Visas: gratuit au Sri Lanka, électronique en Nouvelle-Zélande

Le 1er avril, le Sri Lanka accordera la gratuité aux ressortissants d’une trentaine de pays. Cette mesure supprimant les frais de visa est à durée limitée. A l’inverse, en Nouvelle-Zélande est instauré un « visa » en ligne. Cette nouvelle ETA va coûter de 9 à 12 dollars NZ, y compris pour les pilotes et PNC.

Au Sri Lanka, le Conseil des ministres a validé le 1er mars une proposition du ministre du Tourisme John Amaratunga. Le visa d’entrée sur le territoire sri-lankais sera gratuit à partir du 1er avril 2019 pour les voyageurs en provenance de certains pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie (voir détail ci-dessous). Cette mesure temporaire est valable durant six mois.

Le tourisme sri-lankais a connu une belle progression en 2018. Sur 12 mois, le pays a accueilli 2.333.796 millions de touristes, soit +10,3% par rapport à 2017. Au global, l’Europe représente 43% des arrivées, l’Asie-Pacifique 47% (avec Inde et Chine comme premiers marchés), les Amériques 6%. L’an dernier, au Sri Lanka, les arrivées mensuelles de visiteurs ont été plus faibles sur la période avril-octobre: entre 130.000 et 180.000 selon les mois (hormis juillet et août).

La gratuité du visa sri-lankais sera accordée aux ressortissants des pays de l’Union européenne dont la France, du Royaume-Uni, du Canada et des USA, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, ainsi que de Thaïlande, Corée du Sud, Singapour et Malaisie.

Un Esta pour entrer en Nouvelle-Zélande

Les Etats-Unis ont l’Esta, la Canada l’AVE, la Nouvelle-Zélande instaure l’ETA (Electronic Travel Authorization). A partir du 1er octobre, il sera nécessaire d’avoir obtenu cette autorisation en ligne pour entrer en Nouvelle-Zélande. Cette mesure concerne la France parmi une soixantaine de pays déjà exemptés de visas.

L’ETA sera valable deux ans. Son coût sera variable selon que le voyageur utilisera un ordinateur (12 $NZ, environ 7,25€) ou un mobile/ tablette (9$NZ, env. 5,40€). Outre les passagers des compagnies aériennes, ceux des compagnies de croisières devront aussi avoir leur ETA pour débarquer en Nouvelle-Zélande. Les personnels des compagnies (pilotes, hôtesses, stewards) devront également avoir fait une ETA. Il en coûtera 9 $NZ (env. 5,40 €) pour les PNT et PNC mais leur ETA durera 5 ans.

Attention, le système n’est pas encore disponible! C’est à partir du 1er juillet 2019 que les voyageurs pourront remplir le formulaire ETA en ligne. Le gouvernement néo-zélandais a publié mercredi 6 mars toutes les informations relatives à cette nouvelle mesure adoptée le 25 février.

En parallèle, les voyageurs internationaux doivent également s’acquitter de l’IVL, une« taxe » touristique de 35 $NZ (env. 21,10€). Pour les personnes qui entrent en Nouvelle-Zélande dans le cadre du Working Holiday Visa, l’ETA et l’IVL ne s’appliquent pas. Leur permis de travail incluant déjà des frais de visa et une taxe  d’immigration.

Source :Visas: gratuit au Sri Lanka, électronique en Nouvelle-Zélande

Vers la sécurisation de la destination Nosy Be

Face à l’insécurité qui nuit au tourisme, la commune urbaine de Nosy Be envisage de prendre des mesures tendant à apaiser la crainte des touristes. Il sera instauré une police du tourisme.

Après la  fermeture de l’usine Sirama et  la Pêcherie Nosy Be, le secteur tourisme est la principale activité du district de Nosy Be. Cette filière a fait vivre la majorité de la population Nosybéenne, et les revenus générés ne cessent d’augmenter. En outre, l’attrait touristique de l’île constitue un atout majeur qui justifie l’accroissement du nombre des touristes, venus  massivement pour découvrir ses richesses naturelles. Tout cela indique que le tourisme est devenu la première industrie de l’Île aux parfums toute entière. Le secteur est en fait l’un des principaux leviers de l’économie de la région Diana.

Cependant, ces dix derniers mois, la problématique sécuritaire sur le territoire semble engendrer la baisse de l’affluence touristique. Dès le 14 avril 2018, l’agence consulaire a avancé des chiffres alarmants correspondant à l’insécurité régnant à Nosy Be. Elle a ainsi enregistré sept agressions physiques de ressortissants français résidents et non-résidents. Les agresseurs, en majorité armés de coupe-coupe, ont visé les sacs contenant des liquidités. Tous ces vols à la tire se sont passé dans le quartier Madirokely ou ses environs, un endroit réputé mondialement par son animation et le plus fréquenté par les « vazaha » (étrangers).

« Compte tenu de cette forme d’insécurité qui pourrait nuire à l’image de la destination Nosy Be, étant une vitrine de Madagascar de par son renom en termes de  sécurité, de salubrité et de l’accueil chaleureux de la population. Nous craignons que ce genre d’acte impactera le secteur dans un futur proche. En effet, la communication engendrera ce fait si nous ne prenons pas nos responsabilités face à la situation ». C’est un extrait de la lettre d’Alain Schmaltz, adressée aux autorités compétentes locales.

Police du tourisme

Devant cette situation qui peut ternir une nouvelle fois l’image de Nosy Be et afin d’éviter que l’île soit en mal de touristes internationaux, la commune urbaine de Nosy Be, en collaboration avec la préfecture et l’Office de tourisme, a pris le taureau par les cornes afin de redorer le blason de cette île paradisiaque et de rassurer les étrangers qui veulent y séjourner. Pour sortir du marasme, le maire Ali Aboudou a promis des mesures très concrètes, avec des moyens renforcés en matière de sécurité. Ces mesures ont été déjà dévoilées fin janvier dernier, lors d’une réunion avec les responsables et autorités locaux.

Pour eux, le volet sécurité est actuellement ultrasensible à Nosy Be. Il faut rassurer les touristes qui y viennent. C’est pour cette raison que la commune urbaine n’a pas négligé les doléances reçues. Elle est prête à collaborer avec tout  le monde afin de préserver la destination Nosy Be.

Concrètement, la mise en place d’une police touristique sera la meilleure arme. Le projet est déjà sur les rails car la commune va se procurer d’une voiture 4×4, avec un financement propre, dans le but de mettre à la disposition de cette nouvelle structure prochainement hébergée dans l’île.

« Après les évènements malheureux de ces derniers mois, il est urgent de sécuriser la  destination en créant la police de tourisme. Nous devons lui coller une image positive pour éviter que les gens désertent nos plages et nos sites touristiques », a souligné le maire, tout  en précisant que l’argent perçu sur la taxe de séjour des touristes permettra à la commune d’acheter cette voiture tout-terrain d’une valeur de 90 millions d’ariary, ainsi que  de se procurer d’autres équipements comme un rouleau compacteur, vingt futs  de goudron…

Il est bien de noter au passage que les éléments de la  police touristique pourraient être renforcés par des éléments de la police et de la gendarmerie nationale. De même, leurs rémunérations pourraient être couvertes grâce à un accroissement de la taxe de séjour.

Des agressions violentes

Selon la note de ladite agence, en date du 1er février 2019, la plupart des victimes ont  été sauvagement agressées, avant que ne soit  exigé l’argent. Certaines garderont des séquelles physiques importantes, tandis que d’autres ont  nécessité une évacuation sanitaire à  La Réunion, comme Olivier  Ledieu, un ressortissant français non résident qui a subi une agression physique sur la plage de Madirokely le 6 janvier dernier alors qu’il revenait d’une soirée Chez Tatie Chris vers 23h30. Son avant-bras a été brisé, sans parler des fractures au crane et des coupures diverses sur tout son corps et son visage. Le cas récent s’est déroulé le 27 janvier dernier sur la plage d’Andilana.

Source : Vers la sécurisation de la destination Nosy Be

Madagascar : une conférence internationale sur le tourisme en avril

L’île de Nosy Be accueillera une conférence internationale sur le tourisme au mois d’avril prochain. La Réunion participera à cette conférence, invitée par le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina.

Le tourisme est l’un des secteurs prioritaires du programme de développement déployé par le Président Andry Rajoelina. A l’occasion d’un entretien avec le Président de la Région Réunion, Didier Robert, à Iavoloha le 21 janvier dernier, il a évoqué le sujet du développement du tourisme « nature durable » dans l’Océan-Indien.

A l’issue de l’entretien, Didier Robert a indiqué qu’il partage la même vision que le Président malgache « celle du développement d’un tourisme durable dans ces régions aux atouts exceptionnels sur le plan de la biodiversité, un tourisme qui permette la création d’emplois. »

Andry Rajoelina souhaite, par ailleurs « convaincre de nouveaux investisseurs pour augmenter l’offre et l’attractivité et marquer un nouvel élan dans la politique touristique ». C’est dans cet esprit qu’une conférence internationale sur le tourisme est prévue en avril prochain à Nosy Be. Une conférence à laquelle La Réunion est invitée à participer activement.

Dans la même dynamique, une équipe de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se prépare à se rendre en France pour un roadshow du 28 au 31 janvier prochain. Objectif, promouvoir le potentiel et la diversité de la destination Madagascar. Les équipes de l’ONTM se rendront à Marseille, à Lyon et à Nantes.

La France reste le plus grand fournisseur de touristes pour la destination Madagascar, selon les derniers chiffres disponibles du ministère malgache du Tourisme. 60 144 visiteurs non-résidents de nationalité française ont débarqué à l’aéroport international d’Ivato en 2017. Suivent Maurice (3 752), la Chine (3 083),  les Comores (2 757) et les anglais (2 700).

Au mois d’octobre 2018, Madagascar recensait 21 303 arrivées de visiteurs non-résidents aux frontières. Soit une recette au titre du secteur tourisme d’une valeur de 442 millions d’euros. Pour toute l’année 2017, les recettes au titre du secteur tourisme s’élevaient à 592,8 millions d’euros.

Dans la même dynamique, une équipe de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se prépare à se rendre en France pour un roadshow du 28 au 31 janvier prochain.

Source : Nosy Be : Une conférence internationale sur le tourisme en avril

Zanzibar. Perle authentique de l’Indien

Indépendant depuis 1964 et la création de la Tanzanie, l’archipel de Zanzibar bouscule sa quiétude légendaire avec un nouvel essor touristique.

Tendance de fond ou simple effet de mode ? Longtemps écarté de l’autoroute du développement touristique emprunté à pleine vitesse par des voisins comme l’île Maurice ou les Seychelles, l’archipel de Zanzibar, partie insulaire de la Tanzanie baignant dans l’océan Indien, se met à la page. Rafraîchissement d’infrastructures hôtelières ridées par les années, amélioration d’un réseau routier encore sommaire, projet de construction d’un nouvel aéroport : les autorités locales semblent vouloir prendre en marche le train du développement touristique. Et tenter de renouer avec un passé, entre route des épices et commerce triangulaire, aussi glorieux que tourmenté.

Source : Zanzibar. Perle authentique de l’Indien

“Ile Maurice Tourisme Awards 2017” : Sun Resorts et Coquille Bonheur en haut de l’affiche !

Les meilleurs de la classe hôtelière 2017 sont connus ! Les internautes lecteurs de “Ile Maurice Tourisme” ont fait leur choix comme chaque année depuis maintenant six ans et ont place le groupe Sun Resorts et le DMC Coquille Bonheur en tête d’affiche.

Les meilleurs de la classe hôtelière 2017 sont connus ! Les internautes lecteurs de “Ile Maurice Tourisme” ont fait leur choix comme chaque année depuis maintenant six ans et ont place le groupe Sun Resorts et le DMC Coquille Bonheur en tête d’affiche.

Le groupe Sun Resorts, qui est engagé depuis plusieurs années dans un “revamp” total de leurs installation et un positionnement plus pointu de leurs produits est, logiquement, récompensé par la plus prestigieuse récompense des “Ile Maurice Tourisme Awards” : le groupe hôtelier de l’année.

Quant à “Coquille Bonheur”, probablement le boutique-tour opérateur le plus incisif et créatif de l’île Maurice, il voit ses efforts être récompensé par le très prisé award de “DMC de l’Année”, juste retour de choses pour ce tour-opérateur à taille humaine qui a fait de la découverte authentique de l’île Maurice et l’excellence de ses services ses deux fers de lance.

Lancé il y a six ans, les “Ile Maurice Tourisme Awards”, sont devenus un rendez-vous annuel qui permet à tous les opérateurs de se mesurer aux autres à travers le vote des internautes. Pour cette édition nous avons enregistré 67 850 votes venant de l’île Maurice et des quatre coins du monde, à la fois du grand public et du monde professionnel.

« Ces awards de « Ile Maurice Tourisme » ont pour but de célébrer la qualité et l’excellence à tous les échelons de l’industrie touristique mauricienne.  Ils vont aussi, je l’espère, créer des standards et des références qui permettront à l’industrie d’évoluer positivement », souligne Jean-Joseph Permal, fondateur et directeur de www.ilemaurice-tourisme.info

«La culture de l’excellence, de la qualité et de l’innovation, nous en sommes convaincus, est essentielle pour l’avenir de l’industrie touristique mauricienne. C’est à ce niveau, autant que par une identité mauricienne plus affirmée, que se fera la différence par rapport aux pays concurrents», ajoute-t-il

La ‘ short list ‘ des nominés, qui est soumis au vote des internante est l’œuvre de la rédaction en chef de Ile Maurice Tourisme et de ses conseillers, tous spécialistes du tourisme à l’île Maurice et à l’étranger. “Cette liste reflète, le plus fidèlement possible, l’année touristique 2017 dont nous sommes les témoins privilégiés à ilemaurice-tourisme.info” souligne Jean-Joseph Permal

1.Quel est le meilleur groupe hôtelier de l’année ?
1.Sun Resorts, 2.LUX* Resorts, 3. Constance Hotels, Resorts and Golf, 4. Attitude Resorts, 5. Veranda Leisure and Hospitality (Heritage Resorts).

2.Quel est l’hôtel cinq étoiles luxe de l’année ?
1.Constance Le Prince Maurice, 2. Maradiva Villas & Spa, 3. LUX* Belle Mare, 4. Four Seasons at Anahita, 5. Heritage Le Telfair

3.Quel est le groupe hôtelier qui met le mieux en avant l’identité mauricienne ?
1.Attitude Resorts, 2.LUX* Resorts, 3. Veranda Leisure & Hospitality, 4. Sun Resorts, 5. Constance Hotels Resorts and Golf

4.Quel est le meilleur hôtel golf de l’Année ?
1.Constance Belle Mare Plage, 2. Four Seasons at Anahita; 3. Heritage Le Telfair 4.Le Touessrok , 5. Le Paradis

5. Quel est l’hôtel le plus romantique de l’année ?
1.Constance Le Prince Maurice, 2. Paradise Cove, 3. Maradiva Villas, 4. Four Seasons et Anahita, 5. Hotel 20 dégrés Sud

6. Quel est l’hôtel possédant le meilleur spa de l’année ?
1.Maritim Resort & Spa, 2. Lux Belle Mare, 3. Constance Belle Mare Plage, 4. Constance Le Prince Maurice, 5. One&Only Le Saint Géran

7. Quel est le meilleur hôtel en rapport qualité/prix ?
1. Zilwa Attitude 2. Persil BeachResort, 3. The Sands, 4. La Pirogue, 5. Solana Beach

8.Quel est l’hôtel le plus créatif de l’année ?
1. LUX* Belle Mare, 2.Zilwa Attitude, 3. Four Seasons at Anahita, 4. Maritim Resort & Spa, 5. Westin Turtle Bay.

9. Quel est le groupe hôtelier le plus engagé socialement ?
1. Sun Resorts, 2. Beachcomber, 3. LUX* Resorts, 4. Attitude Resorts, 5. Constance Hotels Resorts and Golf

10. Quel est l’hôtel le plus authentiquement mauricien de l’année ?
1. Zilwa Attitude, 2. La Pirogue, 3. LUX* Belle Mare, 4. Veranda Grand Baie

11. Quel est le meilleur boutique hôtel de l’année ?
1.Tamarina Boutique Hotel, 2. Paradise Cove, 3. 20 dégrés Sud, 4. La Palmeraie, 5. Baystone Boutique Hotel

12. Quel est le meilleur Petit et Moyen Hotel/Lodge de Maurice ? Lodge de Maurice ?
1. Lakaz Chamarel, 2. La Maison d’eté, 3. L’Oiseau du Paradis, 4. Auberge de St Aubin

13. Quel est le meilleur tour-opérateur (DMC) de l’année ?
1. Coquille Bonheur, 2. Summertimes, 3. Emotions, 4.Kreola, 5. Mautourco

15. Quelle est la meilleur compagnie aérienne de l’Année ?
1. Emirates, 2. Air Mauritius, 3. Air France, 4. Corsair, 5. Lufthansa

16. Quelle est l’activité touristique de l’année ?
1. Croisières en catamaran, 2. Marche avec les lions, 3. Jardin de Pamplemousses, 4. Grand Bassin, 5. Dolphin Watching

17. Quel est le parc de l’Année ?
1. Casela, 2. La Vanille Réserve des Mascareignes, 3.La Vallée des Couleurs

18.Quel est le Musée de l’Année ?
1 L’Aventure du Sucre, 2. Blue Penny Museum, 3. Musée de Port-Louis, 4. Mauritius Postal Museum, 5. Musée Fort Hendrick

19.Quel est l’IRS de l’Année ?
1.Vilas Valriche, 2. Azuri, 3. Anahita Residences  et Villas, 4. Balise Marina, 5. Club Med Les Villas

20. Quel est le meilleur hôtel à Rodrigues ?
1. Cotton Bay, 2. Mourouk Ebony, 3. La Belle Rodriguaise, 4. Tekoma

21. Quel est le meilleur restaurant hôtelier mauricien ?
1. Le Barachois, Constance Le Prince Maurice
2. Heritage le Château, Heritage Le Telfair
3. Bodrum Blu, LUX* Grand Gaube
4. Château Mon Désir, Maritim Resort & Spa
5. The Duck Laundry, LUX* Belle Mare

Source : “Ile Maurice Tourisme Awards 2017” : Sun Resorts et Coquille Bonheur en haut de l’affiche !

Tourisme : la Chine pourrait détrôner la France d’ici 2030

C’est un titre très envié… que la Chine pourrait bien s’attribuer. D’après le cabinet d’études Euromonitor, la Chine devrait en effet devenir le pays le plus visité au monde à l’horizon 2030, soufflant ainsi sa place à l’Hexagone.

Tour Eiffel ou Grande Muraille ? Euromonitor a tranché. D’ici 2030, c’est bel et bien la Chine qui pourrait devenir la première destination touristique mondiale, délogeant ainsi l’Hexagone de la première marche du podium, selon son rapport “Megatrends Shaping the Future of Travel”. Le tourisme chinois devrait en effet être boosté par la croissance de la classe moyenne en Asie, qui tire le marché du voyage, conjugué à l’assouplissement progressifs des restrictions en matière de visas, facilitant les voyages (80% des arrivants en Asie provenant également de cette région). La forte progression du marché domestique devrait également porter le développement du tourisme chinois. D’après Wouter Geerts, analyste chez Euromonitor, les événements sportifs à venir dans les prochaines années, avec les jeux Olympiques d’été de Tokyo en 2020, et ceux de d’hiver à Pékin, en 2022, vont eux aussi renforcer l’attractivité de la destination et accélérer le développement de son tourisme.

La Chine va doubler le nombre d’aéroports

“Le tourisme est un des piliers de l’économie chinoise et beaucoup d’investissements ont été faits pour améliorer les infrastructures et les standards, souligne Euromonitor. Parallèlement, la Chine deviendra aussi le premier marché émetteur, largement devant les Etats-Unis et l’Allemagne.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le pays s’y prépare : d’après des informations relayées mardi dans la presse chinoise, le pays a l’intention de doubler le nombre de ses aéroports d’ici 2035, date à laquelle il sera devenu le premier marché mondial du transport aérien. La Chine en construirait actuellement 216, en plus des 234 qui existent déjà. L’année dernière, les aéroports chinois ont enregistré 552 millions de voyages, nombre qui devrait atteindre 720 millions à l’horizon 2020. Une croissance qui rend urgent le développement de nouvelles infrastructures. « Le service s’est amélioré mais les aéroports aujourd’hui sont loin de convenir et sont répartis inégalement dans le pays », a souligné le directeur du développement et de la prévision de l’Administration de l’aviation civile chinoise.

Euromonitor

Source : Tourisme : la Chine pourrait détrôner la France d’ici 2030

Madagascar – Majunga: Katsepy s’offre un ecolodge 100% solaire

Majunga Katsepy

Désormais, il vous est possible de passer quelques jours sur le petit village de Katsepy à Majunga, suite à l’ouverture de l’Andafirôï Lodge. Entre lac, forêt et mer, cet ecolodge fonctionnant uniquement à l’énergie solaire, vous accueille avec tout le confort souhaité et vous permet de profiter pleinement des merveilles de Katsepy.

Andafirôï Lodge est implanté à Amparihilava, juste en face de la ville de Majunga sur la presqu’île de Katsepy. L’établissement dispose de plusieurs bungalows très confortables, d’un restaurant, d’un bar et d’une piscine. C’est le point de départ pour la visite des lieux pittoresques d’Amparihilava. En effet, la découverte du village de Katsepy ne se fait pas en une journée, tant l’endroit regorge de nombreux spots au cachet unique.

Parmi les sites incontournables, il y a le Phare Eiffel de Katsepy, qui  a été construit au début du XXème siècle par des ingénieurs Français en France, puis installé au sommet d’une haute falaise. L’ouvrage possède 174 marches qui vous emmène jusqu’à 30 mètres de hauteur. De là, une vue panoramique exceptionnelle sur l’embouchure de la rivière Betsiboka s’offre à vous. Pour y accéder, rien ne vaut une balade équestre le long de la plage de Katsepy.

Autre lieu à découvrir sur la presqu’île, le Cirque Bleu qui s’est formé à partir d’une érosion naturelle dans le passé et sur lequel on peut admirer différentes couches sédimentaires dont les teintes vont du blanc à l’ocre rouge en passant par le violet ou le vert. Ou encore les lacs et une forêt abritant 3 espèces de lémuriens: les sifaka couronnés endémiques de la Région Boeny, les lemurs mongoz et les lemurs Fulvus. Enfin, une escapade à Katsepy ne serait pas parfaite sans un après-midi farniente sur la plage à l’ombre des manguiers ou une petite baignade dans la mer.

Pour accéder à Katsepy et à l’Andafirôï Lodge, il faut traverser l’embouchure de Betsiboka en bac, en vedette rapide ou en pirogue. La traversée dure environ une heure maximum.

Contacts & réservation

Andafirôï Lodge Katsepy

Tl: 033 01 234 56/ 039 01 234 56

Email: [email protected]

Source : madagascar – majunga: katsepy s’offre un ecolodge 100% solaire

 

World Travel Market : l’écotourisme vu par le Guatemala, la Chine, Nashville et le Japon

Développement durable, éco-tourisme et tourisme éthique étaient au cœur du World Travel Market 2018. Cet événement de dimension mondiale pour le secteur du voyage donne lieu à un million de rencontres professionnelles et à la signature de près de trois milliards d’euros de contrats. On y échange des idées et on y explore des contrées parfois méconnues.

Le Guatemala, la région de Guangxi en Chine, le Japon et Nashville aux Etats-Unis font partie des destinations qui s’inscrivent dans les tendances du moment avec un client qui devient plus regardant sur les aspects environnementaux et éthiques de son voyage.

Protéger les communautés et l’environnement

Jorge Mario Chajón, ministre du tourisme (Instituto Guatemalteco de Turismo – INGUAT) indique à notre journaliste Jane Witherspoon, que “les voyageurs choisiront toujours une destination qui mise sur les pratiques durables et le tourisme éthique.” Puis il indique : “Au Guatemala, nous sommes affiliés à une organisation internationale qui lutte contre le trafic d’êtres humains, mais aussi qui protège les communautés contre le tourisme sexuel et les abus sexuels commis sur des mineurs.”

Autre concept en vogue : l’éco-tourisme. La région de Guangxi en Chine s’inscrit dans cette tendance avec ses montagnes recouvertes de forêt, ses cascades à couper le souffle et ses rivières sinueuses… La préservation de l’environnement est l’une des principales priorités de son Office du tourisme.

“On est en train de développer le tourisme durable en nous concentrant en particulier sur la protection de l’environnement,” affirme Li Guang Jun, directeur général de la Commission de développement du tourisme de Guangxi.

Trésors cachés

Nashville aux Etats-Unis passe elle aussi au vert : Butch Spyridon, PDG de Nashville convention and visitors Corporation, précise à notre reporter que la ville dispose du dernier centre de conférences qui a décroché la plus haute certification écologique et qu’elle mène des campagnes environnementales dans le but de soutenir le tourisme éthique. “Rien que l’an dernier,” indique Butch Spyridon, “chaque bar Honky Tonk a écoulé environ un million de bouteilles de bières – des bouteilles, pas des cannettes – et notre ville a mis en place une campagne de recyclage qui prévoit deux à trois passages par jour dans les bars pour collecter les bouteilles de verre et les recycler et nous avons aussi le premier éco-quartier certifié de tout le Sud-Est des Etats-Unis.”

Le Japon connaît actuellement un boom touristique qui se prolongera l’an prochain lors de la Coupe du monde de rugby. À cette occasion, les huit millions de visiteurs attendus seront encouragés à explorer quelques-uns des trésors cachés du Japon dans l’idée de miser sur le tourisme éthique et durable.

Source : World Travel Market : l’écotourisme vu par le Guatemala, la Chine, Nashville et le Japon

Aérien : le Groenland va construire trois aéroports internationaux

Le Parlement du Groenland a adopté le projet de construction d’aéroports internationaux espérant désenclaver cette île immense, territoire autonome danois aux confins de l’Atlantique nord.

Ce projet d’aéroports controversé, le plus grand concernant les infrastructures au Groenland, entérine la participation directe du Danemark au financement d’aéroports dans la capitale, Nuuk, mais aussi à Ilulissat, le coeur touristique, et Qaqortoq dans le sud du pays. La construction de ces aéroports, qui n’a pas commencé, doit être terminée pour 2023.

Avec ces nouveaux aéroports, dont le coût de construction va s’élever au moins à 3,6 milliards de couronnes (482 millions d’euros), il sera possible de voyager directement vers l’Europe et l’Amérique du Nord. Près de 20% du financement vient du Danemark, qui participe déjà très largement au budget du territoire en lui versant 3,6 milliards de couronnes chaque année.

Un projet qui crée la polémique

En septembre, ce « plan aéroport » avait plongé le Groenland dans une crise politique de trois semaines avec le départ d’un parti indépendantiste opposé à la participation danoise. « Nous ouvrons plein de possibilités pour l’avenir du Groenland. Nous ne vendons pas », a assuré le Premier ministre Kim Kielsen à la chaîne de télévision locale KNR. Ce projet favorise les principaux centres de ce pays de 55.000 habitants pour une superficie quatre fois supérieure à la France, aux dépens des communautés plus petites.

La Chine grande perdante

Depuis 2009, le Groenland est très largement indépendant dans sa politique économique tandis que les fonctions régaliennes, comme la politique étrangère et de défense, restent du ressort de Copenhague, le Danemark étant membre de l’Union européenne et de l’OTAN.

« Le grand gagnant dans cette affaire c’est Copenhague. Tant sur le plan politique que sur les plans économique et géopolitiques Copenhague renforce ses positions à tous points de vue, face à la Chine d’abord, mais aussi dans (l’alliance) triangulaire avec Washington », a souligné Mikaa Mered. En 2016, le Danemark, qui conserve un droit de véto sur les questions relatives à la défense et à la sécurité du Groenland, avait bloqué le rachat par des Chinois d’une ancienne base navale dans le sud.

Source : Aérien : le Groenland va construire trois aéroports internationaux

Montagne d’Ambre

Madagascar National Parks (MNP), gestionnaire du Parc National de la Montagne d’Ambre, site phare du nord de la Grande île, vient récemment d’y installer un nouveau belvédère dénommé « Maharisika ». Perché sur 1119 mètres d’altitude, il offre des vues spectaculaires sur le cap d’ambre, le Cap Diego, la Montagne des Français ou encore la ville de Diégo Suarez, l’Océan Indien et le Canal du Mozambique. Avec une telle étendue, ce point de vue sera d’ici peu l’un des spots touristiques les plus prisés de toute la région du nord.

Source : Montagne d’Ambre