Chambre d’hôtel : comment repenser l’espace bureau

Les nouveaux modes de vie et de travail permettent aujourd’hui de choisir des éléments mobiles et modulables, pour faire du bureau un espace plus chaleureux et modulable.

“Le bureau d’une chambre d’hôtel reste un élément très important et les hôteliers s’en préoccupent depuis peu. Les modes de vie ont tellement évolué que l’on se questionne sur la pertinence de conserver l’espace bureau tel qu’on le connait. À mon sens, il ne faut pas le supprimer mais l’appréhender différemment. Avec la dématérialisation, le numérique, les clients des hôtels sont habitués à être mobiles : ils travaillent sur leur lit, sur le canapé, sur une table basse… Nous pouvons aujourd’hui nous permettre de revoir les schémas classiques du bureau”, remarque Nicolas Adnet, cofondateur du studio d’architecture intérieure et de décoration MHNA.

Dans 80 % des cas, les clients n’ont pas besoin d’un ‘vrai’ bureau. “Mieux vaut privilégier des éléments mobiles, des espaces-relais, meublés par exemple avec des tables gigognes, un fauteuil, une table volante au lieu d’un chevet… Une table à mi-hauteur et son fauteuil bridge pourront servir à la fois de bureau ou de table pour le room service. Tous ces éléments sont éclatés et multifonctions, pratiques, légers et plus décoratifs”, résume Nicolas Adnet. Il cite en exemple l’aménagement modulable d’une chambre du Sofitel Marseille Vieux Port, doté d’un chevet-gigogne, d’une méridienne et d’une table fixe. 

Faire disparaitre la notion de travail

“L’idée est de faire disparaitre le coté triste – voire punitif ! – du bureau contre le mur. Le disposer perpendiculairement au mur, face à une vue, ou choisir une nouvelle assise peut déjà changer beaucoup !”, assure Nicolas Adnet. Au Grand Hôtel de Cabourg, le studio MHNA a par exemple décoré une chambre d’une table ronde et de deux fauteuils dans un esprit ‘salle à manger’, placée face à la mer.

Dans cette chambre, les clients ne perçoivent pas la notion de travail. Cet aspect est encore plus important dans les hôtels business : personne n’a envie de dormir dans un bureau !”, souligne-t-il Des pièces design apportent également un nouveau souffle : une belle table peut servir de bureau. À l’hôtel Five à Cannes, le studio MHNA a installé un joli bureau rappelant une malle-cabine : le fauteuil se tire pour laisser la place à l’écritoire.

Opter pour un élément mural : gain de place et esthétisme

Dans les chambres de l’hôtel Okko à Nantes, le designer Patrick Norguet a choisi des secrétaires muraux aux lignes épurées, composé d’un plateau et d’un large élastique dans le fond pour retenir les documents. Complétant le secrétaire, des niches de différentes tailles et profondeur créent du relief sur le mur. Pour son hôtel près de la gare de l’Est à Paris, le groupe a choisi une version avec abattant, accompagnée de la chaise design Rocher (Hertel & Klarhoefer) éditée par Ligne Roset. Le studio MHNA a également pris cette option pour l’hôtel les Jardins de la Villa à Paris : niché sous l’écran TV, le secrétaire s’ouvre pour dévoiler un joli sous-main en cuir et des prises.

Source : Chambre d’hôtel : comment repenser l’espace bureau

Associer les couleurs à un style en hôtellerie

En règle générale, il y a toujours une couleur dominante de base. Mais pour l’harmonie, on choisit, dans une même pièce, deux couleurs principales et une troisième servant de liaison. Les couleurs sont indissociables des matières utilisées et de l’éclairage ambiant. Les tons chauds agrandissent les pièces tandis que les tons froids réduisent les volumes.

  • Choix des couleurs

Jaune : couleur primaire, chaude, éclatante en contraste avec d’autres couleurs ; mais terne en juxtaposition avec du noir, du gris ou du violet. Le jaune réchauffe une pièce sombre.

Orange : couleur secondaire, chaude, stimulante, acceptable en petites quantités ; bien souvent mise en harmonie avec le bois.

Rouge : couleur primaire supportable en petites touches pour animer un espace (coussins, tapis, livres) ou utilisée dans des pièces de passage.

Bleu : couleur primaire froide, mais calmante si nuancée de jaune ou de rouge ; elle évoque le ciel et l’eau.

Vert : couleur secondaire ; rappelle la nature, évoque le repos, agréable si le vert tend vers le jaune ; donne mauvaise mine s’il est nuancé de bleu. Utilisée beaucoup avec le blanc dans les restaurant de style jardin.

Violet : couleur secondaire froide, peu utilisée ou seulement très claire.

Noir : à utiliser en petite quantité pour augmenter les contrastes.

Gris : couleur calme et monotone, utilisée comme fond à des couleurs vives. Le gris affaiblit et adoucit les couleurs avoisinantes.

Brun : avec beaucoup de dégradés, le brun peut s’associer à beaucoup d’autres couleurs.

  • Couleurs et éclairage

Les couleurs réagissent selon l’intensité de l’éclairage environnant, qu’il soit naturel ou artificiel.

Dans les hôtels, on utilise surtout les sources d’éclairage indirect. C’est un élément de décoration très important. Les matériaux utilisés de type : halogène, fluorescent, LED, les variateurs de lumière, les sources lumineuses (lampadaires, lampes de bureau, appliques, spots), tous choisis selon des normes précises de sécurité contribuent à l’atmosphère d’un lieu et au confort du client.

Pour l’hôtel contemporain, la palette de couleurs reste indéterminée du fait que le décorateur n’est pas tenu de suivre la rigueur d’un style.

 

Source : Associer les couleurs à un style en hôtellerie

Les étapes à respecter pour faire le lit

Trois techniques existent – au pied, à la tête, sur le côté – et permettent de faire moitié moins de pas, de gagner du temps et d’éviter la fatigue.

Quelques consignes générales à observer

– Ne jamais utiliser de linge sale ou abîmé ;
– éloigner le lit du mur si possible ;
– enlever les draps et les taies un par un, les mettre au sale, vérifier qu’il n’y ait pas d’objet laissé par les clients ni la télécommande TV ;
– s’assurer qu’il n’y ait rien entre le matelas et le sommier ;
– changer ou lisser l’alèse.

Procédure avec draps

  • Technique 1 : se positionner au pied du lit

Faire totalement la moitié du lit par le pied :
– jeter le drap du dessous, ourlet à l’endroit ;
– faire les deux carrés des coins ;
– jeter le drap du dessus, ourlet à l’envers, le positionner à une main de la tête de lit en prévoyant le rabat, puis lisser ;
– jeter la couverture en plaçant l’étiquette au pied ;
– faire les deux coins au carré et border le pied.

Passer à la tête du lit :
– tirer le drap de dessous, le border, faire les carrés ;
– tirer le drap du dessus et la couverture ;
– faire le rabat ;
– faire les carrés et border.

  • Technique 2 : se positionner à la tête du lit 

Procéder de la même façon que pour la technique au pied du lit, mais en commençant par la tête.
Le cache-couverture se met au-dessus de la couverture selon la méthode employée dans l’établissement.

  • Technique 3 : se positionner sur le côté du lit

Faire totalement le lit sur une moitié :
– jeter le drap du dessous, ourlet à l’endroit ;
– faire les deux carrés des coins ;
– jeter le drap du dessus, ourlet à l’envers, le positionner à une main de la tête de lit en prévoyant le rabat, puis lisser ;
– jeter la couverture en plaçant l’étiquette au pied ;
– faire le rabat ;
– faire les deux coins au carré et border le côté.
Passer de l’autre côté du lit afin de faire l’autre moitié du lit :
– Tirer le drap de dessous, le border, puis le drap du dessus et la couverture ;
– faire le rabat ;
– faire les carrés et border.

Phase finale pour les différentes méthodes

– Ajuster le dessus-de-lit ou la courtepointe au pied du lit en rabattant le haut ;
– placer les oreillers après avoir mis les taies dans le sens inverse des sous-taies ;
– rabattre le dessus-de-lit sur les oreillers ;
– repositionner le lit.

 

Procédure avec couette

Procéder comme précédemment mais border le drap de dessus puis :
– se placer à la tête de lit ;
– déplier la housse qui est pliée à l’envers ;
– prendre les deux coins de la couette avec les deux angles supérieurs de la housse (il est souhaitable de prévoir des poignées pour passer les mains) ;
– tirer le bas de la housse vers le pied afin qu’elle se mette en place ;
– ajuster et lisser ;
– positionner la couette à la tête du lit ;
– border le pied (et les côtés selon les normes de l’hôtel) ;
– mettre les oreillers.

Procédure en recouche

La procédure de nettoyage de la chambre en recouche sera sensiblement la même que pour un départ. Le travail s’effectuera en respectant scrupuleusement les objets personnels du client, en rangeant sans modifier l’ordre trouvé en entrant dans la chambre.

  • Les détails spécifiques à la recouche

– Enlever la vaisselle sale ;
– renouveler les produits d’accueil selon la procédure de l’établissement (ne pas oublier les sacs à linge, la papeterie…) ;
– enlever les produits consommés ou abîmés (fruits) mais laisser en place tout article non terminé ;
– changer l’eau des fleurs, rafraîchir la composition ;
– ranger les vêtements de nuit selon les normes de l’hôtel (les accrocher à la patère de la salle de bains ou les plier) ;
– respecter les choix du client (chauffage, climatisation, oreillers…).
Un soin particulier est nécessaire pour la salle de bains et les coiffeuses où sont disposés les produits de toilette. Chaque article est remis à sa place.

 

Source : Les étapes à respecter pour faire le lit

Procédure de contrôle et d’inspection des chambres avant occupation

Le contrôle et l’inspection permettent de vérifier l’état et la propreté de la chambre et de relever les moindres dysfonctionnements. Il faut se rappeler que le dernier coup d’oeil de la gouvernante sera la première impression du client.

  • Le contrôle

Le but de cette opération est de vérifier l’état de la chambre avant de donner son accord à la réception pour l’occupation. Il doit être effectué systématiquement après chaque nettoyage. Dans certains établissements, les femmes de chambre font un autocontrôle. Tous les sens doivent être en éveil :
– la vue et le sens de l’esthétique ;
– l’ouïe pour les dysfonctionnements ;
– l’odorat pour repérer toute odeur désagréable ;
– le toucher (certaines salissures ne se voient pas mais se sentent sous les doigts).


Le déroulement

– Frapper, en vérifiant l’aspect extérieur de la porte.
– Contrôler la porte intérieure ainsi que les affichages obligatoires.
– Allumer toutes les lumières afin de vérifier les éclairages.
– Vérifier l’aspect général et l’atmosphère.
– Choisir un sens de vérification afin de ne rien oublier et ne jamais revenir en arrière : procéder du haut vers le bas.


La chambre

En respectant le sens du travail et selon la disposition de la chambre, vérifier :
– le mobilier : placards, cintres, tiroirs, étagères, produits d’accueil (comme les sacs pressing), état des oreillers et couvertures supplémentaires ;
– le bureau, (room directory, guides, papeterie), chevet, commode, chaises, fauteuils (soulever les coussins), poussière sur les tableaux, abat-jour, plinthes… ;
– le lit : tête de lit, dessus-de-lit, état du linge, coins au carré… ;
– le fonctionnement du matériel audiovisuel, électrique et manuel : télécommandes, télévision, stores, téléphone, minibar, coffre, climatisation, borne internet ;
– la propreté générale du sol, des vitres, rideaux, voilages et murs.


La salle de bains

Respecter toujours le même sens, du haut vers le bas. La vue et le toucher sont importants car c’est avec les doigts que l’on détecte si une baignoire mal rincée ou s’il y a des traces de calcaire sur les faïences claires.

Là aussi, il convient de contrôler la propreté et le fonctionnement des appareils. La disposition harmonieuse des produits et du linge est essentielle pour l’esthétique. On peut établir la liste non exhaustive suivante : la baignoire et son tablier, le pare-douche, les bouches d’aération, les miroirs, les vasques (sans oublier dessous), sèche-cheveux, pomme et flexible de douche, accastillage, clapets, propreté du sol…

Il est nécessaire d’insister auprès des femmes ou valets de chambre sur les problèmes techniques qu’ils doivent signaler : écoulement lent, fuite du flexible… car ils sont les mieux placées pour remarquer ce type d’anomalie.


Les toilettes

Le mode opératoire reste le même et il faut toujours porter la même attention. Il faut contrôler particulièrement la chasse d’eau, la tuyauterie, la cuvette (en totalité), l’abattant dessus et dessous, la brosse toilettes et son support, l’approvisionnement en papier.

  • L’inspection

Il s’agit d’un contrôle beaucoup plus poussé avec un aspect technique important (peintures, joint de lavabo, état des portes…). Il est utile d’avoir un état chambre par chambre avec un descriptif daté du mobilier, de la literie, des réfections faites. Cela permet de planifier les travaux de rénovation de peintures, de changement de sanitaires, de connaître la date de changement de literie (utile pour les prévisions budgétaires).
Lors de cette inspection, les moindres dysfonctionnements techniques sont notés. Selon l’urgence, les interventions qui en découlent seront faites sans délai ou bien planifiées. Le blocage des chambres sera prévu à l’avance en dehors des périodes de forte activité.

Source : Procédure de contrôle et d’inspection des chambres avant occupation

Originally posted 2019-04-19 15:13:49.

Les étapes de nettoyage de la salle de bains

Préparer le travail

– Éclairer.
– Mettre les gants par mesure d’hygiène.
– Enlever le linge sale.
– Jeter les détritus et vider la poubelle.
– Rincer à l’eau chaude pour enlever les salissures visibles et repartir uniformément les produits.
– Vaporiser les produits (désinfectant, détergent et détartrant) sans oublier les bondes et les accessoires (accastillage) afin de laisser agir le produit.

Nettoyer le lavabo

– Frotter avec l’éponge ou la microfibre afin de décoller les salissures.
– Nettoyer les accessoires (cendriers, poubelle…).

Nettoyer la baignoire, le bidet, la douche, le pare-douche ou le rideau 

– Frotter avec l’éponge ou la microfibre.
– Rincer à l’eau tiède pour un séchage rapide.
– Essuyer avec la chamoisine ou le chiffon pour éviter que le calcaire se dépose.
– Faire briller les chromes pour l’esthétique.

Nettoyer les toilettes
Brosser l’intérieur de la cuvette après avoir laissé agir le détartrant.
Nettoyer tout l’extérieur avec l’éponge ou la microfibre (pied, chasse d’eau).
Sécher avec la microfibre rouge ou le chiffon.

Faire les miroirs
Vaporiser le produit sur la microfibre ou le chiffon afin de bien répartir le produit.
Faire briller.
Vérifier les traces éventuelles (l’eau chaude et la microfibre dispensent souvent du produit).

Disposer les produits d’accueil et le linge 
Mettre le linge et les produits d’accueil selon les normes de l’hôtel pour l’esthétique et le confort du client.

Nettoyer le sol
Laver le sol pour supprimer toute trace.
Aspirer le sol pour éliminer toute particule restante.
Ces 2 dernières tâches se feront en commençant du fond de la pièce vers la sortie sans oublier derrière la porte.


Jeter un dernier coup d’œil

Laisser la porte légèrement ouverte pour faciliter l’aération.

Source : Les étapes de nettoyage de la salle de bains

FORMATION Le service des étages (en malgache / @ malagasy), les 08 et 09 Mars 2019

FORMATION Le service des étages (en malgache / @ malagasy), les 08 et 09 Mars 2019

Discrets, rapides et efficaces, la femme et le valet de chambre sont chargés d’entretenir les chambres, les salles de bain et les espaces communs. En un tour de main, ils effacent toute trace de passage dans une chambre et transforment un lieu désordonné pour le rendre impeccable et accueillant.
Ils sont essentiels pour l’image de l’établissement qui les emploie.

La propreté et l’hygiène des chambres sont des éléments déterminants de la satisfaction des clients, face à une exigence grandissante sur la qualité des chambres ne laissez pas passer cette chance de fidélisé vos clients.

Hôteliers, cette formation vous concerne !

Vous souhaitez améliorer la qualité de service dans votre établissement et gagner en rendement?
Découvrez notre formation délivrée sur 2 jours (théorie + pratique) :

Originally posted 2019-02-08 08:06:53.

Quelles seront les chambres d’hôtel du futur ?

Dans sa dernière étude, Mazars donne à voir la chambre du futur. Réalité virtuelle, paiement cashless, robots, tous ces outils permettront aux professionnels de l’hôtellerie d’optimiser l’expérience-client…

Imaginez pouvoir découvrir votre chambre d’hôtel en avant-première, mais à des milliers de kilomètres du lieu, par le seul pouvoir de la réalité virtuelle. Supposez qu’une fois arrivé (véritablement) sur place, le concierge de votre établissement hôtelier puisse veiller sur vous nuit et jour sans problème, puisqu’il a l’énergie et la robustesse d’un robot. Enfin, éreintés par votre voyage, vous n’avez qu’une envie : filer au plus vite dans votre chambre. En un rien de temps, votre smartphone déverrouille votre suite. Si toutes ces options vous semblent tout droit tirées d’un film de science fiction, elles ont pourtant toutes été listées dans la dernière étude Mazars “Comparaison des tendances concernant les expériences d’IA et les attentes des voyageurs dans cinq pays”, (menée par YouGov pour le compte de Mazars). Dans le secteur hôtelier comme ailleurs, l’utilisation des technologies intelligentes peut permettre de personnaliser davantage l’expérience client et ainsi d’optimiser leur fidélisation. Comme tout ce qui est connecté se dit “intelligent”, les chambres d’hôtels seront aussi douées d’un potentiel infini à l’avenir.

Thomas Cook, visionnaire « virtuel »

À commencer par la réalité virtuelle. Ce champ d’action a déjà été exploré par le pionnier en matière d’agences de voyages, Thomas Cook. Il a ainsi fait réaliser une gamme de films immersifs en 360 VR dans différentes villes dont New York. Cette expérience a été saluée par le maire de la ville qui ne dort jamais, Michael Bloomberg. La campagne “Try before you fly” a ainsi boosté les ventes de ses excursions pour la métropole américaine de 190 % et a généré un retour sur investissement de 40 %. D’autres innovations seront ajoutées aux gadgets déjà disponibles dans les chambres d’hôtels. La Technologie Smart-In-Room est un système qui permet au client d’être entièrement connecté à sa chambre depuis son smartphone, lui permettant de déverrouiller l’endroit, d’effectuer des paiements automatisés. Il propose également de nombreux services ; stations de chargement sans fil, des rideaux et des éclairages intelligents, des smart tv… Les clients pourront bénéficier d’une autre technologie au nom anglicisé “iBeacon” ou de géolocalisation, qui offre également un service d’ouverture de portes à distance (par l’envoi de clés virtuelles). Pour communiquer et interagir avec les gérants de leur hôtel, les touristes pourront aussi s’ils le souhaitent, avoir recours à la technologie SIP-DECT.

Robots et paiements cashless

Derrière ces options invisibles, des services matériels, à classer dans la catégorie de l’internet des objets, seront tout aussi révolutionnaires. C’est le cas des bracelets connectés déployés par exemple dans le parc Walt Disney World Resort en Floridecomme solution de paiement cashless. Si le célèbre parc d’attraction ne s’est pas encore initié à la politique des robots, le Robot Hotel de Tokyo s’est, comme son nom l’indique, entièrement doté de ces androïdes pour servir ses clients. Ils se chargent du check-in ou de répondre aux demandes de services en chambre. Seront-ils pour autant la norme dans tous les hôtels à l’avenir ? Si la question peut soulever quelques craintes, une chose est sûre, une bonne partie de ces outils doivent permettre au personnel de dégager du temps pour répondre à des attentes clients de plus en plus exigeantes.

Source : Quelles seront les chambres d’hôtel du futur ?

Chevet : pourquoi il joue un rôle clé dans la chambre

S’il passe parfois inaperçu ou se fond dans un décor, le chevet n’a rien d’anodin dans la chambre d’un hôtel. Démonstration avec l’architecte d’intérieur Marc Hertrich.

Au salon EquipHotel, qui vient d’avoir lieu à Paris (XVe), la chambre de demain a fait l’objet de réflexions et même de propositions avec l’espace Rooms du Studio 18, imaginé par l’architecte et architecte d’intérieur Jean-Philippe Nuel. Si ces échanges ont permis de mettre en avant les attentes des clients, que ce soit en termes de connexion, d’appropriation ou d’émotion, il est apparu que la chambre doit rester avant tout un espace de vie, à la fois intime et fonctionnel. Et la table de chevet fait partie de cette approche émotionnelle et pratique de la chambre. L’oublier ou la négliger, lorsque l’on crée un hôtel ou que l’on est en phase de rénovation, est une erreur. Car la table de chevet sert encore et même plus que jamais.

Le chevet-bureau

C’est un lieu stratégique dans la chambre, explique l’architecte d’intérieur Marc HertrichOn y pose un livre, des lunettes, un verre d’eau… Mais le chevet sert désormais aussi de support pour un ordinateur ou un téléphone en train de se recharger.” Le fondateur – avec Nicolas Adnet – du Studio MHNA compare volontiers le chevet à “un bureau-relais”. “Certes, on peut travailler sur son lit, mais on a souvent besoin de s’étaler.” Ensuite, tout est une question de volume et de superficie. Si la chambre est plutôt petite, Marc Hertrich opte pour ce qu’il appelle “le chevet-bureau : on peut imaginer un chevet-gigogne, où l’on joue avec les hauteurs. Le bureau est plus haut, le chevet à la hauteur du lit. Les deux tables s’interpénètrent et l’on peut jouer aussi sur les formes : avec une table carrée et une autre rectangulaire, par exemple.”

S’adapter à l’ambiance

En revanche, dans un espace plus grand, l’architecte d’intérieur propose un chevet près du lit et un bureau à côté, “avec une asymétrie volontaire”, afin de créer un effet, casser la rigueur des lignes. “Bien sûr, tout se cale également sur l’ambiance et l’atmosphère du lieu”, conclut Marc Hertrich, qui s’apprête à rénover des séries de chambres et couloirs au sein du Lausanne Palace. Pour le Negresco, à Nice (Alpes-Maritimes), le Studio MHNA a choisi des chevets XXL, avec des rangements et des tiroirs. Mais pour le Sofitel de Francfort, les chevets ont des allures de mini-consoles, avec une seule tablette pour poser, tout en se fondant avec les tonalités dominantes de la chambre. Efficacité et discrétion combinées.

Source : Chevet : pourquoi il joue un rôle clé dans la chambre

Formation du 15/12/2018 : LE MÉTIER DE GOUVERNANTE : TECHNIQUE ET MANAGEMENT

Son œil est redoutable et redouté.

La gouvernante d’hôtellerie ne tolère ni trace de poussière, ni tâche sur les sols et encore moins d’ampoule grillée. Pour maintenir le standing de l’hôtel, elle organise le travail des agents d’hôtellerie, répartit les tâches, transmet les consignes. Et se met en quatre pour satisfaire la demande des clients.

Pour exercer cette profession, il est nécessaire de faire preuve de rigueur et d’avoir un petit côté perfectionniste. Une gouvernante doit aussi avoir certaines qualités humaines et le sens du management.

Bien sûr, la pratique d’une ou de plusieurs langues vivantes est conseillée.

Pour en savoir plus sur cette formation, cliquez ICI.

Originally posted 2018-11-12 09:29:04.

Le dressing idéal dans une suite ou une petite chambre

Où ranger, plier, pendre et suspendre les vêtements dans une chambre d’hôtel ? Selon l’espace disponible, les architectes d’intérieur Christine et Nicola Borella préconisent aussi bien le double dressing que la penderie sans porte.

Pièce à part ou simple penderie, le dressing est l’une des clés du confort dans une chambre d’hôtel. Bien sûr, plus on a d’espace pour le créer, plus il est facile à vivre pour le voyageur. “Si l’on a beaucoup de place, comme dans une suite par exemple, on peut même imaginer un double dressing, idéal pour un couple”, expliquent Christine et Nicola Borella. Les architectes d’intérieur et designers l’imaginent alors avec des tringles pour suspendre les vêtements, des tiroirs – “avec une fente pour voir l’intérieur” -, un miroir, une coiffeuse, un coffre-fort et même un minibar. Le dressing revêt alors des allures de boudoir, propice à la détente, à la déconnexion. “À titre d’exemple, on peut installer le miroir dans une niche, avec galets au sol et lumière indirecte pour une ambiance zen, afin d’humaniser le dressing“, poursuit Christine Borella. Et la solution des niches, avec ou sans étagères, peut aussi se dupliquer “pour poser le plateau de bienvenue, une machine à café ou encore une bouilloire“, suggère Nicola Borella.

• Bien voir pour mieux se voir

Pour bien voir dans un grand dressing, la lumière ne s’improvise pas. Christine Borella suggère la pose d’un éclairage sous forme de rubans LED au niveau des porte-manteaux. Mieux encore : “Des spots installés à 30 cm des portants et rangements pour illuminer tout le dressing”.

• Miser sur du solide, du facile à entretenir

Côté matériaux, “il faut du costaud“, insiste Nicola Borella. Une finition stratifiée ou de la résine de synthèse pour les étagères et des lamelles métalliques pour protéger les plinthes, notamment des coups donnés avec les bagages. Au sol, le duo d’architectes d’intérieur recommande du parquet ou un revêtement en PVC tressé, “que l’on pourra mettre en rappel dans l’entrée de la chambre“. L’idée étant de privilégier des matériaux “à la fois résistants et faciles d’entretien“.

• Suspendre du grand dans du petit

Changement de perspective dans une chambre XXS. Là, il faut penser gain de place. Autrement dit : le placard ou la penderie doit faire aussi étagères, voire abriter coffre et minibar. “Avec une penderie haute, pour pouvoir accueillir des manteaux“, précise Nicola Borella. Et si l’espace de la chambre ne permet pas d’installer ni placard, ni penderie, “il faut prévoir des crochets pour suspendre les vêtements“, ajoute l’architecte d’intérieur. Enfin, dernière recommandation : “Peu importe la taille de la chambre, si le dressing ou le placard se situe dans l’entrée, il faut veiller à amorcer celui-ci à partir de l’ouverture de la porte de la chambre – à environ 90 cm du seuil d’entrée -, pour éviter toute collision et choc entre la porte d’entrée et celle du dressing ou du placard.”  Quant à opter pour une penderie sans porte, “pourquoi pas ?”, répond Christine Borella, “à condition de soigner le choix des matériaux, mais aussi le design du support, de la tringle et des cintres“.

Source : Le dressing idéal dans une suite ou une petite chambre