Good France, Goût de France : La gastronomie française partout dans le monde

Chef Nicolas Milliot, du Café de la Gare, parmi ceux qui participent à cet événement.
Chef Nicolas Milliot, du Café de la Gare, parmi ceux qui participent à cet événement.

C’est l’événement gastronomique de l’année. 4 chefs et restaurants malgaches participent au Good France, Goût de France, le 19 mars prochain. Un moment unique où plus d’un millier de chefs dans le monde cuisineront des plats gastronomiques.

Ce sera un grand flashmob mondial, mais d’un autre genre. Le jeudi 19 mars prochain, plus d’un millier de chefs cuisiniers dans les 5 continents, à travers le monde, cuisineront la gastronomie française pour lui rendre hommage. Une cuisine raffinée, qui fait la fierté des Français, puisque la gastronomie fait partie de leur patrimoine. Chaque restaurant qui participe à cet événement mondial proposera donc un dîner, utilisant des produits du terroir. Le menu sera donc composé de produits frais. Ce dîner inédit s’inscrit dans une démarche de promotion de la cuisine, mais aussi de la culture française. Dans l’histoire, c’est en 1912 qu’Auguste Escoffier a initié « Les Dîners d’Epicure », le même menu, le même jour, dans plusieurs villes dans le monde afin de servir le maximum de convives. Pour cette année 2015, l’événement est à sa première édition. Il fait suite à l’inscription de la gastronomie française sur la liste du patrimoine immatériel de l’Unesco.

4 chefs, 4 restaurants. A Madagascar, 4 grands chefs participent à l’événement. Il s’agit du chef Elian Randrianandrasana du Café Charly, chef Lalaina Ravelomanana du restaurant Côté Saveurs, du chef Franck Rasolomalala de Tamboho et du chef Nicolas Milliot du Café de la Gare. Pour ce dernier, avoir été sélectionné à participer à cet événement est une opportunité de revisiter des plats typiquement malgaches en version gastronomie. « Ravintoto », manioc, cœur de coco se déclineront sous plusieurs menus. Visiblement très excité par cette idée, le chef a longuement pensé à ses créations avant de les avoir essayées, et de proposer son menu gastronomique pour ce jeudi.

Source : Good France, Goût de France : La gastronomie française partout dans le monde – Anjara Rasoanaivo

Les Iles de Gaudeloupe associent les professionnels à leur campagne de communication

les-iles-de-gaudeloupe-associent-les-professionnels-a-leur-campagne-de-communication-84605-1-normal

A partir du 16 mars, les “Iles de Guadeloupe” seront sous les feux des projecteurs avec une nouvelle signature “Il y a tant d’iles en elles”.
Le nouveau spot de 30 secondes sera diffusé, du 16 au 29 mars, sur toutes les chaînes du groupe France Télévisions et de la TNT, et sera, parallèlement, décliné en 5 vidéos de 15 secondes (1 vidéo par île, reprenant les caractéristiques et atmosphères de chacune) pour créer de la visibilité sur des sites Internet qualitatifs à forte audience.
Afin de soutenir les démarches de commercialisation de ses partenaires, le CTIG s’est également associé à 8 tour-opérateurs pour offrir aux Internautes 29 offres de séjours dans l’archipel à partir de 664 euros par personne (location de voiture comprise).
etrouvez toutes les offres par île (seule ou en combiné) sur le site dédié http://bonsplans.lesilesdeguadeloupe.net.
Ces offres packagées seront également valorisées dans le cadre d’un challenge des ventes, dédié aux 11 400 agents de voyages inscrits à la base de données du CTIG, du 16 mars au 16 mai 2015. Les participants au challenge, inscrits au programme de certification “Secrets des Iles de Guadeloupe” auront la possibilité de compléter 1 des 4 étapes de certification et de gagner 15 places au prochain éductour qui se déroulera du 19 au 25 juin 2015.

Source : Les Iles de Gaudeloupe associent les professionnels à leur campagne de communication

“Discover Thainess 2015” : la Thaïlande lance une nouvelle campagne touristique

2015-Discover-Thainess

La nouvelle campagne “Discover Thainess 2015” de la Tourism Authority of Thailand (TAT) a bénéficié d’une grande cérémonie d’inauguration le 14 janvier à Bangkok. Découverte du concept “Thainess” en vidéo (ci-dessous).
Pour la nouvelle année, la Thaïlande veut mettre en avant “le caractère chaleureux et accueillant des Thaïlandais”. D’où l’emploi du terme “Thainess” pour cette nouvelle campagne de promotion touristique.

Source : “Discover Thainess 2015” : la Thaïlande lance une nouvelle campagne touristique

Maurice – Les Chinois dopent le tourisme

Tourisme-chinois-

La relation sino-mauricienne date du XIXe siècle. Les ressortissants chinois profitent de cette amitié pour développer le tourisme au pays du dodo.

Que veulent au juste ces touristes qui nous ont sauvés la mise l’année dernière et qui vont continuer à doper les arrivées Il faut déjà s’accorder sur un point : on s’éloigne de plus en plus du profil de touristes chinois quelque peu tapageurs qui avaient débarqué à Maurice il y a quelques années et qui avaient réussi à mobiliser contre eux l’hôtelier soucieux de la tranquillité de sa clientèle européenne, le tour-opérateur étranger inquiet pour l’image de la destination et le personnel des hôtels qui rebutaient à servir une clientèle… non européenne.
Maurice n’est pas encore totalement immunisée contre le comportement intempestif de certains des touristes chinois que les autorités chinoises, elles-mêmes, ont d’ailleurs rappelés à l’ordre à travers une directive de plusieurs pages et en encadrant leur séjour et leur comportement à l’étranger.
Il y a un mieux général dans la mesure aussi où Maurice et ses hôtels notamment ont enfin presque tous fait ce qu’il fallait à travers leurs représentations à l’étranger et leur dispositif local pour mieux encadrer la clientèle chinoise.
Démonstration
Des hôtesses d’accueil au menu en passant par des soirées à thème pour les divertir, le touriste chinois ne parlant pas une langue internationale est de mieux en mieux encadré. Ce respect essentiel est largement répercuté sur les réseaux sociaux internes (Webo, etc.) que les Chinois affectionnent et qui jouent, plus que les sites marchands, un rôle clé dans leurs intentions de voyage.
Pour accompagner le développement attendu et souhaité, le touriste chinois le plus dépensier au monde selon l’Organisation mondiale du tourisme a besoin maintenant de prestations plus en rapport avec son statut nouveau.
Et cela passe par une attention plus soutenue à ses besoins réels qui peuvent se résumer en cinq points: dépaysement, exotisme, romantisme, culture et shopping. Si on peut émettre quelques réserves sur l’intérêt réel que représenterait le shopping à Maurice pour un touriste chinois, sur les autres points le potentiel de séduction est bien réel.
Sur ce marché prometteur et stratégique, il va falloir, une fois pour toutes, débrider son imagination. Une danse du lion et quelques pétarades ne peuvent suffire à attirer une clientèle chinoise de plus en plus éduquée et informée.

Source : Maurice – Les Chinois dopent le tourisme

“Burger Bar by Quick” a ouvert à Paris

bbq_restaurant_25
Ce 2ème « Burger Bar by Quick » a une capacité d’accueil de 80 places assises et emploie 16 personnes.

L’ouverture du premier « Burger Bar by Quick » en juin 2014 au centre commercial Qwartz de Villeneuve-la-Garenne est un succès. L’unité test, qui devrait atteindre le million d’euros de chiffre d’affaires en un an, a donc été validée. Quick a ouvert ce lundi 2 mars un second « Burger Bar by Quick » dans Paris, au 14 rue des Petits Carreaux ( 2ème arr.) : une capacité d’accueil de 80 places assises et 16 personnes employées. Ce concept marque un retour aux origines du burger et propose une offre de produits volontairement réduite, centrée sur les classiques de la restauration rapide : burgers, frites et glaces. Composée de 12 burgers, la carte propose quatre recettes différentes au boeuf et au poulet (Giant, Cheese, Bacon et BBQ Bacon) et deux gammes (Max et Mega Max). Neuf ouvertures sont prévues en 2015.

Les chiffres du « Burger Bar by Quick » : une équipe de 14 personnes • 12 burgers, 4 recettes et 2 gammes • menus et produits à prix rond : menu Max : 8€, burger Max solo : 5€ – menu MegaMax : 9€, burger MegaMax solo : 6€.

Source : “Burger Bar by Quick” a ouvert à Paris

Le groupe français Club Med passe sous contrôle chinois

club med

Dans la bataille pour le contrôle du groupe français de loisirs Club Med, l’homme d’affaires italien Andrea Bonomi a finalement jeté l’éponge et c’est donc le conglomérat chinois Fosun du milliardaire Guo Guangchang qui va remporter la mise. Une bataille boursière acharnée qui aura duré 18 mois, la plus longue bataille d’OPA de l’histoire de la Bourse de Paris. Pour autant, le prix à payer ne fait pas de l’enseigne française une bonne affaire avant longtemps. Le groupe français Club Med compte 70 villages de vacances dans 26 pays et emploie quelque 13 000 salariés, mais sa rentabilité est faible.

L’homme d’affaires italien Andrea Bonomi a décidé de ne pas surenchérir sur l’offre chinoise à 24,60 euros pour une action Club Med.

L’affaire remonte à mai 2013 quand le conglomérat chinois Fosun annonce une OPA amicale sur le Club Med à 17 euros l’action. Amicale, des actionnaires minoritaires ne l’entendent pas ainsi et, après un an de recours en justice, Bonomi offre à son tour 17,50 euros l’action.

S’engage alors une surenchère entre les deux camps. Fosun, le tour opérateur chinois U-tour avec le soutien du PDG du Club Med Henri Giscard d’Estaing d’un côté, l’italien Bonomi et ses associés de l’autre. A coup d’un euro de plus l’offre est relevée pas moins de 7 fois par l’un puis l’autre candidat.

Mais à l’issue de l’opération, le Club Med est désormais valorisé à 939 millions d’euros, contre 540 millions d’euros en mai 2013. A ce prix-là et vu la faible rentabilité actuelle du Club Med, le vainqueur de cette lutte boursière n’est pas près de voir le Club Med même reconverti vers le haut de gamme lui rapporter beaucoup d’argent.

Fosun a mis l’accent sur le développement en Chine, « premier marché du tourisme au monde » , et au Brésil avec son partenaire l’industriel brésilien Nelson Tanure qui dirige le conglomérat Docas Investimentos.

Le consortium piloté par Fosun, Gaillon Invest II, réunit le Français Ardian, la compagnie d’assurance portugaise Fidelidade, contrôlée par Fosun, et le Chinois U-Tour, l’une des principales agences de voyage en Chine, ainsi que l’industriel brésilien Nelson Tanure.

Réactions politiques

Le Front national reproche au gouvernement l’absence d’une solution nationale qui aurait permis d’assurer l’avenir du groupe, que le FN considère comme « une extension naturelle de la ‘marque’ France ».

« Club Med deviendra Club Mer de Chine une entreprise ambassadrice de notre art de vivre et de notre art de la fête. Il ne s’agit donc pas d’un simple groupe de tourisme et sa perte apparaît aujourd’hui comme une tache de plus sur la politique économique des gouvernements français UMPS », a déclaré le vice-président du parti Florian Philippot.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a réagi à ces propos: « Pour poursuivre son développement, la direction du Club Méditerranée a choisi le concours d’investisseurs internationaux. Les commentaires alarmistes et racistes ne sont pas d’actualité ».

Source : Le groupe français Club Med passe sous contrôle chinois

La gastronomie française reste une référence mondiale

De gauche à droite sur l'estrade : Emmanuel Rubin, Thierry Marx, Éric Guérin et Céline Bracq
De gauche à droite sur l’estrade : Emmanuel Rubin, Thierry Marx, Éric Guérin et Céline Bracq

Paris (75) Face au déclin annoncé de la gastronomie française par les médias internationaux, un débat avec Thierry Marx, Éric Guérin et Emmanuel Rubin était organisé à l’initiative de Badoit dimanche, au festival Omnivore.

“On a tendance à dire que la gastronomie française est déclinante, c’est faux”, attaque d’emblée Thierry Marx, lors du débat orchestré par Badoit dimanche 8 mars au Festival Omnivore. À ses côtés, Éric Guérin, chef de la Mare aux oiseaux à Saint-Joachim (44) et du Jardin des plumes à Giverny (27), Emmanuel Rubin, critique gastronomique au Figaroscope, et Céline Bracq, directrice générale de l’institut d’études Odoxa, étaient invités pour répondre à la question ‘la gastronomie française est-elle morte ?’. Le chef doublement étoilé du Mandarin oriental a reconnu que la France n’assurait plus son hégémonie sur la gastronomie, mais qu’elle restait bel et bien vivante, enviée et copiée partout dans le monde. “Avant les années 2000, le débat était franco-français. Depuis, il est planétaire. Le monde s’est globalisé et désormais nous partageons la scène avec d’autres pays. Pour autant, nous n’avons aucune raison de rougir de nos produits, de nos producteurs, de nos chefs”, a-t-il poursuivi. Même son de cloche chez Éric Guérin : “l’Espagne, le Pérou, la Corée du Sud veulent prendre leur place, mais rappelons que ces pays ont souvent une gastronomie jeune avec des moyens de communication puissants derrière. La grande différence avec la France, c’est notre gastronomie a toujours été au centre de notre histoire, avec l’importance du terroir, des produits. Plus qu’un déclin, nous vivons surtout une crise d’identité. Nous avons du mal à assumer notre cuisine et pas les moyens de ces pays émergents.”

Les Français fiers de leur gastronomie

Face à la montée du ‘french bashing’ et aux critiques des médias internationaux sur le déclin de la gastronomie française, Badoit, soucieuse de célébrer la gastronomie française, a questionné les Français et leur regard sur la gastronomie aujourd’hui avec un sondage mené par Odoxa. Les résultats, dévoilés lors du débat, sont sans appel : 69 % des sondés placent la gastronomie en tête des caractéristiques dont ils sont le plus fiers, devant les arts et les lettres et la mode ; 72 % jugent qu’elle est parmi les meilleures ; 86 % sont fiers de leur gastronomie et estiment qu’elle devrait être mieux défendue et célébrée ; 84 % estiment que la cuisine hexagonale se réinvente avec de nouveaux plats ; 79 % des Français estiment que la gastronomie créé plutôt plus d’emplois que les autres secteurs.

Emmanuel Rubin, le critique gastronomique du Figaroscope et auteur du Livre noir de la gastronomie, a fait remarquer que le monde entier venait se former en France et que dans les brigades des grands restaurants étaient internationales. “Grâce à notre système de passation, de formation, nous sommes le nombril de la gastronomie planétaire. C’est parce que des chefs sont repartis dans leur pays et ont appréhendé leur propre terroir qu’on a vu émerger des cuisines qu’on n’attendait pas au Danemark ou à Londres”, a t-il expliqué avant de mettre en garde : “La gastronomie française n’est pas morte mais fébrile. Des pans entiers de cette gastronomie souffrent. Les chefs ont fait un travail de médiatisation énorme mais ça ne suffit pas. Les pouvoirs publics commencent à en prendre conscience.”

“Très longtemps, nous avons été dans une zone de confort, mais aujourd’hui il faut se battre”, a poursuivi Thierry Marx. Les solutions avancées ? Travailler sur l’instruction et préserver cet écosystème mêlant agriculture, tourisme, protection de l’environnement et tous les métiers de bouche pour que la tradition française perdure.

Source : La gastronomie française reste une référence mondiale – Julie Gerbet

Réunion sur le développement durable du transport aérien en Afrique

JAV20130717141058

Communiqué

Conjointement organisée par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), le Ministère du Tourisme, des Transports et de la Météorologie et l’Aviation Civile de Madagascar (ACM), une réunion sur le développement durable du transport aérien en Afrique  se tiendra à Antananarivo (Madagascar), du 25 au 27 mars 2015. L’ouverture officielle sera assurée par Le Premier Ministre, Le Général de Brigade Aérienne Jean RAVELONARIVO, Chef du Gouvernement Malagasy.

La réunion a pour but de définir et de mettre en œuvre les initiatives nécessaires à l’optimisation du cadre réglementaire pour le développement durable du transport aérien en Afrique. Elle portera sur des questions clés telles que les synergies entre le transport aérien et le tourisme ; la connectivité et le développement du transport aérien ; les mesures réglementaires concernant les passagers ; le rôle des accords internationaux dans une libéralisation équilibrée ; l’incidence de la fiscalité sur le développement du transport aérien ; le coût des divergences réglementaires et les pratiques optimales pour améliorer la convergence en matière de réglementation.

 La réunion attirera un large éventail d’experts des administrations de l’aviation civile et de l’industrie du transport aérien, ainsi que des universitaires, des avocats et des consultants  de l’industrie. Les conférenciers seront notamment de hauts représentants d’États, d’organisations internationales, de transporteurs aériens, d’aéroports, d’avionneurs, de transitaires et d’institutions financières.

 L’on prévoit que les conclusions des débats interactifs qui auront lieu pendant la réunion permettront aux parties prenantes de l’aviation civile de donner de précieux avis et contribueront à réaliser en Afrique l’Objectif stratégique – Développement économique du transport aérien. La réunion devrait en principe adopter une déclaration sur le développement durable du transport aérien en Afrique.

Pour toutes informations supplémentaires, veuillez adresser votre lettre à [email protected] et à [email protected]

Source : Réunion sur le développement durable du transport aérien en Afrique

L’ONTM à l’ITB Berlin 2015

itb_2015

L’ITB 2015 a ouvert ses portes ce mercredi 4 mars dans la capitale allemande, Berlin. L’ITB Berlin, le salon leader de l’industrie touristique mondiale, en est à sa 49ème édition et se tient du 04 au 08 mars.

10.096 participants en provenance de 186 pays présentant « une vue d’ensemble représentative de l’offre touristique mondiale et des créneaux de marché à forte croissance » exposeront durant le salon. Tour-opérateurs, sites de réservations, destinations, compagnies aériennes, hôtels… autant d’acteurs du tourisme internationaux sont au rendez-vous.

Quant à Madagascar, la délégation est composée des tours opérateurs Discover Madagascar, Aloes Travel Tours, Island Continent Tours, Authentic Madagascar Tours, de l’Office Régional du Tourisme de Tuléar (ORTU), de la compagnie aérienne Air Madagascar et bien entendu l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM).

Le salon prévoit recevoir plus de 100.000 visiteurs professionnels. Une réelle opportunité pour les exposants qui pourront également profiter des ventes directes de voyages auprès du grand public en fin de semaine.

La Grande Ile est présente au salon au stand 103, Hall 20 au Parc des Expositions berlinois. L’ONTM est représenté par Mme Maryse Aliderson, Assistante Marché Europe du Nord.

Source : L’ONTM à l’ITB Berlin 2015