Réouverture de l’aéroport des Seychelles : “l’annonce ne changera rien”, selon l’association du tourisme

En raison de la pandémie de coronavirus, les principaux marchés des Seychelles sont interdits de voyage. L’association SHTA estime donc que l’annonce de la réouverture de l’aéroport international ne fera aucune différence immédiate dans le secteur du tourisme.

Réouverture de l’aéroport international des Seychelles prévue début juinLe Président des Seychelles, Danny Faure, a déclaré, lundi 27 avril, que l’aéroport international de la nation insulaire rouvrira le 1er juin prochain, conformément aux directives du ministère de la Santé. Les restrictions sur les voyages à destination et en provenance du pays seraient levées à partir de cette date.

“Pour notre entreprise, l’annonce ne changera rien ”
La présidente de Seychelles Hospitality and Tourism Association, Sybille Cardon, ne s’attend cependant pas à ce que l’industrie du tourisme reprenne de sitôt. “Pour notre entreprise, l’annonce ne changera rien, parce qu’en Europe, par exemple, les gens ne peuvent pas voyager”, a-t-elle expliqué à nos confrères du Seychelles News Agency.

En 2019, le Royaume-Uni, l’Italie, la France, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche étaient les principaux marchés des Seychelles. Or, ces pays font partie des plus affectés par la pandémie de coronavirus. Sybille Cardon espère toutefois que “les choses bougeront l’année prochaine”.

“Il sera prématuré de prévoir de nouvelles tendances en matière de voyages”
Comme le monde a été touché de manière du jamais vue par cette crise sanitaire, beaucoup de pays restent bloqués. Partout, les gens ont peur de se déplacer. “En ce moment, il sera prématuré de prévoir de nouvelles tendances en matière de voyages”, estime donc Sherin Francis, la directrice générale du Seychelles Tourism Board (STB).

Madame Francis pense néanmoins que “l’ouverture de l’aéroport est une première étape nécessaire”. “Il faudra beaucoup d’autres conditions en place avant que les voyages de loisir ne reviennent à un niveau normal”, selon ses dires.

Source : Réouverture de l’aéroport des Seychelles : “l’annonce ne changera rien”, selon l’association du tourisme

Seychelles : le nombre d’arrivée des touriste dans l’archipel en baisse

A cause de l’épidémie du coronavirus, une baisse des arrivées des touristes aux Seychelles est constatée.

A cause de l’épidémie du coronavirus, une baisse des arrivées des touristes aux Seychelles est constatée.

Le contexte actuel du tourisme aux Seychelles

A l’occasion d’une réunion, qui s’est tenue à la présidence, mercredi 4 mars dernier, la situation actuelle du tourisme aux Seychelles a été évoquée.

Depuis le début de la propagation du coronavirus dans le monde, la fréquence des arrivées des touristes dans l’archipel a baissé. D’où cette rencontre organisée, mercredi, entre le président Danny Faure et les représentants des ministères des Finances, du tourisme, de l’Autorité de la santé publique et de la Banque centrale.

“Naturellement, cela aura un impact sur nos revenus”

De son côté, le secrétaire principal aux finances, Damien Thésée, a fait remarquer qu’une “baisse du nombre d’arrivée de touristes en provenance de deux de nos grands marchés : la Chine et l’Italie, est notamment constatée”. Il a ensuite ajouté que : “Naturellement, cela aura un impact sur nos revenus”.
Il a aussi souligné que son ministère a étudié plusieurs propositions issues de différents scénarios et analyses pour essayer de “prévenir un impact sur l’économie”. L’objectif de ce travail est en l’occurrence celui de voir s’il faut ou non “ajuster le budget”. Une évaluation de cette situation est nécessaire, dont les résultats seront connus fin mars.

Il faut rappeler qu’aucun cas de coronavirus n’a été signalé aux Seychelles. Il faut aussi souligner que l’Autorité de santé publique seychelloise n’autorise aucun citoyen à se rendre en Chine, en Corée du Sud, en Italie et en Iran.

Source : Seychelles : le nombre d’arrivée des touriste dans l’archipel en baisse

Tourisme : les Seychelles ont reçu le prix “Destination de l’année” par les Arabes

En 2019, 24 112 touristes issus des Émirats arabes unis ont visité Les Seychelles. La nation insulaire était alors le cinquième marché de l’archipel.

Un événement organisé par Arabian Business

Les Arabes ont décerné aux Seychelles le prix “Destination de l’année” lors des KSA Arabian Business Awards en Arabie Saoudite. L’événement organisé par Arabian Business, un magazine d’affaires parmi les plus importants de la région, a rendu hommage à de nombreuses grandes entreprises. Des institutions et hommes d’affaires étaient également félicités pour leurs succès et leur excellence dans leurs secteurs sans oublier leur contribution au secteur des entreprises.

Des réalisations encourageantes

Ahmed Fathallah, représentant du Seychelles Tourism Board (STB) à Dubaï, a assisté à l’événement. Lors de son allocution, il a déclaré que les Seychelles devenaient de plus en plus attrayantes. “Ces réalisations incitent continuellement l’équipe de la STB au siège et dans les bureaux à l’étranger, y compris moi-même, à continuer d’intensifier nos efforts pour promouvoir la destination”, a-t-il ajouté sur le récit de Seychelles News Agency. Il estime que d’autres d’événements de ce genre permettent de témoigner la reconnaissance à leurs partenaires dans différents secteurs et de les remercier. “Notre succès est un hommage aux efforts combinés non seulement de notre équipe, mais aussi de nos précieux partenaires commerciaux.”, s’est encore réjoui le représentant du STB à Dubaï.

Au total, 24 112 touristes issus des Émirats arabes unis sont venus aux Seychelles en 2019. Ce qui fait de cet état insulaire le cinquième marché de cet archipel de l’océan Indien occidental. L’année précédente, ils étaient 25 024 Arabes à s’y rendre, ce qui représente le quatrième marché majeur après l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni. Qatar Airlines, Emirates Airlines et Etihad Airlines desservent actuellement les Seychelles.

Source : Tourisme : les Seychelles ont reçu le prix “Destination de l’année” par les Arabes

Biodiversité: achetée par une ONG il y a 50 ans pour sauver 26 oiseaux, une île de l’océan indien est devenue un petit paradis

Petite perle posée sur un océan indien aux eau turquoises, Cousin déborde de vie. Les tortues terrestres géantes déambulent et les rousserolles tournoient sur ce roc longtemps balafré par les plantations avant d’être acheté et rendu à la nature pour la sauvegarde d’une espèce. L’île, qui fait partie des Seychelles, est à nouveau luxuriante.

Cinquante ans après le rachat de l’île par une ONG qui souhaitait sauver un des oiseaux les plus rares au monde, la végétation a repris ses droits et retrouvé un équilibre que les gestionnaires de l’île Cousin entendent défendre face à l’homme. Au point de tout faire pour limiter le tourisme pourtant essentiel pour la gestion de la réserve. En 2018, plus de 16.000 personnes sont venues admirer la biodiversité unique de Cousin, soit plus de 30% que 10 ans auparavant.

Le chiffre peut sembler dérisoire au vu des standards touristiques modernes mais il est suffisamment élevé pour avoir alerté Nirmal Shah, directeur de Nature Seychelles, l’ONG qui gère cette île de 34 hectares. “Le tourisme est important pour Cousin, c’est ce qui permet de financer les projets de conservation que nous y menons. Mais 16.000, c’était trop“, affirme M. Shah. Car au détour des chemins, sur les plages immaculées ou dans la dense forêt tropicale, le visiteur tombe nez à nez avec des tortues terrestres parfois centenaires, de nombreux oiseaux marins nidifiant sur l’île, des tortues marines ou des bernard-l’hermite. “Quand il y a trop de touristes, ça peut déranger les oiseaux qui nidifient ou faire reculer les tortues de mer qui voulaient pondre leurs oeufs sur l’île“, explique le gardien en chef de la réserve Dailus Laurence.

Cousin a été rachetée en 1968 par l’ONG Birdlife International pour 17.560 livres sterling (20.500 euros au cours actuel) afin de sauver de l’extinction un oiseau à la robe vert-brune, la rousserolle des Seychelles. Les 26 derniers spécimens étaient réfugiés dans quelques arbres de mangrove alors que le reste de l’île était traversé de plantations de cocotiers et de canneliers.

Depuis, la végétation indigène a repris ses droits, la rousserolle est sauvée au point de pouvoir la réintroduire sur quatre autres îles des Seychelles et Cousin est devenu le plus important site de nidification des tortues imbriquées – une tortue de mer – dans l’ouest de l’océan Indien.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est dithyrambique quant aux “succès de conservation uniques” de Cousin, “la première île achetée pour la conservation d’une espèce” et qui sert désormais de modèle ailleurs dans le monde.

La suit de cet article sur : Biodiversité: achetée par une ONG il y a 50 ans pour sauver 26 oiseaux, une île de l’océan indien est devenue un petit paradis

Les Seychelles misent sur Air France pour relancer la fréquentation

Le pays qui va célébrer le 150e anniversaire de l’arrivée des premiers colons connait un léger trou d’air sur le marché français depuis l’arrêt en mai de Joon. Mais Air France va reprendre ses vols pour la haute saison, d’octobre à mars 2020.

2020 sera une année de célébrations pour les Seychelles afin de marquer le 150 anniversaire du peuplement du pays par une poignée d’immigrés français accompagnés d’esclaves africains et de quelques indiens. « Cet événement débutera le 21 décembre prochain pour se dérouler sur un an. Nous allons mettre en avant l’histoire des Seychelles et proposer un programme culturel dans les 25 districts afin d’inciter les touristes à explorer l’archipel », explique Sherin Francis, directeur de l’office du tourisme des Seychelles.

Et la directrice Europe Bernadette Willemin de préciser « qu’une communication sera faite en direction des voyagistes et des agences pour qu’ils incitent à découvrir les Seychelles durant cette année toute particulière ». A cette occasion, un musée national des Arts sera inauguré en octobre 2020 à Sainte-Anne, peu de temps avant l’ouverture sur cette même île du nouveau village 5 tridents du Club Med.

Dans le même temps, les Seychelles entendent accentuer leur positionnement de destination nature à la pointe du tourisme responsable. « Nous étions pionniers en matière d’écotourisme pratiquant cela sans le savoir à l’époque. La richesse des Seychelles, c’est en effet sa nature. Nous devons préserver ce capital au travers d’un tourisme contrôlé et responsable », nous explique sur le salon IFTM le ministre du tourisme Didier Dogley, qui rappelle que le tourisme constitue le premier secteur d’activité du pays, avec la pêche. Pour satisfaire les deux, 30% des côtes de l’archipel seront classées d’ici janvier 2020 dont la moitié sous forme de sanctuaire marin. Une décision qui devrait ravir les adeptes de snorkeling et de plongée sous-marine.

De l’importance d’une liaison directe avec Paris

Côté fréquentation, les Seychelles espèrent faire aussi bien cette année qu’en 2018 qui marqua un record de fréquentation avec 362 000 touristes dont 40 000 Français. « Depuis l’arrêt de Joon en mai dernier, les arrivées sont en légère baisse mais nous espérons finir 2019 à l’étale avec la reprise du vol quotidien d’Air France le 25 octobre, jusqu’en mars 2020 », précise Bernadette Willemin. Une liaison directe entre Paris et Mahé apparait donc essentielle pour le marché malgré les vols avec une escale proposés par British Airways, Emirates, Qatar Airways, Etihad, Turkish Airlines, Ethiopian….

Outre la question de la desserte aérienne, la préoccupation de l’office du tourisme est de faire apparaître les Seychelles comme une destination destinée à toutes les clientèles et pour tous les budgets, la durée moyenne de séjour s’élevant à 9 nuits. « Les Seychelles ne comptent pas qu’une hôtellerie de luxe avec des hôtels 5* réputés mais également des établissements de charme, des chambres d’hôtes, des locations en meublé… », insiste-t-elle.

Afin de faire connaître cette offre d’hébergement diversifiée ainsi que l’ensemble des informations nécessaires pour vendre la destination de l’océan Indien, la formation de la distribution sera renforcée avec déjà 300 vendeurs experts certifiés. « Il est important que les agents de voyages maîtrisent la destination, cette certification comprenant, dans une seconde phase, un éductour aux Seychelles car on ne vend bien que ce que l’on connait », conclut Bernadette Willemin.

Source : Les Seychelles misent sur Air France pour relancer la fréquentation

Seychelles Explorer, opérateur pionnier du tourisme d’aventure aux Seychelles

Pierre Sagant est directeur de Seychelles Explorer, un opérateur de voyage historique sur l’archipel, notamment sur le tourisme actif. Il nous présente ses activités à destination des groupes et les points forts des Seychelles.

Qui sont les clients de Seychelles Explorer ? 

P.S : « Nous avons lancé Seychelles Explorer en 2003 et nous sommes spécialistes des Seychelles. Nous travaillons en B to B avec des agences pour des voyages en groupe, y compris les petits groupes. On propose des packages tout compris, avec guide, logement, et activités.
On travaille pour la plupart des marques de voyage françaises, anglaises, italiennes et allemandes qui existent sur le marché.

On monte aussi beaucoup de séjours incentive et des team buildings en sejour court 4 nuits/5 jours ; on a acquis un vrai savoir-faire sur ce secteur et on propose vraiment des programmes grand format adaptés aux entreprises. Cela représente environ une centaine de groupes par an. »

Quelles sont vos spécificités ? 

P.S. : « Nous avons été pionniers sur le tourisme actif, ou d’aventure, aux Seychelles à une époque où les touristes restaient finalement à l’hôtel et se contentaient d’aller à la plage, sans trop visiter les îles.

Aujourd’hui, beaucoup de voyageurs viennent pour profiter de la nature préservée de l’archipel et c’est une vraie plus-value pour les Seychelles. On a été les premiers à proposer des circuits de randonnées sur plusieurs iles à la journée par exemple mais aussi les premiers à introduire des sorties en kayak sur l’archipel. »

Pourquoi choisir les Seychelles ? 

P.S : « On croit encore trop souvent que les Seychelles sont une destination luxe mais en réalité toutes sortes d’hébergements se sont développés et on ne trouve pas que des hôtels de luxe. Toutes les gammes tarifaires existent y compris pour les petits budgets à travers les guesthouses. On peut donc monter des séjours package pour des tarifs accessibles.

Le vrai luxe aux Seychelles c’est la nature finalement car les îles comptent beaucoup de réserves et un bon nombre sont accessibles au public ; on propose de les visiter à travers nos différents packages.

Autre élément clé : la météo ! Elle est idéale toute l’année car l’archipel, situé au niveau de l’équateur, offre une saison estivale quasi-permanente, et Il se trouve bien au-delà de la zone cyclonique du sud océan indien.

Par ailleurs, les Seychelles ne connaissent pas de problèmes de sécurité ni de risques sanitaires ou politiques. Pas besoin de vaccins ou de visa pour s’y rendre ! Et, enfin, l’archipel est devenu très facile d’accès avec un grand nombre de vols quotidiens depuis Paris. »

Source : Seychelles Explorer, opérateur pionnier du tourisme d’aventure aux Seychelles

Les pailles en plastique, c’est bientôt fini aux Seychelles

(Seychelles News Agency) – Le ministère de l’Environnement de la nation insulaire interdira l’importation de pailles en plastique à usage unique dans le pays à compter du 1er février.

Une interdiction totale des pailles suivra au mois de juin.

L’interdiction comprendra les pailles utilisées dans les cocktails et autres boissons, mais exclura les pailles en plastique fixées aux sachets de jus de fruits, a déclaré un haut responsable.

«L’interdiction des pailles en plastique à usage unique sera mise en œuvre par étapes. À la suite de l’interdiction d’importation, une interdiction totale sera mise en œuvre dès le 1er juin 2019 », a déclaré Nanette Laure, directrice générale de la division de la gestion des déchets et des permis du ministère de l’Environnement.

Elle a expliqué qu’une interdiction totale signifiait qu’aucun particulier ou entreprise ne serait en mesure d’importer, de vendre, de transformer ou de fabriquer des pailles en plastique aux Seychelles, un groupe de 115 îles situées dans l’ouest de l’océan Indien.

Il n’est pas clair s’il existe une entreprise de production de pailles dans le pays; toutefois, la fabrication a été incluse dans la politique afin de couvrir tous les aspects d’une telle interdiction.

Un type de paille à exclure de l’interdiction sera celui se trouvant sur les briquettes de jus ou de lait.

«Nous comprenons les préoccupations d’autres partenaires et ONG sur l’utilisation de pailles venant avec les briquettes de jus. En examinant tous les facteurs, nous devrons procéder à l’interdiction par phases, car les pailles des boites de jus de fruits font partie d’une autre catégorie, mais cela ne signifie pas qu’elles ne seront pas interdites pour autant», a déclaré Mme. Laure.

C’est au mois de juin 2018 que le ministre de l’Environnement a annoncé l’implémentation d’une interdiction sur l’utilisation de pailles en plastique. L’annonce a coïncidé avec la Journée mondiale de l’environnement. Quelques jours plus tard, le Conseil des ministres a approuvé cette interdiction.

Le public pourra utiliser des pailles en papier, en pâtes ou en bambou comme alternatives. Les pailles en papier sont actuellement la solution la plus populaire.
L’association du tourisme et de l’hôtellerie des Seychelles a fait pression sur le ministère compétent au sujet de cette interdiction au mois de mai de cette année. L’association a fait appel à de nombreux établissements touristiques et nombre d’entre eux utilisaient déjà des alternatives dans leurs restaurants.

Dans une interview accordée à la SNA, Sybille Cardon, présidente de l’Association du tourisme et de l’hôtellerie des Seychelles, a déclaré: «Pour 2018, l’objectif principal de notre association est la gestion des déchets. Nous voulons que cela soit en tête de notre ordre du jour car il n’y avait aucune mention de ce dernier dans le discours du Président sur l’état de la nation de cette année. “

«Les pailles sont faciles, mais nous reconnaissons que cela prendra également du temps, car nous devons également informer les gens des raisons pour lesquelles nous devons utiliser des alternatives plus respectueuses de l’environnement», a déclaré la présidente.

Le groupe hôtelier propriétaire de Carana Beach a étendu la campagne ‘Refuser les pailles’ à ses autres propriétés situées sur Denis Private Island et à l’Indian Ocean Lodge à Praslin.

L’interdiction des pailles en plastique fait partie d’une stratégie en cours visant à réduire et à gérer la quantité de déchets se retrouvant dans la décharge. Mme. Laure a déclaré que le plastique est le principal type de déchet se dirigeant vers la décharge.

Pour s’attaquer à ce problème, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et du Changement climatique a interdit les importations de boîtes à emporter en polystyrène et d’articles en plastique tels que des sacs, assiettes, gobelets et couverts, entrés en vigueur au mois de janvier 2017.

Source : Les pailles en plastique, c’est bientôt fini aux Seychelles

Seychelles félicités par la COI pour la protection et l’amélioration de la biodiversité

La Commission de l’Océan Indien ou COI a salué les efforts de l’archipel dans le cadre du programme sur la biodiversité.

Un programme financé par l’UE

Financé par l’Union européenne à hauteur de 2,9 millions de dollars, la Commission de l’océan Indien ou COI a mis en œuvre le programme sur la biodiversité aux Seychelles. Lors d’un récent atelier, les organisations seychelloises ont présenté leurs réalisations dans le domaine de la biodiversité, rapporte Seychelles News Agency.

Les objectifs

Ce programme a pour objectif de renforcer les capacités nationales et régionales en matière de gestion des ressources et des écosystèmes de la biodiversité côtière, marine et insulaire. Il assure ainsi la conservation et la promotion de l’utilisation durable de ces ressources au profit de la population.

Des résultats positifs

Selon Mihary Randrianarivelo, l’assistante de communication du COI, les résultats positifs se reflètent dans les projets financés tels la restauration des coraux, le plan de gestion des holothuries et le programme de biosécurité à Aldabra. «  De nombreuses initiatives ont été prises par Les Seychelles pour assurer la survie de sa population et son environnement », a-t-elle poursuivi.

Les espèces exotiques envahissantes contrôlées

Par ailleurs, la directrice de la section de la conservation de la biodiversité du ministère de l’Environnement, Ashley Dias a signifié que grâce à ce programme, le patrimoine mondial d’Aldabra, une île corallienne, a été protégée des espaces exotiques envahissantes. Par ailleurs, un nouveau projet pour la mise en place de biosécurité strictes sur ce site a été instauré par la SIF ou Seychelles Islands Foundation.

Source : Seychelles félicités par la COI pour la protection et l’amélioration de la biodiversité

Les Seychelles, une certaine idée du paradis

L'île de Desroches, un Eden préservé au bout du monde. SDP

Sur l’île de Desroches, l’une des plus préservées de l’archipel des Seychelles, tourisme de luxe renoue avec biodiversité.

C’est peu après le lever du soleil, quand elle est encore endormie, que l’île livre certains de ses plus beaux secrets. Il suffit d’arpenter ses longues plages de poudre blanche pour observer les allées et venues des raies, au bord des eaux limpides de l’océan Indien, encore désertes à cette heure de la journée, pour le constater. Les plus chanceux croiseront peut-être quelques tortues géantes, les gardiennes de ce coin de paradis. Elles y sont plus nombreuses que les êtres humains, et la légende raconte que leur doyen, nommé George, aurait récemment soufflé ses 120 bougies. Bienvenue à Desroches, un banc corallien d’environ 5 kilomètres sur un et demi, perdu dans les Amirantes, l’un des quatre archipels qui constituent les îles extérieures des Seychelles. Nous sommes à 900 kilomètres au nord de Madagascar, cinq degrés sous l’équateur.

Plongée dans le respect de la faune

En fin de matinée, rendez-vous sur la plage de Madame Zabre pour une séance de snorkeling (palmes, masque, tuba). Le lieu offre un point de vue éblouissant : une petite crique ombragée, bordée d’une forêt dense de cocotiers et de filaos sauvages, laisse place à une immense étendue de sable fin où le bleu curaçao de la mer fond en dégradé jusqu’à se perdre dans le ciel. L’excursion sous-marine est encadrée par les biologistes de l’organisation Wise Oceans, qui oeuvrent à sensibiliser les touristes à la préservation d’une faune régulièrement malmenée par El Nino. L’île est en effet l’un des spots de plongée les plus prisés au monde, notamment grâce au Desroches Drop, un labyrinthe de grottes sous-marines avec une constellation de coraux, mis à mal par les changements climatiques. Pour ceux qui ne pratiquent pas la plongée, la séance de snorkeling vaut déjà le détour : entre les récifs et les bancs d’algues marines, carangues, tortues, concombres de mer et autres espèces aquatiques se laissent apercevoir, à condition de ne pas les approcher de trop près.

Un unique repaire ultra-luxueux

Avec ses plages interminables, sa cocoteraie, son minuscule village créole et ses couchers de soleil insolents, Desroches est l’un des confettis les plus exclusifs. Rien d’étonnant à ce que le groupe hôtelier Four Seasons ait choisi d’y installer son dernier projet, un repaire ultra-luxueux qui occupe désormais tout le sud-ouest de l’île. Avec ses 71 villas construites dans un esprit cabanon chic, chacune dotée d’une piscine privée, c’est la destination parfaite pour goûter au bien-être cinq étoiles, se nourrir de king crab fraîchement pêché et déguster, à la tombée de la nuit, des pina coladas préparées avec un rhum local. Il est aussi la seule installation touristique de l’île accessible depuis Mahé, l’île principale, moyennant un vol de 40 minutes à bord d’un petit avion de 20 places. Lorsque l’on quitte les falaises de granit de Mahé, et que se dessinent petit à petit les contours luxuriants de Desroches, banc de sable perdu dans l’océan, la magie opère instantanément. Deux vols quotidiens sont assurés par l’Islands Development Company, une entreprise gouvernementale qui veille à ce que tourisme et écosystème parviennent à cohabiter harmonieusement.

Un havre dédié à la préservation des tortues géantes

Car si les villégiatures de luxe contribuent largement à l’économie du pays, son gouvernement tient à en réduire les impacts négatifs. A travers le plan Seychelles Sustainable Development Strategy, lancé en 2012, il oeuvre à promouvoir un tourisme raisonné. C’est en accord avec ce programme que Four Seasons a bâti son resort, qui accueille au coeur de ses installations le centre de biologie marine de Wise Oceans, et travaille main dans la main avec l’Island Conservation Society sur un programme de soin et de reproduction des tortues géantes. Dans les allées de l’établissement, les déplacements se font à vélo ou en buggy électriques, fournis gratuitement par l’hôtel. Dans les villas privées comme dans les restaurants, l’eau est servie dans des bouteilles réutilisables, et les pailles, totalement bannies.

La transition vers un modèle 100% écologique n’en est certes qu’à ses balbutiements (on peut s’interroger sur l’empreinte carbone laissée par 14 vols hebdomadaires), mais ces engagements constituent une première étape non négligeable vers un tourisme plus raisonné. Reste que pour goûter au climat tropical, bercé par un rythme de vie insulaire qui fait oublier toute notion du temps, ou observer, à la tombée de la nuit, une voie lactée digne des clichés de la Nasa, Desroches est assurément la destination idéale.

Les Seychelles : une certification “drapeau blanc” pour la propreté des plages

Dans l’océan Indien, les Seychelles sont les premières Nations en développement à obtenir la certification “drapeau blanc” pour une plage exempte de détritus. Le premier drapeau blanc de l’île a été érigé sur la plage de Beau Vallon (au nord de l’île principale de Mahé).

Un symbole d’une zone immaculée

Le drapeau blanc signifie que la zone fait partie des premières zones marines sûres, certifiées au monde. Une plage ayant reçu cette certification est reconnue avoir été “nettoyée physiquement des plastiques et autres débris marins”. Pour les habitants et les touristes, mais aussi pour la vie en mer, “White Flag International” est devenu un grand symbole des zones propres, dépourvues de plastique depuis son lancement en 2012 à Monaco.

Les Seychelles sont les premiers Etats insulaires en développement dans l’océan Indien à recevoir cette certification “drapeau blanc”. Ce symbole a été placé sur la plage de Beau Vallon, située dans le nord-ouest de Mahé, il y a une semaine.

Evaluation de la plage de Beau Vallon

La directrice générale de la Division de l’application des droits et des autorisations des déchets au ministère de l’Energie et du Changement climatique, Nanette Laure, a déclaré à la SNA que pour obtenir cette certification, les Seychelles ont rempli les critères de l’Ocean Alliance Conservation Member.

Pour garantir que la baie de Beau Vallon mérite vraiment la certification White Flag, des représentants du groupe international sont allés sur place pour effectuer une évaluation.

Les Seychelles dorénavant membre du groupe OACM 

Le président de l’Ocean Alliance Conservation Member (OACM), Kristijan Curavic, a présenté le drapeau au président Danny Faure. Les Seychelles font désormais officiellement parti des membres du groupe OACM. La visibilité mondiale de cette Nation insulaire en tant que pays respectueux de l’environnement devrait être optimisée.

Cette certification prouve que les Seychelles accordent une grande importance à la protection de l’environnement, souligne Wallace Cosgrow, le ministre seychellois de l’environnement. Il a affirmé que des objectifs dans le cadre de l’expansion des zones protégées ont été fixés pour près de 50% de leur superficie terrestre. D’ici 2020, “30% de notre zone économique exclusive seront déclarés zones marines protégées”, ajoute-t-il.

Plusieurs mesures mises en place par le gouvernement 

Le gouvernement seychellois a mis en place des mesures pour réduire les déchets et les plastiques. Ces dispositifs viseraient particulièrement à recycler les bouteilles en PET et aluminium et à défendre l’importation de sacs en plastique à usage unique, de coutellerie en plastique. Cette année, l’interdiction de l’importation de pailles en plastique à usage unique a été approuvée. Cette règle sera appliquée dès janvier 2019.

L’exécutif aurait manifesté sa reconnaissance envers les organisations à but non lucratif qui l’a soutenu dans la préservation et conservation de l’environnement, selon M. Cosgrow.

Seychelles, un modèle pour le monde

Le président de l’OACM et plongeur, Kristijan Curavic, a été surpris de la propreté des Seychelles. Il espèrerait que cet Etat insulaire devienne un exemple pour le monde sur le traitement des océans. Une des plus grandes campagnes de marketing mondiales dans le secteur du tourisme serait d’ailleurs en cours de préparation.
Un système de financement autorisant des contributions aux pays appliquant des lois nationales et qui s’engagent à protéger l’environnement dans le secteur du tourisme a été mis au point par White Flag international.

Source : Les Seychelles : une certification “drapeau blanc” pour la propreté des plages