L’UE capte un tiers des dépenses touristiques mondiales

Un rapport de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) met en lumière la contribution du tourisme à l’économie européenne.

Selon le nouveau rapport intitulé Tendances du tourisme dans l’Union européenne, préparé par l’OMT, en coopération avec la Commission européenne, les destinations de l’Union européenne (UE) ont accueilli 538 millions (+8%) de visiteurs internationaux, soit 40% du nombre total de touristes à l’échelle mondiale.

Plus intéressant encore : les pays de l’UE captent 342 milliards d’euros de recettes touristiques internationales (soit 31% du total mondial), permettant à la balance commerciale touristique de l’UE d’enregistrer un excédent de 27 milliards d’euros, les pays membres dépensant 315 milliards d’euros au titre du tourisme international.

Un moteur pour la reprise économique

Le secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, souligne que « la croissance soutenue du tourisme a favorisé la reprise économique dans de nombreux pays en Europe et dans le reste du monde, en contribuant à la création d’emplois, à la croissance économique et à l’assainissement de la balance des paiements ».

Le rapport chiffre l’activité des services de transport de voyageurs internationaux à 67 milliards d’euros supplémentaires, ce qui porte à 409 milliards d’euros le total des recettes d’exportation provenant du tourisme international. Ce montant, qui représente 6% des exportations de biens et services de l’UE, place le tourisme au quatrième rang des exportations, après les produits chimiques, les automobiles et les denrées alimentaires.

Source : L’UE capte un tiers des dépenses touristiques mondiales

Formation TOURISME DURABLE

En 2018, ne manquez pas la première formation longue durée sur le Tourisme Durable de Madagascar Hôtel Consultant.

En effet, 2017 fût proclamée année du tourisme durable par les Nations Unies, et c’est naturellement que 2018 sera fortement marquée par cette orientation touristique à Madagascar puisqu’elle  sera le thème de l’International Tourism Fair :

“La nouvelle édition de l’International Tourism fair Madagascar (ITM), qui se tiendra au village Voara Andohatapenaka du 31 mai au 3 juin, sera axée sur l’écotourisme. Les organisateurs mettront, cette fois-ci, un accent sur l’importance du secteur du tourisme durable dans la région océan Indien, d’autant que l’évènement s’inscrit dans le calendrier des Iles Vanille.

Le lancement officiel de la septième édition de l’ITM s’est tenu au village Voara Andohatapenaka. Pour ce coup-ci, les organisateurs restent fidèles à leur objectif principal, celui de promouvoir la destination Madagascar sur le marché mondial du tourisme. Par ailleurs, le salon mettra en avant l’écotourisme, qui se trouve être un investissement durable et rentable pour Madagascar, vu l’important potentiel que présente le pays.

Dans ce cadre, plusieurs innovations s’inscrivent au programme de l’édition 2018, entre autres, l’organisation d’un atelier d’échanges entre les opérateurs issus des Iles Vanille et une cinquantaine de tour-opérateurs internationaux, tous spécialistes en écotourisme. A cela s’ajoute la mise en place d’un pavillon dédié aux opérateurs des Iles Vanille spécialistes en écotourisme. Ce programme est organisé avec l’appui de l’UCCIOI (Union des chambres de commerce des Iles de l’océan Indien). En outre, une journée de workshop entre les opérateurs exposants et les tour-opérateurs internationaux invités, complétera la liste des activités dédiées aux professionnels du secteur touristique.” (Ministère du Tourisme)

LE PROGRAMME DE FORMATION TOURISME DURABLE

  • Durée : 3 mois à raison de plusieurs heures de cours par semaine
  • Lieu : 12 rue Rainitovo, Antsahavola, Antananarivo
  • Tarif : 170 000 Ar / mois
  • Maximum 15 personnes
  • Demande de renseignements et inscription à : [email protected]

PARTIE 1­­ : PATRIMOINE ET  TOURISME DURABLE

  • Chapitre 1 : Patrimoine et  tourisme
  • Chapitre 2 : Notion du tourisme durable
  • Chapitre 3 : Tourisme durable, moteur de développement
  • Chapitre 4 : Valorisation touristique des patrimoines

PARTIE 2 : HOTELLERIE, TOURS OPERATEURS ET TOURISME DURABLE

  • Chapitre 1 : Les tendances dans le monde du tourisme durable
  • Chapitre 2 : Besoins et attentes des touristes 
  • Chapitre 3 : Les éco- gestes en hôtellerie
  • Chapitre 4 : Les labels et certifications durable 
  • Chapitre 5 : Contribution et rôle des tours opérateurs pour un tourisme plus responsable 
  • Chapitre 6 : Destination du tourisme durable à Madagascar 
  • Chapitre 7 : Nouvelle destination touristique 
  • Chapitre 8 : Sauvegarde de la géographie touristique 

PARTIE 3 : ECOTOURISME

1 : TOURISME ET MILIEU NATUREL

  • Chapitre 1 : Recréotourisme
  • Chapitre 2 : Ecotourisme
  • Chapitre 3 : Nature et santé
  • Chapitre 4 : Passions et découvertes

2 : L’ENVIRONNEMENT NATUREL

  • Chapitre 5 : Notion de biodiversité
  • Chapitre 6 : Le monde végétal
  • Chapitre 7 : Le monde animal
  • Chapitre 8 : Le monde minéral
  • Chapitre 9 : Ciel et constellations

Ethopian Airlines lance son service fret à Madagascar

Présente à Madagascar depuis le mois de mars 2017, la compagnie aérienne Ethiopian Airlines vient de lancer un service fret dans la Grande île, à travers son représentant exclusif Friends Travel and Aviation.

Avec le lancement de ce fret depuis août 2017, la compagnie éthiopienne confirme son intérêt grandissant pour Madagascar. Ethiopian cargo répond aux besoins des exportateurs basés à Madagascar par le transport des produits tels que la vanille, le girofle, les huiles essentielles et les produits de textile. Avec ce service fret, les exportateurs bénéficient donc d’une connexion plus courte, direct et instantanée à partir de son Hub à Addis-Abeba.

Pour rappel, Ethiopian Airlines relie Addis-Abeba à Antananarivo depuis le 28 mars dernier. La desserte est assurée en Boeing 737-800 NG aménagé bi-classe pour 154 passagers, dont 16 en Affaires et 138 en Économie. Les départs sont programmés mardi, jeudi et samedi à 9h40 pour arriver à 14h30. Dans l’autre sens, les départs de Madagascar s’effectueront les mêmes jours à 15h20 pour une arrivée en Éthiopie à 20h10. La durée du vol est de 4h50 dans les deux sens. Cette fréquence passera d’ici quelques semaines à 4 vols hebdomadaires.

Ethiopian Airlines est sans concurrence directe sur cette nouvelle route. A Addis-Abeba, les passagers venant de la Grande île peuvent prendre leur correspondance sur plusieurs destinations, dont Paris, Washington, Londres, Francfort, Rome, Beyrouth, Jeddah, Le Caire, Dubaï, Delhi, Mumbai, Hong Kong, Shanghai et Beijing.

Source : Ethopian Airlines lance son service fret à Madagascar

Comment les groupes hôteliers apprivoisent les éco-gestes

AccorHotels, Starwood, Six Senses, Shangri-La, Nomad… tous sont impliqués en faveur du développement durable. Un parti pris qui nécessite de la pédagogie, tant auprès des équipes que des clients.

© DR Cultures à la verticale sur le toit du Mercure Paris Boulogne.
© Sophie Lloyd Réduire l’empreinte écologique est une priorité dans chaque Nomad Hotel.

“C’est dans l’ADN du groupe d’avoir une démarche en faveur du développement durable.” Une démarche à laquelle Jérôme Schehr, directeur financier Europe et Canada chez Shangri-La Hotels and Resorts est sensible. Si bien qu’il a accepté dès l’ouverture du Shangri-La parisien d’en superviser le volet environnement. Pour lui, faire adopter des éco-gestes aux salariés d’un établissement, de luxe ou pas, cela relève du “basique” et “des standards de l’hôtellerie”.

Ainsi le palace de l’avenue d’Iéna (XVIe) fait-il valoriser, chaque année, quelque 140 tonnes de déchets par une centrale francilienne de production d’énergie. Côté fournisseurs, les filières les plus courtes sont privilégiées et “l’ensemble des espèces protégées, tout comme les ailerons de requin ont été supprimés des cartes des Shangri-La du monde entier”, souligne Jérôme Schehr.

À cela s’ajoute des produits biologiques utilisés au spa ou encore l’incitation des salariés à être vigilants aux robinets qui coulent ou à éteindre les lumières dans les pièces vides : “Ces habitudes sont entrées dans les moeurs des nouvelles générations”, observe le directeur financier. En effet, selon une étude menée par Nielsen et la chaire grande consommation de l’Essec Business School, 70% des Millennials adaptent quotidiennement leurs gestes aux enjeux du développement durable.

“Le client fait des économies, mais nous aussi”

“Dans nos hôtels, le client ne paie que ce dont il a besoin”, explique Maïwenn Priser, responsable marketing de la marque Nomad Hotels au sein du groupe Oceania Hotels. Autrement dit : s’il se passe de climatisation, de femme de ménage, de serviettes changées et respecte un certain volume d’eau consommé, le prix de sa chambre peut chuter de 40 %.

Un positionnement gagnant-gagnant : “Le client fait des économies, mais nous aussi.” “Notre objectif est de réduire l’empreinte écologique de chacun de nos hôtels, depuis sa construction – avec panneaux solaires, matériaux recyclés et recyclables… – jusqu’à son exploitation”, poursuit Maïwenn Priser. Le tout dynamisé par une démarche participative de la part des équipes, formées et donc prêtes à informer, et de la clientèle qui joue le jeu du bonus-malus. Résultat : après les Nomad Hotels de Roissy (Val-d’Oise) et du Havre (Seine-Maritime), cinq à dix nouveaux établissements devraient ouvrir leurs portes en France d’ici à 2020.

“Un salarié qui se sent bien va faire vivre une bonne expérience aux clients”

En 1995, on se souciait moins de l’impact de l’industrie hôtelière sur l’environnement. Le groupe Six Senses, créé cette même année, a pourtant misé d’emblée sur les vertus de la nature, du bio, puis du développement durable. À l’époque, ce positionnement en faisait sourire certains. Aujourd’hui, Six Senses fait figure de pionnier de l’hôtellerie de luxe responsable et d’autres groupes utilisent, à leur tour, des produits organiques dans leur spa ou privilégient les circuits courts pour leur restaurant.

C’est le cas de Starwood, impliqué notamment dans une politique de restauration durable. Son slogan : ‘Mangez local, pensez global.’ Une façon d’encourager les pratiques de commerce équitable, produits locaux, bio et durables, réduire la consommation d’espèces menacées et n’utiliser que des oeufs de poules non élevées en batterie. “Le développement durable fait désormais partie des enjeux de l’hôtellerie”, souligne Philippe François, président d’Ecorismo.

Un défi derrière lequel on trouve aussi bien la réduction des consommations d’énergies qu’une politique forte en terme de responsabilité sociétale. “Un salarié qui se sent bien dans son entreprise va faire vivre une bonne expérience aux clients”, affirme Jérôme Schehr. C’est pour cela que le Shangri-La parisien veille au bien-être de ses équipes. “Des lève-lits ont été installés pour faciliter le travail des femmes de chambre”, cite en exemple le directeur financier.

Mais le palace, qui oeuvre pour obtenir la certification ISO 14001, est également mobilisé aux côtés de l’ONG Play International, qui vient en aide aux personnes vulnérables par le biais du sport. Ainsi les salariés du Shangri-La participent-ils aux 10 km Nike, à la Course Vertigo ou aux 20 km de Paris. Courir pour une bonne cause permet de fédérer un esprit d’équipe autour de valeurs qui font écho à celles du palace parisien : respect, humilité, entraide, courtoisie… “Le mot clé du développement durable, conclut Jérôme Schehr : c’est la cohérence.”

Source : Anne Eveillard – Comment les groupes hôteliers apprivoisent les éco-gestes

Formation du 26/10/2017 : ENCHANTER LES CLIENTS AU RESTAURANT

Et fidélisez-les, pour augmenter votre notoriété et vos revenus!

La clientèle des restaurants est toujours plus exigeante et volatile. Elle apprécie la gentillesse, l’écoute et la disponibilité du personnel ; ces qualités contribuent largement à sa satisfaction et à son enchantement. Prendre le temps pour faire plaisir à sa clientèle, c’est aussi s’assurer de se différencier des autres restaurants.

A l’heure où la concurrence est rude, si vous voulez aller au-delà de la satisfaction du client pour le fidéliser et augmenter votre chiffre d’affaires ainsi que votre notoriété, cette formation est faite pour vous !

Cette formation vous apprendra à comprendre le mécanisme de l’enchantement du client, à faire vivre au client une expérience rare et une émotion, à créer et entretenir une relation de confiance avec lui  afin de bâtir une fidélisation.

Contenu : 

  • Enjeux de l’expérience client
  • Connaître le client et ses besoins pour dépasser ses attentes
  • Travail de communication, écoute, et maîtrise de la gestuelle
  • Traitement des réclamations et des conflits

Pour en savoir plus, cliquez ICI.