ITM 2019: place à la promotion des investissements

A l’occasion du lancement de la prochaine édition de l’ITM au Ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie à Tsimbazaza, hier, Narijao Boda, président du conseil d’administration de l’ONTM, a avancé dans ce sens que «l’appel aux investisseurs est nécessaire pour développer le secteur. Un large espace dédié aux rencontres B to B est prévu durant l’ITM».  A ce sujet, 300 rencontres seront au programme tout au long du salon. A ce sujet, 5 salles de conférences ont été aménagées.

En effet, Madagascar compte franchir le cap des 500.000 touristes dans quelques années. «La Grande île doit s’appuyer sur la diversification des offres par le biais des investissements au niveau de toutes les régions», a fait savoir le ministre Joel Randriamandranto. «D’autres problèmes comme le manque de budget de promotion, l’insécurité… nécessitent aussi une résolution rapide», a-t-il poursuivi.

La surface d’exposition doublée

En outre, la nouvelle édition de l’ITM sera organisée pour la première fois au CCI Ivato après deux éditions organisées au village Voara d’Andohatapenaka. L’objectif est de doubler sa surface d’exposition allant de 15.000 m2 l’an dernier à 30.000 m2 cette année.  De plus, le nombre des stands pouvant accueillir les 15.000 visiteurs, passera de 247 à 300.

Comme l’année dernière, un village «Out door» dédié aux fournisseurs d’équipements comme les hôtels et restaurants, les sports motorisés, les mobiliers…, les concessionnaires automobiles sera également prévu. L’ITM 2019 sera également marquée par la célébration du 15e anniversaire de l’ONTM.

Le tourisme contribue pour 7% au PIB national de Madagascar actuellement. Le secteur est l’un des plus gros  pourvoyeurs de devises avec une recette de près de  520 millions de dollars chaque année, selon les informations émanant du ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie.

Source : ITM 2019: place à la promotion des investissements

Madagascar : Nosy-Be Jazz Festival, 11 pays représentés

11 pays seront représentés à l’édition 2019 du Nosy-Be Jazz Festival qui aura lieu du 18 au 22 avril, sur l’idyllique île au parfum, dans le Nord Ouest de Madagascar. L’événement prend de l’ampleur et devient une référence dans l’océan indien.

Au programme de cette édition, une série de concerts dont le premier se déroulera au Côté Jardin, suivi d’une soirée au Nosy-Be Hôtel le samedi 20 avril. le dimanche 21 avril, place à un apéro jazz en fin de matinée, qui aura lieu au Jazzy Beach à Ambaro. Puis, les festivaliers se retrouveront au Grand Bleu Andliana, autour d’un barbecue-jazz, dans la soirée. Le week-end musical prendra fin en apothéose le lundi 22 avril à l’hôtel Home The Residence.

Cette année, des artistes de renom venant de la France, La Réunion, la Belgique, l’île Maurice, le Brésil, l’Allemagne, l’Italie, les Etats-Unis, Cuba et l’Espagne, rejoindront les artistes malgaches sur la scène durant le Festival. Outre les concerts, des masterclass dans des lieux publics et emblématiques ou encore des excursions autour de Nosy-Be, complèteront le programme cette année.

Nosy-Be Jazz Festival a pour objectif de développer l’attractivité de l’île de Nosy Be à travers le tourisme culturel et ce en complément de ses atouts légendaires, ses faunes et flores tropicales et paysages de rêve.

Source :  Madagascar : Nosy-Be Jazz Fesrival, 11 pays représentés

Madagascar : une conférence internationale sur le tourisme en avril

L’île de Nosy Be accueillera une conférence internationale sur le tourisme au mois d’avril prochain. La Réunion participera à cette conférence, invitée par le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina.

Le tourisme est l’un des secteurs prioritaires du programme de développement déployé par le Président Andry Rajoelina. A l’occasion d’un entretien avec le Président de la Région Réunion, Didier Robert, à Iavoloha le 21 janvier dernier, il a évoqué le sujet du développement du tourisme « nature durable » dans l’Océan-Indien.

A l’issue de l’entretien, Didier Robert a indiqué qu’il partage la même vision que le Président malgache « celle du développement d’un tourisme durable dans ces régions aux atouts exceptionnels sur le plan de la biodiversité, un tourisme qui permette la création d’emplois. »

Andry Rajoelina souhaite, par ailleurs « convaincre de nouveaux investisseurs pour augmenter l’offre et l’attractivité et marquer un nouvel élan dans la politique touristique ». C’est dans cet esprit qu’une conférence internationale sur le tourisme est prévue en avril prochain à Nosy Be. Une conférence à laquelle La Réunion est invitée à participer activement.

Dans la même dynamique, une équipe de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se prépare à se rendre en France pour un roadshow du 28 au 31 janvier prochain. Objectif, promouvoir le potentiel et la diversité de la destination Madagascar. Les équipes de l’ONTM se rendront à Marseille, à Lyon et à Nantes.

La France reste le plus grand fournisseur de touristes pour la destination Madagascar, selon les derniers chiffres disponibles du ministère malgache du Tourisme. 60 144 visiteurs non-résidents de nationalité française ont débarqué à l’aéroport international d’Ivato en 2017. Suivent Maurice (3 752), la Chine (3 083),  les Comores (2 757) et les anglais (2 700).

Au mois d’octobre 2018, Madagascar recensait 21 303 arrivées de visiteurs non-résidents aux frontières. Soit une recette au titre du secteur tourisme d’une valeur de 442 millions d’euros. Pour toute l’année 2017, les recettes au titre du secteur tourisme s’élevaient à 592,8 millions d’euros.

Dans la même dynamique, une équipe de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se prépare à se rendre en France pour un roadshow du 28 au 31 janvier prochain.

Source : Nosy Be : Une conférence internationale sur le tourisme en avril

La ville d’Agadir aura son premier Salon du Tourisme

La ville d’Agadir accueillera les 23 et 24 mars 2019, la 1ère édition Salon international du tourisme, le STAGLOB Agadir International Tourism Expo.

Cet événement placé sous le thème : « Le Souss Massa une histoire, une culture d’hospitalité » est initié par l’Association Flamant d’Art et de Développement Socioculturel. Selon un communiqué le Salon a pour objectif « réunir et créer un climat d’affaires entre les différents professionnels de l’industrie touristique ».

Le Salon sera une occasion pour  relancer et redynamiser l’offre touristique de la région Souss Massa, c’est présenter aux professionnels cette offre à travers quatre types d’activités, clé de tout développement de secteur : le Tourisme Culturel et Confessionnel, le tourisme Durable et Responsable, le tourisme Sportif et le tourisme de Groupe et de Loisirs.

A l’occasion, M. Mohamed Es-Sagar, Délégué général du Salon, nous a déclaré que ce grand événement, le premier en genre dans la région est «une messe qui vise créer des opportunités de business et une identité propre à la ville d’Agadir et la région en tant que destination balnéaire avec un arrière-pays riche en potentialités naturelles et humaines». Il ajoute que le SITAGLOB ne vise aucunement résoudre les problèmes de secteur au niveau de la ville et de la région, mais c’est un moment de rencontre entre différents professionnels locaux de nouer des partenariats avec les représentants des différentes destinations.

Le Salon, ouvert uniquement aux professionnels, sera une opportunité pour les acteurs locaux de vendre leurs produits, de positionner la destination Agadir et la Région. Le SITAGLOB sera donc une  référence annuelle de rassemblement des acteurs nationaux et internationaux.

Ainsi, la dimension internationale du Salon cible la participation d’autres destinations de différents pays et des institutions de secteur « tourisme et voyage ». en effet, le STAGLOB offrira « la possibilité de promouvoir des échanges entre la zone MENA et l’Afrique ».

Au niveau logistique, le Salon est érigé sur 2500 m2 répartis en 60 stands  de 9 à 36 m2 réservés aux exposants et intervenants du secteur venus du Maroc et de l’étranger, à savoir les agences de voyages, les hôtels, les compagnies aériennes, les tour-opérateurs, les délégations.

 Le centre du Salon sera présenté en tant qu’espace Fast Exchange dédié aux professionnels permettant de faciliter les  rencontres d’affaires entre les différents participants. De même, une salle de conférences  permettra aux professionnels d’assister à des formations assurées par des experts du secteur touristique au sujet «des nouvelles technicités développées par l’industrie touristique nationale et internationale ».

Selon les organisateurs, le SITAGLOB vise particulièrement présenter les atouts touristiques de la Région pour mieux positionner cette destination, ville d’Agadir et Région Souss Massa, dans le marché national et international.

Source : La ville d’Agadir aura son premier Salon du Tourisme

La ville d’Agadir aura son premier Salon du Tourisme

La ville d’Agadir accueillera les 23 et 24 mars 2019, la 1ère édition Salon international du tourisme, le STAGLOB Agadir International Tourism Expo.

Cet événement placé sous le thème : « Le Souss Massa une histoire, une culture d’hospitalité » est initié par l’Association Flamant d’Art et de Développement Socioculturel. Selon un communiqué le Salon a pour objectif « réunir et créer un climat d’affaires entre les différents professionnels de l’industrie touristique ».

Le Salon sera une occasion pour  relancer et redynamiser l’offre touristique de la région Souss Massa, c’est présenter aux professionnels cette offre à travers quatre types d’activités, clé de tout développement de secteur : le Tourisme Culturel et Confessionnel, le tourisme Durable et Responsable, le tourisme Sportif et le tourisme de Groupe et de Loisirs.

A l’occasion, M. Mohamed Es-Sagar, Délégué général du Salon, nous a déclaré que ce grand événement, le premier en genre dans la région est «une messe qui vise créer des opportunités de business et une identité propre à la ville d’Agadir et la région en tant que destination balnéaire avec un arrière-pays riche en potentialités naturelles et humaines». Il ajoute que le SITAGLOB ne vise aucunement résoudre les problèmes de secteur au niveau de la ville et de la région, mais c’est un moment de rencontre entre différents professionnels locaux de nouer des partenariats avec les représentants des différentes destinations.

Le Salon, ouvert uniquement aux professionnels, sera une opportunité pour les acteurs locaux de vendre leurs produits, de positionner la destination Agadir et la Région. Le SITAGLOB sera donc une  référence annuelle de rassemblement des acteurs nationaux et internationaux.

Ainsi, la dimension internationale du Salon cible la participation d’autres destinations de différents pays et des institutions de secteur « tourisme et voyage ». en effet, le STAGLOB offrira « la possibilité de promouvoir des échanges entre la zone MENA et l’Afrique ».

Au niveau logistique, le Salon est érigé sur 2500 m2 répartis en 60 stands  de 9 à 36 m2 réservés aux exposants et intervenants du secteur venus du Maroc et de l’étranger, à savoir les agences de voyages, les hôtels, les compagnies aériennes, les tour-opérateurs, les délégations.

 Le centre du Salon sera présenté en tant qu’espace Fast Exchange dédié aux professionnels permettant de faciliter les  rencontres d’affaires entre les différents participants. De même, une salle de conférences  permettra aux professionnels d’assister à des formations assurées par des experts du secteur touristique au sujet «des nouvelles technicités développées par l’industrie touristique nationale et internationale ».

Selon les organisateurs, le SITAGLOB vise particulièrement présenter les atouts touristiques de la Région pour mieux positionner cette destination, ville d’Agadir et Région Souss Massa, dans le marché national et international.

Source : La ville d’Agadir aura son premier Salon du Tourisme

Salon Mondial du tourisme à Paris du 14 au 17 mars 2018

Des espaces thématiques réuniront les acteurs français et étrangers sur différents secteurs touristiques : croisières, oenotourisme & gastronomie, tourisme de mémoire et d’histoire, tourisme & handicap, tourisme durable.

Des espaces de conseils par des spécialistes du voyage :


Votre voyage sur mesure pour bénéficier des conseils d’un spécialiste de l’évasion pour organiser son voyage

Les Conseils Pratiques : de multiples astuces sur le voyage, l’organisation, les spots à découvrir…

Le Coin des Blogueurs réunissant des blogueurs

3 espaces de bonnes affaires pour des croisières, séjours en France ou à l’étranger

Un espace dédié à la formation aux métiers du tourisme avec la FFTST – Fédération Française des Techniciens et Scientifiques du tourisme, réunissant des écoles de formation et des offres de stages ou d’emploi émanant des exposants du salon.

Des espaces d’animations : 
La Grande Scène avec un programme quotidien de présentation de destination, de jeux, de musique et de danse.

L’espace enfants pour un moment de détente à partager avec ses têtes blondes

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Du jeudi 14 au dimanche 17 mars 2019
10h à 19h sans interruption – fermeture à 18h le dimanche 17 mars 2019
Tarifs : 12 € par personne, gratuit pour les moins de 12 ans
Prévente à 10 € par personne sur le site internet du salon
Un billet donne accès aux deux événements
Paris Expo Porte de Versailles – Pavillon 4

www.salons-du-tourisme.com/Paris

Source : Salon Mondial du tourisme à Paris du 14 au 17 mars 2018

Miser sur l’événementiel pour dynamiser un établissement

Paris Avec des événements pertinents, originaux, bien orchestrés, un hôtel peut fidéliser une clientèle, en attirer une nouvelle, tout en fédérant ses équipes. Démonstration.

Un hôtel se distingue aujourd’hui par le calme que l’on va y trouver pour se détendre, dormir, mais aussi par son ouverture sur un quartier et l’expérience qu’il va nous permettre de vivre dans la ville où il se situe”, a constaté Jean-Philippe Nuel, lors d’une conférence au salon EquipHotel. Que met-on derrière cette “ouverture sur la ville” ? Une pâtisserie, comme au Brach (XVIe), une librairie, comme au Royal Monceau (VIIIe), un bar à rhums, comme au Monte-Cristo (Ve)… Mais aussi des événements, car ils permettent d’attirer une clientèle extérieure, surprendre et distraire les clients hébergés, de dynamiser le positionnement de l’établissement, tout en mobilisant ses équipes. L’idée demande d’investir un minimum, voire monter des partenariats, pour créer quelque chose qui n’a pas été fait ailleurs. Dans ce domaine, le Plaza Athénée à Paris (VIIIe) fait figure d’exemple. Avec pour parti-pris de proposer des événements sans cesse renouvelés, dont les photos vont être diffusées par les clients sur Instagram. Vernissages d’exposition, concerts, carnaval pour les enfants… la liste est longue.

Faire rêver

Notre rôle, c’est de faire rêver”, confie Sandrine Lalisse, directrice des événements spéciaux au sein du Plaza Athénée. Pour cela, elle développe l’accueil d’acteurs et réalisateurs des majors hollywoodiennes, présents à Paris pour promouvoir un film. “Ils séjournent chez nous, reçoivent les journalistes et organisent des soirées”, détaille-t-elle. Un événementiel à vocation professionnelle qui peut avoir un impact sur les clients, “car ils côtoient ces personnalités au bar – pas toujours privatisé par les stars -, dans la cour jardin ou la galerie”. Une façon de positionner l’hôtel comme étant “celui qui accueille le tout Hollywood” et, ainsi, valoriser l’adresse tout comme ceux qui y travaillent. Dans la même veine, l’ouverture du Roxo, le nouveau restaurant des Bains (IIIe), a été l’occasion d’une soirée où VIP et invités se sont mêlés à la clientèle et où le nouveau chef, les cuisiniers et les serveurs ont été sous le feu des projecteurs. En octobre dernier, à l’occasion de la Fiac, le Peninsula a quant à lui amorcé une collaboration avec la Galerie Maeght, lors d’une exposition d’œuvres du peintre Marco Del Re. De quoi séduire les passionnés d’art contemporain et alimenter les réseaux sociaux.

Source : Miser sur l’événementiel pour dynamiser un établissement

«Climate for Change» veut sensibiliser les Malgaches au changement climatique

Le changement climatique à Madagascar est une réalité déjà palpable depuis plusieurs années. Alors que s’est ouvert la Cop24 le 3 décembre, le festival We Are Climates, organisé par l’ONG international Climate For Change s’est tenu samedi 8 décembre à Antananarivo, comme réponse locale à l’initiative internationale. L’occasion de sensibiliser le public malgache à la politique des « petits pas » pour lutter chacun à son niveau contre le réchauffement de la planète.

Une petite quarantaine de personnes est venue assister aux mini conférences organisées par le festival We Are Climates. Les initiatives vertes sont nombreuses à Madagascar : recyclage du plastique, éco-tourisme ou encore mode équitable et durable. Lova Andriamitondra est la fondatrice de l’entreprise Violet, spécialisée dans les produits cosmétiques sans emballages et sans produits chimiques : elle veut sensibiliser ses clients au zéro déchet.

« On est beaucoup dans le mono-usage. On prend des sachets de biscuits ou de chips ou de lessive et on les jette n’importe où, puis arrive le temps de la pluie, les rues ressemblent alors à des rivières, tous les égouts sont bouchés. Pour moi, il est donc important de faire prendre conscience de cela aux consommateurs malgaches de l’impact que ces déchets ont sur Madagascar », explique la jeune femme.

Madagascar est le 8e pays le plus menacé par le réchauffement climatique, selon l’Indice mondial des risques climatiques 2017. Cyclones de plus en plus intenses, période de sécheresse de plus en plus rude, inondations… Le but de ce festival est de sensibiliser les Malgaches, mais aussi de créer une convergence au niveau des initiatives, pour mieux les faire connaître du public. L’écologie est l’affaire de tous, selon Victor Lauret, membre de l’ONG CliMates, qui a participé à l’organisation de l’évènement.

« Parfois, on entend dire qu’à Madagascar il ne se passe rien, les gens ne sont pas concernés par l’environnement, mais en fait quand on regarde, rien que sur Tana et sur le reste de Mada, il y a énormément d’acteurs qui sont concernés par cela, qui mettent en place des solutions, affirme-t-il. Le problème, c’est peut-être qu’on ne les connaît pas. L’idée, avec cet événement, c’est de faire connaître ces acteurs du changement ».

En 2015, la Grande Ile a enregistré un réchauffement record de 1°C par rapport à l’ère préindustrielle.

Source : «Climate for Change» veut sensibiliser les Malgaches au changement climatique

Halloween : des voyages pour se faire peur

Dormir dans l’hôtel où Stephen King a écrit The Shining ou organiser un road-trip pour chasser les fantômes en Ecosse : voici une sélection d’adresses pour voyageurs qui aiment avoir la frousse !

Pour Halloween, Hotel a dressé une liste d’hôtels effrayants, défiant les voyageurs de passer une nuit dans ces établissements « hantés ».

Ou encore à l’hôtel Ettington Park, au Royaume-Uni, un manoir datant de l’époque victorienne. Il est apparu dans le film d’horreur The Haunting, et apparaît fréquemment sur la liste des propriétés les plus hantées de Grande-Bretagne après de multiples observations de fantômes…Qui osera passer la nuit dans l’hôtel Dalhousie Castle en Ecosse,flanqué de son propre donjon ? Certains clients ont signalé avoir vu le fantôme d’une femme errant dans les escaliers et le hall de l’immeuble…

Le célèbre auteur Stephen King a déjà été contraint de passer une nuit à l’hôtel Stanley, aux Etats-Unis, en raison des chutes de neige qui bloquaient les routes. L’hôtel était si effrayant qu’il y a écrit The Shining.  Les résidents racontent souvent avoir entendu des rires d’enfants au quatrième étage ou la musique menaçante d’un piano au milieu de la nuit.

L’Ecosse occupe une place de choix au sein des pays cultivant les histoires à faire peur. Ces dernières années, plus de 1100 manifestations spectrales ont été enregistrées aux quatre coins du pays. Pour tous les amateurs de frissons, VisitScotland a créé pour Halloween un nouvel itinéraire à la découverte des fantômes les plus célèbres du pays. Grâce à cette carte, chacun pourra organiser son road-trip et visiter des lieux hantés.Aller-simple pour la peur

Chaque année les Mexicains fêtent le jour des Morts. Ce festival religieux s’étend sur environ une semaine jusqu’au 2 novembre, journée où l’on célèbre les défunts avec tambours et trompettes. Les couleurs des habits, des autels qui rendent hommage aux membres de la famille disparus, des couronnes de fleurs et l’ambiance survoltée qui règne pendant les processions rende le Mexique unique en son genre pour fêter Halloween.

S’il y a un endroit sur terre où fêter Halloween prend tout son sens, c’est bien en Roumanie. En Transylvanie plus précisément. Le royaume des supposés vampires est pour l’occasion le théâtre de nombreux événements effrayants. On pense aussi à Londres et à la visite des cachots de la tour de Londres ou encore autour du thème de Jack l’Eventreur. A Paris et à ses catacombes gigantesques. Ou encore à la Nouvelle Orléans, connue pour être la ville la plus hantée d’Amérique mais aussi la plus festive. Le week-end d’Halloween est un bon prétexte pour se faire peur de jour comme de nuit entre les lieux hantés et les soirées endiablées.

Parades macabres

A Disneyland Paris (du 1er octobre au 4 novembre), d’abord, Halloween sera avant tout l’occasion de fêter les 90 ans de Mickey. La mascotte de l’écurie Disney sera le héros des traditionnelles animations d’Halloween (parades et spectacles spéciaux) mais surtout de l’attraction Mickey et son Orchestre PhilharMagique, dans le parc Disneyland, un voyage en 4D à travers les grands classiques d’animations des studios Disney.

Le Parc Astérix, qui enregistre ses records de fréquentation à l’occasion des opérations Peur sur le Parc, réinstalle certaines attractions temporaires devenues désormais incontournables (la Maison de la Peur, la Colère d’Anubis…). De nombreuses attractions sont décorées pour l’occasion et même les plus petits peuvent participer à la fête via des activités adaptées (sculpture sur citrouilles, …). Le parc à thème des Gaulois joue même les prolongations pendant Halloween avec 4 nocturnes (le 31 octobre et les 1er, 2, et 3 novembre, de 19 h à 1h du matin).

Toujours en France, Nigloland reconduit Nigloween pour la seizième édition. Le parc, qui réalise lui aussi ses records de fréquentation pendant Halloween (141 000 visiteurs en 2017) propose spectacles, animations et ateliers de maquillages pour l’occasion. Chaque journée se conclut par un feu d’artifice. Au menu des nouveautés notamment : le spectacle La Sorcière Sans Corps, l’installation d’un restaurant éphémère et la thématisation spéciale de l’Hôtel des Pirates, qui devient pour Halloween un vaisseau fantôme. Enfin, le dernier jour de l’événement, les visiteurs du parc pourront repartir avec les citrouilles et courges sorties de terre pour Halloween (du 6 octobre au 4 novembre).

Source : Halloween : des voyages pour se faire peur

L’ONTM veut conquérir l’Europe

L’Office national du Tourisme de Madagascar (ONTM) veut conquérir davantage le marché européen par le biais d’un représentant permanent qui y assurera la promotion de la destination Madagascar.

La participation de la Grande île au Salon nautique international de La Rochelle, en France du 26 septembre au 1er octobre lui souffle de nouvelles idées. Vu la forte influence des visiteurs sur le stand de Madagascar, invité d’honneur de ce grand évènement, l’ONTM compte engager un représentant permanent en Europe. Cette personne aura comme mission de vendre davantage la destination Madagascar sur ce marché à forte potentialité touristique. « C’est très important d’avoir un second œil pour vraiment avoir un vrai marketing, parce que nous sommes encore un pays assez fragile au niveau du secteur Tourisme. Cet intermédiaire peut par exemple nous conseiller sur les méthodes de communication à entreprendre face à une éventuelle crise », avance Narijao Boda, président du Conseil d’administration de l’ONTM.

La France et l’Allemagne comme marchés prioritaires

À l’issue de ce Salon mondial à flot, le marché européen se montre, en effet, prometteur pour la destination île au trésor. C’est la raison pour laquelle la France et l’Allemagne figurent parmi les principales cibles de l’ONTM par le tourisme affinitaire. D’ici la fin de l’année, d’ailleurs, un roadshow est programmé par cet organisme malgache dans trois villes françaises et trois Allemandes pour conquérir encore plus de touristes émanent de ces marchés prioritaires. Par ailleurs, une douzaine de journalistes et blogueurs internationaux seront invités en Eductour à Madagascar pour promouvoir cette destination. Il est à rappeler que les opérateurs touristiques de la Grande île misent désormais sur plusieurs offres nautiques pour convaincre les visiteurs de venir à Madagascar. Ce sont, entre autres, la plongée, le birdwatching, la pêche sportive sans pour autant laisser de côté la découverte.

Source : L’ONTM veut conquérir l’Europe