Air Madagascar se prépare pour le marché sud-africain

La compagnie nationale aérienne Air Madagascar prépare le terrain pour la réouverture le 17 juin prochain de la liaison entre Antananarivo et Johannesburg. Une réouverture qui intervient quatre ans après la fermeture de la liaison, en décembre 2015.

« La réouverture de la ligne Antananarivo – Johannesburg  marque une nouvelle étape dans notre volonté de développer les passerelles entre les régions Afrique et Océan Indien. La première étape ayant été la signature du partenariat privilégié Air Madagascar / Air Austral / Kenya Airways »  explique Gilles Talec,  Directeur Général Adjoint d’Air Madagascar en charge des Affaires Commerciales.

Début mai, Air Madagascar a participé à l’édition 2019 du Salon INDABA à Durban, en Afrique du Sud. Une occasion d’approcher la future clientèle sud-africaine et de contribuer à la promotion de la destination Madagascar.

Gilles Talec  souligne d’ailleurs que «les possibilités d’échanges avec l’Afrique du Sud sont multiples, c’est un centre économique majeur du continent africain, et les opportunités de développer le voyage d’affaires et les séjours touristiques à Madagascar sont bien réelles »

La desserte de la ligne Antananarivo – Johannesburg – Antananarivo sera assurée par Boeing B737-800. Deux vols hebdomadaires au départ d’Antananarivo sont programmés, le lundi et le samedi, à 15H05. Les réservations sont d’ores et déjà ouvertes, avec des places disponibles à partir de 500 Eur TTC, sur le site de la compagnie.

Source : Air Madagascar se prépare pour le marché sud-africain

Madagascar : Ravinala Airports : Un nouvel aéroport utile pour le développement selon David Malpass

« Ce projet est essentiel pour le développement de Madagascar ». C’est ce qu’a notamment déclaré David Malpass, le Président de la Banque Mondiale, lors de la visite qu’il a effectuée au nouveau terminal de l’aéroport international d’Ivato, le 30 avril dernier.  C’était lors de la première visite officielle effectuée par le nouveau Président de la Banque Mondiale et qu’il a commencé à Madagascar. Faut-il en effet rappeler que la Banque Mondiale figure parmi les bailleurs de fonds de ce nouvel aéroport, à travers la Société Financière Internationale. Selon David Malpass,  ce projet va contribuer au développement de Madagascar à travers la relance du secteur du tourisme, la création d’emploi et la promotion de l’image de Madagascar sur le plan international.

On rappelle que  la société Ravinala Airports  a signé en 2015, un contrat de concession de 28 ans pour les deux aéroports d’Antananarivo Ivato et de Nosy- Be Fascène.  Formé par le Groupe ADP (35 % de l’actionnariat via sa filiale ADP Management), le groupe Bouygues (20 %) –  aux travers de Bouygues Bâtiment International et Colas Madagascar, filiale de Colas, à parité, et Meridiam (45 %),  Ravinala  Airports – assure depuis  décembre 2016, l’exploitation des  deux aéroports  en question. Les travaux avancent à grand pas car le nouvel aéroport sera inauguré d’ici quelques mois. Un nouvel aéroport bâti sur une surface  totale de 17.500 m², et comprenant  deux halls sur deux étages mesurant chacun 170  mètres de long, entièrement climatisés, plusieurs comptoirs de check-in, un scanner 3D capable de traiter 1500 bagages à l’heure, trois autres scans à bagages pour différentes utilités,  des escalators, des ascenseurs, des espaces pour le commerce et la restauration… Autant d’infrastructures actuellement en cours d’installation, et qui feront du nouveau terminal de l’aéroport international d’Ivato, l’une des plus grandes infrastructures modernes que compte le pays, ces dernières années.

Source : Ravinala Airports : Un nouvel aéroport utile pour le développement selon David Malpass

Salon INDABA 2019 : Une bonne visibilité pour la destination Madagascar

La destination Madagascar s’expose au salon professionnel du tourisme intitulé INDABA pour cette édition de 2019.

La Grande île a été ainsi présente sur un stand d’une superficie de 24m² lors de ce plus grand salon professionnel du tourisme d’Afrique. Cet événement d’envergure internationale s’est déroulé du 2 au 4 mai au Centre de Convention Inkosi Albert Luthuli de Durban en Afrique du Sud.  De nombreux acteurs et professionnels du secteur tourisme issus de différents pays d’Afrique, s’y sont retrouvés pour effectuer des échanges, des rencontres et des présentations autour des destinations et des offres touristiques les plus intéressantes du continent durant ces trois jours. Madagascar y a été représenté par l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) et la compagnie aérienne nationale Air Madagascar, ainsi que quatre opérateurs touristiques nationaux, à savoir, Chrismiatours Mada, Dadamanga Group, Mercure Voyages et Island Continent Tours. D’aucuns reconnaissent qu’il y a eu une bonne visibilité pour la destination Madagascar à l’issue de la participation de la délégation malagasy à ce salon INDABA 2019.

Raffermir les contacts. Notons que le Programme TRF (Trade Related Facility) Madagascar, financé par la SADC (Communauté de développement d`Afrique australe) et l’Union Européenne, a appuyé la participation de l’ONTM à ce salon professionnel. Ce qui a en même temps permis aux opérateurs de la Grande île, d’encourager l’intérêt des revendeurs sud-africains pour les produits touristiques de la destination. C’était également une occasion de raffermir les contacts et de nouer des partenariats pour des futures collaborations avec d’autres opérateurs africains. Il faut savoir également que le stand malgache a accueilli la visite du ministre du Tourisme sud-africain, Derek HANEKOM et son Vice-ministre ainsi que le Consul Honoraire de Madagascar à Durban, Louise Fox. D’après les statistiques officielles, cette édition de 2019 a réuni plus de 1 000 exposants et environ 1 500 acheteurs. Une chose dont on est sûr, les retombées économiques positives de cette participation de la Grande île à ce plus grand salon professionnel du tourisme en Afrique seront tirées dans les prochaines années. Les opérateurs touristiques participants ont pu sûrement réaliser des ventes servant à promouvoir la destination Madagascar.

Source : Salon INDABA 2019 : Une bonne visibilité pour la destination Madagascar

Hôtellerie à Madagascar : Vers un grand essor, selon le Groupe international Radisson

254 chambres de trois grands hôtels construits par le Groupe Talys seront gérées par Radisson Hotel Group. L’accord de partenariat a été signé mercredi dernier à l’hôtel Tamboho. « Talys est un groupe familial basé à Madagascar. Il investit beaucoup dans la Grande-île, mais le public le connait par Sanifer, Cinepax, Tamboho hôtel et le centre Tana Water Front. Outre Tamboho, le groupe a également deux autres hôtels de luxe en constrution. Un à Ambatonakanga et un au Tana Water Front. Ces trois hôtels forment le portefeuille dont la gestion sera confié au groupe Radisson », ont indiqué les représentants du Groupe Talys, lors de la signature de l’accord de partenariat.

Représenté par Erwan Garnier, directeur de développement en Afrique Francophone, Radisson Group a mis en avant sa renommée internationale et sa présence dans 115 pays, dont 14 en Afrique Francophone et 31 sur tout le continent africain. En effet, l’implantation de cette multinationale à Madagascar annonce une tendance très positive pour le secteur de l’hôtellerie dans le pays. Le ministre de tutelle, Joël Randriamandrato a d’ailleurs noté que, d’autres grands investisseurs seront attendus à la suite d’une grande rencontre internationale prévue se tenir en septembre prochain.

Source : Hôtellerie à Madagascar : Vers un grand essor, selon le Groupe international Radisson

Tourisme de luxe : La destination Madagascar choisie par une agence de voyage américaine

Ker & Downey Africa vend un voyage de douze jours à plus de 15 000 Euros par personne.  

Madagascar est en passe de devenir l’une des destinations incontournables pour le voyage de luxe dans le monde. Nombreuses sont les grandes agences de voyages réputées dans ce domaine qui n’hésitent plus à l’inclure dans leurs programmes annuels de voyage. A titre d’illustration, l’agence de voyage Ker & Downey Africa, basée aux Etats-Unis et qui se spécialise dans le tourisme de luxe, a choisi cette année la destination Madagascar.

Lieux préservés. Notons que cette agence de voyage américaine vend un voyage de douze jours à plus de 15 000 Euros par personne à une destination choisie par ses clients hauts de gamme. Et si sa spécialité a été surtout d’organiser des voyages safari en Afrique du Sud, au Rwanda ou encore en Uganda, cette agence de voyages spécialisée dans les voyages de luxe  invite cette année ses clients à découvrir la Grande île. Aussi pour cette année, plusieurs dates sont proposées pendant les mois de septembre et novembre. Il s’agit d’un séjour de douze jours durant lequel, les voyageurs découvriront des lieux totalement préservés du tourisme de masse. On peut citer, entre autres, la Nosy Komba à Nosy-Be, les archipels de Mitsio, l’archipel de Tsarabanjina au nord-ouest et Nosy Ankao dans le nord près d’Antsiranana. En outre, ils seront hébergés dans des établissements haut de gamme, offrant un luxe incomparable. A titre d’illustration, Tsarakomba luxury beach & forest Lodge, Constance Tsarabanjina et l’ecolodge de luxe Miavana sont très prisés par les touristes de luxe.

Richesse de sa biodiversité. Il faut savoir que pour chaque voyage à travers le monde, l’agence de voyage Ker &Downey Africa offre à ses clients une aventure incomparable, inoubliable et exceptionnelle, dans des endroits où la Nature garde encore tous ses droits. La destination Madagascar se démarque notamment de la richesse de sa biodiversité endémique pour ne parler que ses lémuriens et ses baobabs. Son accueil chaleureux constitue également une de ses particularités.

Source : Tourisme de luxe : La destination Madagascar choisie par une agence de voyage américaine

Engagez votre établissement dans une démarche durable et optimisez vos profits d’exploitation !

Engagez votre établissement dans une démarche de développement durable et optimisez vos profits d’exploitation !

Madagascar Hôtel Consultant (MHC) est un cabinet de coaching et formations en hôtellerie et tourisme responsable, basé à Madagascar et se déployant sur l’ensemble de l’Océan Indien.

Membre du réseau d’experts internationaux François Tourisme Consultants (FTC), reconnu comme leader international en matière de conseil et de formation pour l’hôtellerie et le tourisme dans le domaine de l’environnement et du développement durable, nous vous proposons des solutions adaptées aux exigences du marché actuel.

NOS SERVICES

GESTION ENVIRONNEMENTALE

« Optimisez votre gestion en réduisant vos coûts d’exploitation et vos impacts sur l’environnement grâce à un ensemble d’actions et de mesures simples à appliquer. Contribuez à la protection de la biodiversité. »

DEMARCHE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

« Intégrer le développement durable dans votre stratégie vous permettra d’établir un compromis sur le long terme entre une croissance économique génératrice de richesses et d’emplois, la solidarité et l’équité sociale, et la préservation de l’environnement. Vous gagnerez en reconnaissance des populations locales et serez une référence dans votre secteur d’activité. »

LABELS & CERTIFICATIONS

« Allez plus loin dans votre démarche et encadrez vos actions via un label ou une certification, cet engagement vous permettra de communiquer votre positionnement en matière de développement durable et de valoriser votre qualité de service. »

NOS MÉTHODES D'INTERVENTION

DIAGNOSTIC

ACCOMPAGNEMENT

AUDIT & CERTIFICATION

FORMATION

Avoir une démarche de « Développement Durable » dans son établissement est une preuve, aujourd’hui, de professionnalisme sur les marchés internationaux et une assurance d’optimisation des profits d’exploitation.

 En 2019, on doit être convaincu que le management hôtelier et la rentabilité hôtelière passent forcément par les solutions apportées par le développement durable.

Parlons-en ensemble. Voyons-nous prochainement. Notre équipe d’experts, spécialistes de ces questions, est à votre disposition.

Salon ITM 2019 : L’Indonésie, pays invité d’honneur

L’Indonésie a répondu favorablement à l’invitation de Madagascar, en tant que pays invité d’honneur du salon International Tourism Fair –Madagascar ou ITM 2019 qui aura lieu du 13 au 16 juin 2019 au CCI Ivato.

« Ce projet a eu lieu grâce à l’initiative de l’Association des Agences de Voyages à Madagascar (AAVM) qui a effectué des éductours organisés par l’Ambassade de l’Indonésie à Madagascar à Bali », a déclaré Boda Narijao, le PCA de l’ONTM lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au ministère du Tourisme, des Transports et de la Météorologie. De son côté, le Chargé d’Affaires de l’Indonésie à Madagascar, SEM Heru Wicaksono, se sent honoré d’être au cœur de ce salon ITM. En effet, « il y a de multitudes similitudes entre les deux pays de par leurs histoires, leurs génétiques, leurs cultures et leurs langues, influencées par les vagues d’immigration de l’Asie du Sud Est, en particulier l’Indonésie », a-t-il expliqué.

Délégation de 50 personnes. Notons que la participation de l’Indonésie à cet événement d’envergure internationale sera marquée par la présence d’une forte délégation de 50 personnes composées de professionnels du tourisme et d’acteurs culturels. Cette délégation sera conduite par des officiels issus du ministère du Tourisme indonésien. En fait, ce pays invité d’honneur disposera d’un pavillon s’étalant sur une surpercificie de 300m² durant le salon ITM 2019. A cette occasion, il y partagera les clés et l’histoire de toutes ses réussites en organisant, entre autres, une exposition d’objets et de look indonésien, une conférence sur la politique de développement du tourisme dédiée aux professionnels et un atelier de danse indonésienne avec des artistes de l’université de l’UNS. En outre, une rencontre B2B sur les produits, les destinations et prestations touristiques, un atelier de batik dédié aux artisans malgaches accompagné d’un défilé de mode en batik et costumes traditionnels ainsi que des animations sur la gastronomie indonésienne et une démonstration de la danse traditionnelle REOG, aura également lieu.

Opportunités d’affaires. Il faut savoir que des sites touristiques indonésiens sont reconnus dans la liste du patrimoine mondial. Ce pays a accueilli plus de 14 390 000 de touristes étrangers l’an dernier. Ce qui a engendré des revenus conséquents atteignant les 17,6 milliards USD. Dans l’objectif de soutenir Madagascar dans la réalisation de son projet d’émergence, l’Indonésie affiche sa volonté de partager ses expériences en matière de gestion durable du secteur touristique. Pour sa part, l’ONTM invitera en éductour des Tours Opérateurs indonésiens pour découvrir les plus belles destinations de Madagascar dans le but d’augmenter la visibilité du pays auprès des professionnels indonésiens. « On peut saisir de nombreuses opportunités d’affaires grâce à la convention de partenariat entre les deux pays. En effet, à part le développement du tourisme à Madagasar, de nombreux articles et produits comme les habillements et les meubles provenant de ce pays, sont à la portée de la population malgache y. D’autant plus, on ne paie aucun frais de visa pour y aller », a fait savoir Bakomalala Nirinalijao, la présidente de l’AAVM.

Source : Salon ITM 2019 : L’Indonésie, pays invité d’honneur

Madagascar : Le secteur privé propose un rabais de la TVA à 10%

Mise en place d’un système de taxation forfaitaire pour les petites et moyennes entreprises, le rabais de l’impôt synthétique intermittent fixé à 5% sur la production en milieu rural, le rabais de la TVA à 10% pour les restaurants et la possibilité de choix entre le paiement de ce TVA et l’impôt synthétique chiffré sur le chiffre d’affaires du restaurant. Tels sont entre autres les propositions des représentants du secteur privé dans le cadre de l’élaboration du projet de loi de Finances rectificative 2019.

Ces propositions ont été évoquées lors de leur rencontre avec le ministre des Finances jeudi. Comme les départements ministériels, les institutions et l’organisation des sociétés civiles, les représentants du secteur privé étaient invités à apporter leurs recommandations et propositions sur ce projet de loi qui devrait être présenté en conseil des ministres le 17 avril prochain en vue d’une adoption.

D’autres propositions sur divers sujets ont été également formulées, à savoir l’organisation d’une rencontre régulière entre l’administration publique et le secteur privé, la reprise des anciennes rédactions sur des articles amendés en 2017 sur le secteur tabac ainsi qu’une demande de rappel à l’ordre concernant les taxes parafiscales prélevées par les Collectivités territoriales décentralisées (CTD).

Pour le ministère, la participation inclusive de tous les acteurs de développement est garantie dans le cadre du processus d’élaboration de la loi de Finances rectificative 2019. C’est la raison pour laquelle le ministre, Richard Randriamandrato, a tenu personnellement à rencontrer les représentants des membres de différents groupements privés et tous différents secteurs du développement économique du pays.

Ont entre autres été représentés lors de cette rencontre avec les secteurs privés et le Grand Argentier malgache, le Groupement des entreprises de Madagascar (GEM), le FIVMPAMA, le Groupement des Entreprises franches et partenaires (GEFP), Entreprendre au féminin, la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (FHORM), la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM), le Syndicat des industries de Madagascar (SIM).

Source : Le secteur privé propose un rabais de la TVA à 10%

Signature à Nairobi d’un plan de coopération entre le Maroc et le Madagascar dans le domaine de l’environnement

Le Secrétaire d’État chargée du développement durable Nezha El Ouafi et le ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts de la République de Madagascar Guillaume Venance Randriatefiarison, ont procédé, mercredi à Nairobi, à la signature d’un plan d’action de coopération entre le Maroc et le Madagascar dans le domaine de l’environnement.

Signé en marge de la 7ème Session extraordinaire de la Conférence ministérielle africaine sur l’Environnement, ce plan d’action vient concrétiser le processus de mise en œuvre du Protocole de coopération dans le domaine de l’environnement et du développement durable, signé le 21 novembre 2016 à Antananarivo lors de la visite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à Madagascar.

Sur deux années de mise en œuvre, ce Plan d’action portera principalement sur l’échange d’expériences entre les deux parties sur des thématiques d’intérêt commun convenues au niveau du Protocole de coopération notamment en matière de gouvernance environnementale et climatique, de l’assainissement liquide et la gestion des déchets, du traitement et de la prévention de la pollution industrielle, ainsi que de la gestion et de la protection des zones sensibles.

Plusieurs activités ont été identifiées dans ce contexte, parmi lesquelles le renforcement des capacités des acteurs malgaches dans les domaines de la Gestion des déchets solides et liquides, l’adaptation et l’accès au financement climatique à travers le 4C (Centre de Compétence en Changement Climatique), l’organisation de sessions de formation et d’échange d’expériences au Maroc sur la reconstitution des écosystèmes forestiers, sur la gestion de la biodiversité et le développement de l’écotourisme.

L’aménagement des bassins versants et la gestion intégrées des eaux ainsi que la prospection des opportunités de financement pour l’opérationnalisation d’au moins un projet par le biais de la coopération triangulaire font aussi partie des activités identifiées.

Source : Signature à Nairobi d’un plan de coopération entre le Maroc et le Madagascar dans le domaine de l’environnement

Comment Madagascar compte relancer son tourisme

Clubs, OpenSky, hôtellerie de luxe. A travers une interview, Joel Randriamandrato, le nouveau ministre du Tourisme de Madagascar, nous explique comment l’Île rouge veut relancer le secteur du tourisme.

Joel Randriamandrato, le ministre du tourisme de Madagascar, à Antananarivo, le 16 mars 2019.
© Florian De Paola

L’Echo touristique : comment se porte le tourisme à Madagascar ?
Joel Randriamandrato : Nous avons de nouvelles ambitions pour le tourisme à Madagascar (le ministre a été nommé suite à l’élection du président Andry Rajoelina, le 8 janvier 2019, ndlr). Nous n’avons jamais réussi à reproduire notre performance de 2008 (375 000 touristes, NDLR). En 2018, nous avons accueilli environ 300 000 visiteurs étrangers, dont 40% de Français. 44% de ces touristes hexagonaux visitent notre pays par l’intermédiaire d’un voyagiste. Pourtant, nous sommes persuadés de pouvoir faire mieux. Madagascar a de réels atouts, parmi lesquels le plus précieux d’entre eux : notre patrimoine naturel. Mais nous devons diversifier notre offre.

Avec quels genre de produits ?
Nous avons déjà ciblé plusieurs formes de voyages auxquels nous pouvons répondre. D’abord, les clubs. Un tour-opérateur italien (Alpitour, NDLR) a ouvert un club à Nosy Be qui fonctionne très bien. La demande existe. Nous voulons ouvrir six clubs dans toute l’île, chacun dédié à un marché. Au niveau de la France, le Club Med pourrait être un partenaire intéressant pour Madagascar. Nous voulons aussi développer l’hôtellerie de luxe, en ouvrant une douzaine d’établissements dans des emplacements idylliques. Nous avons également d’autres projets (golf, marinas, …) que nous allons promouvoir auprès des investisseurs étrangers lors d’un grand forum dédié, à Nosy Be, en juin. Car notre stratégie nécessite des investissements conséquents.

Dans quel domaine en particulier ?
Le transport aérien est l’une des solutions. Si nous voulons ouvrir six clubs, nous devrons rénover et moderniser les six aéroports concernés, pour qu’ils puissent accueillir de gros porteurs. Nous misons sur des opérateurs privés, pour lesquels l’Etat jouera son rôle de facilitateur. Par exemple, nous allons adopter une politique d’OpenSky, avec la volonté de séduire les grands hubs internationaux. Nous allons aussi ouvrir le ciel au trafic intérieur. Cela illustre bien l’ouverture que nous voulons apporter à notre politique touristique. Nous sommes ambitieux, nous voulons changer le pays. Pour le tourisme, l’objectif est clair : nous voulons attirer 500 000 touristes par an d’ici à la fin du mandat présidentiel (5 ans, NDLR).

Source : Comment Madagascar compte relancer son tourisme