La Réunion : Une légère baisse de la fréquentation touristique au premier semestre 2019

La fréquentation touristique a légèrement baissé début 2019, mais l’Ile de La Réunion Tourisme reste optimiste. Hausse du tourisme d’agrément, des locations saisonnières plus prisés que les hôtels, des touristes venant de métropole : ce qu’il faut retenir de ce début d’année.

Alors qu’en 2018, la fréquentation touristique a atteint un record à La Réunion, le premier semestre 2019 enregistre une légère baisse. Au total, sur le premier semestre, 234 405 touristes ont été accueillis dans l’île. Toutefois l’Ile de La Réunion Tourisme (IRT) tempère. Le chiffre baisse, mais c’est “le second meilleur résultat jamais enregistré sur cette période, à 3% derrière le bilan record affiché lors du premier semestre 2018, et à 7,5% de plus qu’en 2017”.

© IRT
© IRT

Le tourisme d’agrément domine le tourisme affinitaire

Sur les premiers mois de l’année, si les touristes de loisir restent majoritaires avec 90,7% de la fréquentation totale, l’IRT remarque que pour la première fois le nombre de touristes d’agrément surpasse le nombre de touristes affinitaires.

Selon l’Ile de La Réunion Tourisme, l’île intense “confirme ainsi son attractivité auprès du marché métropolitain et attire de plus en plus de visiteurs qui ne voyagent pas pour rendre visite à de la famille ou des amis”.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère : 

Les chiffres du tourisme à La Réunion
Tourisme : 2018 année record , 2019 en léger recul

84 % depuis la métropole

Avec 84% de la fréquentation totale, soit 197 556 visiteurs, la métropole reste le marché émetteur principal de La Réunion. “C’est une progression de 3,4% par rapport à l’année dernière”, remarque l’IRT. Nos voisins de la zone Océan Indien comptent, aujourd’hui, pour 9% du nombre de visiteurs extérieurs accueillis sur l’Île. Les Mauriciens sont les plus nombreux à venir nous rendre visite. Le tourisme d’affaire progresse légèrement et représente aujourd’hui 8,8% de la fréquentation totale.

© IRT
© IRT

Les locations saisonnières devant les hôtels

Une fois sur l’île, plus de la moitié des touristes (51,2%) optent pour un hébergement marchand, c’est une légère hausse comparée à 2018. Pour la première fois, les locations saisonnières ont accueilli une part plus importante de voyageurs que les hôtels classés. Ce mode d’hébergement de plus en plus populaire a été choisi par 21,4% des visiteurs, contre 21,2% pour l’hôtellerie classée. Comme en 2018, la durée moyenne du séjour reste de 17 jours.

Le succès des croisières

Côté mer, entre janvier et avril 2019, 23 navires de croisière ont jeté l’ancre près de  nos côtes pour une escale, soit un bateau de plus que l’an dernier. En revanche, la capacité des navires était plus importante. Cette année, 40 879 croisiéristes qui ont posé pied à La Réunion, soit une croissance exceptionnelle de 77,3% par rapport à l’an dernier.

Optimisme pour 2019

Enfin l’IRT évalue les recettes issues du tourisme extérieur à 1 million d’euros par jour avec 182 millions d’euros dépensés, pour ce début d’année. Optimiste, l’ïle de La Réunion Tourisme estime que “les prévisions pour la fin d’année 2019 et la haute saison qui se profile confirment d’une bonne dynamique pour le tourisme réunionnais et les professionnels du secteur”.

Source : Une légère baisse de la fréquentation touristique au premier semestre 2019

Réunion-Madagascar Didier ROBERT défend l’idée d’une stratégie commune au service de l’activité, de l’emploi et du rayonnement des îles

Coopération/économie-tourisme Réunion-Madagascar

Le Président de la Région, Didier ROBERT s’est entretenu, dans le cadre d’un déplacement officiel à Madagascar, avec le Ministre des Affaires Etrangères, Naina ANDRIANTSITOHAINA ainsi qu’avec le ministre du tourisme et des transports, Joël RANDRIAMANDRADRANTO. Deux entretiens sous le signe d’une coopération renforcée autour des questions du tourisme, des échanges commerciaux, de la biodiversité. De véritables enjeux pour les îles et qui exigent de partager une même vision et une même stratégie.

Le nouveau Ministre du tourisme et des transports souhaite ainsi engager une nouvelle étape dans la coopération Réunion/Madagascar autour des atouts d’authenticité et de découverte nature dans la Grande île.

Le Président de la Région Réunion et le Ministre du Tourisme partagent une même vision : le développement de produits combinés mettant en avant notre environnement, et des sports de pleine nature, comme le Golf ou le Kitesurf. Une opportunité de faire davantage travailler ensemble les acteurs du tourisme, de positionner aussi les opérateurs réunionnais des secteurs des loisirs et de construire de grands événements communs. Par ailleurs, parmi les axes d’une stratégie commune Réunion/Madagascar : la conquête du marché asiatique qui s’appuiera sur le partenariat Air Austral-Air Madagascar. Le renforcement du nombre de touristes en provenance de Madagascar compte aussi parmi les priorités du Ministre qui a rappelé le potentiel que représente aujourd’hui ce marché pour des séjours de courtes durées à La Réunion.

Parmi les points abordés avec le Ministre des Affaires Etrangères : – le prochain sommet de la COI qui se tiendra en Juin 2020 ; – les projets soutenus dans le cadre du programme européens INTERREG V OI dont la Région est autorité de gestion. Sur une enveloppe de plus de 74 millions d’euros, (dont 63,1 millions du FEDER ), Madagascar bénéficie de prés de 30 millions d’euros de soutiens et porte avec les partenaires tels que l’AFD, 66 opérations dans des secteurs tels que l’innovation, la biodiversité ou la formation. Ce partenariat participe à consolider les liens entre les deux iles mais aussi à dynamiser les échanges économiques, de savoir-faire et d’expertise. La dynamique économique engagée avec les acteurs réunionnais s’affirme et profite aux populations des deux iles. C’est tout le sens de cette coopération régionale. A ce titre, La Réunion participera au prochain Forum économique qui se tiendra les 17-18 septembre à Tananarive.

Source : Réunion-Madagascar Didier ROBERT défend l’idée d’une stratégie commune au service de l’activité, de l’emploi et du rayonnement des îles

Le 12e Forum économique des îles de l’océan Indien aura lieu à La Réunion

FORUM. Cette année, c’est La Réunion qui accueille la 12e édition du Forum économique des îles de l’océan Indien, les 25, 26 et 27 septembre au Moca à Saint-Denis. Thème retenu pour la manifestation : Cap sur l’Afrique. Entre 300 et 400 participants sont attendus de la toute la zone océan Indien et de l’Afrique. Pour donner plus de poids à l’événement, tous les ministres de l’Economie des pays invités (Madagascar, Maurice, Mayotte, Comores, Seychelles) ont été conviés.

Le forum a été lancé en 2005 à l’initiative des chambres de commerce de la zone et de la Commission de l’océan Indien (COI). C’est l’Union des chambres des îles de l’océan Indien (UCCIOI) qui pilotera ces trois jours de rencontres. Des ateliers, des conférences et des rencontres B to B sont prévues.

Ce sera la 3e fois que notre île accueille l’événement après 2006 et 2012. L’occasion de montrer à nos pays voisins l’étendue de nos savoir-faire. “Nous importons à peine 41 millions d’euros de biens de la zone contre 350 millions d’euros de l’Europe. C’est dire si les marges de manœuvre existent dans la zone. Nous exportons pour moins de 2 millions d’euros dans l’océan Indien. Le forum permet de travailler sur deux points importants : l’amélioration de la communication entre pays de la zone ; l’avancée de dossiers communs comme la gestion des déchets ou le tourisme”, explique Ibrahim Patel, président de la CCIR.

“Régler le problème des visas”

Pour lui, un point noir demeure : les difficultés d’obtention des visas qui limitent les échanges économiques entre îles. “Nous devons régler la problématique des visas : même si La Réunion n’appartient pas à l’espace Schengen, les Européens que nous sommes peuvent voyager facilement dans la zone, ce n’est pas le cas de nos voisins. Nous devons mettre en place un visa économique. Nous devons laisser venir sur notre territoire les investisseurs potentiels : on peut vendre autre chose que des déchets valorisables, insiste Ibrahim Patel. La création d’un visa économique pourrait faire fonctionner l’ascenseur économique dans les deux sens. Investir à La Réunion, c’est créer des emplois locaux. Mais nous avons aussi des savoir-faire que nous pouvons vendre à nos voisins”.

“Ce forum sera l’occasion de montrer les potentialités du marché africain et voir comment les entreprises réunionnaises pourraient s’y implanter. N’oublions pas que la zone océan Indien c’est un bassin de 28 millions d’habitants. Nous aborderons plusieurs thématiques comme la souveraineté alimentaire. L’an dernier, le forum à Madagascar avait permis de lancer les premiers combinés inter-îles écotouristiques”, conclut Pascal Plante, président de l’UCCIOI.

Source : Le 12e Forum économique des îles de l’océan Indien aura lieu à La Réunion

Au 26èmes World Travel Awards, La Réunion élue “meilleure destination nature Océan Indien”

Retour sur l’évènement : une distinction exceptionnelle

La Réunion reçoit le prix « meilleure destination nature Océan Indien » à l’île Maurice ce samedi 1er juin à l’occasion des 26èmes World Travel Awards . Un prix décerné par un jury international et remis au Président du conseil régional, Didier Robert, au directeur de l’IRT Stéphane Ulliac, au directeur des îles Vanille Pascal Viroleau à l’occasion d’une cérémonie en présence du Ministre du Tourisme de Maurice M. GAYAN, du Ministre du Tourisme des Seychelles M. DOGLEY, du Ministre du tourisme du Costa Rica Mauricio VENTURA, des représentants des îles Vanille et d’acteurs du tourisme de l’Afrique et de la zone Océan Indien.

Pour le président de la Région « ce prix, que je partage avec l’ensemble des Réunionnais, les professionnels du tourisme, est une reconnaissance du travail engagé depuis des années sur le territoire. C’est aussi un encouragement à garder le cap avec une stratégie tourisme qui porte ses fruits ces dernières années. Ce prix nous oblige davantage encore sur les questions de préservation et de valorisation de notre environnement, sur toutes les questions écologiques. Le choix que nous devons adopter doit être celui du développement durable, tout autant respectueux de la nature et des Hommes, le choix de l’économie circulaire et de la préservation de notre biodiversité remarquable. »

A PROPOS DU WORLD TRAVEL
À PROPOS
Le World Travel Awards, basé au Royaume-Uni, a été créé en 1993 par Graham Cooke en 1993 pour reconnaître, récompenser et célébrer l’excellence dans tous les secteurs clés des industries du voyage, du tourisme et de l’hôtellerie. La marque WTA est désormais largement reconnue comme un gage d’excellence et une référence qui inspirent tous les acteurs de l’industrie. Chaque année, la WTA organise une série de cérémonies de gala régionaux au Moyen-Orient, en Europe, en Asie, en Australie, en Amérique latine, en Afrique et dans l’Océan Indien, en Amérique du Nord et dans les Caraïbes pour récompenser l’excellence sur chaque continent, aboutissant à une grande finale à la fin chaque année. Les lauréats régionaux s’affrontent ensuite dans les catégories mondiales correspondantes. Cette année, Maurice a reçu l’honneur d’accueillir la cérémonie de gala pour la région Afrique et Océan Indien.

Les cérémonies de gala de World Travel Awards sont considérées comme des événements marquants dans le calendrier de l’industrie, auxquelles participent les principaux décideurs de l’industrie et les acteurs du tourisme, ainsi que les principaux médias spécialisés dans le commerce et la consommation. Le programme, ses lauréats et ses sponsors sont représentés dans le monde entier sur les médias sociaux, avec un contenu quotidien actualisé présenté sur six plates-formes et en 10 langues, dont le mandarin, le russe, l’espagnol et l’arabe.

La cérémonie réunira quelque 400 dirigeants de haut niveau de l’industrie et des personnalités de renom du continent africain et de l’Océan Indien, dont des ministres, des PDG de sociétés du tourisme et des compagnies aériennes, des chefs de file du secteur et des experts. Ils reconnaissent et célébrèrent l’engagement envers excellence auquel différents acteurs et partenaires de l’industrie du tourisme ont manifesté au cours des 12 derniers mois. La cérémonie offrira un excellent forum pour la mise en réseau et le partage des meilleures pratiques.

Source : Au 26èmes World Travel Awards La Réunion élue “meilleure destination nature Océan Indien”

La Réunion tourisme: Le Sud s’expose

Organisée à Grand-Anse, la 7ème édition de la journée “inter-office 2019” permet, comme chaque année, à tous les acteurs de tous les Offices de Tourisme de La Réunion de se retrouver pour un moment convivial et festif, mais aussi de travail !

Ils sont près de 200 à avoir répondu à l’invitation. Tous travaillent dans les offices de tourisme du département. A Grand-Anse ce vendredi 28 juin, Destination Sud Réunion reçoit avec tout son savoir-faire, les collègues du Nord, de l’Est et de l’Ouest.

Cette manifestation, qui a vu le jour en 2013 à Cilaos, en est à sa 7ème édition. A chaque fois c’est l’occasion de ceux qui accueillent de montrer les activités qu’ils soutiennent ou organisent.

Pour les agents, c’est l’occasion de créer des liens, de mettre un visage sur un interlocuteur ! C’est très important pour le bon fonctionnement des offices de tourisme entre elles.
Venez voir l’île “expérientielle” !

C’est, après “l’île intense”, le nouveau maître-mot de Frédéric Vavelin le Directeur des opérations de Destination Sud Réunion.

Au programme de la journée après un petit déjeuner d’accueil, des balades “spectacle”, la découverte du Piton Grand-Anse, des massages, de la création de bijoux et même un atelier cocktails !
Attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ! Même le petit rhum (bien) arrangé !

Le tourisme à la Réunion a généré une recette de 432 millions d’euros en 2018.
Actuellement ce sont plus de 500 000 touristes qui découvrent ou reviennent chaque année à La Réunion.
L’an dernier, on a atteint le chiffre de 534 630 touristes “extérieurs” auxquels on peut ajouter les 39 433 croisiéristes.

Chiffres IRT (Île Réunion Tourisme) 2018

Source : Tourisme: Le Sud s’expose

Le tourisme réunionnais en progression en 2018

Pour la quatrième année consécutive, La Réunion affiche encore un bilan touristique en nette croissance tant au niveau de la fréquentation que des recettes liées au tourisme extérieur.

“Pour la 4e année consécutive et malgré une fin d’année 2018 marquée par les mouvements sociaux qui ont handicapé l’activité économique de l’île, notre destination affiche encore un bilan touristique en nette croissance”révèle l’IRT.

“Après les records établis en 2017, La Réunion maintient la croissance de sa fréquentation touristique au-delà de la barre symbolique du ½ million de touristes sur l’année et dépasse également les chiffres enregistrés l’année dernière en matière de dépenses touristiques”.

Malgré une fin d’année difficile, “2018 fut profitable et même historique pour le tourisme” affirme l’Ile de La Réunion Tourisme (IRT). 

574 000 visiteurs extérieurs accueillis en 2018

“C’est 4,1% de plus que sur l’exercice 2017, qui avait déjà connu une affluence inédite”.

En 2018 : ce sont “35 navires et 39 433 croisiéristes qui ont débarqué sur l’île, des chiffres satisfaisants bien qu’en légère baisse puisque plusieurs compagnies ont été contraintes de revoir leur circuits sur les mois de novembre et décembre”.

Néanmoins, “avec des recettes toujours en augmentation et s’élèvant à plus de 432 millions d’euros, un nouveau record pour la destination, le secteur touristique confirme sa place prépondérante dans l’économie réunionnaise”.

L’évolution de la fréquentation en détail

L’IRT précise que les touristes métropolitains semblent être toujours aussi attachés à notre territoire d’outre-mer puisque l’Hexagone reste le marché moteur de l’Île Intense avec 79,5 % de la fréquentation totale.

“424 868 touristes accueillis en 2018 contre 397 338 en 2017, soit une augmentation de 6,9%”.

Dans le sillage de la métropole, “ce sont nos voisins de l’Océan Indien qui restent friands de la destination Réunion. La fréquentation en provenance de la zone se maintient au-dessus des 60 000 touristes en 2018, après une augmentation spectaculaire de 46% enregistrée en 2017”.

À noter qu’au sein de cette zone Océan Indien : Maurice reste le principal marché émetteur puisqu’il représente plus de 30 000 touristes, soit 5,8% de la fréquentation totale.

“Les actions de communication et de promotion menées sur le marché européen ont aussi été fructueuses car ce bassin émetteur représente aujourd’hui 7,4% de la fréquentation totale, contre 6% en 2017. Au total, ce sont 39 664 visiteurs venus d’Europe qui ont été accueillis en 2018, c’est 4,2% de plus que l’année dernière !”.

Source : Le tourisme réunionnais en progression en 2018

A La Réunion, dix étudiants en BTS Tourisme ont créé des offres « tourisme durable »

Dix étudiants en BTS Tourisme au Lycée Evariste de Parny, à La Réunion collaborent depuis la rentrée en atelier de professionnalisation avec l’agence « La Compagnie des Iles Vanille ».

Cet atelier, qui se fait avec le soutien de l’association des Iles Vanille, a pour objectif de définir, caractériser la demande, l’offre d’un tourisme durable, alternative « de plus en plus demandée dans le monde du voyage ».

Dans un 1er temps, les étudiants ont pris connaissance des différents acteurs spécialisés dans ce domaine, des différents labels. Ils ont créé un fichier d’agences en métropole développant, valorisant ces voyages respectueux de l’environnement, des populations. Puis ils ont évalué le potentiel durable et écotouristique de chaque territoire des Iles Vanille (Madagascar, Ile Maurice/Rodrigues, Mayotte, les Seychelles, les Comores et la Réunion). C

Enfin ils ont  pu s’exercer concrètement au montage de produits pour des demandes de groupes et individuels. Ces propositions ont pu répondre aux attentes de clients souhaitant vivre un voyage éthique, une expérience au plus près des populations, en minimisant l’impact sur l’environnement.

« Des vocations sont nées…certains souhaitent continuer leurs études dans cette voie. Et si c’était plus que du tourisme ? Prenons-en conscience ! »

Source : A La Réunion, dix étudiants en BTS Tourisme ont créé des offres « tourisme durable »

Madagascar : une conférence internationale sur le tourisme en avril

L’île de Nosy Be accueillera une conférence internationale sur le tourisme au mois d’avril prochain. La Réunion participera à cette conférence, invitée par le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina.

Le tourisme est l’un des secteurs prioritaires du programme de développement déployé par le Président Andry Rajoelina. A l’occasion d’un entretien avec le Président de la Région Réunion, Didier Robert, à Iavoloha le 21 janvier dernier, il a évoqué le sujet du développement du tourisme « nature durable » dans l’Océan-Indien.

A l’issue de l’entretien, Didier Robert a indiqué qu’il partage la même vision que le Président malgache « celle du développement d’un tourisme durable dans ces régions aux atouts exceptionnels sur le plan de la biodiversité, un tourisme qui permette la création d’emplois. »

Andry Rajoelina souhaite, par ailleurs « convaincre de nouveaux investisseurs pour augmenter l’offre et l’attractivité et marquer un nouvel élan dans la politique touristique ». C’est dans cet esprit qu’une conférence internationale sur le tourisme est prévue en avril prochain à Nosy Be. Une conférence à laquelle La Réunion est invitée à participer activement.

Dans la même dynamique, une équipe de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se prépare à se rendre en France pour un roadshow du 28 au 31 janvier prochain. Objectif, promouvoir le potentiel et la diversité de la destination Madagascar. Les équipes de l’ONTM se rendront à Marseille, à Lyon et à Nantes.

La France reste le plus grand fournisseur de touristes pour la destination Madagascar, selon les derniers chiffres disponibles du ministère malgache du Tourisme. 60 144 visiteurs non-résidents de nationalité française ont débarqué à l’aéroport international d’Ivato en 2017. Suivent Maurice (3 752), la Chine (3 083),  les Comores (2 757) et les anglais (2 700).

Au mois d’octobre 2018, Madagascar recensait 21 303 arrivées de visiteurs non-résidents aux frontières. Soit une recette au titre du secteur tourisme d’une valeur de 442 millions d’euros. Pour toute l’année 2017, les recettes au titre du secteur tourisme s’élevaient à 592,8 millions d’euros.

Dans la même dynamique, une équipe de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se prépare à se rendre en France pour un roadshow du 28 au 31 janvier prochain.

Source : Nosy Be : Une conférence internationale sur le tourisme en avril

Retrouvez MH Consultant dans la magazine Memento de Janvier!

Philippe-Jean a eu le plaisir d’être interviewé par Richard Bohan pour le Memento de Janvier 2019, un magazine économique mensuel de l’île de La Réunion, édition spéciale Madagascar! Bonne lecture à tous!

Entretien entre le Président de la Région Réunion, Didier Robert et le nouveau Président de la République de Madagascar, son excellence, Andry Rajoelina

En déplacement officiel à Madagascar à l’occasion de l’investiture du nouveau Président de la République qui s’est tenue le 19 janvier en présence de plusieurs chefs d’États Africains et de représentants de la France, le Président de la Région Réunion, Didier ROBERT s’est entretenu lundi 21 janvier avec le nouveau Président de la République de Madagascar, son Excellence Andry Rajoelina au Palais d’Etat de Iavoloha à Tananarive.

Ce premier rendez-vous, au lendemain de l’élection démocratique qualifiée d’historique par les observateurs internationaux s’inscrit, pour le Président Didier Robert, avant tout dans la volonté de conforter les liens d’amitiés entre l’île de La Réunion et la « Grande île », mais aussi, dans une dynamique de partenariat à renforcer dans les domaines : de l’économie (tourisme-énergie-agriculture…), de l’éducation, de la formation et de l’environnement en particulier. La Réunion et Madagascar ont construit depuis 2010 une coopération davantage tournée vers l’économie, l’export, le tourisme. Avec la signature de la convention cadre du programme européen Interrreg V OI doté de 63 millions d’euros, les deux îles concrétisent de nombreux projets profitables aux populations dans les domaines de l’économie (31 % des projets soutenus par le FEDER et la Région) et de la formation (25 % des projets soutenus par le FEDER et la Région). Le rapprochement et la dimension forte que souhaite aujourd’hui donner le nouveau Président malagache aux actions de coopération marque une nouvelle étape prometteuse dans les relations bilatérales.

Le Président Andry Rajoelina a précisé : « Notre vision est similaire pour le développement de la zone Océan Indien. Il faut exploiter notre proximité pour mieux coopérer dans des domaines comme l’agriculture, l’énergie, l’industrialisation. Le savoir-faire, l’ingénierie de La Réunion qui est en avance sur différents secteurs tel que la filière avicole ou encore les énergies doivent nous permettre de nous rapprocher et de nous développer pour rattraper le retard »

Parmi les sujets prioritaires abordés lors de cet entretien : le tourisme durable, la connectivité aérienne, la formation dans les secteurs de l’agriculture, l’expertise réunionnaise dans les énergies renouvelables, et la gestion des déchets. Les nouveaux projets portés par le Président Andry Rajoelina ont été exposés. Parmi eux les transports, les routes mais aussi le développement d’une filière de production de poulet avec l’appui et le savoir-faire des industries réunionnaises.

Pour le développement du tourisme « nature durable » dans l’Océan-Indien : les efforts collectifs engagés grâce au programme des îles Vanille et les retombées économiques des croisières qui profitent aux destinations de l’Océan Indien avec notamment la perspective de nouvelles compagnies doivent se poursuivre et s’intensifier. Le nouveau Président ambitionne, dans cette dynamique, de convaincre de nouveaux investisseurs pour augmenter l’offre et l’attractivité (hôtels et restauration) et marquer un nouvel élan dans la politique touristique. La vision partagée par le Président de Madagascar et le Président de la Région est celle du développement d’un tourisme durable dans ces régions aux atouts exceptionnels sur le plan de la biodiversité, un tourisme qui permette la création d’emplois.

Le Président de la République de Madagascar a officiellement invité La Réunion à participer à la prochaine conférence internationale sur le tourisme qui se tiendra à Nosy Be en avril prochain.

Sur les enjeux de préservation, de valorisation de la biodiversité et du patrimoine naturel : la création de la future Agence Régionale de la Biodiversité (ARB) dans quelques semaines devra permettre de mieux coordonner les engagements, les alertes et les besoins de toutes les îles de l’Océan Indien, bien au-delà de La Réunion. Pour Didier Robert, « la richesse exceptionnelle et l’ampleur du territoire de Madagascar en matière de biodiversité doivent lui permettre de prendre le lead sur ces questions ».

Sur la connectivité aérienne, le Président Didier Robert a souligné l’importance de la signature de l’accord de partenariat stratégique et de pacte d’actionnaire Air Austral / Air Madagascar. « Une décision fondamentale pour la coopération régionale, car ce mariage entre nos deux transporteurs régionaux a véritablement inscrit notre coopération dans une dimension d’excellence qui va permettre de relever les défis du tourisme régional et international avec la promotion de la destination « îles Vanille », l’accélération des échanges de biens et de personnes entre nos deux territoires… Ce partenariat stratégique a déjà permis la création le 2 juillet 2018 de TSARADIA (“Bon voyage”), qui est une restructuration d’Air Madagascar nationale pour les vols domestiques ».

En conclusion, le Président de la République de Madagascar et le Président de la Région Réunion souhaitent ouvrir avec dynamisme et détermination une nouvelle ère et se rapprocher, rassembler les capacités de chacun pour travailler à la réussite mutuelle.

Un partenariat solidaire et global avec l’association AKAMAOSA du Père PEDRO

Depuis plusieurs années la Région accompagne dans le cadre de son programme de coopération et de solidarité l’association du Père Pedro en particulier sur le volet de l’éducation et de la formation (construction de bâtiments scolaires et d’un centre de formation). Une collaboration qui s’est accentuée dans un cadre stratégique de lutte contre l’exode rural afin de réduire la pauvreté urbaine en fixant les populations dans leur milieu. Le village pilote d’Antolojanahary sera doté d’un lycée technique et d’un centre de formation aux métiers de la ruralité afin de sédentariser dans son milieu naturel une jeunesse formée aux techniques modernes de l’agriculture, l’élevage dans le respect de l’environnement. Des partenariats avec des organisations socio professionnelles agricoles réunionnaises contribueront à renforcer ce village pilote de la ruralité malgache.

La culture et le sport prendront une place importante afin d’intensifier les échanges de jeunes réunionnais et malgaches à travers des associations sportives, culturelles et socio-éducatives. Le complexe sportif d’Akamasoa financé par la Région, opérationnel depuis début 2017 constitue une structure d’accueil particulièrement intéressante pour nos associations.

Dans le secteur économique : en 2018 l’implantation de la société réunionnaise SOLAR PLEXUS dans l’électrification rurale a permis la création d’un concept innovant qui associe l’accès à la lumière domestique pour 250 foyers, l’accès à l’internet et la TV satellite gratuite au village. Le pompage, la filtration et la potabilisation d’eau sont expérimentés avec succès depuis avril 2018.

A travers ces projets ce sont tout le savoir-faire des entreprises et des acteurs réunionnais (formateurs, techniciens…), le génie de notre innovation recherche qui sont à l’honneur et que nous soutenons avec des fonds Région et FEDER.

Source : Entretien entre le Président de la Région Réunion, Didier Robert et le nouveau Président de la République de Madagascar, son excellence, Andry Rajoelina