Air Austral : séparation à l’amiable avec certains de ses salariés

Face à la crise sanitaire engendrée par l’épidémie de coronavirus, Air Austral mise sur les départs volontaires de ses salariés.

Proposition

Toutes les compagnies aériennes subissent de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus. Avec la suspension de l’aérien et les freins au tourisme causés par les quatorzaines en cours, Air Austral est contraint de réduire son effectif. La compagnie a donc proposé à une partie de son personnel une séparation à l’amiable. Ce dispositif permet d’“améliorer sa compétitivité” et de parvenir à “une contraction de ses coûts dans le but de préserver et ses capacités financières et son outil de production”, rapporte le Journal de Mayotte.

Négociation

Dans son communiqué, Air Austral annonce une baisse de 95% de son activité. La compagnie a tout de même bénéficié d’une enveloppe de 86 millions d’euros, sous la forme d’avances remboursables, de la part de son principal actionnaire la Région Réunion et d’un prêt garanti par l’Etat. La négociation déjà entamée avec le personnel se focalise sur la rédaction d’un plan d’adaptation. Celle-ci prévoit avant toute l’activité partielle d’une partie du personnel. Elle inclut également la signature de deux accords d’entreprise, de performance collective et de rupture conventionnelle collective basés sur le volontariat. La compagnie a tout de même souligné qu’il n’y avait aucunement des objectifs de suppression de poste.

Source : Air Austral : séparation à l’amiable avec certains de ses salariés

Aires Protégées : Des milliers de personnes paralysées par le zéro touriste

Des milliers de personnes qui vivaient des revenus touristiques dans le cadre de la promotion des Aires Protégées gérées par Madagascar National Parks, sont impactés directement par la crise sanitaire qui sévit dans le pays. En effet, ils sont paralysés par le zéro touriste étant donné que les visites éco-touristiques au sein des parcs nationaux ont été momentanément suspendues. Du jour au lendemain, les différents acteurs du tourisme se sont retrouvés démunis et désemparés face à cette situation d’exception. A titre d’illustration, la commune rurale de Ranohira dans la région d’Ihorombe fait partie de nombreuses localités victimes de cette crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19. Cette ville qui est considérée comme le point de départ de l’exploration du « colorado malagasy » vit exclusivement de l’écotourisme grâce à l’existence du fameux parc national d’Isalo.

Vendre leurs biens. On y recense 10 hôtels et 18 restaurants pour accueillir des touristes nationaux et étrangers. Certains établissements touristiques procèdent actuellement au chômage technique ou à la rotation de travail des employés. D’autres sont même en cessation temporaire d’activité. Parlant des guides touristiques et des accompagnateurs locaux qui sont au nombre d’environ 200 personnes, une grande partie d’entre eux se sont convertis dans d’autres activités comme l’agriculture. Il y en a ceux qui ont tenté l’entrepreneuriat tandis que d’autres qui n’ont plus trouvé de solution, ont commencé à vendre leurs biens pour survivre, a-t-on appris. Rappelons que le mois de mai et de juin de l’année dernière, le parc national d’Isalo a enregistré près de 4 911 visiteurs. Des chiffres réduits à néant pour la même période. Une situation qui affecte également le gestionnaire de l’Aire Protégée.

Coup dur. Par ailleurs, Madagascar National Parks fonctionne grâce aux droits d’entrée aux Aires Protégées. « Ces droits d’entrée nous permettent entre autres, de payer le salaire de notre personnel, d’investir dans des matériels pour le bon fonctionnement des sites ainsi que de contribuer au développement de la population avoisinant les parcs. Cette absence de visiteurs constitue ainsi un coup dur pour MNP alors que l’an dernier, 229 790 touristes ont été enregistrés, soit une hausse de 12% comparativement à l’année précédente. Et en dépit de tout cela, les activités techniques selon les urgences et les priorités liées à l’écotourisme au sein des Aires Protégées continuent », a expliqué Dr May Rakotoarijaona, le directeur général de MNP.

Source : Aires Protégées : Des milliers de personnes paralysées par le zéro touriste

Expedia débloque 275 millions de dollars pour soutenir la reprise

Ce “plan de relance” prévoit notamment de financer des actions marketing et commerciales des partenaires d’Expedia… et une baisse des commissions.

Après plusieurs mois en mode “gestion de crise”, Expedia veut préparer l’après. “Nous avons été impactés significativement”, reconnaît Olivier Pernoud, Senior Director, Market Management Nothern Europe chez Expedia. Maintenant, on commence davantage à se projeter et nous comptons jouer notre rôle auprès de nos partenaires.” La plateforme américaine a décidé de verser 275 millions de dollars à ses partenaires, via un programme destiné à aider les partenaires indépendants et les petites chaînes à redémarrer leur activité. Une enveloppe de 250 millions de dollars lui permettra ainsi d’offrir des opérations marketing et des aides financières. Pour chaque partenaire participant au programme, Expedia réinvestira 25% de ses revenus de 2019 sous forme de promotion et de publicité sur le sites du groupe. Le groupe annonce aussi réduire les commissions prélevées sur toutes les nouvelles réservations effectuées, durant les 3 mois que dure le programme. Il prolonge également de 90 jours les délais de paiement applicables aux réservations Hotel Collect. « Des conditions minimales sont requises pour que les partenaires puissent participer au programme », précise un communiqué.

Data et formations

Autre pilier de ce programme : la data. “Les hôteliers se demandent si c’est viable, économiquement, de rouvrir. Nous avons voulu faire preuve d’agilité techno en offrant l’accès à un outil qui permet de connaître les tendances de marché”, explique Olivier Pernoud. Concrètement, les hôteliers pourront grâce à cet outil prendre le pouls de la demande dans leur quartier, à certaines dates, en identifiant les marchés sources.

Une autre enveloppe, de 25 millions de dollars, est affectée aux destinations, avec l’objectif de soutenir la demande grâce à la publicité.

Par ailleurs, Expedia lance également un programme de formation pour les pros, le Expedia Group Learning Lab.

Le groupe fait également savoir que 70% des offres présentes sur le site sont remboursables, et qu’un nouveau filtre permettant de rechercher sur tous les sites du groupe des vols en fonction des options de remboursement des billets d’avion.

Des annonces qui arrivent dans un contexte particulier à plus d’un titre, puisqu’à plusieurs reprises pendant le confinement, les hôteliers avaient plaidé pour un “New Deal” avec les OTA, estimant que le moment était venu de “se remettre autour de la table”.

Source : Expedia débloque 275 millions de dollars pour soutenir la reprise