Madagascar : KFC ouvrira ses portes dans quatre mois

Viendra, viendra pas. Finalement, on apprend que la chaîne de restauration rapide de l’américain Harland Sanders,
« Kentucky Fried Chicken » (KFC) ouvrira une représentation en régime franchisé à Madagascar. Le restaurant, spécialiste en préparations à base de poulet, ouvrira ses portes dans quatre mois, dans la partie huppée d’Ambodivona. Des insertions publicitaires dans la presse ont été le seul indice permettant de déduire que la chaîne de restauration s’installera à Antananarivo. « De vrais morceaux de poulet frit, devenus célèbres grâce à la recette originale du colonel Sanders », peut-on lire dans l’annonce qui fait part d’un recrutement de plusieurs responsables de restaurant, de commerciaux front-office et de cuisiniers polyvalents. Une annonce qui a intéressé plus d’un, provoquant ainsi un engouement immense et des commentaires en tout genre sur les réseaux sociaux.

Seulement, le contact affiché dans les annonces n’a pas été fonctionnel créant une surprise désagréable. Contacté, le responsable a promis de revoir ce qui a dysfonctionné dans l’adresse mail affiché et les insertions avec les bonnes adresses ont réapparu depuis hier. « Pour nos premiers restaurants à Antananarivo, nous recrutons », annonce KFC. Pour l’heure, on n’en sait pas plus. Combien de restaurants ? Combien de personnes à recruter ? Travailleront-ils avec des fournisseurs en poulet de la capitale ? Quel genre de poulet ? Quelle quantité ? Autant de questions qui attendent la communication officielle sur l’ouverture de la chaîne à Madagascar.

Lire la suite de l’article ICI

Source : Restauration – KFC ouvrira ses portes dans quatre mois

Madagascar : Hôtellerie, Le Colbert au bilan après neuf décennies d’existence

Centenaire approchant. L’Hôtel Colbert a fêté ses quatre-vingt-dix ans d’activités samedi dernier en mettant l’accent sur le bilan de la croissance de l’établissement.

“Notre institution, malgré sa place de leader historique, a tout de même cédé un peu de terrain ces deux dernières année comme jamais auparavant avec un taux d’augmentation du chiffre d’affaire de seulement 4 % par rapport au dernier bilan “, déplore Eric Koller, directeur général. Le responsable qui cite quelques postes de charge en hausse expliquant la faible progression des performances de son établissement à l’instar du cas de la Jirama avec une hausse de 20 à 25% depuis deux ans arrivant ainsi à une moyenne de cent vingt millions d’ariary de dépense par mois en facture d’eau et d’électricité pour l’hôtel.

Par ailleurs, le directeur général a aussi mis l’accent sur l’impératif de maîtriser l’approvisionnement en matière première ainsi que les différentes charges du personnel.  Afin d’arriver à cet objectif l’institution mise sur l’innovation en optant pour l’utilisation d’un nouveau logiciel de gestion.

“Depuis près d’un semestre nous avons adapté notre système de gestion sur le logiciel de marque allemande plus connu sous le nom de « Protel ». Cette technologie est installée à tous les niveaux. Depuis les systèmes de réservation, en passant par la comptabilité, jusqu’à la pâtisserie, les restaurants et la balnéo. Protel remplace ainsi un logiciel vieux de plus de trente ans”, détaille le directeur général. Le logiciel prendra alors en charge les cent vingt chambres, trois restaurants, deux bars, cinq salles
de conférence ainsi que les services 24/24h de l’hôtel.

Source : Hôtellerie – Le Colbert au bilan après neuf décennies d’existence

Si vous souhaitez vous aussi installer ou changer votre logiciel de gestion hôtelière, nous pouvons vous proposer l’installation et la formation du logiciel  de gestion hôtels & restaurant INFHOTIK!

Plus d’informations sur le sujet à venir…

Madagascar : Jöel Randriamandranto, zéro corruption dans le ministère du Tourisme

« Nous sommes tous soumis à un contrat-programme.  Il y a des objectifs à atteindre dans le cadre de la mise en œuvre du programme IEM prôné par le Président de la République, Andry Rajoelina ».

Le nouveau ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, l’a évoqué lors d’une passation de service avec son prédécesseur hier à Tsimbazaza. Parmi lesquels, il a annoncé notamment l’application d’une zéro corruption au sein de son département.

Diversification de l’offre. Pour ce faire, « nous allons améliorer la bonne gouvernance tout en instaurant la transparence pour que les usagers sachent le coût de chaque service public offert. En outre, de nombreux projets seront réalisés en vue de conrétiser les promesses présidentielles. Il s’agit de la diversification de l’offre touristique tout en améliorant ce que nous avons déjà promu. On peut citer, entre autres, le tourisme de découverte et de nature. Le développement du partenriat avec le secteur privé afin d’améliorer les infrastructures d’accueil et la qualité des services ainsi que la mise en place de la sécurité au niveau des sites touristiques, ne sont pas en reste », a-t-il poursuivi.

Levier de développement. Par ailleurs, un attrait des investisseurs nationaux et étrangers dans le secteur s’avère prioritaire. Le but est d’installer des hôtels Club ou des hôtels de luxe, sans oublier le développement des activités sportives comme le kitesurf et le golf pour attirer les touristes à venir à Madagascar. En effet, « le developpement du tourisme constitue un levier de développement de l’économie nationale, pour ne citer que la création des emplois et les retombées économiques directes pour la population locale », a conclu le ministre de tutelle.

Source : Jöel Randriamandranto : Zéro corruption dans le ministère du Tourisme

Madagascar : Nosy-Be Jazz Festival, 11 pays représentés

11 pays seront représentés à l’édition 2019 du Nosy-Be Jazz Festival qui aura lieu du 18 au 22 avril, sur l’idyllique île au parfum, dans le Nord Ouest de Madagascar. L’événement prend de l’ampleur et devient une référence dans l’océan indien.

Au programme de cette édition, une série de concerts dont le premier se déroulera au Côté Jardin, suivi d’une soirée au Nosy-Be Hôtel le samedi 20 avril. le dimanche 21 avril, place à un apéro jazz en fin de matinée, qui aura lieu au Jazzy Beach à Ambaro. Puis, les festivaliers se retrouveront au Grand Bleu Andliana, autour d’un barbecue-jazz, dans la soirée. Le week-end musical prendra fin en apothéose le lundi 22 avril à l’hôtel Home The Residence.

Cette année, des artistes de renom venant de la France, La Réunion, la Belgique, l’île Maurice, le Brésil, l’Allemagne, l’Italie, les Etats-Unis, Cuba et l’Espagne, rejoindront les artistes malgaches sur la scène durant le Festival. Outre les concerts, des masterclass dans des lieux publics et emblématiques ou encore des excursions autour de Nosy-Be, complèteront le programme cette année.

Nosy-Be Jazz Festival a pour objectif de développer l’attractivité de l’île de Nosy Be à travers le tourisme culturel et ce en complément de ses atouts légendaires, ses faunes et flores tropicales et paysages de rêve.

Source :  Madagascar : Nosy-Be Jazz Fesrival, 11 pays représentés

Madagascar : NOVOTEL : un hôtel 5 étoiles en construction à Alarobia

Novotel, le prochain hôtel 5 étoiles, sis à Alarobia ouvrira ses portes dans le courant de cette année. L’enseigne disposera de 150 chambres, dont une vingtaine de suites présidentielles.

L’ouverture des établissements hôteliers de luxe s’enchaîne. Après Tamboho Suites, à Ambatonakanga, c’est à Alarobia que le prochain hôtel 5 Etoiles d’Antananarivo ouvrira prochainement ses portes. Il s’agit du futur Novotel qui, avec Ibis Hôtel Madagascar, fait partie de la chaîne hôtelière AccorHotels. Selon la société immobilière chargée du chantier, les travaux avancent à grands pas, et, sauf modification, Novotel ouvrira ses portes cette année. L’établissement comporte 150 chambres, dont une vingtaine de suites présidentielles. Bien que les prestations à offrir à ses clients ne sont pas encore révélées, celles-ci ne s’éloigneront pas des offres de Novotel ailleurs. Il s’agit, entre autres, de l’hébergement de toute catégorie, d’une restauration gourmande et équilibrée à travers son Gourmet-bar, du bien-être unique avec sa gamme de service de relaxation, dont les espaces fitness et bien-être, les piscines, les terrasses et jardin.

Il est à souligner que Novotel Alarobia fait partie des nouveaux établissements mis en place par le groupe AccorHotels en Afrique. Antananarivo ne sera pas, ainsi sa seule ville d’implantation. Dans le monde, le groupe est présent dans 59 pays et compte 506 hôtels et 32 Suites. Les dirigeants de l’établissement entendent entamer le recrutement du staff et les formations du personnel de
l’établissement hôtelier avant son ouverture. Une formation nécessaire afin d’inculquer l’esprit et standard de services du groupe à ses futurs employés.

L’ouverture de Novotel à Alarobia tombe à point nommé pour le Tourisme haut de gamme avec l’augmentation des touristes Allemands, Français et Chinois prévus cette année.

Source : Madagascar : NOVOTEL : un hôtel 5 étoiles en construction à Alarobia

MyCapricorne : le programme de fidélité commun pour Air Austral et Madagascar

Les deux compagnies Air Austral et Air Madagascar ont procédé au rapprochement de leurs programmes de fidélité pour un réseau plus attractif pour le client.

Une étape fondamentale de leur partenariat stratégique

Les programmes de fidélité “Namako” d’Air Madagascar et “Capricorne” d’Air Austral ont été fusionnés pour n’en former qu’un. Dans le cadre d’une nouvelle étape de leur partenariat stratégique, les deux compagnies ont réinventé “My Capricorne” . Ce rapprochement marque la volonté des deux parties de renforcer leur partenariat à longue durée et respectant la stratégie gagnant-gagnant. “Les compagnies Air Austral et Air Madagascar franchissent aujourd’hui une étape fondamentale du partenariat stratégique qui les lie depuis le 30 novembre 2017”, a indiqué la compagnie réunionnaise dans un communiqué sur le récit du Journal de Mayotte.

Des avantages pour les passagers

Ce rapprochement profite surtout aux clients des deux compagnies. En effet, les passagers d’Air Austral et d’Air Madagascar pourront désormais bénéficier d’un réseau de destinations élargi ainsi que d’un barème de points plus avantageux. Dans la foulée, la gestion et la consultation du solde des points en ligne constituent un nouvel avantage de ce programme de fidélité pour les deux compagnies partenaires et leurs filiales Tsaradia et Ewa Air. Les usagers n’ont aucune démarche à faire. En effet, leur espace en ligne fera l’objet d’une modification automatique tenant compte de la fusion des programmes. Par ailleurs, chaque client recevra un mail qui détaillera le nouveau système de points.

Une première grande réalisation des compagnies partenaires

A la suite de ce programme de fidélité commun, le DFG d’Air Austral Marie Joseph Malé évoque une démarche qui “donne tout son sens à la philosophie du partenariat stratégique établi entre nos deux compagnies”. De son côté, Roland Besoa Razafimaharo, DG d’Air Madagascar a indiqué que “le lancement de MyCapricorne signe la première grande réalisation des compagnies partenaires pour cette année 2019”, rapporte le journal Midi Madagasikara. “Ce nouveau programme de fidélisation s’inscrit dans la stratégie d’Air Madagascar et d’Air Austral, construite autour d’une vision commune au service de nos clients”, a-t-il ajouté.

Source : MyCapricorne : le programme de fidélité commun pour Air Austral et Madagascar

Madagascar : une conférence internationale sur le tourisme en avril

L’île de Nosy Be accueillera une conférence internationale sur le tourisme au mois d’avril prochain. La Réunion participera à cette conférence, invitée par le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina.

Le tourisme est l’un des secteurs prioritaires du programme de développement déployé par le Président Andry Rajoelina. A l’occasion d’un entretien avec le Président de la Région Réunion, Didier Robert, à Iavoloha le 21 janvier dernier, il a évoqué le sujet du développement du tourisme « nature durable » dans l’Océan-Indien.

A l’issue de l’entretien, Didier Robert a indiqué qu’il partage la même vision que le Président malgache « celle du développement d’un tourisme durable dans ces régions aux atouts exceptionnels sur le plan de la biodiversité, un tourisme qui permette la création d’emplois. »

Andry Rajoelina souhaite, par ailleurs « convaincre de nouveaux investisseurs pour augmenter l’offre et l’attractivité et marquer un nouvel élan dans la politique touristique ». C’est dans cet esprit qu’une conférence internationale sur le tourisme est prévue en avril prochain à Nosy Be. Une conférence à laquelle La Réunion est invitée à participer activement.

Dans la même dynamique, une équipe de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se prépare à se rendre en France pour un roadshow du 28 au 31 janvier prochain. Objectif, promouvoir le potentiel et la diversité de la destination Madagascar. Les équipes de l’ONTM se rendront à Marseille, à Lyon et à Nantes.

La France reste le plus grand fournisseur de touristes pour la destination Madagascar, selon les derniers chiffres disponibles du ministère malgache du Tourisme. 60 144 visiteurs non-résidents de nationalité française ont débarqué à l’aéroport international d’Ivato en 2017. Suivent Maurice (3 752), la Chine (3 083),  les Comores (2 757) et les anglais (2 700).

Au mois d’octobre 2018, Madagascar recensait 21 303 arrivées de visiteurs non-résidents aux frontières. Soit une recette au titre du secteur tourisme d’une valeur de 442 millions d’euros. Pour toute l’année 2017, les recettes au titre du secteur tourisme s’élevaient à 592,8 millions d’euros.

Dans la même dynamique, une équipe de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se prépare à se rendre en France pour un roadshow du 28 au 31 janvier prochain.

Source : Nosy Be : Une conférence internationale sur le tourisme en avril

Madagascar : les régions se mobilisent pour l’accueil des touristes chinois.

Suite au voyage de la délégation malgache conduite par Monsieur Jean Brunelle RAZAFINTSIANDRAOFA – Ministre du Tourisme à la 1ère édition de l’Exposition Internationale d’Importation de la Chine (CIIE) qui s’est tenue à Shanghai du 05 au 10 novembre 2018 dernier afin de promouvoir la destination Madagascar, les régions se mobilisent.

Rappelons que le Gouvernement Chinois s’est engagé à doubler le nombre de touristes Chinois arrivant à Madagascar pour cette année 2019. De ce fait, Sainte Marie et Nosy Be se preparent à accueillir ces touristes car ils font partie de leurs destinations.

Sainte Marie se mobilise

La Délégation du Tourisme de Nosy Boraha a organisé une réunion d’information le vendredi 11 janvier 2019 à l’hôtel VANIVOLA – Sainte Marie. Plusieurs autorités et opérateurs locaux ont participé à cette réunion tels que le Préfet de Police, le Député de Madagascar élu à Sainte Marie, le Maire de la Commune Urbaine, les Chefs de services publics et militaires, les opérateurs touristiques et économiques, les prestataires de services, les guides touristiques et les associations œuvrant dans le domaine du tourisme à Sainte Marie.

Divers points ont été expliqués par Madame KOTOSON Louise Miranda, Déléguée du Tourisme de Nosy Boraha comme : l’évolution des arrivées des touristes chinois à Madagascar et à Sainte Marie depuis 3 ans; les perspectives du Ministère du Tourisme et la raison pour laquelle il faut promouvoir Madagascar en Chine; les attentes des touristes chinois; les outils de préparation pour les accueillir : « Sommes-nous prêts à accueillir les touristes chinois à Sainte Marie ? Est-ce que notre offre arrive à satisfaire leur demande ? Quelles sont aussi nos attentes envers les touristes qui vont venir ? »

A la fin de sa présentation, Madame la Déléguée du Tourisme a sensibilisé les opérateurs à améliorer la qualité de service pour l’image de la destination, à diversifier les services à offrir pour avoir plus de recettes et  à préserver l’environnement, et  suivi des question-réponses avec des suggestions.

Sensibilisation des opérateurs touristiques à Nosy-Be

La Délégation du Tourisme de Nosy-Be représentée par Madame RAMBELOSON Iavy Tatiana a également tenu un atelier d’information et de sensibilisation ainsi que d’organisation des arrivées des touristes chinois le vendredi 11 janvier 2019 à la salle de conférence de l’Assurance ARO à Nosy-Be. Des autorités locales, des opérateurs touristiques et des guides touristiques y ont assisté.

L’atelier a débuté par une série de discours basé sur le besoin de formations en langues étrangères, la sensibilisation des opérateurs touristiques à améliorer les infrastructures d’accueil et à augmenter les capacités d’hébergement hôtelier. C’est un honneur pour eux de pouvoir accueillir ces touristes chinois  et ils sont prêts à faire les nécessaires.

Madame le Directeur Régional du Tourisme DIANA, Léa RAVO DOLCE a présenté les objectifs et défi du Ministère du Tourisme ainsi que le but de l’atelier en question. Les opérateurs ont profité de l’occasion pour partager leurs expériences et de faire des propositions sur la manière d’accueillir ces touristes en vue de répondre aux exigences de ces derniers.

Source : Les régions se mobilisent pour l’accueil des touristes chinois.

Entretien entre le Président de la Région Réunion, Didier Robert et le nouveau Président de la République de Madagascar, son excellence, Andry Rajoelina

En déplacement officiel à Madagascar à l’occasion de l’investiture du nouveau Président de la République qui s’est tenue le 19 janvier en présence de plusieurs chefs d’États Africains et de représentants de la France, le Président de la Région Réunion, Didier ROBERT s’est entretenu lundi 21 janvier avec le nouveau Président de la République de Madagascar, son Excellence Andry Rajoelina au Palais d’Etat de Iavoloha à Tananarive.

Ce premier rendez-vous, au lendemain de l’élection démocratique qualifiée d’historique par les observateurs internationaux s’inscrit, pour le Président Didier Robert, avant tout dans la volonté de conforter les liens d’amitiés entre l’île de La Réunion et la « Grande île », mais aussi, dans une dynamique de partenariat à renforcer dans les domaines : de l’économie (tourisme-énergie-agriculture…), de l’éducation, de la formation et de l’environnement en particulier. La Réunion et Madagascar ont construit depuis 2010 une coopération davantage tournée vers l’économie, l’export, le tourisme. Avec la signature de la convention cadre du programme européen Interrreg V OI doté de 63 millions d’euros, les deux îles concrétisent de nombreux projets profitables aux populations dans les domaines de l’économie (31 % des projets soutenus par le FEDER et la Région) et de la formation (25 % des projets soutenus par le FEDER et la Région). Le rapprochement et la dimension forte que souhaite aujourd’hui donner le nouveau Président malagache aux actions de coopération marque une nouvelle étape prometteuse dans les relations bilatérales.

Le Président Andry Rajoelina a précisé : « Notre vision est similaire pour le développement de la zone Océan Indien. Il faut exploiter notre proximité pour mieux coopérer dans des domaines comme l’agriculture, l’énergie, l’industrialisation. Le savoir-faire, l’ingénierie de La Réunion qui est en avance sur différents secteurs tel que la filière avicole ou encore les énergies doivent nous permettre de nous rapprocher et de nous développer pour rattraper le retard »

Parmi les sujets prioritaires abordés lors de cet entretien : le tourisme durable, la connectivité aérienne, la formation dans les secteurs de l’agriculture, l’expertise réunionnaise dans les énergies renouvelables, et la gestion des déchets. Les nouveaux projets portés par le Président Andry Rajoelina ont été exposés. Parmi eux les transports, les routes mais aussi le développement d’une filière de production de poulet avec l’appui et le savoir-faire des industries réunionnaises.

Pour le développement du tourisme « nature durable » dans l’Océan-Indien : les efforts collectifs engagés grâce au programme des îles Vanille et les retombées économiques des croisières qui profitent aux destinations de l’Océan Indien avec notamment la perspective de nouvelles compagnies doivent se poursuivre et s’intensifier. Le nouveau Président ambitionne, dans cette dynamique, de convaincre de nouveaux investisseurs pour augmenter l’offre et l’attractivité (hôtels et restauration) et marquer un nouvel élan dans la politique touristique. La vision partagée par le Président de Madagascar et le Président de la Région est celle du développement d’un tourisme durable dans ces régions aux atouts exceptionnels sur le plan de la biodiversité, un tourisme qui permette la création d’emplois.

Le Président de la République de Madagascar a officiellement invité La Réunion à participer à la prochaine conférence internationale sur le tourisme qui se tiendra à Nosy Be en avril prochain.

Sur les enjeux de préservation, de valorisation de la biodiversité et du patrimoine naturel : la création de la future Agence Régionale de la Biodiversité (ARB) dans quelques semaines devra permettre de mieux coordonner les engagements, les alertes et les besoins de toutes les îles de l’Océan Indien, bien au-delà de La Réunion. Pour Didier Robert, « la richesse exceptionnelle et l’ampleur du territoire de Madagascar en matière de biodiversité doivent lui permettre de prendre le lead sur ces questions ».

Sur la connectivité aérienne, le Président Didier Robert a souligné l’importance de la signature de l’accord de partenariat stratégique et de pacte d’actionnaire Air Austral / Air Madagascar. « Une décision fondamentale pour la coopération régionale, car ce mariage entre nos deux transporteurs régionaux a véritablement inscrit notre coopération dans une dimension d’excellence qui va permettre de relever les défis du tourisme régional et international avec la promotion de la destination « îles Vanille », l’accélération des échanges de biens et de personnes entre nos deux territoires… Ce partenariat stratégique a déjà permis la création le 2 juillet 2018 de TSARADIA (“Bon voyage”), qui est une restructuration d’Air Madagascar nationale pour les vols domestiques ».

En conclusion, le Président de la République de Madagascar et le Président de la Région Réunion souhaitent ouvrir avec dynamisme et détermination une nouvelle ère et se rapprocher, rassembler les capacités de chacun pour travailler à la réussite mutuelle.

Un partenariat solidaire et global avec l’association AKAMAOSA du Père PEDRO

Depuis plusieurs années la Région accompagne dans le cadre de son programme de coopération et de solidarité l’association du Père Pedro en particulier sur le volet de l’éducation et de la formation (construction de bâtiments scolaires et d’un centre de formation). Une collaboration qui s’est accentuée dans un cadre stratégique de lutte contre l’exode rural afin de réduire la pauvreté urbaine en fixant les populations dans leur milieu. Le village pilote d’Antolojanahary sera doté d’un lycée technique et d’un centre de formation aux métiers de la ruralité afin de sédentariser dans son milieu naturel une jeunesse formée aux techniques modernes de l’agriculture, l’élevage dans le respect de l’environnement. Des partenariats avec des organisations socio professionnelles agricoles réunionnaises contribueront à renforcer ce village pilote de la ruralité malgache.

La culture et le sport prendront une place importante afin d’intensifier les échanges de jeunes réunionnais et malgaches à travers des associations sportives, culturelles et socio-éducatives. Le complexe sportif d’Akamasoa financé par la Région, opérationnel depuis début 2017 constitue une structure d’accueil particulièrement intéressante pour nos associations.

Dans le secteur économique : en 2018 l’implantation de la société réunionnaise SOLAR PLEXUS dans l’électrification rurale a permis la création d’un concept innovant qui associe l’accès à la lumière domestique pour 250 foyers, l’accès à l’internet et la TV satellite gratuite au village. Le pompage, la filtration et la potabilisation d’eau sont expérimentés avec succès depuis avril 2018.

A travers ces projets ce sont tout le savoir-faire des entreprises et des acteurs réunionnais (formateurs, techniciens…), le génie de notre innovation recherche qui sont à l’honneur et que nous soutenons avec des fonds Région et FEDER.

Source : Entretien entre le Président de la Région Réunion, Didier Robert et le nouveau Président de la République de Madagascar, son excellence, Andry Rajoelina

Madagascar : concept « paysages durables » : Une priorité pour Conservation International

Le concept de « Paysage durable » figure parmi les priorités institutionnelles de Conservation International (CI).

Il se définit comme un espace où le capital naturel est géré en association avec des systèmes de productions durables à une échelle qui englobe de multiples niveaux de gouvernance, dans un but d’améliorer le bien-être humain. Du fait de l’importance en biodiversité, des actions de développement menées avec les populations locales et les systèmes de gouvernance instaurés, les corridors CAZ (corridor Ankeniheny-Zahamena) et COFAV (Corridor Forestier Ambositra-Vondrozo) figurent parmi les seize « paysages durables » de CI au niveau mondial. Ils font l’objet d’un suivi à travers un tableau de bord spécifique. L’approche adoptée débute par une analyse des pressions et des menaces dans le paysage, suivie de la définition de stratégies, de chaînes de résultats et d’actions adressant ces menaces ainsi que de la cartographie des interventions

Modèles commerciaux. La durabilité financière de ce paysage est adressée dans un plan financier à long terme qui repose essentiellement sur des activités économiques. Cela passe par l’identification et le développement de modèles commerciaux basés sur des chaînes de valeurs prometteuses, liée aux actions de conservation à travers la concrétisation des « accords de conservation » avec les communautés locales. Rappelons que le projet « Paysages durables dans l’Est de Madagascar » a été lancé le 15 juin 2018 à Antananarivo. Il y a eu ensuite des lancements au niveau régional, notamment à Ranomafana et à Ambalavao pour le COFAV, puis à Ambatondrazaka et à Toamasina pour le CAZ. Les autorités étatiques dans la région Atsimo-Atsinanana ont encouragé toutes les parties prenantes à travailler ensemble. Ils ont réitéré leur volonté à appuyer la préservation des ressources naturelles. Notons que ce projet est financé par le Fonds Vert pour le Climat ou Green Climate Fund. C’est caractérisé par le partenariat public -privé. L’objectif consiste à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la vulnérabilité des populations face au changement climatique.

« Interdits » et « opportunités ». En fait, Conservation International s’engage à protéger la nature qui va garantir la nourriture, l’eau douce et les moyens de subsistance à la population. L’importance de l’implication des communautés dans la gestion et la conservation des écosystèmes naturels a été mise en évidence. Force est également de reconnaître que le développement d’un pays et la réduction de la pauvreté ne peuvent se concevoir sans la préservation des services essentiels qu’apportent la biodiversité et plus généralement les écosystèmes. A titre d’illustration, c’est par la protection des forêts, que l’on pourra réduire les émissions de gaz à effet de serre et atténuer par la suite les effets du changement climatique. On pourra également préserver les sources d’eau douce, par le biais de l’aménagement des bassins versants. En outre, c’est la préservation des écosystèmes en amont qui assure la productivité des zones agricoles en aval. Ce qui va garantir la sécurité alimentaire. Par ailleurs, c’est de la bioprospection en milieu naturel qu’on attend les progrès les plus significatifs en matière de recherche pharmaceutique, une condition essentielle pour la sécurité sanitaire. Bref, On est donc passé d’une conception de la conservation fondée sur les « interdits» à une conception fondée sur les «opportunités».

Source : Concept « paysages durables » : Une priorité pour Conservation International