Les Seychelles misent sur Air France pour relancer la fréquentation

Le pays qui va célébrer le 150e anniversaire de l’arrivée des premiers colons connait un léger trou d’air sur le marché français depuis l’arrêt en mai de Joon. Mais Air France va reprendre ses vols pour la haute saison, d’octobre à mars 2020.

2020 sera une année de célébrations pour les Seychelles afin de marquer le 150 anniversaire du peuplement du pays par une poignée d’immigrés français accompagnés d’esclaves africains et de quelques indiens. « Cet événement débutera le 21 décembre prochain pour se dérouler sur un an. Nous allons mettre en avant l’histoire des Seychelles et proposer un programme culturel dans les 25 districts afin d’inciter les touristes à explorer l’archipel », explique Sherin Francis, directeur de l’office du tourisme des Seychelles.

Et la directrice Europe Bernadette Willemin de préciser « qu’une communication sera faite en direction des voyagistes et des agences pour qu’ils incitent à découvrir les Seychelles durant cette année toute particulière ». A cette occasion, un musée national des Arts sera inauguré en octobre 2020 à Sainte-Anne, peu de temps avant l’ouverture sur cette même île du nouveau village 5 tridents du Club Med.

Dans le même temps, les Seychelles entendent accentuer leur positionnement de destination nature à la pointe du tourisme responsable. « Nous étions pionniers en matière d’écotourisme pratiquant cela sans le savoir à l’époque. La richesse des Seychelles, c’est en effet sa nature. Nous devons préserver ce capital au travers d’un tourisme contrôlé et responsable », nous explique sur le salon IFTM le ministre du tourisme Didier Dogley, qui rappelle que le tourisme constitue le premier secteur d’activité du pays, avec la pêche. Pour satisfaire les deux, 30% des côtes de l’archipel seront classées d’ici janvier 2020 dont la moitié sous forme de sanctuaire marin. Une décision qui devrait ravir les adeptes de snorkeling et de plongée sous-marine.

De l’importance d’une liaison directe avec Paris

Côté fréquentation, les Seychelles espèrent faire aussi bien cette année qu’en 2018 qui marqua un record de fréquentation avec 362 000 touristes dont 40 000 Français. « Depuis l’arrêt de Joon en mai dernier, les arrivées sont en légère baisse mais nous espérons finir 2019 à l’étale avec la reprise du vol quotidien d’Air France le 25 octobre, jusqu’en mars 2020 », précise Bernadette Willemin. Une liaison directe entre Paris et Mahé apparait donc essentielle pour le marché malgré les vols avec une escale proposés par British Airways, Emirates, Qatar Airways, Etihad, Turkish Airlines, Ethiopian….

Outre la question de la desserte aérienne, la préoccupation de l’office du tourisme est de faire apparaître les Seychelles comme une destination destinée à toutes les clientèles et pour tous les budgets, la durée moyenne de séjour s’élevant à 9 nuits. « Les Seychelles ne comptent pas qu’une hôtellerie de luxe avec des hôtels 5* réputés mais également des établissements de charme, des chambres d’hôtes, des locations en meublé… », insiste-t-elle.

Afin de faire connaître cette offre d’hébergement diversifiée ainsi que l’ensemble des informations nécessaires pour vendre la destination de l’océan Indien, la formation de la distribution sera renforcée avec déjà 300 vendeurs experts certifiés. « Il est important que les agents de voyages maîtrisent la destination, cette certification comprenant, dans une seconde phase, un éductour aux Seychelles car on ne vend bien que ce que l’on connait », conclut Bernadette Willemin.

Source : Les Seychelles misent sur Air France pour relancer la fréquentation

Seychelles Explorer, opérateur pionnier du tourisme d’aventure aux Seychelles

Pierre Sagant est directeur de Seychelles Explorer, un opérateur de voyage historique sur l’archipel, notamment sur le tourisme actif. Il nous présente ses activités à destination des groupes et les points forts des Seychelles.

Qui sont les clients de Seychelles Explorer ? 

P.S : « Nous avons lancé Seychelles Explorer en 2003 et nous sommes spécialistes des Seychelles. Nous travaillons en B to B avec des agences pour des voyages en groupe, y compris les petits groupes. On propose des packages tout compris, avec guide, logement, et activités.
On travaille pour la plupart des marques de voyage françaises, anglaises, italiennes et allemandes qui existent sur le marché.

On monte aussi beaucoup de séjours incentive et des team buildings en sejour court 4 nuits/5 jours ; on a acquis un vrai savoir-faire sur ce secteur et on propose vraiment des programmes grand format adaptés aux entreprises. Cela représente environ une centaine de groupes par an. »

Quelles sont vos spécificités ? 

P.S. : « Nous avons été pionniers sur le tourisme actif, ou d’aventure, aux Seychelles à une époque où les touristes restaient finalement à l’hôtel et se contentaient d’aller à la plage, sans trop visiter les îles.

Aujourd’hui, beaucoup de voyageurs viennent pour profiter de la nature préservée de l’archipel et c’est une vraie plus-value pour les Seychelles. On a été les premiers à proposer des circuits de randonnées sur plusieurs iles à la journée par exemple mais aussi les premiers à introduire des sorties en kayak sur l’archipel. »

Pourquoi choisir les Seychelles ? 

P.S : « On croit encore trop souvent que les Seychelles sont une destination luxe mais en réalité toutes sortes d’hébergements se sont développés et on ne trouve pas que des hôtels de luxe. Toutes les gammes tarifaires existent y compris pour les petits budgets à travers les guesthouses. On peut donc monter des séjours package pour des tarifs accessibles.

Le vrai luxe aux Seychelles c’est la nature finalement car les îles comptent beaucoup de réserves et un bon nombre sont accessibles au public ; on propose de les visiter à travers nos différents packages.

Autre élément clé : la météo ! Elle est idéale toute l’année car l’archipel, situé au niveau de l’équateur, offre une saison estivale quasi-permanente, et Il se trouve bien au-delà de la zone cyclonique du sud océan indien.

Par ailleurs, les Seychelles ne connaissent pas de problèmes de sécurité ni de risques sanitaires ou politiques. Pas besoin de vaccins ou de visa pour s’y rendre ! Et, enfin, l’archipel est devenu très facile d’accès avec un grand nombre de vols quotidiens depuis Paris. »

Source : Seychelles Explorer, opérateur pionnier du tourisme d’aventure aux Seychelles

Les pailles en plastique, c’est bientôt fini aux Seychelles

(Seychelles News Agency) – Le ministère de l’Environnement de la nation insulaire interdira l’importation de pailles en plastique à usage unique dans le pays à compter du 1er février.

Une interdiction totale des pailles suivra au mois de juin.

L’interdiction comprendra les pailles utilisées dans les cocktails et autres boissons, mais exclura les pailles en plastique fixées aux sachets de jus de fruits, a déclaré un haut responsable.

«L’interdiction des pailles en plastique à usage unique sera mise en œuvre par étapes. À la suite de l’interdiction d’importation, une interdiction totale sera mise en œuvre dès le 1er juin 2019 », a déclaré Nanette Laure, directrice générale de la division de la gestion des déchets et des permis du ministère de l’Environnement.

Elle a expliqué qu’une interdiction totale signifiait qu’aucun particulier ou entreprise ne serait en mesure d’importer, de vendre, de transformer ou de fabriquer des pailles en plastique aux Seychelles, un groupe de 115 îles situées dans l’ouest de l’océan Indien.

Il n’est pas clair s’il existe une entreprise de production de pailles dans le pays; toutefois, la fabrication a été incluse dans la politique afin de couvrir tous les aspects d’une telle interdiction.

Un type de paille à exclure de l’interdiction sera celui se trouvant sur les briquettes de jus ou de lait.

«Nous comprenons les préoccupations d’autres partenaires et ONG sur l’utilisation de pailles venant avec les briquettes de jus. En examinant tous les facteurs, nous devrons procéder à l’interdiction par phases, car les pailles des boites de jus de fruits font partie d’une autre catégorie, mais cela ne signifie pas qu’elles ne seront pas interdites pour autant», a déclaré Mme. Laure.

C’est au mois de juin 2018 que le ministre de l’Environnement a annoncé l’implémentation d’une interdiction sur l’utilisation de pailles en plastique. L’annonce a coïncidé avec la Journée mondiale de l’environnement. Quelques jours plus tard, le Conseil des ministres a approuvé cette interdiction.

Le public pourra utiliser des pailles en papier, en pâtes ou en bambou comme alternatives. Les pailles en papier sont actuellement la solution la plus populaire.
L’association du tourisme et de l’hôtellerie des Seychelles a fait pression sur le ministère compétent au sujet de cette interdiction au mois de mai de cette année. L’association a fait appel à de nombreux établissements touristiques et nombre d’entre eux utilisaient déjà des alternatives dans leurs restaurants.

Dans une interview accordée à la SNA, Sybille Cardon, présidente de l’Association du tourisme et de l’hôtellerie des Seychelles, a déclaré: «Pour 2018, l’objectif principal de notre association est la gestion des déchets. Nous voulons que cela soit en tête de notre ordre du jour car il n’y avait aucune mention de ce dernier dans le discours du Président sur l’état de la nation de cette année. “

«Les pailles sont faciles, mais nous reconnaissons que cela prendra également du temps, car nous devons également informer les gens des raisons pour lesquelles nous devons utiliser des alternatives plus respectueuses de l’environnement», a déclaré la présidente.

Le groupe hôtelier propriétaire de Carana Beach a étendu la campagne ‘Refuser les pailles’ à ses autres propriétés situées sur Denis Private Island et à l’Indian Ocean Lodge à Praslin.

L’interdiction des pailles en plastique fait partie d’une stratégie en cours visant à réduire et à gérer la quantité de déchets se retrouvant dans la décharge. Mme. Laure a déclaré que le plastique est le principal type de déchet se dirigeant vers la décharge.

Pour s’attaquer à ce problème, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et du Changement climatique a interdit les importations de boîtes à emporter en polystyrène et d’articles en plastique tels que des sacs, assiettes, gobelets et couverts, entrés en vigueur au mois de janvier 2017.

Source : Les pailles en plastique, c’est bientôt fini aux Seychelles

Seychelles félicités par la COI pour la protection et l’amélioration de la biodiversité

La Commission de l’Océan Indien ou COI a salué les efforts de l’archipel dans le cadre du programme sur la biodiversité.

Un programme financé par l’UE

Financé par l’Union européenne à hauteur de 2,9 millions de dollars, la Commission de l’océan Indien ou COI a mis en œuvre le programme sur la biodiversité aux Seychelles. Lors d’un récent atelier, les organisations seychelloises ont présenté leurs réalisations dans le domaine de la biodiversité, rapporte Seychelles News Agency.

Les objectifs

Ce programme a pour objectif de renforcer les capacités nationales et régionales en matière de gestion des ressources et des écosystèmes de la biodiversité côtière, marine et insulaire. Il assure ainsi la conservation et la promotion de l’utilisation durable de ces ressources au profit de la population.

Des résultats positifs

Selon Mihary Randrianarivelo, l’assistante de communication du COI, les résultats positifs se reflètent dans les projets financés tels la restauration des coraux, le plan de gestion des holothuries et le programme de biosécurité à Aldabra. «  De nombreuses initiatives ont été prises par Les Seychelles pour assurer la survie de sa population et son environnement », a-t-elle poursuivi.

Les espèces exotiques envahissantes contrôlées

Par ailleurs, la directrice de la section de la conservation de la biodiversité du ministère de l’Environnement, Ashley Dias a signifié que grâce à ce programme, le patrimoine mondial d’Aldabra, une île corallienne, a été protégée des espaces exotiques envahissantes. Par ailleurs, un nouveau projet pour la mise en place de biosécurité strictes sur ce site a été instauré par la SIF ou Seychelles Islands Foundation.

Source : Seychelles félicités par la COI pour la protection et l’amélioration de la biodiversité

Les Seychelles, une certaine idée du paradis

L'île de Desroches, un Eden préservé au bout du monde. SDP

Sur l’île de Desroches, l’une des plus préservées de l’archipel des Seychelles, tourisme de luxe renoue avec biodiversité.

C’est peu après le lever du soleil, quand elle est encore endormie, que l’île livre certains de ses plus beaux secrets. Il suffit d’arpenter ses longues plages de poudre blanche pour observer les allées et venues des raies, au bord des eaux limpides de l’océan Indien, encore désertes à cette heure de la journée, pour le constater. Les plus chanceux croiseront peut-être quelques tortues géantes, les gardiennes de ce coin de paradis. Elles y sont plus nombreuses que les êtres humains, et la légende raconte que leur doyen, nommé George, aurait récemment soufflé ses 120 bougies. Bienvenue à Desroches, un banc corallien d’environ 5 kilomètres sur un et demi, perdu dans les Amirantes, l’un des quatre archipels qui constituent les îles extérieures des Seychelles. Nous sommes à 900 kilomètres au nord de Madagascar, cinq degrés sous l’équateur.

Plongée dans le respect de la faune

En fin de matinée, rendez-vous sur la plage de Madame Zabre pour une séance de snorkeling (palmes, masque, tuba). Le lieu offre un point de vue éblouissant : une petite crique ombragée, bordée d’une forêt dense de cocotiers et de filaos sauvages, laisse place à une immense étendue de sable fin où le bleu curaçao de la mer fond en dégradé jusqu’à se perdre dans le ciel. L’excursion sous-marine est encadrée par les biologistes de l’organisation Wise Oceans, qui oeuvrent à sensibiliser les touristes à la préservation d’une faune régulièrement malmenée par El Nino. L’île est en effet l’un des spots de plongée les plus prisés au monde, notamment grâce au Desroches Drop, un labyrinthe de grottes sous-marines avec une constellation de coraux, mis à mal par les changements climatiques. Pour ceux qui ne pratiquent pas la plongée, la séance de snorkeling vaut déjà le détour : entre les récifs et les bancs d’algues marines, carangues, tortues, concombres de mer et autres espèces aquatiques se laissent apercevoir, à condition de ne pas les approcher de trop près.

Un unique repaire ultra-luxueux

Avec ses plages interminables, sa cocoteraie, son minuscule village créole et ses couchers de soleil insolents, Desroches est l’un des confettis les plus exclusifs. Rien d’étonnant à ce que le groupe hôtelier Four Seasons ait choisi d’y installer son dernier projet, un repaire ultra-luxueux qui occupe désormais tout le sud-ouest de l’île. Avec ses 71 villas construites dans un esprit cabanon chic, chacune dotée d’une piscine privée, c’est la destination parfaite pour goûter au bien-être cinq étoiles, se nourrir de king crab fraîchement pêché et déguster, à la tombée de la nuit, des pina coladas préparées avec un rhum local. Il est aussi la seule installation touristique de l’île accessible depuis Mahé, l’île principale, moyennant un vol de 40 minutes à bord d’un petit avion de 20 places. Lorsque l’on quitte les falaises de granit de Mahé, et que se dessinent petit à petit les contours luxuriants de Desroches, banc de sable perdu dans l’océan, la magie opère instantanément. Deux vols quotidiens sont assurés par l’Islands Development Company, une entreprise gouvernementale qui veille à ce que tourisme et écosystème parviennent à cohabiter harmonieusement.

Un havre dédié à la préservation des tortues géantes

Car si les villégiatures de luxe contribuent largement à l’économie du pays, son gouvernement tient à en réduire les impacts négatifs. A travers le plan Seychelles Sustainable Development Strategy, lancé en 2012, il oeuvre à promouvoir un tourisme raisonné. C’est en accord avec ce programme que Four Seasons a bâti son resort, qui accueille au coeur de ses installations le centre de biologie marine de Wise Oceans, et travaille main dans la main avec l’Island Conservation Society sur un programme de soin et de reproduction des tortues géantes. Dans les allées de l’établissement, les déplacements se font à vélo ou en buggy électriques, fournis gratuitement par l’hôtel. Dans les villas privées comme dans les restaurants, l’eau est servie dans des bouteilles réutilisables, et les pailles, totalement bannies.

La transition vers un modèle 100% écologique n’en est certes qu’à ses balbutiements (on peut s’interroger sur l’empreinte carbone laissée par 14 vols hebdomadaires), mais ces engagements constituent une première étape non négligeable vers un tourisme plus raisonné. Reste que pour goûter au climat tropical, bercé par un rythme de vie insulaire qui fait oublier toute notion du temps, ou observer, à la tombée de la nuit, une voie lactée digne des clichés de la Nasa, Desroches est assurément la destination idéale.

Les Seychelles : une certification “drapeau blanc” pour la propreté des plages

Dans l’océan Indien, les Seychelles sont les premières Nations en développement à obtenir la certification “drapeau blanc” pour une plage exempte de détritus. Le premier drapeau blanc de l’île a été érigé sur la plage de Beau Vallon (au nord de l’île principale de Mahé).

Un symbole d’une zone immaculée

Le drapeau blanc signifie que la zone fait partie des premières zones marines sûres, certifiées au monde. Une plage ayant reçu cette certification est reconnue avoir été “nettoyée physiquement des plastiques et autres débris marins”. Pour les habitants et les touristes, mais aussi pour la vie en mer, “White Flag International” est devenu un grand symbole des zones propres, dépourvues de plastique depuis son lancement en 2012 à Monaco.

Les Seychelles sont les premiers Etats insulaires en développement dans l’océan Indien à recevoir cette certification “drapeau blanc”. Ce symbole a été placé sur la plage de Beau Vallon, située dans le nord-ouest de Mahé, il y a une semaine.

Evaluation de la plage de Beau Vallon

La directrice générale de la Division de l’application des droits et des autorisations des déchets au ministère de l’Energie et du Changement climatique, Nanette Laure, a déclaré à la SNA que pour obtenir cette certification, les Seychelles ont rempli les critères de l’Ocean Alliance Conservation Member.

Pour garantir que la baie de Beau Vallon mérite vraiment la certification White Flag, des représentants du groupe international sont allés sur place pour effectuer une évaluation.

Les Seychelles dorénavant membre du groupe OACM 

Le président de l’Ocean Alliance Conservation Member (OACM), Kristijan Curavic, a présenté le drapeau au président Danny Faure. Les Seychelles font désormais officiellement parti des membres du groupe OACM. La visibilité mondiale de cette Nation insulaire en tant que pays respectueux de l’environnement devrait être optimisée.

Cette certification prouve que les Seychelles accordent une grande importance à la protection de l’environnement, souligne Wallace Cosgrow, le ministre seychellois de l’environnement. Il a affirmé que des objectifs dans le cadre de l’expansion des zones protégées ont été fixés pour près de 50% de leur superficie terrestre. D’ici 2020, “30% de notre zone économique exclusive seront déclarés zones marines protégées”, ajoute-t-il.

Plusieurs mesures mises en place par le gouvernement 

Le gouvernement seychellois a mis en place des mesures pour réduire les déchets et les plastiques. Ces dispositifs viseraient particulièrement à recycler les bouteilles en PET et aluminium et à défendre l’importation de sacs en plastique à usage unique, de coutellerie en plastique. Cette année, l’interdiction de l’importation de pailles en plastique à usage unique a été approuvée. Cette règle sera appliquée dès janvier 2019.

L’exécutif aurait manifesté sa reconnaissance envers les organisations à but non lucratif qui l’a soutenu dans la préservation et conservation de l’environnement, selon M. Cosgrow.

Seychelles, un modèle pour le monde

Le président de l’OACM et plongeur, Kristijan Curavic, a été surpris de la propreté des Seychelles. Il espèrerait que cet Etat insulaire devienne un exemple pour le monde sur le traitement des océans. Une des plus grandes campagnes de marketing mondiales dans le secteur du tourisme serait d’ailleurs en cours de préparation.
Un système de financement autorisant des contributions aux pays appliquant des lois nationales et qui s’engagent à protéger l’environnement dans le secteur du tourisme a été mis au point par White Flag international.

Source : Les Seychelles : une certification “drapeau blanc” pour la propreté des plages

L’Hotel H Resort aux Seychelles reconnu pour ses initiatives vertes

L’hotel H Resort de Beau Vallon Beach a reçu le certificat label de tourisme durable des Seychelles pour l’intégration des pratiques de durabilité dans ses opérations commerciales.

Dans son discours à la cérémonie de remise des prix la semaine dernière, le ministre du Tourisme, de l’Aviation civile, des Ports et de la Marine, Didier Dogley s’est déclaré satisfait du nombre croissant d’hôtels affichant leur engagement envers l’initiative de tourisme durable.

“Nous vivons à une époque où les gens sont devenus très conscients de l’environnement. Les voyageurs sont à l’affût de s’associer à des fournisseurs de services durables », a-t-il déclaré.

Les certificats du label de tourisme durable des Seychelles sont décernés aux hôtels qui ont intégré des pratiques de développement durable dans leurs opérations commerciales.(H Resort) Photo License: CC-BY

Le H Resort Beau Vallon Beach, au nord de l’île principale de Mahé, dispose de 55% de couverture végétale, qui est prise en charge par une équipe de jardiniers et de paysagistes experts. Un lagon naturel qui traverse la propriété est également entretenu et surveillé par l’équipe de l’hôtel en collaboration avec les agences locales.

L’hôtel, qui a ouvert ses portes en 2015, est également l’une des seules grandes entreprises aux Seychelles à avoir son propre composteur alimentaire qui recycle les déchets de cuisine et de gaspillage alimentaire puis les réutilise pour entretenir ses jardins luxuriants. Il a également son propre mini jardin pour les épices et les herbes et recycle le plastique, les canettes et les bouteilles en verre en incitant son personnel à contribuer à l’acte.

«La durabilité devient le facteur le plus important qui ajoute de la valeur pour les clients qui choisissent un hôtel ou une destination», a déclaré le directeur général de l’hôtel, Johannes Steyn.

Il a ajouté qu ‘”il est nécessaire que des reconnaissances comme celles-ci menées par le gouvernement local reflètent la détermination et les efforts des entreprises comme nous à être responsables envers nos partenaires et la nation dans laquelle nous opérons.”

À l’avenir, M. Steyn a déclaré que l’hôtel fera bientôt une option alternative mais écologique disponible pour ses invités.

Selon le ministre Dogley, même si le ministère fait un excellent travail de sensibilisation à l’importance de la durabilité dans l’industrie du tourisme, il y a beaucoup de travail pour convaincre même les plus petits établissements de se joindre à la cause.

La semaine dernière, Avani Seychelles Barbarons Resort & Spa a également reçu le certificat Seychelles de tourisme durable.

Les certificats du label de tourisme durable des Seychelles sont décernés aux hôtels après qu’ils ont été jugés d’intégrer les pratiques de durabilité dans leurs opérations commerciales. À ce jour, 17 hôtels ont obtenu ce certification.

Source : L’Hotel H Resort aux Seychelles reconnu pour ses initiatives vertes

Le Cap-Vert voit les Seychelles comme un modèle touristique, a déclaré son ministre des Affaires étrangères après sa visite avec le président

(Seychelles News Agency) – Le Cap-Vert espère apprendre du modèle de tourisme durable des Seychelles, a déclaré jeudi le ministre du tourisme du Cap-Vert.

José Da Silva Gonçalves, également ministre des transports, a rencontré le président des Seychelles, Danny Faure, à State House, dans la capitale, Victoria.

M. Gonçalves a déclaré que les Seychelles ont une stratégie touristique solide très similaire à ce que vise le Cap-Vert.

“Je suis donc impatient de voir les étudiants capverdiens venir étudier à l’Académie du tourisme des Seychelles afin que nous puissions obtenir plus de professionnels”, a déclaré le ministre capverdien.

Le chef d’État des Seychelles, un groupe de 115 îles de l’océan Indien occidental et le ministre capverdien ont également discuté de la bonne gouvernance et du leadership.

M. Gonçalves, qui est également ministre des Transports, a rencontré jeudi le président des Seychelles, Danny Faure, à State House. (Louis Toussaint) Photo License: CC-BY
“Nous avons parlé de l’importance d’un leadership transparent en termes de gestion responsable du paradis que Dieu a donné au peuple seychellois. En effet, ce dernier n’aurait pas pu être mis entre de meilleures mains “, a déclaré M. Gonçalves.

Parlant des points communs entre les deux pays, en particulier la culture créole, M. Gonçalves a déclaré: “Nous les créoles avons une façon de regarder le monde et nous aimons garder notre tradition vivante.”

Pour l’avenir, M. Gonçalves a déclaré qu’il voit les deux pays intensifier leur collaboration et les accords signés dans le passé. En juin 2014, le président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, a effectué une visite d’Etat aux Seychelles. Au cours de sa visite, M. Fonseca a signé plusieurs accords dans le domaine de la politique, de l’économie ainsi que d’un accord de services aériens.

Le ministre du Tourisme des Seychelles, Didier Dogley, qui était également présent lors de la discussion, a déclaré que le Cap-Vert a un modèle de tourisme inclusif dans lequel les visiteurs paient tout d’où ils viennent.

M. Dogley a déclaré que ce n’est pas nécessairement bénéfique car ce modèle ne rapporte pas beaucoup de revenus au pays étant donné que les devises étrangères restent dans le pays où le visiteur paie pour la réservation et l’hébergement.

“Nous voulons travailler en collaboration avec le Cap-Vert pour changer ce modèle afin qu’ils puissent générer plus de revenus dans leur pays”, a déclaré M. Dogley.

Source : Le Cap-Vert voit les Seychelles comme un modèle touristique, a déclaré son ministre des Affaires étrangères après sa visite avec le président

Les Seychelles : la destination prisée pour les mariages et les lunes de miel

Pour célébrer votre union, la destination des Seychelles serait l’idéal. L’archipel est de plus en plus prisé comme destination romantique pour les couples à marier ou déjà mariés.

Les Seychelles, une destination très mariage ! 

L’île privée de la Frégate, aux Seychelles, a été classée par le plus grand site de voyages en ligne d’Australie FlightNetwork parmi les sept destinations de lune de miel les plus luxueuses du monde. Il semblerait que l’archipel soit un lieu très prisé pour des célébrations d’union. En février, il avait déjà été voté parmi les 20 plus belles destinations de mariage dans le monde. Emma Hill, la directrice marketing du site de voyage a précisé que la liste avait été rigoureusement sélectionnée. “En faisant le travail, nous avons parcouru les meilleures destinations de lune de miel afin de trouver les séjours les plus exquis et somptueux pour les jeunes mariés qui veulent des vacances d’une splendeur absolue“, a déclaré Mme Hill. Dans le classement, les îles Dolphin de Fidji, l’île de Como Cocoa aux Maldives et le Sal Salis Ningaloo Reef en Australie ont également été choisis.

Les unions augmentent d’année en année aux Seychelles

Pour Sherin Francis, directrice générale du Seychelles Tourism Board, ces classements des Seychelles parmi les destinations idéales au mariage et à la lune de miel sont prometteurs. “Cela nous donnera certainement plus de visibilité et d’avantage en Chine“, a-t-elle fait valoir. D’après le bureau national des statistiques, il y a eu 2 367 touristes qui se sont mariés aux Seychelles en 2017. Un nombre qui est en constante hausse sachant qu’en 2011, ils étaient 1 059 couples à se dire “oui“. En 2013, le nombre est passé à 1 201 et en 2016, ils étaient 1 695 visiteurs à s’être unis pour la vie.

Source : Les Seychelles : la destination prisée pour les mariages et les lunes de miel

L’hôtel de l’île du Nord aux Seychelles remporte un prix prestigieux pour la conservation des espèces et des habitats

(Seychelles News Agency) – L’île du Nord – une station balnéaire privée de luxe aux Seychelles – a remporté la médaille d’or lors des African Responsible Tourism Awards de cette année qui se sont déroulés la semaine dernière en Afrique du Sud.

L’hôtel a remporté le prix dans la catégorie «Meilleur pour les espèces aquatiques et la conservation de l’habitat».

“Ce prix prestigieux arrive à un moment important dans l’histoire de North Island. Alors que nous célébrons 21 ans de tourisme durable de luxe, nous ne pourrions être que plus fiers d’avoir été reconnus pour notre engagement continu envers notre programme de réhabilitation de notre île de l’Arche de Noé », a déclaré Bruce Simpson, directeur général de North Island.

Simon a ajouté que “nous continuerons à repousser les limites de la conservation marine et nous nous efforcerons d’être un modèle pour les autres à travers le monde”.

La cérémonie des Prix africains du tourisme responsable, qui vise à célébrer et inspirer le changement dans l’industrie touristique africaine, s’est tenue mercredi dernier au World Travel Market Africa au Cap, en Afrique du Sud.

Le salon Africa, l’un des six salons du marché mondial du voyage, a été lancé en 2014 pour apporter les avantages et les opportunités de l’expertise industrielle mondiale aux professionnels du voyage dans cette région.

L’île du Nord, située à 27 kilomètres au nord-ouest de l’île principale de Mahé aux Seychelles, était une ancienne plantation coloniale. Il a été acheté en 1997 par la société sud-africaine d’écotourisme Wilderness Safaris. L’île est aujourd’hui une station d’écotourisme exclusive accessible uniquement par hélicoptère et régulièrement fréquentée par les riches et célèbres.

Wilderness Safaris, considéré comme le premier opérateur d’écotourisme et de safari en Afrique, a été désigné vainqueur. La société a remporté l’or dans le «Meilleur pour les objectifs mondiaux» et l’argent dans les catégories «Meilleur pour l’innovation dans la gestion de l’eau».

Le directeur général de l’Agence de promotion du marketing, de l’investissement et du commerce de destination pour le Western Cape Town (Wesgro), principal sponsor des prix, a déclaré que les lauréats ont montré l’exemple en contribuant à promouvoir le tourisme durable.

Le président du jury, Harold Goodwin, a déclaré que les juges recherchaient des gagnants qui éduquaient et inspiraient les autres, mettant ainsi l’industrie au défi d’en faire plus.

«Dans le cadre du World Tourism Responsible Tourism Awards, l’ambition est simple: utiliser le tourisme pour améliorer les conditions de vie des gens. Cela profite également à l’industrie: les bons endroits où vivre sont des endroits à visiter», a déclaré M. Goodwin.

Source : L’hôtel de l’île du Nord aux Seychelles remporte un prix prestigieux pour la conservation des espèces et des habitats