Gants, masques, distanciation : Accor prépare un standard sanitaire certifié pour tous les hôtels

Crise, reprise, franchise… Nous avons interviewé Franck Gervais, directeur général Europe d’Accor, sur sa vision de la reprise et de l’évolution des comportements.

L’Echo touristique : Les deux tiers des hôtels Accor dans le monde sont-ils toujours fermés ? Avez-vous rouvert la Chine ?

Franck Gervais : 40% des hôtels Accor sont ouverts dans le monde. Nous avons rouvert 80% à 90% des établissements situés en Chine. En termes de réservations, l’économique et le business travel domestiques redémarrent en Chine, même si nous ne sommes pas au niveau d’avant la crise bien sûr. Cette reprise nous éclaire un peu sur ce qui pourrait se produire en Europe en général, et en France en particulier.

Quelles normes sanitaires mettrez-vous en place en France après le début du déconfinement, le 11 mai ?

Franck Gervais : Nous élaborons des procédures standards d’accueil selon de nouvelles modalités afin de rassurer les employés, les clients, les fournisseurs sous-traitants incluant les personnels de nettoyage, de maintenance, de sécurité. Nous travaillons avec un organisme de certification (Bureau Veritas, Ndlr) pour co-créer ces standards applicables aux hôtels et aux restaurants en France et en Europe. Ces nouveaux standards ont pour vertu de pouvoir s’appliquer à toute la profession, et d’inspirer d’autres catégories d’hébergement.

Vous allez les proposer à Jean-Baptiste Lemoyne ? Le secrétaire d’Etat en charge du Tourisme a justement évoqué cette semaine l’urgence d’une nouvelle norme sanitaire

Franck Gervais : Dès mardi prochain, nous allons effectivement proposer à Jean-Baptiste Lemoyne ce projet de standards qui pourraient être applicables à tous les hôtels, avec un volet restauration. Nous allons l’aborder lors du prochain Comité de filière du tourisme qui se réunit chaque mardi. Nous nous sommes déjà rapprochés de l’association France Tourisme pour que chaque leader dans son secteur -les Galeries Lafayette, ADP, Pierre & Vacances…-  établisse des propositions opérationnelles très concrètes. Plus globalement, nous voulons être force de proposition en vue de la reprise, et parler d’une seule voix au niveau du tourisme. C’est important pour ensuite pouvoir communiquer de manière homogène, sans dissonance, ce qui sera de nature à rassurer les clients.

Nous allons leur offrir des nuitées gratuites aux personnels soignants lors du déconfinement.

Quels sont les points saillants de ces standards sanitaires pour Accor ?

Franck Gervais : Nous devons prévoir et organiser la distanciation sociale pour limiter le risque de propagation. Ces standards prévus pour la reprise prévoient le port de masques pour nos personnels, l’équipement en gel hydroalcoolique et en gants, des nettoyages renforcés. Il faut tout revoir au niveau des points fréquents d’empreintes des clients, jusqu’au nettoyage fréquent des boutons d’ascenseur, et au service du petit-déjeuner et des buffets.

Tout le personnel porterait des masques ? Nous ne pourrons pas en faire l’économie, même si la France en manque aujourd’hui ?

Franck Gervais : C’est l’hypothèse la plus probable à ce jour.

Quel sera le manque à gagner dû à cette crise ?

Franck Gervais : Nos chiffres seront communiqués le 22 avril, lors de la présentation des résultats du premier trimestre. Au niveau de notre situation économique, nous avions la chance d’avoir trois milliards de cash en début d’année. Désormais, nous sommes un groupe totalement « asset light ». Nous avons moins d’effets de levier négatifs de cette crise que d’autres opérateurs qui possèdent des murs ou une flotte d’avion.

Nous sommes là pour aider les hôteliers, notre sort en dépend.

L’Echo touristique : Vous avez créé un fonds de solidarité de 70 millions d’euros. Quel est l’objectif ?

Franck Gervais : Au titre des résultats 2019, Accor avait 280 millions d’euros de dividende, qui a été annulé en raison de la crise. Dans le même temps, le conseil d’administration a décidé de créer un fonds pour un quart de ce montant, dans un bel élan de générosité. L’objectif est d’aider nos 280 000 employés dans le monde, soit pour des couvertures médicales ou des situations financières compliquées suite à des mises en chômage partiel. Nous sommes présents dans 110 pays, dans lesquels les protections sociales sont parfois difficiles et engendrent des baisses de salaire supérieures à 30%. Nous voulons aussi venir en aide à nos partenaires propriétaires, essentiellement nos franchisés en France, et au personnel soignant. Nous logeons aujourd’hui des soignants dans nos hôtels, et nous allons leur offrir des nuitées gratuites lors du déconfinement, dans le monde entier. Nous sommes en contact avec les hôpitaux afin d’établir des critères d’éligibilité. Le dispositif devrait être bientôt finalisé.

Quelle est la situation des franchisés ?

Franck Gervais : En France, nous avons 380 franchisés pour 1200 hôtels. Ce sont souvent de petites entreprises qui ont dû mettre en place des mesures de chômage partiel et des prêts bancaires garantis. Le secteur va être durablement affecté. Les hôtels ont besoin d’aides structurelles qui s’inscrivent dans le temps. Nous prônons des crédits d’investissement afin d’aider les propriétaires pris à la gorge, pour les aider à réinvestir dans leur outil. En étant le leader en Europe et en France, nous préconisons toutes ces mesures auprès des différents ministères et lors du Comité de filière du tourisme. Nous sommes là pour aider les hôteliers, notre sort en dépend. Et nous avons aussi besoin d’un signal fort de reprise du business et de retour des clients. 36,7 millions de téléspectateurs ont entendu l’allocution d’Emmanuel Macron du 13 avril, où le président indiquait que les restaurants, cafés et hôtels ne rouvriraient pas le 11 mai. Or les hôtels sont ouverts, contrairement aux cafés et restaurants qui sont fermés par un arrêté du 14 mars ! En France, nos 380 établissement sont ouverts, tout comme nos canaux de vente, même si tout est endormi en cette période de confinement.

Nous devons recréer un choc de confiance, avec de nouvelles normes.

Comme d’autres acteurs de l’industrie tels que les agences et les TO, vous n’enregistrez aucune réservation ?

Franck Gervais : Nous avons enregistré 25 000 nuitées depuis trois semaines, qui viennent presque exclusivement des personnels soignants, des personnes sans-abris, des travailleurs du BTP et des militaires. Mais presque aucune réservation ne vient du grand public. C’est pourquoi nous devons recréer un choc de confiance, avec de nouvelles normes d’exploitation et d’accueil qui prenant en compte le risque de contamination du coronavirus : des mesures d’hygiène, de nettoyage, de distanciation sociale.

Comment vont évoluer les attentes des voyageurs ?

Franck Gervais : Cette crise était imprévisible, même dans les pires des scenarii. C’est du jamais-vu, j’espère que nous ne reverrons plus jamais cela. La crise sanitaire va changer pas mal de choses. Demain, les voyageurs vont avoir de fortes attentes en termes de sécurité sanitaire. De plus, après cette crise, l’individu va être au moins autant citoyen que consommateur : il voudra savoir qui est -derrière le produit ou service- cette marque, ses employés, ses prestataires, ses engagements… Il se demandera si la marque est responsable, ce qui sera fondamental. Le réflexe sera plus local, authentique, small plutôt que worldwide. C’est ce que nous observons dans tous les secteurs d’activité, au niveau de L’Union des marques que je préside.

Justement, Accor est plutôt worldwide, non ?

Franck Gervais : Nous nous sommes adaptés depuis quelques années. Nos marques sont présentes partout dans le monde, mais aussi très ancrées localement. Les hôtels Ibis sont ouverts, avec des concerts, des brunchs et des activités pour les clients comme pour les locaux. Les hôtels Mercure s’approvisionnent de tous leurs produits localement, et présentent tout ce qui existe autour comme lieux de visite. Enfin, notre jeune marque (lifestyle) Greet est nativement responsable.

Source : Gants, masques, distanciation : Accor prépare un standard sanitaire certifié pour tous les hôtels

DÉVELOPPEMENT DU TOURISME À MADAGASCAR : L’ETAT MALGACHE PLEINEMENT ENGAGÉ

Ces deux dernières années, le paysage hôtelier malgache est en pleine mutation, notamment à Antananarivo. Madagascar dispose désormais d’un nouvel établissement hôtelier à 5 étoiles, répondant aux standards internationaux, le Novotel Convention & Spa.

Inauguré en grande pompe par le couple présidentiel le 31 janvier 2020, cet hôtel haut de gamme issu d’un partenariat public-privé, place la destination Madagascar sur la carte des pays à fort potentiel touristique, notamment en matière de tourisme haut de gamme. .

Conscient du potentiel économique du tourisme, le Chef de l’Etat a réaffirmé l’objectif du Gouvernement qui est d’augmenter le nombre de touristes d’ici 2023. Pour ce faire, l’État entend faciliter la création de cinq autres hôtels 5 étoiles pour les prochaines années, afin d’augmenter la capacité d’accueil de la Grande île.

Enfin, le Président a profité de l’occasion  pour rassurer les investisseurs sur l’engagement de l’État malagasy pour améliorer l’environnement des affaires et sécuriser les investissements. Le Novotel Convention & Spa est la 163ème enseigne à 5 étoiles du groupes ACCOR en Afrique et dans tout l’Océan Indien. Il compte 144 chambres hormis les suites, et peut accueillir des évènements d’envergure internationale.

Source : Développement du tourisme à Madagascar : l’etat malgache pleinement engagé

Accor va supprimer tout le plastique à usage unique de ses hôtels

Alors que l’industrie hôtelière fait de plus en plus la chasse aux pailles, bouteilles et autres « touillettes », Accor annonce la suppression de tout le plastique à usage unique dans ses hôtels, d’ici 2022. 

Discret, en matière de développement durable, le groupe Accor ? Le sujet fait pourtant bel et bien partie des préoccupations depuis de longues années : dès 1994, le groupe créait une direction de l’Environnement. “Si nous n’en parlons pas tant que ça, c’est peut-être parce que pour nous, le développement durable fait partie intégrante de notre culture et de la façon dont nous menons nos activités”, explique Chris Cahill, directeur général adjoint en charge des opérations hôtelières du groupe Accor. 2020 semble en tout cas devoir marquer un tournant dans les engagements du groupe, qui annonce la suppression de tout le plastique à usage unique dans ses hôtels, d’ici deux ans. Accor rejoint par la même occasion le Global Tourism Plastics Initiative mené par l’ONU et l’OMT, en collaboration avec la fondation Ellen MacArthur. « La pollution plastique est l’un des principaux défis environnementaux de notre temps, et le tourisme a un rôle important à jouer pour y remédier », commente Ligia Noronha, directrice de la division économie du Programme des Nations unies pour l’environnement. « Grâce à l’Initiative mondiale de lutte contre le plastique dans le tourisme, les entreprises et les destinations touristiques bénéficient d’un accompagnement pour innover, éliminer les plastiques et partager la manière dont elles utilisent ce matériau, afin de promouvoir une économie circulaire et de réduire, dans le monde entier, la pollution par le plastique. »

D’autres acteurs du tourisme s’inscrivent en effet dans cette démarche « zéro plastique à usage unique ». C’est le cas de certaines compagnies aériennes, d’opérateurs de croisières, comme MSC, ou encore de certaines destinations, à l’instar des Bahamas, qui a instauré la politique du zéro plastique depuis le 1er janvier. Rappelons aussi que le plastique à usage unique se trouve dans le collimateur de Bruxelles, qui interdit déjà la vente de certains produits à usage unique. La France planche aussi sur le sujet, via le projet de loi La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire.

200 millions d’articles en plastique par an

Après avoir déjà supprimé les pailles, cotons-tiges et mélangeurs en plastique dans la très grande majorité de ses hôtels, le groupe Accor s’attaque donc désormais à la suppression des accessoires de toilettes et des gobelets en plastique individuels d’ici à la fin 2020, et à l’élimination de tous les articles en plastique à usage unique restants dans les chambres, les salles de réunion, les restaurants et tous les lieux de loisirs (spa, centre de fitness…) d’ici à 2022. De la bouteille d’eau au sac en plastique pour le linge ou les oreillers supplémentaires en passant par les cadeaux et produits d’accueil. “Des matériaux alternatifs adaptés seront proposés pour chaque article, en tenant compte de l’analyse de leur cycle de vie afin de garantir aux clients que la nouvelle solution présente bien une meilleure performance environnementale”, précise le groupe hôtelier. “C’est un travail de longue haleine, mais depuis quelques années, il devient plus facile de trouver des prestataires proposant des alternatives”, constate Chris Cahill. La décision devrait en tout cas permettre de ne pas voir finir 200 millions d’articles en plastique dans les poubelles des hôtels du groupe, et ce, chaque année. Vraie démarche environnementale ou moyen de faire des économies ? “Pour nous, supprimer le plastique a un coût, certaines alternatives reviennent plus cher”, assure Chris Cahill.

Vers la logique des « 3R »

A travers cette nouvelle initiative, le groupe poursuit donc ses efforts en matière de développement durable, définis dans le programme Planet21. Depuis 2011, un dispositif interne a été déployé pour faire progresser la performance des hôtels, avec une classification – Bronze, Argent, Or, Platine – concrétisant l’avancement des hôtels dans la mise en œuvre de ce programme, qui repose sur quatre axes stratégiques : agir auprès de ses collaborateurs, impliquer les clients, co-innover avec les partenaires, agir avec les communautés locales, notamment sur les deux enjeux clés que sont l’alimentation et les bâtiments.

Plusieurs hôtels du groupe – notamment le Novotel Paris les Halles, Novotel Yangon Max, en Birmanie, le Sofitel Bogota, de nombreux hôtels à Bali et à Lombok, en Indonésie, ou encore l’Ibis Styles São Paulo Anhem – ont déjà pris individuellement des mesures pour bannir le plastique et se rapprocher de l’objectif 0% de plastiques à usage unique.

“L’un des principaux objectifs de Accor, outre la recherche d’alternatives au plastique et la réduction de ses impacts environnementaux, est de faire évoluer les mentalités à travers le monde en adoptant la logique des 3R : Réduire, réutiliser et recycler”, ajoute le groupe.

Une philosophie qui s’incarne dans Greet, nouvelle marque du groupe lancée officiellement il y a quelques mois. Greet se présente ainsi comme “la marque de la seconde chance”, mettant notamment en avant “l’esprit récup” qui guide l’aménagement des établissements, avec des éléments de décoration dénichés dans des vide-greniers, chez des créateurs locaux et auprès d’organismes solidaires, s’inscrivant ainsi dans une démarche d’économie circulaire.

Au travers de ses 39 marques, Accor compte au total 5000 hôtels et résidences, implantés dans 110 destinations.

Source : Accor va supprimer tout le plastique à usage unique de ses hôtels

A Madagascar, le géant hôtelier Accor ouvre le Novotel Convention & Spa

Antananarivo, la capitale malgache, accueille son nouvel hôtel 5 étoiles: Le NOVOTEL Convention & SPA. Ce mercredi 15 janvier 2020, cet établissement flambant neuf construit par le géant de l’hôtellerie ACCOR a accueilli ses premiers clients dans un cadre luxueux, au cœur du quartier d’affaires d’Ivandry.

A seulement quelques minutes de l’aéroport international d’Ivato, l’hôtel Novotel est construit sur un terrain de trois hectares. L’établissement comprend 180 chambres dont une vingtaine de suites présidentielles.

Appartenant au Groupe ACCOR, déjà propriétaire d’IBIS, le NOVOTEL Convention & SPA entend offrir une expérience 5 étoiles à sa clientèle. Que ce soit pour un voyage d’affaires, une réunion ou un séjour en famille, cet établissement accueille ses hôtes avec le maximum de confort et de modernité aux standards internationaux.

Outre ses suites modernes, cet hôtel 5 étoiles dispose d’une Convention Arena d’une capacité de 800 personnes, plusieurs choix de restaurants et bars dont un rooftop skybar avec vue imprenable sur la capitale, ainsi qu’un espace bien-être doté d’un spa, d’une piscine intérieure et d’une salle de sport.

Après le CENTELL Hôtel ouvert récemment en plein cœur d’Antananarivo, le NOVOTEL vient étoffer une fois de plus l’offre hôtelière haut de gamme de la capitale et témoigne du très bon état de santé de ce secteur lié au tourisme.

Source : A Madagascar, le géant hôtelier Accor ouvre le Novotel Convention & Spa

Accor accélère le développement de son programme de fidélité

Voyager avec les joueurs du PSG, acheter des places VIP pour des concerts ou des matchs ou simplement convertir ses points pour payer une addition au restaurant… La promesse de All, le programme de fidélité d’Accor, va bien au-delà de réductions sur des nuitées et services dans des hôtels.

Le programme de fidélité d’Accor, All – pour Accor Live Limitless (Accor, vivre sans limite) – entame sa phase opérationnelle après plusieurs années de travail pour le géant français de l’hôtellerie. “All, c’est un travail d’amour et d’acharnement fait par Accor depuis dix-huit mois”, témoigne Ian Di Tullio, senior vice-président services clients Accor. Car au-delà d’un programme de fidélité, Accor cherche avant tout à construire un programme d’expérience.

Toucher les clients pour des moments de vie

All, c’est désormais “la possibilité pour les clients de vivre tout, témoigne Ian Di Tullio. Nous allons y intégrer de plus en plus d’expérience de vie”. C’est ce qu’Accor traduit par ‘hospitalité augmentée’. Le groupe souhaite ainsi aller au-delà de simples nuitées dans ses hôtels.

Les points acquis par les clients pourront être utilisés dans un écosystème très large : billets pour des spectacles, places VIP pour un match de football… et pour vivre des expériences “qui ne s’achètent pas avec de l’argent” comme voyager aux côtés des joueurs du PSG, vivre en concert en coulisses avec AEG (leader mondial des manifestations sportives et spectacles). Les points pourront également être convertis pour payer une addition dans l’un des restaurants participants par exemple. À terme, le groupe ambitionne de nouer un partenariat avec un organisme bancaire, ce qui permettra aux clients d’augmenter leur nombre de points au moment de leur paiement, à l’instar des partenariats Air France et American Express par exemple. “Nous voulons être un compagnon de vie, que ce soit en voyage ou au niveau local”, confie Ian Di Tullio. Avec l’engagement de respecter toutes les règles relatives à une personnalisation responsable.

Nous n’oublions pas que nous sommes des hôteliers. Avec All, nous assurons aussi à nos clients des surclassements, des départs tardifs, la garantie d’un meilleur produit, l’assurance d’être les moins cher avec une promesse d’une réduction de 25 % si ce n’est pas le cas”, assure le responsable client.

De nouvelles ambitions qui ne sont pas sans coûter. Une réusite du PSG en ligue des Champions est la bienvenue.

Source : Accor accélère le développement de son programme de fidélité

Le bien-être dans l’hôtellerie : un secteur porteur

Le groupe Accor vient de publier un livre blanc qui explore la façon dont le secteur du bien-être évolue et impacte aujourd’hui l’hôtellerie, offrant des opportunités aux professionnels qui sauront adapter leurs offres.

Adopter un mode de vie plus sain et se sentir en bonne santé sont des préoccupations partagées par tous. Le rapport  ‘L’avènement du bien-être : la mutation internationale de notre activité’, que vient de publier le groupe Accor (titre original : ‘It’s a wellness world, the global shift shaking up our business’) préconise de prendre pleinement en compte le mieux-être sur la totalité du séjour du client à l’hôtel, afin que celui-ci puisse poursuivre ses activités ‘santé’ comme chez lui, voire en découvrir de nouvelles – ce dont il est friand.

Les hôteliers ont donc une carte à jouer en adaptant leurs prestations et services. “Le mieux-être évolue au-delà des spas et des espaces de fitness, ce qui met le secteur hôtelier au défi d’intégrer, à ses activités quotidiennes, d’autres aspects liés à la santé, tels que la pleine conscience et le temps passé dans la nature, ainsi que les préoccupations environnementales – comme la réduction de la pollution intérieure et l’élimination des plastiques”, souligne Anne Dimon, PDG de la Wellness Tourism Association.

“En investissant dans des expériences bien-être holistiques qui aident nos clients à se sentir bien tout au long du séjour, nous établissons un modèle porteur de forte croissance du chiffre d’affaires, grâce au renouvellement des réservations, au bouche à oreille et aux retours positifs sur les réseaux sociaux”, souligne Emlyn Brown, directeur Bien-être, marques luxe et haut de gamme pour Accor. Les clients à la recherche du bien-être dépensent plus. Ces expériences boostent la satisfaction des clients, et peuvent les fidéliser.

Des offres plus pointues

Le rapport décrit quelques exemples mis en place dans les hôtels du groupe Accor. Ils se basent sur cinq piliers clés qui guident l’approche globale en matière de bien-être : nutrition active, design holistique, corps en mouvement, spa et pleine conscience. Ainsi, la marque Raffles utilise des techniques de Feng Shui pour équilibrer ses espaces intérieurs, crée des menus améliorant le sommeil, ou propose des rituels du sommeil (aromathérapie, masques de sommeil).

Dans les hôtels Fairmont, il est possible d’emprunter des vêtements et équipements sportifs. Les établissements Pullman mettent à disposition des studios ‘Power Fitness’, des exercices vidéo à la demande, ont conçu des ‘boot camps’ (entrainements à l’extérieur), des menus Power Up pour une nutrition optimale, ou encore un programme international de remise en forme…

Quant à la marque Swissôtel, elle développe son concept de chambre Vitalité. Ces suites personnalisées sont équipées de systèmes d’éclairage circadien, de tapis de yoga, de murs bien-être avec des modules de remise en forme, de stores occultants, de systèmes de purification de l’air, de barres vitalité et de super-aliments.

Source : Le bien-être dans l’hôtellerie : un secteur porteur

Ouverture officielle de l’Hôtel Novotel Convention & Spa Antananarivo en Janvier 2020

L’offre hôtelière haut de gamme est en forte progression à Antananarivo. Après l’ouverture récente du Centell Hôtel en pleine centre ville, l’on sait maintenant qu’un autre géant de l’hôtellerie ouvrira ses portes au mois de janvier 2020. Il s’agit de l’Hôtel NOVOTEL Convention & SPA implanté dans le quartier d’affaires d’Ivandry.

Appartenant au Groupe ACCOR, déjà bien investi dans l’hôtellerie malgache avec son établissement IBIS, le NOVOTEL Convention & SPA veut proposer une expérience 5 étoiles à sa clientèle. Que ce soit pour un voyage d’affaires, une réunion ou un séjour en famille, cet établissement accueille ses hôtes avec le maximum de confort et de modernité aux standards internationaux.

Le Novotel propose une sélection de 180 chambres et suites modernes et luxueuses où s’allient confort et technologie, une Convention Arena d’une capacité de 800 personnes, plusieurs choix de restaurants et bars dont un rooftop skybar avec vue imprenable sur la capitale, ainsi qu’un espace bien-être doté d’un spa, d’une piscine intérieure et d’une salle de sport.

Implanté au cœur du quartier des affaires et des centres commerciaux d’Ivandry, cet hôtel a l’avantage d’être à proximité du parc des oiseaux Tsarasaotra, de l’aéroport international d’Ivato ainsi que du centre ville d’Antananarivo.

Pour vos prochaines vacances ou missions professionnelles à Madagascar pour l’année 2020, pensez au Novotel Convention & Spa, et alliez travail, tourisme et détente.

Source : Ouverture officielle de l’Hôtel Novotel Convention & Spa Antananarivo en Janvier 2020

Tourisme durable : Accor lance une nouvelle offre hôtelière “greet”

Accor lance une nouvelle marque “greet” qui se veut un concept “alternatif”et non uniforme. Le groupe espère ouvrir 300 hôtels greet à l’horizon 2030 à travers l’Europe.

Accor lance greet une “nouvelle offre d’hôtellerie alternative et de tourisme durable” indique un communiqué de presse.
“Plurielle dans son approche design mais unique dans son identité, l’un des atouts majeurs de la marque est sa capacité à offrir une certaine liberté et une grande flexibilité aux propriétaires d’hôtels passés sous son enseigne”.

Seules directives : les hôtels greet arborent certains marqueurs forts de la marque tels que son logo dans les parties communes, une grande table d’hôtes pour partager des moments privilégiés, ou encore 20% de chambres pouvant accueillir 4 à 6 personnes.

Le groupe souhaite accompagner ses franchisés dans les démarches de rénovations et de mise en valeur de leur établissement. Pour ce faire, Accor a noué des partenariats avec Emmaüs, qui permettra aux propriétaires de s’approvisionner en mobilier de seconde main et créations réalisées à partir d’éléments recyclés, ainsi que Valdelia : éco-organisme proposant une solution complète de collecte, de recyclage et de réutilisation des mobiliers usagés auprès de tous les professionnels.

Autre partenariat phare, la démarche engagée avec « L’atelier consommateur & Citoyen », lancé au printemps 2019 par C’est qui le patron ?!.

Le premier établissement a ouvert en avril 2019 dans les vignes bourguignonnes. De nombreuses adresses doivent ainsi ouvrir leurs portes prochainement, notamment à Marseille (St Charles et Aéroport), Lyon Perrache, Paris, St-Witz, Rennes, Bourges ou encore St-Germain-en-Laye.

Le Groupe Accor espère ouvrir 300 hôtels greet à l’horizon 2030 à travers l’Europe.

Source : Tourisme durable : Accor lance une nouvelle offre hôtelière “greet”

AccorHotels : le tout premier hôtel de luxe Orient Express ouvrira à Bangkok

Le tout premier hôtel Orient Express, nouvelle marque du groupe AccorHotels, ouvrira ses portes en Thaïlande fin 2019.

Né du rapprochement en 2017 du groupe hôtelier et de la SNCF, qui avaient alors signé un partenariat stratégique via l’acquisition de 50% du capital de la marque par le groupe AccorHotels, le premier hôtel de la marque Orient Express ouvrira à Bangkok. L’Orient Express Mahanakhon Bangkok prendra place au sein du gratte-ciel emblématique de Bangkok, la tour King Power Mahanakhon, haute de 78 étages. L’architecte d’intérieur Tristan Auer a été chargé d’y repenser les intérieurs Art déco et les motifs végétaux des voitures originelles de l’Orient Express.

154 chambres avec vue

Les chambres sont « somptueuses », promet le groupe hôtelier dans un communiqué. L’Orient Express Mahanakhon Bangkok en comptera 154, dont 9 suites et 2 penthouses, ainsi qu’un étage entièrement dédié au bien-être, comprenant piscine extérieure, jacuzzi, et spa. Toutes les chambres offriront une vue imprenable sur la « Ville des anges ». L’hôtel comprendra deux restaurants, avec aux fourneaux le chef David Thompson.

L’établissement abritera également une plate-forme panoramique aux 74e, 75e et 78e étages, tandis qu’un magasin duty free phare de la marque King Power occupera les étages 1 à 4. Le restaurant de la terrasse du toit et le bar du 76e étage offriront de beaux panoramas de la Thaïlande, annonce également le groupe. L’hôtel ouvrira ses portes au dernier trimestre 2019.

Source : AccorHotels : le tout premier hôtel de luxe Orient Express ouvrira à Bangkok

Agir pour l’avenir : AccorHotels s’engage à lutter contre le gaspillage alimentaire

Engagé depuis plusieurs années dans cette démarche, AccorHotels a l’ambition de proposer à ses clients une véritable expérience culinaire à travers une alimentation saine et de qualité, tout en luttant contre le gaspillage alimentaire et soutenant les modèles d’alimentation durable. Amir Nahai, directeur général Food and Beverage, réaffirme le credo : « Nous nous engageons à vous servir la même chose qu’à nos propres familles et enfants “. Chez AccorHotels, diverses initiatives ont été déjà mises en place: dans les hôtels français des marques Sofitel, MGallery et Pullman. Par exemple, il est désormais possible d’avoir des fruits et légumes frais issus de l’agriculture biologique et de saison. De plus, grâce au programme RSE du Groupe, Planet 21 Acting Here, de nombreux engagements ont été aussi envisagés pour 2020, comme de réduire de 30 % le gaspillage alimentaire, de déployer la Charte de l’alimentation saine et durable dans 100 % des restaurants et mettre en place 1 000 potagers dans les hôtels du groupe.

Source: Agir pour l’avenir : AccorHotels s’engage à lutter contre le gaspillage alimentaire