec cette clientèle. Il a surtout évoqué une forte fidélisation et une bonne base pour mettre en avant des perspectives de développement.

Le rôle du tourisme affinitaire

Le tourisme à Mayotte est surtout porté par le tourisme affinitaire. Au total, près de 75 % des visiteurs se rendant chez des proches. “Il convient aussi d’approcher autrement ces visiteurs et de voir les affinitaires comme des touristes, car ils jouent un rôle d’ambassadeurs pour Mayotte, ils peuvent en parler autour d’eux, mais ce sont surtout des touristes consommateurs.”, a confié Jamel Mekkaoui sur le récit du Journal de Mayotte. En revanche, seuls 17 % des touristes, essentiellement des touristes d’affaires, des gendarmes et des membres du personnel de santé, séjournent dans des hôtels.

Les points de blocage

L’accès au territoire joue un rôle important dans le tourisme à Mayotte. Jamel Mekkaoui a alors souligné l’importance de faire marcher l’aérien. En effet, le rapport qualité-prix est très largement considéré comme décevant. La quasi-totalité des visiteurs qui se sont rendus dans le département a pointé une destination trop chère. “Nous savons que l’offre doit évoluer que ce soit en termes d’aérien, d’hébergement ou d’activités.”, a lâché Michel Madi. Mais pour faire avancer les choses, les acteurs du tourisme ont sensibilisé le président de la République, la préfecture, les parlementaires et les élus locaux face aux questions liées à l’insécurité. Une situation qui représente un blocage pour le monde touristique à Mayotte depuis de longues années.

Source : Mayotte : 2019, une année record pour le tourisme

Ouverture de Nosy-Be : Plus de 2 500 acteurs à former sur les protocoles d’hygiènes post covid-19

Nosy Be

Tous les acteurs concernés au développement du tourisme de Nosy-Be s’attellent à la préparation de l’ouverture de cette destination au reste du monde qui est prévue le 01er octobre 2020. 

Raison pour laquelle, les séances de formations des acteurs locaux sur les protocoles d’hygiènes post covid-19 ont démarré depuis hier. C’est organisé par le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, en étroite collaboration avec l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) et l’Office Régional du Tourisme de Nosy-Be (ORTNB). Ainsi, 51 formateurs issus des professionnels de ce secteur qualifié de stratégique poursuivront cette première séance de formation. A leur tour, ils assureront la formation de plus de 2.500  acteurs du tourisme, y compris les employés qui travaillent dans toutes les chaînes de valeur de ce secteur, à partir de 07 septembre 2020. On peut citer entre autres,  l’hôtellerie, la restauration, les tour-opérateurs, les agences de voyage et le transport local comme les bajajs, les taxis et les loueurs de voitures. Les guides touristiques et les gestionnaires des sites touristiques, ainsi que tous les autres acteurs qui seront en contact direct avec les clients aussi bien nationaux qu’étrangers, bénéficieront également de ces formations sur les protocoles d’hygiènes post covid-19.

Stratégie d’accompagnement. A part cela, il a été évoqué qu’environ 230 dirigeants et responsables d’encadrement seront également formés en la matière durant la période de 03 au 05 septembre 2020. Et ce n’est pas tout ! Le ministère de tutelle et l’ONTM qui est l’organe chargé de la promotion de la destination Madagascar sur le plan international, mettront en œuvre une stratégie d’accompagnement des  opérateurs touristiques de Nosy-Be. L’objectif consiste à optimiser l’appropriation de toutes les mesures inscrites dans ces protocoles d’hygiène afin de bien accueillir les touristes internationaux dans le respect strict des gestes barrières permettant de  lutter contre la covid-19. L’accueil chaleureux faisant la réputation de la population malagasy, n’est pas en reste. Ainsi, cette stratégie d’accompagnement comporte entre autres, les formations sur le terrain sur ces protocoles d’hygiène proprement dits, la mise à disposition des documents y afférents aux acteurs concernés et la distribution des affiches spécifiques au tourisme concernant les gestes barrières. Ces affiches qui sont financées par l’Union Européenne seront prévues être apposées dans les chambres d’hôtel et les espaces communs avant la fin de ce mois de septembre, a-t-on appris. En outre, des spots vidéo seront diffusés pour chaque métier du tourisme pour un meilleur apprentissage des protocoles d’hygiène. On peut citer, entre autres, les protocoles pour les serveurs et les femmes de chambre, ainsi que les guides touristiques.

Levier de développement économique. Par ailleurs, des formations en ligne ont également été organisées depuis les deux derniers mois pour l’ensemble du pays. Ces séances de formation toujours sur les protocoles d’hygiène vont se poursuivre ce mois de septembre. En effet, force est de reconnaître que Nosy-Be reste l’une des grandes destinations phares pour le tourisme à Madagascar. Elle a été affectée de plein fouet par cette crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 qui a duré plus de cinq mois, étant donné que le tourisme constitue son principal levier de développement économique. Néanmoins, d’autres destinations régionales réclament également leur ouverture au tourisme international puisque plusieurs milliers de familles en dépendent.

Source : Ouverture de Nosy-Be : Plus de 2 500 acteurs à former sur les protocoles d’hygiènes post covid-19

Friture de calamars et courgettes, sauce tartare

Friture de calamars et courgettes, sauce tartare

Une recette de Pascal Fayet

INGRÉDIENTS POUR 4 PERSONNES

  • 600g de calamars
  • 2 petites courgettes
  • 3 citrons jaunes
  • 1/4 de bouteille d’huile d’arachide
  • 1 œuf
  • 10g de câpre
  • 10g de cornichon
  • 10g de persil
  • 1 cuillère à soupe de moutarde
  • 200g de persil frisé entier
  • lait
  • farine

PROGRESSION

Préparation des calamars : Nettoyer et couper les calamars en rouelle. Bien égoutter. Réserver au frais dans une passoire.

Préparation des légumes : Tailler les courgettes en forme de frites et les citrons en deux. Hacher le persil, les capres, les cornichons.

Préparation de la sauce : Monter la mayonnaise avec la moutarde, l’œuf et l’huile. Une fois bien ferme, terminer en ajoutant les câpres, les cornichons, et le persil. Réserver dans des ramequins au frais.

Préparation de la friture : Tremper les courgettes dans du lait. Fariner les légumes: courgettes, calamars, persil.
 
Cuisson de la friture : Cuisson: Faire frire les légumes (180° pour une friteuse) et les éponger
 
Dressage : Mettre sur les assiettes, le demi-citron, la sauce tartare, les calamars, le persil et les courgettes frits. Servir

Dans vos cuisines, pensez à l’environnement et à votre porte-monnaie :

  • Remplacez le charbon par du gaz
  • Utilisez des couvercles pour limiter les temps de cuisson
  • Dégivrez régulièrement vos réfrigérateurs et profitez-en pour faire changer les joints de porte défectueux
  • Préférez dès que possible les produits locaux (et sachez les valoriser sur vos cartes)
  • Evitez le gâchis : la mise en place d’un plat du jour créatif vous permettra d’écouler les restes de la veille (attention, pour des questions d’hygiène, tous les plats ne peuvent pas être re-cuisinés et/ou resservis : sachez faire le tri !)

Reprise du tourisme : Ravinala Airports prêt pour la réouverture des frontières

Le tourisme figure parmi les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire. Du coup, l’annonce de la réouverture des frontières, notamment au niveau de l’aéroport international de Nosy- Be, réjouit les opérateurs du tourisme. Cette réouverture annoncée par le Président de la République se fera, rappelons-le, à partir du 1er octobre.

Une reprise qui se fera dans les conditions techniques et sanitaires requises puisque Ravinala Airports, le gestionnaire des aéroports internationaux d’Antananarivo et de Nosy- Be, ont pris toutes les dispositions nécessaires pour cela. « Nous sommes prêts pour la réouverture des frontières » a déclaré hier, Patrick Collard, le Directeur Général de Ravinala Airports, en marge d’une cérémonie de remise de don au ministère de la Santé Publique.

Protocole sanitaire. En effet, outre la mise en place des procédures de respect des gestes barrières, notamment le port de masques, la distanciation de 1,5m ; Ravinala Airports s’est aussi doté d’autres équipements, comme une machine pour un dépistage virologique capable de donner des résultats en 20 minutes à Antananarivo . Des caméras thermiques et des parois en plexiglas sont également en cours d’installation aux différents comptoirs où il existe une interaction agents/passagers dans le nouveau terminal. A l’aéroport de Nosy- Be, Ravinala Airports travaille en étroite collaboration avec le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie et les entités touristiques et aéroportuaires pour la mise en place d’un protocole sanitaire tel que l’installation d’une caméra thermique et d’auvents pour accueillir les passagers qui se feront dépister. « Ces dispositions permettront de garantir une ouverture des vols internationaux au 1er Octobre dans le respect des mesures sanitaires » selon le DG de Ravinala Airports. En somme, la reprise du tourisme prévue en octobre se fera dans la règle de l’art. Mieux , la mise en place de ces procédures sanitaires fera office de publicité pour la destination Madagascar qui, avec le nouveau terminal international d’Ivato est équipé d’infrastructures modernes dignes des grands aéroports internationaux.

Socialement responsable. En attendant, Ravinala Airports affiche sa détermination à être une entreprise socialement responsable. En effet, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, Ravinala Airports a fait don d’un important lot d’équipements médicaux au ministère de la Santé Publique. Ce don d’une valeur de 9O.000 euros ; soit près de 340 millions ariary , est composé notamment de 38 concentrateurs d’oxygène et de 9 respirateurs, ainsi que leurs consommables. Plusieurs entités pourront bénéficier de ces équipements. , Ainsi, l’hôpital de Nosy – Be, dans un esprit de renforcement de ses capacités en vue de la réouverture des vols internationaux, sera doté de 2 respirateurs et de 17 concentrateurs. La Commune Urbaine d’Antananarivo recevra 4 concentrateurs. D’autres centres hospitaliers à Madagascar bénéficieront de 7 respirateurs et 17 concentrateurs. Faut-il en effet préciser que cette action réalisée en partenariat avec l’association Souffle, Santé et Développement, s’inscrit dans l’engagement citoyen et responsable de Ravinala Airports auprès des municipalités où sont implantés les aéroports dont elle a la gestion notamment à Antananarivo et Nosy Be… En plus, les dons ont été réceptionnés hier à l’aéroport international d’Ivato, en présence des Secrétaires généraux du ministère de la Santé Publique et du ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie.

Source : Reprise du tourisme : Ravinala Airports prêt pour la réouverture des frontières

Île Maurice : les EdV demandent au gouvernement de « libérer Maurice »

Dans une lettre ouverte, les Entreprises du Voyage (EDV) demandent des précisions quant aux conditions de réouverture de la destination à Louis Steeven Obeegadoo, vice-Premier ministre et ministre du tourisme de l’Ile Maurice. Nous publions intégralement ce courrier.

L’Île Maurice est, avec les USA, le Canada et la République Dominicaine, une des quatre destinations privilégiées des français pour leurs vacances long courrier. C’est la destination leader des vacances d’hiver « haut de gamme. Votre pays garantit le dépaysement dans un environnement francophone alliant la qualité des prestations à la sécurité.

La clientèle de Maurice a deux particularités appréciables : elle est à la fois fidèle et prescriptrice. La crise sanitaire que traverse le monde a logiquement conduit Maurice à fermer ses frontières et à appliquer des mesures rigoureuses. Le résultat est là : l’île est « Covid free », ce qui devrait accroître son attractivité touristique. Si les Français se sont repliés sur la France pour leurs vacances d’été, ils échafaudent maintenant leurs vacances d’hiver, rêvant d’espaces, de plages, de nature, de bien-être.

Maurice répond à toutes ces aspirations. Mais l’absence de visibilité sur le calendrier d’ouverture des frontières peut laisser supposer que l’épidémie n’est pas maîtrisée. L’image positive de l’Île Maurice se transforme en image négative. Ce mouvement est accentué par la récente marée noire. Pendant ce temps, en ouvrant leurs frontières aux touristes, les destinations concurrentes prennent le leadership du « haut de gamme ».

Parallèlement, les hôteliers et prestataires touristiques de l’Île Maurice constatent l’étiolement progressif des compétences et du savoir-faire qui contribuaient à l’attractivité de la destination. Le souhait des professionnels français du tourisme est de connaître rapidement le calendrier d’ouverture des frontières de l’Ile Maurice et des mesures prises afin de continuer à garantir la sécurité sanitaire, telles qu’un test PCR effectué avant le voyage.

Les intérêts de l’économie mauricienne et ceux des professionnels français du tourisme convergent. Ils nous conduisent à vous le demander avec insistance, Monsieur le Ministre : libérez Maurice !

Les Entreprises du Voyage

Source : Île Maurice : les EdV demandent au gouvernement de « libérer Maurice »

Mise en place des protocoles sanitaires pour le secteur du tourisme à Madagascar

En vue de la préparation de la reprise du trafic touristique, il est impératif de rassurer les touristes nationaux et internationaux sur les dispositions prises par la destination Madagascar pour prévenir toute contamination durant leur séjour.

Dans ce contexte, l’implémentation effective de protocoles d’hygiène et de sécurité sanitaires sur l’ensemble des maillons d’un séjour ou circuit touristique dès la sortie de l’aéroport, dans le cadre de la prévention de la propagation du COVID 19 et d’éventuelles autres épidémies, constituent la condition préalable pour relancer le secteur du tourisme à Madagascar. Le Ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie (MTTM), l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) et la Confédération du Tourisme de Madagascar (CTM) ont ainsi fait appel aux services de Philippe-Jean Arnou (Madagascar Hôtel Consultant – MHC), délégué régional du cabinet François Tourisme Consultants (FTC).

En vue de l’élaboration et de la transmission de l’ensemble des protocoles d’hygiène et de sécurité sanitaire pour le secteur du tourisme, de nombreux ateliers de travail ont été organisé avec les opérateurs du secteur (Hôteliers, Restaurateurs, Guides, Agences de voyages et Tours Opérateurs, Chauffeurs, Loueurs de voiture…) afin de valider la faisabilité des mesures proposées. Quatre Guides des bonnes pratiques sanitaires (par métier) ont donc été réalisés et plusieurs cycles de formation en ligne ont eu lieu afin de présenter ces mesures aux professionnels.

Afin d’assurer une large diffusion des protocoles sanitaires, la réalisation de supports de communication destinés aux professionnels est actuellement en cours, notamment des affiches et publireportages.

 

Dans le cadre de la mise en place effective des protocoles, Philippe-Jean se rendra prochainement à Nosy-Be, première destination de la Grande Ile à ré-ouvrir ses portes à l’international, afin de former les opérateurs dans la mise en place les protocoles sanitaires et accueillir les touristes dans les meilleures conditions.

 

Si vous souhaitez recevoir une formation ou des conseils personnalisés sur les protocoles sanitaires ou les stratégies de relance économique à mettre en œuvre dans votre établissement, n’hésitez pas à nous contacter à [email protected].

 

L’équipe de Madagascar Hôtel Consultant

 

Maurice : Réouverture des frontières: l’indécision des autorités nuit au tourisme plus que le Covid-19

«Après le Covid-19 et l’indécision sur la réouverture des frontières, au tour de la ma- rée noire causée également par de l’indécision, d’éloigner les touristes de nos plages.» C’est le magazine touristique Tourmag.com qui écrit ces tristes lignes. L’auteur de l’article commence par un résumé de l’affaire Wakashio en rappelant que 1 000 tonnes d’hydrocarbures ont été déversées dans notre lagon description déjà peu ragoûtante pour les touristes et parle des dégâts à la faune et la flore.

L’auteur souligne l’inaction des autorités durant plus de 10 jours en citant même une source des autorités portuaires qui affirme que le navire n’avait pas de fissure au moment du naufrage ; et le gouvernement qui aura attendu la fissure et le déversement pour agir. Il rappelle que le pays a pourtant été victime de deux telles catastrophes en 2011 et 2016.

Ce qui fait dire à un intervenant, Jean-François Rial, PDG de Voyageur du Monde : «Quand cela devient aussi régulier, ce ne sont plus des accidents mais une faute.» Pour un autre invité du journal, Gilbert Cisneros, patron d’Exotismes à Marseille qui envoie au moins 20 000 touristes français chaque année à Maurice, le maintien de la fermeture des frontières mauriciennes «laisse penser que l’épidémie n’est pas vraiment maîtrisée à Maurice, que le pays n’arrive pas à avoir un encadrement sanitaire safe et que donc le gouvernement cache même peut-être des choses…»

En attendant, affirmet-il, les Maldives et les Seychelles sont en train de prendre le leadership du haut de gamme dans l’océan Indien. Pour ce voyagiste, la faillite d’Air Mauritius n’a fait qu’ajouter aux doutes des touristes potentiels qui craignent soit de voir leur billet annulé au dernier moment ou de ne pouvoir rentrer en France promptement, en cas de cessation des vols de MK.

L’article couvre aussi abondamment la colère des Mauriciens mais aussi le travail de nettoyage effectué par ces derniers avec des moyens «dérisoires» tout en mettant leur santé en danger. Le refus du PM d’endosser la responsabilité de cette catastrophe est aussi mentionné.

Précisons cependant que depuis lundi les Seychelles n’admettent plus de voyageurs venant de France sauf exception jusqu’à nouvel ordre.

Source : Réouverture des frontières: l’indécision des autorités nuit au tourisme plus que le Covid-19