Le 19e Forum mondial du tourisme culturel à Beijing

Les 27 et 28 décembre 2018, le Forum d’investissement immobilier et hôtelier, organisé sous la direction de la Chambre de commerce générale de Chine (CGCC) et de la Chambre de commerce de l’immobilier de Chine (CRECC), s’est tenu au Renaissance Hotel de Beijing. L’événement a fait le bilan de l’année 2018 dans les domaines de l’immobilier, de l’hôtellerie, du tourisme et des industries connexes, et a exploré leurs perspectives de développement, les tendances et l’innovation nécessaire à la modernisation et la montée en gamme de ces secteurs.

Plus d’un millier de personnes, dont le vice-président de la Chambre de commerce générale de Chine Lu Yong, des économistes de renom, des experts de l’immobilier, des investisseurs dans l’hôtellerie, des dirigeants d’entreprises de tourisme culturel et des représentants de la chaîne industrielle en amont et en aval de ces secteurs, ont assisté à l’événement.

Ces leaders de l’immobilier, de l’hôtellerie et du tourisme ont échangé sur des sujets tels que la responsabilité, l’architecture de qualité, l’immobilier pour le troisième âge, les résidences locatives à long terme, le développement et le renouvellement des zones urbaines, les investissements dans des projets hôteliers et dans le tourisme culturel, puis ont analysé les nouvelles trajectoires de développement de l’immobilier dans de multiples dimensions. Les conférences de presse organisées le 27 décembre après-midi sur le 19e Forum international du tourisme culturel et sur la Foire commerciale des fournisseurs du secteur hôtelier pour l’année 2019 ont suscité un fort intérêt des participants et des médias.

La nouvelle ère du tourisme culturel

Au cours des quarante années de réforme et d’ouverture, le tourisme culturel a connu de profonds changements et représente aujourd’hui un segment important du secteur : le nombre de voyageurs internationaux et le montant de leurs dépenses ont considérablement augmenté. Le Forum global du tourisme culturel a déjà dix-huit ans de développement à son actif. Durant la conférence de presse, le porte-parole du comité d’organisation et vice-directeur de China.org.cn Li Fugen a annoncé que la 19e édition du forum et la Foire commerciale des fournisseurs du secteur hôtelier se dérouleraient du 26 au 29 mars 2019 à Sanya, sur l’île de Hainan.

Une tendance durable

Avec l’intégration progressive de la culture et du tourisme, ce segment occupe une place de plus en plus importante en tant que pilier de l’économie nationale. La grande industrie du tourisme n’avait jamais eu l’aura dont elle dispose aujourd’hui.

Yang Honghao, chercheur adjoint au Centre de données sur la culture et le tourisme et directeur adjoint du département immobilier de l’Institut de recherche sur le tourisme de Chine, a publié le Rapport sur le développement de l’hôtellerie touristique en Chine en 2018 et a souligné que ce secteur est en train de passer d’une croissance rapide à un développement de haute qualité et à davantage d’innovation. L’accent mis auparavant sur les terrains et le capital se déplace désormais vers un intérêt accru envers le personnel, la technologie et la créativité.

Source : Le 19e Forum mondial du tourisme culturel se clôture à Beijing

Tourisme : la Chine pourrait détrôner la France d’ici 2030

C’est un titre très envié… que la Chine pourrait bien s’attribuer. D’après le cabinet d’études Euromonitor, la Chine devrait en effet devenir le pays le plus visité au monde à l’horizon 2030, soufflant ainsi sa place à l’Hexagone.

Tour Eiffel ou Grande Muraille ? Euromonitor a tranché. D’ici 2030, c’est bel et bien la Chine qui pourrait devenir la première destination touristique mondiale, délogeant ainsi l’Hexagone de la première marche du podium, selon son rapport “Megatrends Shaping the Future of Travel”. Le tourisme chinois devrait en effet être boosté par la croissance de la classe moyenne en Asie, qui tire le marché du voyage, conjugué à l’assouplissement progressifs des restrictions en matière de visas, facilitant les voyages (80% des arrivants en Asie provenant également de cette région). La forte progression du marché domestique devrait également porter le développement du tourisme chinois. D’après Wouter Geerts, analyste chez Euromonitor, les événements sportifs à venir dans les prochaines années, avec les jeux Olympiques d’été de Tokyo en 2020, et ceux de d’hiver à Pékin, en 2022, vont eux aussi renforcer l’attractivité de la destination et accélérer le développement de son tourisme.

La Chine va doubler le nombre d’aéroports

“Le tourisme est un des piliers de l’économie chinoise et beaucoup d’investissements ont été faits pour améliorer les infrastructures et les standards, souligne Euromonitor. Parallèlement, la Chine deviendra aussi le premier marché émetteur, largement devant les Etats-Unis et l’Allemagne.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le pays s’y prépare : d’après des informations relayées mardi dans la presse chinoise, le pays a l’intention de doubler le nombre de ses aéroports d’ici 2035, date à laquelle il sera devenu le premier marché mondial du transport aérien. La Chine en construirait actuellement 216, en plus des 234 qui existent déjà. L’année dernière, les aéroports chinois ont enregistré 552 millions de voyages, nombre qui devrait atteindre 720 millions à l’horizon 2020. Une croissance qui rend urgent le développement de nouvelles infrastructures. « Le service s’est amélioré mais les aéroports aujourd’hui sont loin de convenir et sont répartis inégalement dans le pays », a souligné le directeur du développement et de la prévision de l’Administration de l’aviation civile chinoise.

Euromonitor

Source : Tourisme : la Chine pourrait détrôner la France d’ici 2030

Promotion du tourisme – 250 000 touristes chinois attendus en 2019

La destination Madagascar mise sous les feux des projecteurs. Le Gouvernement chinois s’engage à promouvoir la Grande île en encourageant ses touristes à y venir en masse. « 250 000 touristes chinois, et non des businessmen ni affairistes, sont attendus à Madagascar pour 2019. Ils s’intéressent notamment aux destinations Nosy Be, Morondava, Isalo et Sainte-Marie », informe Jean Brunelle Razafintsiandraofa, ministre du Tourisme. C’était lors d’une rencontre avec la presse, hier à Tsimbazaza.

« Le défi étant désormais de s’y préparer, notamment côté infrastructures. Nos opérateurs ont-ils les capacités d’accueillir autant de touristes, en matière d’hébergement, la restauration, etc. Pour sa part, le Gouvernement chinois est disposé à nous apprêter un avion pour le transport », ajoute le premier responsable. L’arrivée de ces touristes chinois ne pourra être que bénéfique pour le pays. Chacun d’entre-eux pourra avoir entre 100 et 150 dollars en poche et ce quotidiennement. Par rapport à l’insécurité grandissante qui affecte le tourisme, le ministre de tutelle suggère le renforcement de la participation de la communauté, à travers le « Dina » (pacte villageois) et le comité de vigilance. Ce sera un moyen pour combler l’insuffisance de l’effectif des Forces de l’ordre, avec moins de 40 000 agents pour 600 000 km2 de surface.

Vers une décentralisation effective

Outre le soutien du Gouvernement chinois, le ministre du Tourisme avance la révision de la politique et de l’organigramme au sein de son département. « Le ministère se limitait aux régions pendant des années, alors qu’il s’agit d’un département de la République. Ses services n’ont pas pu couvrir tout le territoire. Mais cette époque sera bientôt révolue avec l’adoption d’une décentralisation effective, à commencer par la révision de l’organigramme au sein du ministère », a expliqué le numéro Un du Tourisme. Cette déconcentration des services débutera par la mise en place de direction régionale pour celles qui en sont privées, à l’exemple de la Région Melaky. Des représentations seront également érigées dans les Districts, comme à Ranomafana pour Ifanadiana, à Isalo pour Sakaraha ou encore à Ambohimanga Rova pour Antananarivo Avaradrano. 10 directions et services seront installés d’ici 2019, avec le budget alloué au ministère, à en croire le ministre. Notons que l’effectivité de la décentralisation facilitera à la fois les investissements et la promotion des potentialités de chaque localité.

Source : Promotion du tourisme – 250 000 touristes chinois attendus en 2019

Marché chinois : « Une opportunité à saisir »

La première édition de l’exposition internationale d’importation de la Chine ou CIIE ouvre ses portes depuis hier au National Convention & Exhibition Center à Shanghai, en Chine. L’événement aura lieu pendant 6 jours, du 5 au 10 novembre. Selon Jean Brunelle Razafintsiandraofa, Ministre du Tourisme, c’est une opportunité à saisir. « La Chine offre une belle opportunité et on doit la saisir », a-t-il confié à l’Agence Chine Nouvelle. Certes, Madagascar tient à promouvoir ses produits agricoles tels le café, la vanille et les fèves de cacao, sans oublier les minéraux qui intéressent beaucoup les Chinois.

L’événement organisé par le ministère chinois des Commerces rassemblera environ 2.800 exposants venant de plus de 130 pays et régions, d’après les données officielles. Plusieurs grandes compagnies et producteurs mondiaux tels que le fabricant de pneus italo-chinois Pirelli sera présent durant l’exposition. Ils aspirent à plus d’opportunités de la part du CIIE. En fait, le volume des échanges entre Madagascar et la Chine ne cesse d’augmenter et l’application du tarif douanier zéro pour 97% des marchandises de la Grande Ile par la Chine ne peut que profiter aux producteurs malgaches.

La Grande Ile cherche également à développer son tourisme durable, qui met l’accent sur la préservation de la flore et de la faune endémiques de l’île, tout en développant ses infrastructures. Jean Brunelle Razafintsiandraofa, chef de délégation du pays en Chine aussi de saluer l’investissement de la Chine dans la préservation de l’environnement et les mesures prises pour la protéger, atouts principaux de l’Ile Rouge en matière de tourisme.

Source : Marché chinois : « Une opportunité à saisir »

Etats-Unis : la guerre commerciale avec la Chine menace le tourisme

Au début de l’été, Pékin a saisi l’OMC en accusant le président américain de déclencher « la plus grande guerre commerciale de l’histoire économique. » Le secteur du tourisme américain commence à s’inquiéter.

Aux Etats-Unis, depuis début avril, les machines à laver sont devenues plus chères. Idem en Chine où les steaks de bœuf américains sont désormais hors de prix. Pourquoi un tel emballement dans les supermarchés des deux pays ? A cause de la guerre commerciale entre Washington et Pékin. Initiée par Donald Trump, qui souhaite réduire le déficit de son pays, elle consiste à imposer des taxes sur l’importation de certains produits chinois et vice versa.

Mais cette guerre commerciale entre le président Donald Trump et la Chine semble avoir provoqué une baisse importante des visiteurs chinois aux États-Unis, ce qui pourrait coûter cher au secteur du tourisme américain, selon le cabinet d’étude ForwardKeys.

Le Yuan a perdu sa valeur

Les réservations hebdomadaires de la Chine vers les États-Unis ont augmenté de 2% entre la dernière semaine de février (après les vacances du Nouvel An chinois) et le 23 mars, date à laquelle les premiers tarifs ont augmenté. Depuis, les données de ForwardKeys indiquent que le tourisme chinois est en  nette diminution. En août, le nombre de voyages réservés à destination des États-Unis recule de 8,4% par rapport à l’année dernière. Pour le reste de l’année (août-décembre 2018), il diminue de 9,6% par rapport à la même période l’année dernière. Tout cela alors que les réservations chinoises à l’étranger progressent de 5,5%. L’impact négatif sur la devise chinoise, qui a chuté de 7,5% par rapport au dollar américain, et les avertissements de Pékin sur des risques à voyager aux Etats-Unis ont probablement influencé la tendance.

Crédit : ForwardKeys

L’impact le plus important a été enregistré pour les voyages en groupe (six passagers ou plus) de la Chine vers les États-Unis, actuellement en baisse de 34,4% par rapport à l’année dernière. Les réservations effectuées par des voyageurs indépendants sont en retard de 3,9%, les voyages d’agrément étant plus affectés que les voyages d’affaires ou les voyages pour rendre visite à des amis ou à des parents. À titre de comparaison, les réservations chinoises de voyages au Canada ont augmenté de 8 % entre août et décembre par rapport à 2017.

500 millions d’euros de pertes

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) estime que les dépenses totales des touristes chinois à l’étranger s’élèveront à 258 milliards de dollars américains en 2017 et  8,6% du total des exportations. « Nos résultats suggèrent fortement que la guerre commerciale du président Donald Trump a eu un impact significatif sur le tourisme chinois aux États-Unis, explique Olivier Jager, PDG et cofondateur de ForwardKeys.

En ce qui concerne l’année écoulée, nous constatons un recul de près de 5% des arrivées de touristes chinois. Si cela continue jusqu’à la fin de l’année, nous estimons que le coût pour l’économie américaine sera équivalent à un demi-milliard de dollars en 2018. Les dépenses chinoises dans ce secteur sont importantes – elles représentent la plus grande catégorie d’exportations américaines vers la Chine. Il ne fait aucun doute que l’appétit chinois pour visiter les États-Unis diminue, ce qui risque d’inquiéter l’industrie américaine du voyage.  »

Crédit : ForwardKeys
Source : Etats-Unis : la guerre commerciale avec la Chine menace le tourisme

Quand la Chine s’éveille aux vins du Languedoc

Longtemps dépourvus de culture œnologique, les Chinois importent aujourd’hui majoritairement des vins du Languedoc. Les sites de vente en ligne sont pour beaucoup dans cet engouement.

Depuis six ans, les exportations des vins du Languedoc ne cessent d’augmenter (+ 45 %), avec un bond exceptionnel de 11,9 % en 2017. En tête du palmarès : la Chine. « Ce sont surtout les AOC languedoc et corbières qui sont les plus demandées sur le marché chinois », précise Jérôme Villaret, le directeur du Conseil interprofessionnel des vins du Languedoc (CIVL).

Un travail de pédagogie du vin

Ce résultat récompense dix ans de travail intense sur le terrain. « Au début, on rencontrait en Chine des importateurs qui n’avaient aucune culture du vin et qui pouvaient boire cul sec, raconte Jérôme Villaret. Il a fallu passer du temps à expliquer… Mais rapidement sont apparus des importateurs spécialisés, des sommeliers aussi. Le marché bouge à une vitesse fulgurante, notamment depuis deux ou trois ans grâce au numérique. »

Des sites chinois comme ­Yesmywine.com ou Alibaba.com proposent aux consommateurs, surtout citadins, de livrer la bouteille du dîner par coursier à vélo. Ce mode de commercialisation encourage depuis trois ans la consommation de bouteilles du Languedoc, vendues au prix moyen de 10 euros. Une réglementation, a priori restrictive, a finalement donné un coup de pouce : « En 2015, l’administration chinoise a interdit les cadeaux de plus de 30 euros aux fonctionnaires. Ce qui a défavorisé les vins chers, mais a contribué à aider les vins du Languedoc », note le patron du CIVL.

« Les négociations peuvent durer des heures, des mois, voire des années. Par exemple, il faut expliquer pourquoi un corbières coûte plus de 2 euros ! » Clémence Fabre, productrice dans les Corbières.

Vigneron dans les Corbières, à la tête de la société familiale Fabre, avec cinq domaines (350 hectares en bio), Louis Fabre s’est rendu plusieurs fois dans le pays le plus peuplé du monde pour diversifier ses marchés à l’exportation : « Avant, les Chinois achetaient des bouteilles chères. Aujourd’hui, ils ont appris à goûter. Ils achètent désormais pour se faire plaisir et partager du vin. C’est incroyable le nombre de bars à vins qui ont surgi durant les cinq dernières années. »

Ce dernier croit tellement à la Chine que sa fille ­Clémence s’est installée à Hongkong il y a trois ans. Ambassadrice des vins de sa famille, elle fait de plus en plus résonner l’appellation dans ce pays. Des liens se créent. Au point que des Chinois ont acheté il y a quelques années un château viticole dans les Corbières, La Bastide.

Mais, pour construire un marché durable en Chine, il faut savoir donner de sa personne : « Les négociations peuvent durer des heures, des mois, voire des années. Il faut expliquer pourquoi un corbières par exemple coûte plus de 2 euros ! », explique Clémence Fabre, qui se promène toujours avec du thym ou du romarin sauvage dans sa valise pour faire profiter de sa garrigue à l’autre bout du monde.

Source : Quand la Chine s’éveille aux vins du Languedoc

Tourisme : Venise célèbre le mariage de l’Union européenne et de la Chine

La Chine, l’Union européenne et les chefs d’entreprise donnent le coup d’envoi de l’année du tourisme UE-Chine à Venise

Quelques jours après la première visite d’Etat d’Emmanuel Macron en Chine, l’Union européenne, le gouvernement chinois et les chefs d’entreprise européens et chinois continuent leur rapprochement en lançant le 19 janvier 2018 à Venise l’Année du tourisme UE-Chine 2018. Ce lancement marquera le coup d’envoi d’un programme visant à étendre la coopération entre la Chine et l’Union européenne en matière de tourisme, et à explorer de nouvelles initiatives pour accroître le flux de touristes voyageant vers ces deux destinations.

Le programme de l’année du tourisme UE-Chine (ECTY), financé par la Commission européenne et mis en œuvre par les principales organisations européennes du tourisme, Welcome Chinese, ETC (Commission européenne du voyage), et ETOA (l’Association européenne du tourisme), vise à renforcer les réseaux d’affaires et les contacts entre les principales entreprises touristiques européennes et chinoises. Des initiatives concrètes viseront à :

  • Promouvoir les destinations moins connues en Chine et dans l’Union européenne,
  • Améliorer les expériences des voyageurs, à faciliter la délivrance des visas,
  • Améliorer les liaisons aériennes entre ces deux régions du monde.

Le lancement de l’année de tourisme UE-Chine 2018 s’articulera autour de deux événements importants, l’un au Palazzo Ducale et l’autre au Casino pour faire avancer ces objectifs. Un sommet des entreprises réunit des commissaires européens, de petites et grandes entreprises, et divers participants dans l’objectif d’approfondir la coopération entre l’UE et la Chine. En parallèle, une réunion à haut niveau a lieu pour promouvoir des destinations moins connues.

Seront présents à ce lancement :

  • Antonio Tajani, président du parlement européen
  • Federica Mogherini, Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité
  • Dai Bin, président de China Tourism Academy
  • Elzbieta Bienkowska, commissaire européenne au Marché intérieur et à l’Industrie
  • Du Jiang, vice-président de l’Office national du tourisme de Chine
  • Luca Zaia, président de la Vénétie
  • Pansy Ho, présidente fondatrice du centre de recherche sur l’économie touristique mondiale

Ainsi que de chefs d’entreprise influents :

  • Qiu Yin, vice-président et porte-parole de Tencent
  • Mikko Turtiainen, vice-président des ventes globales de Finnair
  • Torstein Hagen, président de Viking Cruises
  • Jenna Qian, vice-présidente de Ctrip
  • Wei Zhihong, directeur général pour la zone Europe d’UnionPay
  • Jacopo Sertoli, président de Welcome Chinese
  • Barry Lin, directeur senior des ressources touristiques chez Tuniu
  • Luca Patane, président d’Uvet et de Blu Panorama

Il s’agit de la première initiative de partenariat entre l’Europe et la Chine dans le domaine du tourisme. Compte tenu du nombre important de visiteurs chinois qui participent à la croissance et au développement du tourisme européen, la Commission européenne évaluera à la fin de l’année la création d’un fonds touristique ad hoc destiné à soutenir le développement des activités entre l’Europe et la Chine.

Depuis 2012, la Chine est en tête du classement mondial des pays les plus 
dépensiers en matière de tourisme international 

C’est également le deuxième marché où l’on voyage le plus à l’étranger. Les Chinois ont en effet effectué 122 millions de voyages à l’étranger en 2016, ce qui représente un cinquième du tourisme mondial. À l’avenir, l’augmentation globale des revenus et la simplification des tâches administratives faciliteront de plus en plus les déplacements de la classe moyenne chinoise. Pour anticiper ce phénomène, les destinations européennes sont en train de renforcer leur offre pour accueillir davantage de touristes chinois.

Pour l’Union européenne, les voyageurs chinois offrent un fort potentiel de diversification touristique. 90% des touristes en Europe viennent des États membres de l’Union européenne, alors qu’en Asie, seulement 73% des touristes viennent d’Asie. Aux États-Unis, 75 % des touristes sont américains.

En 2016, les dépenses consacrées au tourisme international par les Chinois ont atteint 261 milliards de dollars, soit une augmentation de 12% par rapport à l’année précédente. Cette courbe de croissance permet aux chinois d’atteindre la première place des populations qui dépensent le plus lors de leurs voyages à l’étranger, loin devant les Etats-Unis (123 US$) et l’Allemagne (79 US$). En effet, 23% des recettes touristiques à l’international sont générées grâce aux voyageurs chinois.

L’Europe, région du monde préférée par les Chinois 
Le nombre de voyages à destination de l’Europe depuis la Chine est élevé : 12,8 millions de voyages en 2016 et une estimation de 20,8 millions par an pour les 5 ans à venir, avec pour destination favorite, la France, puis plus récemment à cause des attentats, l’Italie. La population chinoise a toujours été attirée par les voyages en Europe, beaucoup plus que dans d’autres régions du monde. Le nombre de voyages depuis la Chine à destination de l’Amérique du Nord a atteint l’an dernier le chiffre de 3,1 millions.

Des enjeux multiples pour connecter l’Union européenne à la Chine 
L’Année du tourisme UE-Chine (ECTY) a été décidée au plus haut niveau par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le Premier ministre chinois, Li Keqiang. Les objectifs directs de cette année dédiée à la Chine sont de :

  • Promouvoir les destinations moins connues à la fois en Europe et en Chine
  • Améliorer les voyages et les expériences touristiques
  • Fournir des occasions d’accroître la coopération
  • Faciliter les tâches administratives, notamment liées aux visas et aux connexions aériennes

L’année du tourisme UE-Chine 2018 vise à faire de l’Europe la destination encore plus prisée par les touristes chinois. Pour atteindre cet objectif, il est essentiel de former les entreprises à travers l’Europe à mieux accueillir les voyageurs chinois et mieux comprendre leurs besoins en termes de communication et de services.

C’est pour cela que la Commission européenne et la Commission européenne du Voyage ont créé une plateforme collaborative visant à promouvoir le tourisme en Europe dès 2018. Partenaire exclusif, Welcome Chinese est en charge de l’organisation de tous les événements promotionnels au cours de l’année. Il est également le seul à fournir une certification officielle reconnue par le gouvernement chinois qui définit les normes d’accueil pour les voyageurs chinois. Celle-ci est délivrée par l’Académie du tourisme chinoise en collaboration avec le réseau national de télévision de China Central Television (CCTV) et UnionPay, seul circuit de carte de crédit délivré en Chine.

Les touristes chinois ont des habitudes et une culture profondément différentes qui influencent grandement le choix de leurs destinations touristiques. Le premier obstacle est bien entendu la langue. Il existe également des freins dans la vie quotidienne comme les paiements électroniques et des craintes en matière de sécurité qui guident les décisions touristiques chinoises. Le rôle de Welcome Chinese est donc d’accompagner les opérateurs sur ces questions clés pour mieux appréhender les besoins des touristes chinois.

Le professeur Dai Bin, président de l’Académie chinoise du tourisme déclare : “L’année touristique est une mesure novatrice pour la Chine puisqu’elle vise à promouvoir à la fois le tourisme international, la coopération industrielle et la diplomatie touristique. Depuis 2013, la Chine a successivement organisé des années touristiques avec la Russie, les États-Unis, la Corée du Sud, l’Inde, l’Australie, l’Australie, la Suisse, le Danemark, l’ASEAN (l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est). Ces rapprochements ont grandement favorisé le développement du tourisme bilatéral et multilatéral. L’Année européenne du tourisme en Chine (2018) encouragera les voyages, les échanges notamment de la classe moyenne, le développement économique et la confiance mutuelle entre pays.”

Eduardo Santander, directeur général de la Commission européenne du voyage déclare : “Les destinations européennes reconnaissent la nécessité de rester compétitives pour les touristes chinois. Seule une coopération plus étroite avec les autorités chinoises et un engagement accru du secteur touristique européen en faveur d’initiatives de marketing public et privé ciblées permettront d’encourager un plus grand nombre de voyageurs chinois à venir en Europe”.

Jacopo Sertoli, Président de Welcome Chinese affirme “Après l’approbation reçue par le gouvernement chinois, notre objectif est d’aider les entreprises européennes à mieux comprendre les attentes du tourisme chinois, qui a beaucoup évolué au cours des 10 dernières années. Dans le même temps, nous voulons encourager les accords avec les opérateurs chinois. L’année du tourisme UE-Chine est une occasion exceptionnelle pour l’Italie, pour ses sociétés certifiées Welcome Chinese Certified Companies et pour l’ensemble des entreprises qui seront amenées à être certifiées. Welcome Chinese offre aux entreprises certifiées un accès privilégié au marché chinois. Grâce à nos partenariats avec CCTV, UnionPay, Ctrip, Tencent, Global Data, Lobster Ink, Tuniu, Qyer, Caissa, Caissa, Go with Tommy, Lecoov, Fliggy, Welcome Chinese est prêt à accompagner tout opérateur européen qui souhaite devenir membre certifié Welcome Chinese et qui souhaite attirer plus de touristes chinois.”

Tom Jenkins, Président Directeur général de l’ETOA (l’Association européenne du tourisme), affirme : “Ce n’est qu’avec de la communication et de la coopération que la Chine et l’Europe pourront avoir des résultats à la hauteur de leur potentiel, qui est de construire le plus grand partenariat touristique du 21ème siècle.”

Zhan Shu, directeur général des relations institutionnelles et du tourisme de Tencent déclare : “Le dialogue portant sur le tourisme entre la Chine et l’Europe est un dialogue entre deux civilisations anciennes profondément ancrées dans la société moderne dans laquelle le tourisme représente un pont, la culture, la pierre angulaire, connectés par une route de la soie désormais résolument moderne. En travaillant avec Welcome Chinese, Tencent peut grâce à la technologie, permettre à plus de Chinois de se sentir en Europe, comme chez eux.”

Les régions européennes participant à l’année touristique UE-Chine 2018 sont l’Andalousie et la Catalogne pour l’Espagne ; la Laponie pour la Finlande ; la Vénétie, la Lombardie, le Piémont et la Toscane pour l’Italie.

Les sites ci-dessous, classés patrimoine mondial de l’Unesco seront également mis en valeur :

  • Le paysage culturel d’Aranjuez, l’ensemble archéologique de Tarragone (Espagne)
  • Le centre historique de Bruges, les grands sites miniers de Wallonie (Belgique)
  • Les coteaux, maisons et caves de Champagne, la baie du Mont Saint-Michel, le bassin minier du Nord-Pas de Calais, le pont du Gard, le château de Versailles (France)
  • Le site archéologique d’Olympie, le sanctuaire d’Asclépios en Epidaure (Grèce)
  • Le palais et les parcs de Potsdam à Berlin, Mines de Rammelsberg, la ville historique de Goslar, le système de gestion hydraulique du Haut-Harz, la vallée romantique du Rhin, Trèves, le complexe industriel de la mine de charbon de Zollverein (Allemagne)
  • Paysage culturel de la Wachau (Autriche).

D’autres manifestations destinées à promouvoir l’année du tourisme UE-Chine sont prévues au cours de l’année, à Berlin le 6 mars pendant l’ITB Berlin, le plus grand salon professionnel du tourisme en Europe, à Pékin le 16 avril, puis durant le GEM en novembre à Londres, le CITM en novembre à Shanghai, le CITE en décembre à Chengdu, entre autres.

Sponsors et partenaires officiels de l’année du tourisme UE-Chine 2018

  • UnionPay – Principal moyen de paiement en Chine continentale, c’est le seul émetteur de cartes bancaires en Chine et l’un des leaders du secteur bancaire.
  • Ctrip – Plus grand OTA (Online Travel Agency) chinois avec 300 millions de membres, plus de 1,2 million d’hôtels présents sur sa plateforme dans plus de 200 pays, 2,9 millions de dollars US de chiffre d’affaires.
  • Finnair – Compagnie aérienne finlandaise, elle relie sept villes de la Grande Chine à plus de 100 villes en Europe via son hub d’Helsinki.
  • ADR – L’aéroport de Fiumicino est l’un des aéroports les plus importants d’Europe qui est le à connecté à des villes chinoises.
  • L’Aéroport de Venice – L’aéroport Marco Polo représente la troisième porte d’entrée intercontinentale italienne. Il est récemment devenu un membre certifié de Welcome Chinese.
  • Accor Hotels – Accor Hotels est un groupe hôtelier multinational français, faisant partie de l’indice CAC 40, qui opère dans 95 pays.
  • T Fondaco dei Tedeschi de DFS : DFS est le premier travel retailer de luxe au monde, proposant des produits qui reposent sur les cinq piliers du luxe : Beauté et Parfumerie, Mode et Accessoires, Alimentation et Cadeaux, Montres et Joaillerie, Vins et Spiritueux.
  • Global Blue : Global Blue est une société de remboursement de taxe sur les achats touristiques, dont le siège social est situé à Nyon, en Suisse. L’entreprise est connue pour les achats hors taxes et un produit de remboursement VTA/TPS ainsi que une conversion monétaire dynamique, des services de marketing, la technologie intégrée au point de vente, la formation de personnel de vente et l’intelligence client
  • Le village Bicester Shopping Collection : Présent à la fois en Europe et en Chine, c’est une collection de 11 destinations shopping de luxe, créée et exploitée par Value Retail, qui regroupe plus de 1 300 boutiques des plus grandes marques mondiales de mode, proposant des offres exceptionnelles tout au long de l’année.

Qu’est-ce que l’année du tourisme UE – Chine 2018 ? 
L’année du tourisme UE-Chine 2018 (ECTY) a été annoncée par M. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et M. Li Keqiang, premier ministre du Conseil d’État de la République populaire de Chine, à l’ouverture du sommet UE-Chine le 12 juillet 2016. L’objectif de cette initiative est d’encourager la poursuite de la coopération dans le domaine du tourisme en vue d’accroître les voyages et le tourisme entre la Chine et l’Union européenne. Elle devrait également contribuer à inciter les entreprises européennes à s’implanter sur le marché intérieur en pleine expansion du tourisme en Chine et vice-versa afin d’encourager les investissements chinois en Europe.

La Chine est le plus grand marché mondial du voyage, tant en termes de voyages que de dépenses. Grâce à une population massive, à l’augmentation des revenus, à une urbanisation rapide et à l’assouplissement des restrictions de déplacements à l’étranger, la Chine est aujourd’hui la plus grande source de tourisme international dans le monde.

Pour l’industrie touristique européenne, L’ECTY représente une grande opportunité pour explorer le marché chinois et apprendre à attirer de nouveaux visiteurs chinois ainsi que pour leur offrir la meilleure expérience possible pour leurs voyages.

La Commission européenne prépare l’ECTY en étroite collaboration avec le CNTA (Office national du tourisme de Chine). A l’occasion de l’ECTY, un niveau d’initiatives sans précédent vise à accroître l’importance de la Chine en tant que marché source pour les destinations européennes. Les principales priorités consistent à :

  • Montrer ce que l’Union européenne a à offrir aux visiteurs chinois en soutenant diverses initiatives de coopérations en matière de marketing
  • Promouvoir les sommets d’affaires
  • Organiser des rencontres de jumelage Business to Business pour les opérateurs touristiques lors des salons professionnels les plus importants
  • Créer et diffuser de contenus vidéo
  • Réorienter des campagnes publicitaires

Activités en Chine 
La Chine est le marché le plus important du monde et grâce à son développement rapide, elle est l’un des pays les plus avancés en matière de numérisation. Les nouveaux réseaux sociaux chinois, le plus grand OTA (online travel agency) du monde et les moyens de paiement révolutionnaires ont été stratégiquement pris en compte par ETC (Commission européenne du voyage) et Welcome Chinese afin de développer un plan de promotion efficace durant l’ECTY (l’année du tourisme UE-Chine). De nombreuses activités seront coordonnées en ligne et off-line, entre autres :

  • Pavillon officiel européen en ligne sur Ctrip web et portail mobile
  • Pavillon officiel européen en ligne sur le portail web et mobile de Tuniu
  • Welcome Chinese WeChat Miniprogram, le plateforme écosystème soutenu par la technologie de pointe de l’industrie pour accompagner les voyageurs chinois avant, pendant et après leurs voyages en Europe
  • Marketing précis et activités stimulantes sur le Pavillon Fliggy (par Alibaba)
  • Guides audio et numériques par Qyer
  • Offres packagées par domaine d’intérêt proposées par Caissa et d’autres organisateurs de voyages.
Source : Tourisme : Venise célèbre le mariage de l’Union européenne et de la Chine

L’Organisation mondiale du tourisme en AG en Chine

Sichuan (CHINE POPULAIRE)

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) tient sa prochaine Assemblée générale du 11 au 16 septembre, en Chine, dans la capitale du Sichuan : Chengdu. « Une occasion sans pareille d’unir le secteur autour d’un objectif commun : faire du tourisme un véritable moteur du développement durable » a indiqué le Secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai.

Parmi les sujets mis à l’ordre du jour : le tourisme intelligent, les célébrations de l’Année internationale du tourisme durable pour le développement (2017), la conversion du Code mondial d’éthique de l’OMT en une convention internationale ou encore les tendances actuelles du secteur touristique.

L’organisation doit également les actions à mener et les priorités clés pour les deux prochaines années. « Cette Assemblée générale nous offre une opportunité unique de prendre des décisions essentielles qui nous montreront le chemin à suivre pour contribuer de façon significative à l’avenir des peuples et de la planète » a ajouté Taleb Rifai qui estime que « le tourisme est à une croisée des chemins » et qu’il est nécessaire de « consolider le secteur face aux multiples changements auxquels il se voit confronté ».

Source : Sylvie Soubes – L’Organisation mondiale du tourisme en AG en Chine

Offensive de charme de Madagascar auprès des touristes chinois

Le Ministère Malagasy du Tourisme, accompagné de plusieurs opérateurs nationaux, a mené une importante offensive de charme en Chine, durant le mois de septembre 2017, pour faire connaître la destination Madagascar auprès des touristes chinois. Cette action fait suite à celles déjà menées en 2016 pour accroître le nombre de touristes chinois en visite à Madagascar.

La Chine, un gros marché émetteur de touristes

La croissance économique de la Chine a un impact majeur sur le mode de vie des chinois. Aujourd’hui, ces derniers se permettent de vivre dans le grand luxe et allouent une importante somme d’argent pour leurs différentes escapades dans le monde. Ils battent tous les records dans les dépenses touristiques mondiaux. Si en moyenne les touristes les plus aisés des quatre coins du monde dépensent aux environs de 4000 dollars lorsqu’ils sont en déplacement, les chinois vont plus loin avec près de 7000 dollars de dépenses par personne. Ce qui est intéressant aussi, c’est que ces derniers préfèrent voyager en groupe, ce qui génère encore plus de profit  pour les entreprises œuvrant dans le tourisme.

Attirer davantage de touristes chinois

En 2016, 4811 touristes chinois ont débarqué à l’aéroport international d’Ivato. Depuis l’année dernière, plusieurs actions ont été menées par les autorités Malagasy, pour augmenter le nombre d’arrivées de touristes chinois dans la Grande île. Il y a eu entre autres l’appui à la reprise directe de la liaison aérienne entre Antananarivo et Guangzhou et l’organisation d’eductour à l’intention des journalistes chinois. Dernièrement au mois de juin 2017, dans le cadre de l’International Tourism Fair Madagascar (ITM), une importante délégation chinoise menée par le Vice-ministre chinois du tourisme, Du Jiang, s’est déplacée à Madagascar, pour concrétiser les accords en matière de tourisme discutés lors de la récente visite du Président Malagasy en mars dernier en Chine avec le Président Xi Jinping.

Source : Offensive de charme de Madagascar auprès des touristes chinois

“China Exhibition Madagascar”: une centaine d’investisseurs chinois attendus

“China Exhibition Madagascar”: une centaine d’investisseurs chinois attendus

Un grand événement à caractère économique se tiendra à Antananarivo, du 21 au 24 septembre 2017. Il s’agit du “China Exhibition Madagascar“, dont l’objectif est de favoriser les échanges et les opportunités d’affaires et de coopération avec les investisseurs chinois.

Une centaine d’investisseurs chinois attendus

A travers cet événement économique, l’Empire du Milieu affiche sa volonté de s’investir davantage dans la Grande île. “China Exhibition Madagascar” sera une occasion pour le secteur public et privé, de nouer des contacts, de réaliser des échanges et de saisir des opportunités d’affaires et de coopération avec les investisseurs chinois. Un forum économique sera ponctué de débats et de conférences de presse, intitulé “China Indian Océan Economic Forum”, sera organisé dans le cadre du “China Exhibition Madagascar” qui aura lieu au Centre de Conférence Internationale d’Ivato. L’Economic Development Board of Madagascar (EDBM), est le principal organisateur de l’événement.

Premier fournisseur du pays

La Chine se trouve actuellement en tête de classement en termes d’investissements à Madagascar. Au cours des cinq dernières années, les importations depuis la Chine n’ont de cesse d’augmenter.  Elles sont passées de 870,4 milliards d’Ariary en 2011, à 1 633, 4 milliards d’ariary en 2015, d’après les chiffres de la Direction Générale des Douanes.

Source : “China Exhibition Madagascar”: une centaine d’investisseurs chinois attendus