Aéroport d’Ivato : Premier accostage sur passerelle au nouveau terminal international

Un premier test réussi d’utilisation d’une passerelle sur un aéroport malgache.

Une grande première dans l’histoire de l’aviation civile à Madagascar. Le premier accostage de passerelle sur le sol malgache a finalement eu lieu.

C’était en effet le 6 mars dernier que le vol A330-900NEO d’Air Mauritius a effectué un test sur l’utilisation de la passerelle du nouveau terminal international d’Ivato. Un test dénommé « Early Operation » réalisé par l’équipe ORAT de Ravinala Airports, en charge du transfert du terminal international existant de l’aéroport d’Ivato-Antananarivo vers le nouveau terminal international, et consistant à accoster une passerelle avec un vrai avion.

Professionnalisme 

Cet avion qui avait transporté le Pape François lors de son déplacement à Madagascar, a en tout cas réussi ce premier test d’accostage grâce au professionnalisme des pilotes et de l’équipe d’Air Mauritius à travers l’information des passagers à bord sur leur participation au test et la mise en place de la logistique autour de l’atterrissage et du décollage. Et ce, même si le traitement des passagers a par la suite été effectué au terminal existant, pour la bonne et simple raison que le nouveau n’a pas encore été inauguré officiellement. Du coup, Madagascar Ground Handling (MGH) a pris part à l’exercice en transférant après le test, les passagers vers le terminal international existant avec des bus et en y mettant en œuvre le traitement des bagages. Les coûts de ce test ont, quant à eux, été supportés pour une grande partie par Ravinala Airports.

Eléments nouveaux

Notons que les passerelles font partie des éléments nouveaux qui attendent les passagers à l’arrivée à Ivato. Ce premier test a permis aux conducteurs de passerelles de Ravinala Airports formés et certifiés de pratiquer leur savoir-faire acquis lors de leur formation en Côte d’Ivoire. On rappelle en effet qu’au mois de janvier 2020, cinq collaborateurs malgaches – dont une femme – ont été en formation à Abidjan, dans le cadre du partenariat avec CAMAS, organisme de formation spécialisé sur les activités aéronautiques et les métiers de l’aviation. Ils sont maintenant certifiés “Conducteurs de passerelles”, l’un des nouveaux postes spécifiques au nouveau terminal international de l’aéroport d’Antananarivo, et l’un des nouveaux métiers apportés à Madagascar par Ravinala Airports. Au cours de cette formation, ils ont pu s’exercer à la conduite de passerelles télescopiques permettant aux passagers d’accéder directement aux avions, sans avoir à traverser le tarmac. Le nouveau terminal international de l’aéroport d’Ivato-Antananarivo s’étend sur une surface de 17. 500m² et dispose de trois passerelles télescopiques. Elles peuvent s’allonger de 18 à 41 m, suivant le positionnement des avions sur le tarmac. .

Réussite

« Ce premier test d’accostage passerelle avec un vrai avion sur le sol malgache est une réussite grâce à l’effort combiné de l’équipe ORAT et de toutes les équipes au sein de Ravinala Airports. Au nom de Ravinala Airports, je tiens à remercier nos conducteurs de passerelles pour ce test réussi mais aussi et surtout Air Mauritius, MGH et toutes les entités aéroportuaires qui ont répondu favorablement à notre demande pour ce premier early operation. Ceci n’est que le premier test, et nous serons honorés d’accueillir les autres compagnies aériennes que nous avons précédemment approchées, pour les futurs tests et bien évidemment, selon leur disponibilité ». a déclaré Vincent Perrot, Directeur ORAT de Ravinala Airports. « Air Mauritius est honoré d’apporter sa contribution dans ce test. Nous sommes convaincus que la mise en service de ce nouveau terminal international est une affaire de tous. Chaque effort, chaque action ou collaboration est bénéfique, non seulement pour l’image de l’aéroport mais aussi pour Madagascar, un pays où nous opérons depuis des années» a pour sa part annoncé Lilia Mika Country Manager d’Air Mauritius. Toutes les compagnies aériennes ont été approchées par l’équipe ORAT de Ravinala Airports pour ce premier test. Toutefois, Air Mauritius était la seule prête pour cette semaine, d’où l’ouverture de cette première phase d’early opération avec son équipe. D’autres tests avec d’autres compagnies aériennes seront effectués ultérieurement, selon la disponibilité de leurs équipes et avions.

Source : Aéroport d’Ivato : Premier accostage sur passerelle au nouveau terminal international

Aéroport d’Ivato : Test de sécurité et de fonctionnement réussi pour le nouveau terminal international

Plus que quelques mois et le nouveau terminal international d’Ivato sera fonctionnel.  Ravinala Airports effectue les derniers travaux de finition, et réalise en même temps les  différents tests  de sécurité et de bon fonctionnement d’usage.

L’heure  est en effet au transfert progressif du terminal international existant vers le nouveau qui est actuellement  dans sa phase finale de construction.

Equipe spécialisée. Une tâche confiée à une équipe spécialisée dénommée Operational Readiness Airport Transfer (ORAT) , laquelle a réalisé vendredi dernier avec les entités aéroportuaires concernées, un test  grandeur nature avec la collaboration de  450 bénévoles issus des universités et instituts supérieurs d’Antananarivo. Et  ce, sur les différentes zones du terminal : embarquement, débarquement, parking, passerelles, tarmac… Des tests destinés à préparer toutes les entités aéroportuaires pour qu’elles soient opérationnelles dans leur nouvel environnement de travail le moment venu.  Pour cela, les  bénévoles ont joué le rôle des  passagers dans la vie quotidienne d’un aéroport.  « Nous testons  différents profils de passagers : passagers en classe économique, affaires, équipage, compagnie aérienne, enfants non-accompagnés, femmes enceintes, personnes à mobilité réduite, adultes, famille »,a expliqué Vincent Perrot, Directeur de l’ORAT , en ajoutant que « chaque entité aéroportuaire doit ainsi appliquer les formations reçues et les procédures relatives à leur travail pendant le test ».

Sérieux. Ce test a également été réalisé en présence des autorités régaliennes afin de renforcer les liens de service entre ces dernières et Ravinala Airports, et de fluidifier ainsi  la coordination technique entre entités après l’ouverture du nouveau terminal. En tout cas, les autorités présentes,  conduites par le Commandant de l’aéroport d’Ivato Jean Dieudonné Randrianirina Fidimanantsoa étaient convaincues du sérieux des tests   qui ont permis de constater le bon  fonctionnement du nouveau terminal international. L’exercice  a également permis de mettre en avant, la coordination des entités travaillant au sein du Centre de Contrôle de l’aéroport, en vue de garantir la sûreté aéroportuaire.  En somme, avec le sérieux dont font preuve les équipes de Ravinala Airports et  toutes les entités concernées par ce transfert, l’on  peut dire que le nouveau terminal commence à répondre au critère de sécurité et de bon fonctionnement digne de tout grand aéroport international qui se respecte.

Qualité des services. A noter que les tests ORAT  ont commencé depuis près d’un an.  Ils illustrent les efforts fournis par chaque entité aéroportuaire en vue de la préparation de l’ouverture du nouveau terminal international de l’aéroport d’Antananarivo, et afin d’améliorer la qualité de service aux usagers. La présence des autorités a également permis de confirmer cette volonté de contribuer ensemble au développement , et à l’amélioration de l’image de l’aéroport, mais surtout de Madagascar.

« Ces tests n’auraient pas été possibles sans la contribution active de toutes les entités aéroportuaires, et notamment, des entités régaliennes au contact direct des usagers, que nous tenons à remercier », a déclaré le Général Iavizara Rasolonjatovo Franck Julson,  Conseiller en sûreté et sécurité de Ravinala Airports.

Source : Aéroport d’Ivato : Test de sécurité et de fonctionnement réussi pour le nouveau terminal international

Aéroport International d’Ivato : le cap d’un million de passagers franchi

Une grande première. L’aéroport international d’Antananarivo, géré par Ravinala Airports a franchi et dépassé le cap de 1 million de passagers en 2019. Une performance historique dans le domaine aéronautique malgache, depuis 20 ans.

Pour Ravinala Airports, l’année 2019 était donc sa consécration. Plus d’un million de passagers venus des quatre coins du monde, sont passés par le plus grand aéroport de la Grande île. C’est ce qui ressort du bilan de l’année 2019 du gestionnaire des principaux aéroports de Madagascar. La plateforme de Nosy Be, deuxième aéroport de Madagascar, a quant à elle atteint 216 000 passagers

En faisant accroître la fréquentation des deux principaux aéroports du pays, Ravinala Airports a permis à l’aéroport international d’Antananarivo de gagner les Routes Africa Award 2019. Ce prix récompense les efforts de développement et le marketing dans la gestion aéroportuaire. Et depuis 2016, année d’obtention de la gestion de  l’aéroport international d’Ivato, cette entité a créé près de mille emplois directs et indirects, notamment grâce à la construction d’un nouveau terminal qui sera normalement inauguré au courant de l’année 2020. Au programme également cette année, le lancement des démarches pour les certifications ISO 9001 et 14001 de l’aéroport international d’Antananarivo.

Source : Aéroport International d’Ivato : le cap d’un million de passagers franchi

Adema – Madagascar : de nouveaux partenaires pour le développement de 8 aéroports

Dans l’objectif d’augmenter le nombre de touristes à Madagascar en 5 ans, l’Etat malgache via le concessionnaire ADEMA, est actuellement à la recherche de partenaires pour développer 8 aéroports.

Ouverture du ciel malgache. De nouvelles compagnies aériennes viendront enrichir le nombre de compagnies déjà opérationnelles sur le réseau domestique et ceci dès cette année. Ensuite, pour une meilleure connectivité, d’ici l’année 2023 il est prévu la création de 2 hubs à Antsiranana et à Toliara pour compléter celui d’Antananarivo.

Par ailleurs, le réaménagement des autres aéroports afin d’accueillir des vols internationaux, est également prévu. L’ADEMA, gestionnaire des autres aéroports malgache, outre ceux d’Antananarivo et de Nosy-Be, et le Ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, a mis sur le marché des investissements 8 aéroports. Il s’agit de leur trouver des partenaires afin de développer l’accessibilité et la connectivité aérienne internationale.

Aux dernières nouvelles, l’appel à manifestation d’intérêt lancé au mois de juillet 2019 a porté ses fruits. 17 prétendants ont manifesté leur intérêt et 7 d’entre eux ont été présélectionnés. Les responsables seront fixés sur le ou les nom des nouveaux partenaires d’ici le mois de mars 2020.

Enfin, de nouveaux aéroport secondaires, menant directement à des sites hautement touristiques seront également opérationnels. A l’instar des aéroports de Bekopaka menant au Tsingy de Bemaraha et Ranohira donnant l’accès au parc national de l’Isalo. Ceux-ci s’ajouteront ainsi aux 44 aérodromes secondaires, déjà existants et qui assurent le réseau domestique.

Source : Adema – Madagascar : de nouveaux partenaires pour le développement de 8 aéroports

Ravinala Airports : Le personnel de Sofitrans à recruter par les sociétés sous-concessionnaires

L’état d’avancement des travaux d’extension de l’aéroport d’Ivato est maintenant à 95%. Il reste encore l’information de tous les collaborateurs et toutes les parties prenantes tels que la douane, la Police et les compagnies aériennes. En outre, les travaux pour l’installation des sous-concessionnaires comme le salon business, le bureau de change, les banques, la restauration et le Duty Free, seront bientôt achevés. Patrick Collard, le Directeur général de Ravinala Airports, l’a évoqué lors d’une conférence de presse hier à Ivato. A cette occasion, il a parlé de l’affaire de Sofitrans. « Cela fait quatre fois qu’on lui a donné une chance pour pouvoir exploiter le Duty Free, à travers des appels d’offre, mais la société n’a pas pu répondre aux critères exigés selon les normes internationales. En effet, elle doit réinvestir en cherchant un partenaire de taille afin de développer ses activités. Et elle sait pertinemment depuis un an, que ses activités doivent bientôt cesser », a-t-il fait savoir.

Offre améliorée. Par contre, le Directeur général de Ravinala Airports a soulevé que Sofitrans a pu exploiter deux restaurants au niveau de l’aéroport de Nosy-Be. « Elle assure également le Catering ou la fourniture des repas aux passagers dans les avions comme Air Madagascar. En effet, c’est du ressort des compagnies aériennes. On lui a proposé toutes les conditions acceptables pour que cette société gagne mais son offre est moyennement améliorée face aux autres compétiteurs nationaux et internationaux », a-t-il enchaîné. Face à cette situation, le Directeur général de Ravinala Airports, a annoncé que tout le personnel de Sofitrans doit être priorisé par les sociétés sous-concessionnaires qui obtiendront le marché, pour le recrutement. « Il faut que ces collaborateurs de Sofitrans les rencontrent. Certains d’entre eux se sont déjà manifestés », a-t-il conclu.

Source : Ravinala Airports : Le personnel de Sofitrans à recruter par les sociétés sous-concessionnaires

Corruption à l’aéroport d’Ivato : Andry Rajoelina préconise des mesures sévères

Andry Rajoelina n’a pas manqué de féliciter le Brigadier Patricia qui a eu le bon réflexe de décrocher tout de suite le numéro vert.

Comme il l’a annoncé lors de son émission spéciale de dimanche soir, le président Andry Rajoelina a effectué une descente à l’aéroport d’Ivato hier. Une initiative prise à la suite des polémiques autour des rumeurs sur une éventuelle restriction des femmes non mariées pour les voyages à l’extérieur. Accompagné du ministre de la Sécurité publique, le Contrôleur Général de Police, Rafanomezantsoa Roger, le Chef de l’Etat a constaté de visu tout le circuit auquel les passagers doivent se soumettre pour le contrôle et les formalités avant embarquement. D’emblée, Andry Rajoelina a demandé à l’équipe de la Police de l’Air et des Frontières d’alléger la procédure de contrôle. « Les formalités font perdre beaucoup trop de temps aux passagers. Beaucoup d’entre eux se plaignent pour les longs moments d’enquête et/ou de fouilles dans les locaux de la PAF alors que leurs documents de voyage sont complets et normaux », constate-t-il, avant de faire savoir que de nombreuses doléances ont été reçues à propos de la qualité des services à l’aéroport d’Ivato. Il convient donc d’améliorer la situation. Andry Rajoelina a encouragé les responsables de la PAF à alléger les formalités à l’exception des voyageurs en partance pour les pays à risques. Faut-il rappeler qu’une mesure restrictive a été prise pour éviter les risques pour les femmes malgaches qui quittent la Grande Ile pour chercher du travail dans des pays considérés comme « à risques » en l’occurrence le Koweït, l’Arabie Saoudite ou la Chine.

Corporatisme. Lors de cette descente, le numéro Un d’Iavoloha a convoqué tous les responsables au niveau de la Police de l’Air et des Frontières pour leur donner des consignes strictes, tout en dénonçant la pratique de certains agents de l’aéroport international d’Ivato, qui continuent de favoriser la corruption. « Nous avons reçu de nombreuses doléances dans ce sens. Je ne veux plus entendre cela. Cessez de soutirer de l’argent aux gens. Arrêtez cette pratique. Etre responsable ne signifie pas qu’on a le droit d’intimider les gens », a-t-il lancé avec fermeté. Dans la foulée, le président Andry Rajoelina a donné un ordre formel au ministre de la Sécurité publique, Rafanomezantsoa Roger. « Il faut prendre des mesures sévères contre les responsables des corruptions ». Il a aussi touché mot du numéro vert que la Police de l’Air et des Frontières a mis en place pour les passagers en cas de réclamations ou de doléances. « Ce numéro vert ne devrait pas être dirigé par des policiers afin d’éviter le corporatisme », exige le président de la République. Avant de quitter Ivato, le président de la République a testé le numéro vert de la PAF. Il n’a pas manqué de féliciter le Brigadier Patricia, le Chef de poste qui a eu le bon réflexe de décrocher tout de suite le téléphone. Lors de cette descente, de nombreux personnes se trouvant à l’extérieur de l’aéroport se sont plaintes auprès d’Andry Rajoelina à propos de la mesure d’interdiction d’entrée dans le hall du bâtiment pour les proches des passagers. En bref, cette visite du président à l’aéroport international d’Ivato peut se résumer en un moment de rappel à l’ordre et de demande d’explications auprès des responsables.

Source : Corruption à l’aéroport d’Ivato : Andry Rajoelina préconise des mesures sévères

Ivato : une convention entre Ravinala Airports et les porteurs de l’aéroport

La société Ravinala Airports, représentée par son Directeur Général, Patrick Collard, et la Coopérative de Service de Portage et de Manutention dans les Aéroports de Madagascar « COOP-MATA », représentée par son Président,  Tiana Nivo Georges Andriamifidy ont procédé à la signature d’une convention de partenariat ce 25 juin 2019 à l’aéroport international d’Ivato en présence du Ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, (MTTM), Joël Randriamandranto.

L’objectif de cette convention est d’offrir aux passagers utilisant l’aéroport d’Ivato – Antananarivo, et notamment des deux terminaux existants (national et international), ainsi que du futur terminal international, un service de qualité de portage de bagages.

Les deux parties s’engagent ainsi à assurer un meilleur service de manutention et de transport de bagages des passagers qui veulent avoir recours aux services des porteurs à l’aéroport d’Ivato.

Bien que les 116 porteurs regroupés au sein du COOP-MATA ne soient pas des employés de Ravinala Airports, le gestionnaire de l’aéroport d’Ivato mettra à leur disposition, en guise d’aide sociale, des emplacements dédiés et du mobilier qui serviront de guichets dont 2 kiosques extérieurs pour assurer le service au niveau des zones départs, 2 comptoirs intérieurs pour assurer le service au niveau des zones arrivées bagages, des chariots pour le transport des bagages des passagers, des gilets, des badges porteurs et des jetons pour professionnaliser leur service. Pour aboutir à ce résultat, Ravinala Airports a travaillé en étroite collaboration avec le Ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, l’Aviation Civile de Madagascar (ACM), la Police de l’Air et des Frontières (PAF), la Gendarmerie des Transports Aériens (GTA) et le Service des Douanes Malagasy.

Si auparavant, les porteurs étaient rémunérés en pourboire, désormais, les passagers souhaitant faire appel à un porteur paieront 1€, 1USD ou 4 000Ar auprès des kiosques ou comptoirs et recevront en échange un jeton qu’ils devront remettre au porteur une fois le service terminé.

Dès lors, les porteurs ne pourront demander aux passagers que les tarifs affichés et convenus avec Ravinala Airports.

Ces nouvelles dispositions entrent en vigueur à la date de signature de la convention. L’inauguration des kiosques sur le parking de l’aéroport par le Ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie et le Directeur Général de Ravinala Airports a été faite après cette signature.

Source : Ivato : une convention entre Ravinala Airports et les porteurs de l’aéroport

Aéroport international Toamasina : Renforcement de la préparation aux cyclones

Le littoral Est est la zone la plus fréquemment frappée par les catastrophes naturelles, notamment les cyclones. Pour renforcer la préparation à ces catastrophes et améliorer la capacité à faire face à l’afflux soudain de secours en cas de catastrophe naturelle majeure, le Groupe Deutsche Post DHL, société leader de la messagerie express et de logistique, le bureau-pays du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) et l’OCHA (Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires) font équipe avec le BNGRC (Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes) et l’Aéroport international de Toamasina représenté par l’Aéroport de Madagascar ( ADEMA) pour la tenue du 20 au 24 mai 2019 d’un atelier de quatre jours intitulé GetAirportsReady for Disaster (GARD). « Les mesures de préparation aux catastrophes doivent améliorer la capacité des aéroports à gérer l’aide humanitaire d’urgence, même dans les scénarios de pire chaos. Ce n’est que de cette façon que les travailleurs humanitaires pourront faire correctement leur travail et que le pays pourra sauver autant de vies que possible et permettre à l’aviation d’atteindre les objectifs d’humanité et de développement durable », a affirmé Marie Dimond, représentante résidente du PNUD à Madagascar.

Implications. De son côté, Chris Weeks, directeur des Affaires Humanitaires du Groupe Deutsche Post DHL a noté que, grâce à leur expertise dans la logistique et en partenariat avec le PNUD, DHL a déjà collaboré pour l’organisation d’ateliers GARD dans près de 50 aéroports dans 25 pays, et formé plus de 1 200 personnes dans des aéroports à travers le monde. « L’atelier GARD nous permet de travailler avec les autorités pour renforcer la capacité des aéroports à répondre à l’afflux des secours après des catastrophes naturelles. Cet atelier contribue également à améliorer la coordination générale entre les diverses organisations participant aux opérations de secours en cas de catastrophe », a-t-il indiqué. Pour sa part, Yves Andrianaharison, Country Manager de DHL Madagascar a souligné que, durant les catastrophes naturelles, l’aéroport devient le centre du soutien international après une catastrophe naturelle. « Le programme GARD est coordonné conjointement avec les parties prenantes nationales – des autorités aéroportuaires aux services d’urgence tels que la force mobile spéciale, l’escadron d’hélicoptères de la police, ainsi que le responsable de la sécurité. Il est donc essentiel de préparer toutes les parties prenantes concernées, à pouvoir travailler main dans la main dans cette situation, et à élaborer un plan de secours qui répondra mieux à une urgence et à son impact humanitaire », a-t-il déclaré.

Source : Aéroport international Toamasina : Renforcement de la préparation aux cyclones

Madagascar : Ravinala Airports : Un nouvel aéroport utile pour le développement selon David Malpass

« Ce projet est essentiel pour le développement de Madagascar ». C’est ce qu’a notamment déclaré David Malpass, le Président de la Banque Mondiale, lors de la visite qu’il a effectuée au nouveau terminal de l’aéroport international d’Ivato, le 30 avril dernier.  C’était lors de la première visite officielle effectuée par le nouveau Président de la Banque Mondiale et qu’il a commencé à Madagascar. Faut-il en effet rappeler que la Banque Mondiale figure parmi les bailleurs de fonds de ce nouvel aéroport, à travers la Société Financière Internationale. Selon David Malpass,  ce projet va contribuer au développement de Madagascar à travers la relance du secteur du tourisme, la création d’emploi et la promotion de l’image de Madagascar sur le plan international.

On rappelle que  la société Ravinala Airports  a signé en 2015, un contrat de concession de 28 ans pour les deux aéroports d’Antananarivo Ivato et de Nosy- Be Fascène.  Formé par le Groupe ADP (35 % de l’actionnariat via sa filiale ADP Management), le groupe Bouygues (20 %) –  aux travers de Bouygues Bâtiment International et Colas Madagascar, filiale de Colas, à parité, et Meridiam (45 %),  Ravinala  Airports – assure depuis  décembre 2016, l’exploitation des  deux aéroports  en question. Les travaux avancent à grand pas car le nouvel aéroport sera inauguré d’ici quelques mois. Un nouvel aéroport bâti sur une surface  totale de 17.500 m², et comprenant  deux halls sur deux étages mesurant chacun 170  mètres de long, entièrement climatisés, plusieurs comptoirs de check-in, un scanner 3D capable de traiter 1500 bagages à l’heure, trois autres scans à bagages pour différentes utilités,  des escalators, des ascenseurs, des espaces pour le commerce et la restauration… Autant d’infrastructures actuellement en cours d’installation, et qui feront du nouveau terminal de l’aéroport international d’Ivato, l’une des plus grandes infrastructures modernes que compte le pays, ces dernières années.

Source : Ravinala Airports : Un nouvel aéroport utile pour le développement selon David Malpass

Aéroport de Nosy Be – Sofitrans et Ravinala Airports en partenariat

Aéroport de Nosy Be – Sofitrans et Ravinala Airports en partenariat

Des « Cosy café » ont été installés à l’aéroport de Nosy be. L’objectif indiqué est de vouloir améliorer la qualité de service au niveau des aéroports.

Rénover. Le Groupe Sofitrans (Société financière pour le développement des transports et du tourisme) principal prestataire aéroportuaire du pays travaille de près avec Ravinala Airports, le concessionnaire des aéroports d’Antananarivo et de Nosy Be. « Sofitrans et Ravinala airports avancent d’un pas ferme vers le renforcement de leur partenariat », indique d’emblée un communiqué de Ravinala Airports. « Ce partenariat se concrétise par l’ouverture des deux nouveaux “Cosy Café” de Sofitrans. Les cafés ont ouvert leurs portes le 30 novembre et sont actuellement implantés dans les salles d’embarquement nationales et internationales de l’aéroport de Nosy Be. Sofitrans en tant que spécialiste en catering et en restauration, souhaite étendre le concept à travers toute l’ile », ajoute Ravinala Airports. Les inquiétudes sur un éventuel « départ » de Sofitrans de ces deux principaux aéroports se dissipent ainsi car ce nouveau partenariat témoigne que Sofitrans reste dans le milieu. Il y a près d’un mois en effet, une menace de reprise des Duty Free shops par Ravi­nala Airports a vivement inquiété la partie malgache, entre autres la compagnie Air Mada­gascar et Sofitrans lui-même. « Des possibilités de joint venture avec des sociétés spécialistes en Duty free shop ont été calculées et le cas est en train d’être étudié », a fait savoir Eric Koller,
PCA d’Air Madagascar le 27 novembre dernier.

Qualité
Ravinala Airports confirme que pour l’heure, seul ce partenariat dans la rénovation de la restauration au niveau de l’aéroport de Nosy Be a abouti. « À la suite de discussions, de conseils mutuels et de véritables travaux de fond qui se sont étalés sur huit mois, les deux entités sont parvenues à un accord sur l’amélioration des prestations dans l’aéroport de Nosy Be », explique le concessionnaire. Sofitrans a réussi avec brio, le passage aux standards européens notamment sur le plan environnemental et en matière d’hygiène. Ces nouveaux « Cosy café »
permettront d’apporter une plus-value sur l’image de l’aéroport de Nosy be, de la gastronomie locale. Nouveau concept en effet avec du matériel de restauration moderne et des menus revus pour être plus attirants. D’après toujours les explications, les deux sociétés ont lancé des études en commun pour adapter la qualité de leurs offres aux besoins des touristes. Les produits proposés dans les « Cosy café » doivent être des produits frais et de provenance locale. En outre, les emballages sont exclusivement recyclables. L’objectif est ainsi de tirer la qualité de service « vers le haut ». « Cette mise aux normes qualité permet, par la même occasion, de créer des emplois », finit le communiqué.

Source : Aéroport de Nosy Be – Sofitrans et Ravinala Airports en partenariat