Seychelles félicités par la COI pour la protection et l’amélioration de la biodiversité

La Commission de l’Océan Indien ou COI a salué les efforts de l’archipel dans le cadre du programme sur la biodiversité.

Un programme financé par l’UE

Financé par l’Union européenne à hauteur de 2,9 millions de dollars, la Commission de l’océan Indien ou COI a mis en œuvre le programme sur la biodiversité aux Seychelles. Lors d’un récent atelier, les organisations seychelloises ont présenté leurs réalisations dans le domaine de la biodiversité, rapporte Seychelles News Agency.

Les objectifs

Ce programme a pour objectif de renforcer les capacités nationales et régionales en matière de gestion des ressources et des écosystèmes de la biodiversité côtière, marine et insulaire. Il assure ainsi la conservation et la promotion de l’utilisation durable de ces ressources au profit de la population.

Des résultats positifs

Selon Mihary Randrianarivelo, l’assistante de communication du COI, les résultats positifs se reflètent dans les projets financés tels la restauration des coraux, le plan de gestion des holothuries et le programme de biosécurité à Aldabra. «  De nombreuses initiatives ont été prises par Les Seychelles pour assurer la survie de sa population et son environnement », a-t-elle poursuivi.

Les espèces exotiques envahissantes contrôlées

Par ailleurs, la directrice de la section de la conservation de la biodiversité du ministère de l’Environnement, Ashley Dias a signifié que grâce à ce programme, le patrimoine mondial d’Aldabra, une île corallienne, a été protégée des espaces exotiques envahissantes. Par ailleurs, un nouveau projet pour la mise en place de biosécurité strictes sur ce site a été instauré par la SIF ou Seychelles Islands Foundation.

Source : Seychelles félicités par la COI pour la protection et l’amélioration de la biodiversité

CBD COP 14 : Appel pour un nouveau pacte pour la nature

La 14e Conférence des Nations-Unies relative à la Convention sur la biodiversité biologique se déroule en Egypte. Les défenseurs de la biodiversité comme la WWF se battent pour l’élaboration d’un nouveau pacte pour la nature et les Hommes.

« Le WWF soutient fermement l’appel en faveur d’un nouveau pacte pour la Nature et les hommes. D’ici 2020, nous avons besoin d’une feuille de route convenue qui reconnaisse le lien intrinsèque entre la santé de la nature, le bien-être des personnes et l’avenir de notre planète », lance la WWF, à l’occasion de la 14e Conférence des Nations Unies relative à la Convention pour la Diversité Biologique ou Convention of Biological Diversity (CBD- COP 14) qui se déroule jusqu’au 29 novembre, à Sharm-El-Sheikh en Egypte.

L’ONG défenseur de l’environnement et de la biodiversité est convaincue que ce nouveau pacte protégera et restaurera la nature et les Hommes pour un avenir commun durable. Elle déplore qu’à Madagascar, les données de l’application Global Forest Watch révèlent que 510 000 ha de forêts sont brûlés en 2017, soit plus de 55 fois la superficie de la ville d’Antananarivo. Alors que la Nature et sa richesse contribuent largement au développement de la Grande île. En 2016, par exemple, le Tourisme qui est basé surtout sur la nature unique de Madagascar, a contribué à soutenir 641 500 emplois et a rapporté près de 4 369 milliards d’ariary à l’économie.

Dans le monde, le Rapport Planète Vivante, publié en octobre dernier révèle que la nature continue à se dégrader, avec des conséquences dévastatrices pour les espèces sauvages et la planète. Le rapport stipule que les populations mondiales de poissons, d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens et de reptiles ont diminué de 60% en moyenne entre 1970 et 2014. La CBD COP 14 permettra l’élaboration d’un Accord mondial pour la Nature, où les Gouvernements vont se mettre d’accord sur de nouveaux objectifs pour la biodiversité des dix prochaines années.

Source : CBD COP 14 : Appel pour un nouveau pacte pour la nature

Si vous souhaitez agir, notre cabinet intervient dans l’accompagnement des hôteliers, restaurateurs (via du coaching et des formations en entreprise) et des professionnels du tourisme qui souhaitent s’engager davantage dans un tourisme responsable et sur la protection de la biodiversité, que ce soit à Madagascar mais aussi sur l’ensemble des Iles Vanille, en Asie du sud-est et en Afrique du Sud et de l’Est.

Pour renforcer notre expertise, nous collaborons avec le cabinet François Tourisme Consultant situé en France, riche de près de 20 experts nationaux et internationaux. (FTC est spécialisé sur les questions de tourisme durable et de biodiversité, notamment grâce à son label Biorismo et le salon Ecorismo).

Palaos le premier archipel du Pacifique à bannir la crème solaire

L’État de Palaos, magnifique archipel dans le Pacifique, a décidé d’interdire, à compter de 2020, l’usage de crème solaire, toxique pour les récifs coralliens.

Sur les îles de Palaos, pionnière du tourisme vert, les substances toxiques pour les récifs coralliens seront désormais interdites.

La crème solaire tue les coraux de l’archipel de Palaos

Connaissez-vous Palaos, petite archipel d’îles idylliques du Pacifique, à mi-chemin entre Japon et Australie ? Maintenant, vous aurez peut-être encore plus envie d’y aller :  cet État a décidé de jouer la carte du tourisme vert pour sauvegarder son écosystème. Et vient de prendre, pour la première fois au monde, une initiative étonnante : bannir la crème solaire sur ses îles à compter de 2020.

archipel Palaos

Des paysages idylliques sortis tout droit d’une carte postale © howamo

Pourquoi une telle interdiction ? Parce que, sur cette île réputée aux yeux des plongeurs, c’est un des premiers polluants qui soient pour les récifs coralliens. Selon un porte-parole de la présidence de l’île, il existe des preuves scientifiques que les composants chimiques de ces crèmes sont toxiques pour les coraux, même à petite dose.

Confiscation et 1.000 euros d’amende

À raison de quatre bateaux chargés de touristes par heure débarquant sur l’île, « cela représente chaque jour des litres de crème solaire déversés dans l’océan, au coeur des plus beaux sites de plongée et de snorkelling de Palaos, explique-t-il. Nous cherchons juste ce que nous pouvons faire pour éviter que cette pollution n’atteigne l’environnement ». Toute personne amenant de la crème solaire sur l’île se verra donc infliger une facture de 1.000 dollars. Et tout tube de crème solaire sera irrémédiablement confisqué.

Archipel Palau

Palaos a toujours fait partie des pionniers de la protection des océans. Ainsi, en 2009, l’archipel avait été le première à créer un sanctuaire pour les requins. L’état d’Hawaï a également annoncé l’interdiction de la crème solaire en mai dernier, mais à compter de 2021.

Source : Palaos le premier archipel du Pacifique à bannir la crème solaire

Lux rend l’Ile des Deux Cocos 100% renouvelable

LUX Resorts & Hotels a mis en place 130 panneaux solaires et batteries pour remplacer intégralement la production d’électricité à base de diesel sur sa propriété hors réseau : Ile des Deux Cocos, au sud-est de l’île Maurice.
S’appuyant sur les nombreuses initiatives écologiques déjà intégrées dans la vision durable de LUX, ce projet démontre la puissance du programme Tread Lightly du groupe, dont la participation des clients favorise l’amélioration à long terme des impacts environnementaux des propriétés.

La solution de conception et de stockage ultramoderne du projet d’énergie renouvelable de 20 kWp permettra une exploitation quotidienne de 11 heures et remplira l’autosuffisance de la propriété, y compris pendant la nuit. Le projet complète la contribution de compensation carbone du groupe aux projets régionaux de compensation de CO2 en partenariat avec Aera Group (anciennement ecosur afrique) qui maintient une sélection adaptée d’engagements de compensation carbone en Afrique et en Asie, afin d’assurer un suivi précis et à jour des impacts des GES entre les destinations, jusqu’aux projets de compensation correspondants les plus appropriés et les plus efficaces.

Les entrées récentes dans le portefeuille de la rémunération Tread Lightly de LUX comprennent des réductions d’émissions certifiées volontairement certifiées Carbon Standard par:

  • Produire de l’électricité verte auprès des propriétaires de moulins à vent individuels en Inde
  • Soutenir l’énergie biogaz en Afrique de l’Est

Vishnee Payen, responsable du développement durable et de la responsabilité sociale de LUX * Resorts & Hotels, a déclaré: «LUX * veille à ce que le développement durable soit au cœur de sa stratégie et de ses opérations. L’initiative Tread Lightly contribue à contribuer à des objectifs locaux et mondiaux tels que l’efficacité énergétique, la réduction des émissions de carbone, en s’alignant également sur les ODD et les objectifs de la COP21. Nous dépendons de l’environnement et il est de notre devoir de le protéger pour nous-mêmes et pour les générations futures. Cela ne peut être réalisé que grâce à des projets concrets et à une consommation responsable des ressources. LUX * poursuivra son voyage vers des solutions d’énergie renouvelable et des éco-produits dans la mesure du possible tout en contribuant à l’économie et au soutien des communautés. ”

Alexandre Dunod, directeur conseil du groupe AERA, a déclaré: «C’est une autre marque de leadership en matière de développement durable de LUX * qui devrait inspirer l’industrie en 2017 déclarée par l’ONU comme l’Année internationale du tourisme durable pour le développement. La responsabilité environnementale et la transparence augmentent de manière significative dans le secteur de l’hôtellerie en vue de la mise en œuvre de l’accord de Paris et nous sommes fiers de faire partie de ces efforts pionniers dans l’océan Indien et au-delà.

Source : Lux rend l’Ile des Deux Cocos 100% renouvelable