La Seychelles Airways vient de décrocher le titre de meilleure compagnie aérienne de l’océan Indien 2020. Ce prix lui a été décerné dans le cadre de la cérémonie des “World Travel Awards”. Ce prix tient compte de la situation actuelle. Il prime la résilience dont font preuve les lauréats.
La vingt-septième édition, des World Trawel Awards, s’est déroulée par téléconférence ! Malgré les difficultés que traverse l’industrie aéronautique, Graham E-Cooke, le fondateur de la récompense, a voulu maintenir la manifestation. Une manière, comme une autre, de se projeter vers l’avenir et encourager les compagnies à résister aux nombreuses difficultés qu’elles rencontrent avec la crise covid.

Dans la zone océan Indien, personne n’ignore la crise financière d’Air Mauritius ou Air Madagascar, et même Air Austral. Les trois sociétés sont confrontées à des trous d’air récurrents depuis des mois. Les interrogations sur leur viabilité se posaient en 2019, alors qu’il n’était pas encore question de coronavirus.

Un A320neo et des nouvelles tenues

Les nouvelles tenues des hôtesses de Air Seychelles nov 2020

©Capture d’écran ilemaurice-tourisme.info

Le titre de première compagnie aérienne pour Air Seychelles prend en compte la : “résilience de l’entreprise” écrit ile-maurice-tourisme.info.
Alors que tous les indicateurs basculent dans le rouge pour l’ensemble du secteur aérien, Air Seychelles, dont le capital est détenu à hauteur de 40% par Etihad Airways (compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis), a investi en achetant un A320neo et en renouvelant la garde-robe de son personnel navigant.

Air Seychelles décroche les prix de : “Indian Ocean’s Leading Airline – Business Class 2020” et “Indian Ocean’s Leading Cabin Crew 2020”. Ces trois titres récompensent le service à bord des vols en direction de Johannesburg, Maurice, Mumbai et Tel Aviv, mais aussi les lignes entre les îles de l’archipel, soit plus de 350 vols par semaine… Elle est notée quatre étoiles sur cinq par Skytrax, l’organisme de notation des compagnies.

Pour mémoire, Air Seychelles a été créée en 1978 et s’est envolée pour l’international en 1983. Aujourd’hui, avec le concours d’Etihad, le transporteur seychellois parvient à se maintenir en vol au milieu des turbulences.

Source : Air Seychelles élue première compagnie de l’océan Indien

4 Novembre 2020 – Niché au cœur de la Vallée de Ferney dans un domaine de 2 300 hectares, CIEL Properties lance ce mois-ci le Ferney Nature Lodge. Unique à Maurice, le Ferney Nature Lodge offre tout le confort d’un établissement haut de gamme au cœur de la nature et à l’écart de toute civilisation. À l’heure où l’industrie du tourisme se remet en question, CIEL innove avec cette nouvelle offre qui rencontrera sans aucun doute l’adhésion des mauriciens et des touristes dès la réouverture complète des frontières.

« Nous sommes très heureux de lancer le Ferney Nature Lodge aujourd’hui. Malgré le contexte touristique difficile que nous connaissons tous, le lodge répond totalement aux nouvelles attentes davantage axées vers la nature, le développement durable, le bien-être et l’éco-tourisme » indique Guillaume Dalais, CEO de CIEL Properties. « Aujourd’hui, nous venons redéfinir la notion du luxe. L’important est d’offrir l’opportunité de se retrouver en couple, entre amis, ou en famille dans un lieu extraordinaire, complètement déconnecté du quotidien et en harmonie avec soi-même et la nature qui nous entoure » poursuit Guillaume Dalais.

‘Se reconnecter à la nature en profitant du confort d’un chalet chic et cosy’, c’est en effet la promesse de CIEL Properties en lançant ce Lodge à Ferney.

Découvrir le sud-est de l’île Maurice autrement
Idéal pour les couples, les familles souhaitant privatiser les lieux, et tous les amoureux de la nature, le Ferney Nature Lodge est l’occasion de découvrir le sud-est de l’île Maurice sous un tout autre angle ; brisant ainsi l’idée que les vacances à l’île Maurice riment uniquement avec sable et cocotiers.

Un produit d’exception
Dépaysement assuré dès votre arrivée au Lodge avec une vue à couper le souffle sur la Vallée de Ferney, les troupeaux de cerfs et l’une des dernières forêts endémiques de l’île Maurice. Outre le cadre époustouflant, le Ferney Nature Lodge saura sans aucun doute vous émerveiller grâce à son ambiance safari et un espace à vivre magnifiquement décoré. Le lodge principal, véritable lieu de vie du Ferney Nature Lodge, a été conçu pour pouvoir accueillir les invités dans un vaste espace donnant sur la forêt de Ferney. Les résidents du lodge peuvent déjeuner et se détendre dans les différents coins du lodge, sur la varangue en deck, au bar orné de cuir, autour de la piscine ou de la cheminée centrale où tout est pensé pour le confort et le bien-être de chacun.

Le Lodge, conçu pour une expérience hors du commun, offre un hébergement en chalet individuel. Quatre somptueuses chambres, un chef privé, des produits 100% locaux et une vue à couper le souffle font du Ferney Nature Lodge une adresse d’exception pour les voyageurs.
Le lodge principal peut également accueillir des événements jusqu’à 50 personnes, tels que des anniversaires ou des mariages en petit comité.

« Nous sommes très heureux d’ouvrir le Ferney Nature Lodge car il s’agit vraiment d’un lieu hors du temps, hors du commun. Tous nos invités sont éblouis dès leur arrivée par la beauté et la sérénité qui émanent de ce lieu magique. Toute l’équipe de Ferney travaille depuis plusieurs mois sur cette ouverture afin de proposer une expérience mémorable à nos clients avec une dimension résolument locale. En effet, tout notre personnel vient de la région, nous proposons une cuisine traditionnelle avec des produits du terroir, directement achetés à Ferney ou dans les fermes environnantes » nous confie Annaline Bax, Operations Manager de La Vallée de Ferney. « Par ailleurs, votre séjour sera l’occasion de (re)découvrir la faune et la flore endémique de l’île Maurice grâce à la zone de conservation de 200 hectares qui se trouve dans la Vallée. Plus de 40 espèces d’arbres et environ 120 oiseaux endémiques ont ainsi trouvé refuge dans notre domaine » précise Annaline.

Des activités 100% nature
Si le Lodge appelle résolument au repos et au dépaysement, de nombreuses activités outdoor vous sont également proposées par les équipes Ferney. Que ce soit une randonnée conviviale, accompagnée de l’un des rangers de Ferney, dans la zone de conservation à la découverte de la flore et faune endémique, un piquenique champêtre au bord de la rivière, ou le lever de soleil sur les hauts de la chaine de montagne Bambou, vous serez à coup sûr immergé dans la nature.

La gastronomie et les produits locaux mis à l’honneur
Au-delà de la magie du lieu, le Ferney Nature Lodge propose un concept unique de « from Farm to Fork », offrant ainsi des plats préparés avec des produits frais et locaux, mettant ainsi en valeur les petites fermes des environs et produisant un cercle vertueux économique et responsable. Le Chef sera aux petits soins tout au long de votre séjour pour vous proposer une cuisine 100% locale.  Outre les mets qui vous seront proposés au Lodge par le Chef, vous pourrez également découvrir notre cuisine au restaurant Ferney Falaise Rouge qui offre une vue extraordinaire sur le lagon, les îles du sud-est et la montagne du Lion.

Un séjour au Ferney Nature Lodge est une expérience unique, une grande bouffée d’air frais, loin des foules, de la civilisation et de la routine. Avec son programme favorisant la protection de la biodiversité, le Ferney Nature Lodge se veut être une référence en matière d’écotourisme.

Source : CIEL innove et mise résolument sur l’éco-tourisme avec l’ouverture du Ferney Nature Lodge

Sur l’île de La Réunion, Thierry Prangère et Joëlle Conreur ont fait le pari fou d’ouvrir une agence de voyages digitale en pleine crise.

Le secteur du tourisme est moribond et pourtant cela ne décourage pas certains. A la Réunion, une agence de voyages a décidé de se lancer durant le confinement.« La décision a été faite avant la période d’état d’urgence », explique Thierry Prangère, le président de LAhLANhLA Voyages Privés. Mais l’agence « a vu le jour et fait face dès sa naissance à la plus grande crise du tourisme ».

Associé à Joëlle Conreur, une ancienne formatrice pour les agents de voyages, l’ancien de Barclays a créé une agence haut de gamme avec des « services importants très personnalisés et des voyages sur mesure ».

L’agence a déjà lancé une application web, avec sa carte Exclusive Traveler. Il s’agit d’une « carte personnelle, dont le QR code se trouvant au verso, permet d’ouvrir l’application et d’accéder à des services pratiques, dont une conciergerie 7j/24h, et une reconnaissance individuelle. Un peu comme l’accès à un club privé », explique Thierry Prangère.

Association avec une agence métropolitaine

L’agence, situé à Saint Gilles les Bains, est entièrement digitalisée. « Nous nous voulons écoresponsables, et nos procédures vis-à-vis des partenaires et nous-même sont basées sur les principes du tourisme durable. Nous pouvons amener nos clients sur 61 pays dans les mêmes conditions que si nous les recevions en France » poursuit le dirigeant, membre de la Commission Tourisme CPME Réunion et des Entreprises du Voyage. Elle s’est déjà associé à l’agence bordelaise Millésime Privé.

Si les créateurs sont conscients de la difficulté de se lancer pendant cette période trouble, ils ont déjà une idée sur le voyage et l’après. « De nombreux amateurs d’aventure opteront pour la sécurité et la tranquillité d’esprit de voyager inclusivement. Ils penseront aux transports privés, aux transferts privés et aux petits hôtels de charme. Presque du jour au lendemain, les voyages sont devenus un fruit interdit. Dès que cela sera possible, de nombreux voyageurs se mettront enfin à vivre (et pas seulement imaginer) des aventures uniques dont ils ont passé leur vie à rêver. Les trajets fréquents et courts seront remplacés par des trajets moins nombreux, plus longs et plus significatifs. Il est temps de ralentir et de profiter du voyage ! »

Après le confinement, « le grand air »

Et selon eux, « de nombreux voyageurs chercheront des évasions réparatrices vers des destinations lointaines qui offrent des cachettes émouvantes, des retraites paisibles et des espaces parfaitement illimités. Ces endroits dépourvus de foule et de files d’attente où la distanciation sociale vient naturellement et où les voyageurs peuvent se plonger dans l’isolement ultime. Après le confinement beaucoup auront envie de grand air (…) et de (ré) apprécier l’extraordinaire beauté du monde naturel. »

Aujourd’hui, l’agence a commencé à commercialiser ces services aux entreprises, sponsorisé Miss Ecologie Réunion, et publie chaque semaine sur un magazine du Journal de la Réunion des « destinations de rêve ».

Source : La Réunion : ils créent une agence de voyages en plein confinement

Suite au lancement officiel du projet « Renforcement des capacités en matière de développement et de gestion du tourisme durable pour le patrimoine mondial aux Comores » le 15 octobre dernier, l’UNESCO et le Centre national de la documentation et de la recherche scientifique (CNDRS) ont organisé un premier atelier de formation du 2 au 5 novembre 2020, pour une vingtaine de participants des trois îles principales des Comores, qui a été mené en ligne par l’expert en tourisme durable Mme Dominique Verdugo, avec la participation physique des participants comoriens qui se réunissaient dans les locaux de CNDRS à Anjouan, Mohéli et Grande Comores.

Le projet, financé par le fonds-en-dépôt néerlandais à l’UNESCO, vise à renforcer les capacités nationales des principaux acteurs aux Comores, notamment l’équipe nationale chargée de préparer le dossier de candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO pour les Sultanats historiques des Comores, à élaborer un plan de gestion du tourisme durable et une stratégie de mise en œuvre pour la promotion du secteur culturel aux Comores en utilisant la boîte à outils du tourisme durable de l’UNESCO, l’expertise et d’autres ressources du programme de tourisme durable de l’UNESCO, et à mettre en œuvre une activité de formation pour les guides touristiques locaux des Sultanats historiques des Comores.

L’atelier du 2 au 5 novembre 2020 a été introduit par Mme Wahidat Hassani, Directrice générale des Arts et de la Culture (DGAC) qui a remercié l’UNESCO et les Pays-Bas pour leur contribution à ce projet.

L’atelier a démarré avec une présentation de la cartographie des ressources culturelles préparée dans le cadre du projet de l’équipe nationale avec le cartographe comorien, M. Cheihani Said Abdallah, comme chef de file. Après une introduction au concept de tourisme durable par l’expert international Mme. Dominique Verdugo, les participants ont suivi les différents guides du tourisme durable de l’UNESCO suivi d’un travail de groupe après chaque séance.

L’équipe nationale travaillera, à la suite de ce premier atelier, sur leur plan du tourisme durable. L’UNESCO organisera ensuite un deuxième atelier pour finaliser le plan en 2021.

” Il y a une énorme possibilité de développer le tourisme durable aux Comores avec leur riche patrimoine naturel et culturel. L’UNESCO est confiante qu’au travers de ce projet, les Comores seront mieux placées pour développer et gérer le tourisme d’une façon durable dans le respect des orientations de la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO. ” Karalyn Monteil, Spécialiste du programme culture, Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Est.

Source : Les Comores se concentrent sur la gestion du tourisme durable

Conférence sur le Tourisme responsable du Salon RSE et des IDD disponible en replay

Cette session, organisée en étroite collaboration avec Madagascar Hotel Consultant (Sponsor platinum), présente les enjeux du tourisme responsable pour Madagascar et explore les avantages et bonnes pratiques en la matière.

Inspiration, tendances et actions concrètes, découvrez le contenu de ce webinar d’1h15 à travers l’intervention de représentant d’acteurs locaux et internationaux.

Profitez du replay de cette conférence dès à présent en cliquant sur ce lien :

Un salon axé sur les bons plans tourisme sera accessible gratuitement à tous, du jeudi 12 au samedi 14 novembre prochain, au jardin d’Antaninarenina, à Antananarivo. Dédié au tourisme national, l’évènement présentera au public tananarivien des offres pour découvrir Madagascar selon toutes leurs envies et leurs moyens. L’initiative a été conçue par le Ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie (MTTM) et l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM), sur demande du secteur privé.

Ouvert de 9h-17h, le salon sera le siège de 31 exposants répartis sur 16 stands. Avec des offres promotionnelles pouvant aller jusqu’à -50% de leur prix normal, hôtels, agences/tour-opérateurs, loueurs de voitures et autres prestataires touristiques, proposeront leurs meilleurs packages aux visiteurs à la recherche de séjours ou de vacances à des tarifs très attractifs. Au niveau du transport aérien, la compagnie Tsaradia sera également présente au salon.

Afin de garantir le meilleur déroulement du salon, les organisateurs veilleront au respect des mesures de sécurité sanitaire. Le lavage des mains à l’entrée ainsi que le port du masque seront obligatoires. Quant au nombre de personnes admises sur le site, il sera limité à 200 grâce à une petite révolution technologique, à savoir : un logiciel dédié qui permettra d’effectuer le décompte en temps réel du nombre de visiteurs sur le site.

Source :  Le salon TSENABEN’NY FIZAHANTANY du 12 au 14 Novembre

Groupe IGP (International Gastronomie Pizza) lance sa sixième filiale. Plus de 2 tonnes de tomates transformées en coulis, plus de 2.500 litres de crème glacée, 5.000 litres de jus naturel, etc. sont produits chaque jour, par GLP, la nouvelle Centrale de production.

Global Purchase ou GLP. C’est la nouvelle centrale de production du groupe IGP. Il s’agit d’une usine industrielle de l’agroalimentaire qui produit une ligne de produits de coulis (notamment de tomate), de crèmes glacées, de jus naturel, de kebab, etc. « Cette usine produit plusieurs types de produits consommés par le Groupe lui-même, et une partie sera distribuée sur le marché local dans les épiceries et autres points de vente. Nous envisageons également de les exporter plus tard. De ce fait, la production ainsi que toutes les installations suivent les normes. De même pour les compétences. Nous avons formé 10 de nos employés pour améliorer notre savoir-faire. Ils ont suivi la formation ACCP à Lyon. Bref, si auparavant, la Gastronomie Pizza était parfois victime de l’insuffisance de matières premières en période difficile, cette centrale de production va résoudre une bonne fois le problème. Nous pourrons même approvisionner les restaurateurs et d’autres entreprises », a affirmé le PDG du groupe IGP Chef Mbinina ou Ambinintsoa Randrianaivo de son vrai nom.

Un empire qui grandit. Le parcours et le succès de Chef Mbinina ont impressionné plus d’un à Madagascar, comme au niveau international. Aujourd’hui, son groupe IGP comprend 6 entreprises, notamment la Gastronomie Pizza bien connue par le public, la nouvelle GLP (Global Purchase) inaugurée hier, SGH Mada spécialisée en hôtellerie, SCI Maivaranoune société immobilière qui gère le patrimoine immobilier d’IGP et la société de sécurité GDS dont les agents ont été formés suivant les besoins du Groupe IGP. Selon son PDG, le groupe emploie aujourd’hui près de 1000 salariés. « Je gère cette grande firme comme une cuisine, suivant l’esprit de leadership d’un chef cuisinier. En effet, on trouve toutes les expériences dans une cuisine pour pouvoir gérer une entreprise »,a-t-il soutenu.

Félicité. Pour ses activités, le Groupe IGP travaille avec des coopératives d’agriculteurs et d’éleveurs pour s’approvisionner en pomme de terre, fromage, légumes, viande, etc. Des activités qui créent donc des effets d’entraînement pour la croissance économique du pays. Présente lors de l’inauguration, la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala a noté que la mise en place de GLP est un grand pas en avant permettant au groupe IGP de s’aligner aux multinationales du fast food.« Le rapport de Global Entrepreneurship Monitor (GEM) indique que 51% des jeunes qui connaissent un entrepreneur à succès ont une intention d’entreprendre. Ils ont besoin d’un modèle d’inspiration. Malheureusement, 81% de ceux qui veulent entreprendre lancent leurs activités car ils ont des difficultés à trouver un emploi. Il s’agit là de l’entrepreneuriat de nécessité. Ce que nous voulons promouvoir c’est l’entreprenariat de vocation et le Groupe IGP montre la voie à nos jeunes », a affirmé la ministre. Pour sa part, le ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie, Joël Randriamandranto a félicité le Groupe qui a su se démarquer malgré la crise. D’après ses dires, c’est ce que le pays fait en misant sur le tourisme local, depuis la crise sanitaire. A noter que la Gastronomie Pizza a déjà traversé trois crises, plus précisément deux grandes crises économiques et une grande crise sanitaire. Malgré ces difficultés, le Groupe a réussi à construire deux à trois infrastructures par an, depuis 2003. Cette centrale de production GLP fait partie des plus grandes d’entre elles.

Source : Industrie agroalimentaire : La Centrale de production de la Gastronomie Pizza inaugurée hier

Télétravailler depuis l’Île Maurice, ça vous tente ? C’est en tout cas ce qu’espère la destination, avec son nouveau visa premium, valable pour une période d’un an renouvelable.

La destination active un nouveau visa premium afin de stimuler des visiteurs à effectuer de longs séjours. « Les normes et protocoles sanitaires les plus élevés seront maintenus pour assurer la sécurité sanitaire des visiteurs ainsi que des locaux et pour faire en sorte que Maurice reste une destination sûre », rassure l’Office de tourisme du pays.

« L’Île Maurice n’est pas touchée par la pandémie et, avec ses infrastructures modernes, elle représente l’endroit idéal pour travailler à distance en toute sérénité », estime l’organisme de promotion. Sont concernés par ce nouveau visa : « les touristes habituels qui avaient prévu de prendre leur retraite et d’émigrer à Maurice avant la pandémie du Covid-19 ; les retraités ; les investisseurs et les professionnels qui souhaitent venir avec leur famille et travailler à distance depuis l’île Maurice ; et les visiteurs qui ont des enfants qui étudient à l’île Maurice ».

Une « aide essentielle » pour le tourisme local

Pour pouvoir bénéficier du visa premium, les visiteurs doivent fournir la preuve de leur projet de long séjour et doivent souscrire une assurance voyage et une assurance maladie adéquates pour la période initiale du séjour. Le lieu d’activité principal du visiteur et la source de revenu doivent être en dehors de l’île Maurice. Enfin, ils ne seront pas autorisés à entrer sur le marché du travail mauricien.

Le pays compte sur cette mesure pour apporter « une aide essentielle pour le maintien du tourisme […]. Il s’agit d’une opportunité pour les opérateurs du secteur touristique mauricien de proposer des formules innovantes pour attirer les visiteurs longues durées et les adeptes du télétravail ». En 2019, l’Île Maurice a accueilli 1 383 488 touristes étrangers (-1,1%), parmi lesquels 302 038 Français (+5,8%).

Source : L’Île Maurice veut relancer les longs séjours avec un nouveau visa

Lors d’un point de presse, un responsable de la Banque centrale des Seychelles a averti sur les conséquences négatives que le confinement en Europe provoquera sur l’économie du pays, notamment sur le tourisme local.

La plupart des principaux marchés touristiques des Seychelles, comme la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, ont été reconfinés pour faire face au déferlement de la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus qui s’abat actuellement sur l’Europe.

Ces mesures restrictives de reconfinement que les gouvernements européens ont mises en place dans leur pays ont un impact sur d’autres pays du globe, notamment pour les pays, dont l’économie dépend essentiellement du tourisme comme c’est le cas des Seychelles.

“Nous pourrions assister à une baisse du nombre de visiteurs dans les mois à venir”
Le gouverneur de la Banque centrale des Seychelles (CBS), Caroline Abel, a mis en garde contre les conséquences négatives majeures du reconfinement en Europe sur l’économie seychelloise. “Nous pourrions assister à une baisse du nombre de visiteurs dans les mois à venir”, a commenté ce haut responsable.
“C’est pourquoi nous disons que l’économie reste extrêmement fragile et qu’il est important de changer les comportements dans l’ensemble de l’économie afin de maximiser les ressources dont nous disposons”, a encore poursuivi M. Abel, rapporte Seychellesnewsagency.com.

Pour rappel, les Seychelles ont procédé à la fermeture de leur aéroport aux vols commerciaux internationaux en mars pour les rouvrir le 1er août. L’archipel est relativement épargné par le coronavirus avec zéro décès contre 155 cas confirmés, dont quatre sont toujours actifs et 151 se sont rétablis.

Source : Selon la Banque centrale, le confinement en Europe aura des impacts négatifs majeurs pour le tourisme aux Seychelles

Les vols commerciaux vers Madagascar sont toujours suspendus. C’est ce que rappelle l’Aviation Civile de Madagascar dans un communiqué publié, hier. Par ailleurs, les vols touristiques vers Nosy-Be, qui ne sont pas en provenance des pays frappés par la seconde vague de la pandémie de Covid-19, sont d’office autorisés. Toutefois, la circulation en dehors de la zone géographique de Nosy-Be, à l’exception de certaines îles, n’est pas autorisée aux touristes. Par conséquent, toute correspondance par voie terrestre et par voie fluviale pour rejoindre les autres zones géographiques est interdite. Les vols cargo sont toujours autorisés mais le débarquement des équipages de ces vols est interdit. Les vols d’évacuation sanitaire sont autorisés sous réserve de l’acceptation du pays de destination, et de l’engagement des membres de l’équipage pour le respect des mesures sanitaires en vigueur à l’entrée sur le territoire. Enfin, tous les vols de rapatriement vers Madagascar sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Source : Transports aériens : Les vols commerciaux toujours suspendus