Croisières: Le Costa Victoria et le MSC Muscia à La Réunion

Deux navires sont arrivés à La Réunion ce jeudi. En premier le MSC Musica, de la compagnie MSC Cruises, avec 3200 passagers à son bord et 987 membres de l’équipage. Le bateau passera une nuit accosté au Port avant de reprendre la mer ce jeudi matin direction l’Afrique du Sud.

Le Costa Victoria, arrivé une heure après, repartira quant à lui ce jeudi à 19 heures. Le paquebot de la compagnie Costa Cruises transporte 2394 passagers et 790 membres de l’équipage.

Pour accueillir les croisiéristes, la Fédération réunionnaise de tourisme a prévu un “dispositif XXL”, avec 14 intervenants, auxquels s’ajoutent 3 intervenants de l’IRT, 2 de l’OTI Ouest, un de la mairie de Saint-Paul, et 12 étudiants en BTS tourisme. Trois artisans sont en place pour proposer divers produits locaux.

Un accueil délocalisé est aussi installé à Saint-Gilles Les Bains et Saint-Denis.

Côté transport, huit bus de 55 places sont affrétés pour Saint-Denis, ainsi que deux transports de personnes à mobilité réduites (TPMR). Pour Saint-Gilles, sont mis à disposition huit bus de 55 places, deux TPMR, et deux bus de 38 places. Pour le Port, deux bus de 38 places et deux TPMR. À cela s’ajoutent deux intervenants du GET974, les taxis et les locations de voitures.

Source : Croisières: Le Costa Victoria et le MSC Muscia à La Réunion

Qualité tourisme Ile de La Réunion

L’Île de La Réunion Tourisme a retenu la qualité comme l’un de ses axes stratégiques majeurs. En effet, la qualité constitue un enjeu important pour l’activité touristique de l’île de La Réunion.
La qualité est un élément fondamental du développement touristique afin de faire face à la concurrence internationale accrue. Dans le souci de conforter la qualité de l’offre touristique, l’IRT a mis en place en 1996 une démarche qualité, à destination des prestataires touristiques des différents secteurs d’activité, qui vise à :
  • offrir aux touristes un produit de standing international
  • donner à l’île de La Réunion une image positive en termes de prestations touristiques
  • améliorer le produit Réunion et renforcer son attractivité
  • mobiliser et fédérer les professionnels sur les impératifs de la qualité
  • imposer le symbole “Qualité Tourisme Île de La Réunion” comme une enseigne qualité de référence.
Le label Qualité Tourisme Île de La Réunion (QTIR) est une démarche volontaire des professionnels touristiques locaux qui s’engagent à respecter une charte basée sur l’amélioration de la qualité des services touristiques dans les secteurs de l’hébergement, de la restauration, des loisirs sportifs et culturels, des transports, des boutiques artisanales ainsi que l’accueil-information.

Au-delà de la satisfaction des touristes et de la volonté de promouvoir des établissements engagés dans une démarche qualité, l’objectif affiché est d’accroître la fréquentation touristique à l’Île de La Réunion et de fidéliser les clients.

Aujourd’hui deux cent quarante-sept adhérents sont porteurs de ce label qui avait été élaboré en 1996 et remis au goût du jour en 2013 par l’Île de la Réunion Tourisme. Les professionnels adhérents font l’objet d’évaluations régulières et sont signataires de cette charte qualité afin de donner une image positive de La Réunion et de renforcer ainsi son attractivité.

Source : Qualité tourisme Ile de La Réunion

Crise à La Réunion : un cas de force majeure

La situation est très tendue à La Réunion, où nous sommes en situation de force majeure. Agences et TO doivent se réorganiser, en pleine saison, pour satisfaire au mieux les voyageurs.

Près d’une semaine après le début du mouvement de contestation des Gilets jaunes, la situation reste complexe et les tensions très vives à la Réunion. Alors que l’Office de tourisme recommande de différer les voyages, agences, TO et compagnies aériennes doivent s’organiser pour les clients lésés, qu’il soient à destination ou sur le départ.

« Nous sommes dans l’opérationnel pour le moment, souligne Valérie Boned, secrétaire générale des Entreprises du Voyages. Notre souci, c’est de faire au mieux avec des clients qui sont sur place et souhaitent juste pouvoir continuer leur voyage si c’est possible. Notre rôle est de faire ce qu’il faut, soit de reporter soit d’aider s’il y a des modifications de programme. »

« Nous sommes dans un cas de force majeure, et nous avons à ce titre des obligations », ajoute Valérie Boned. Selon le Code du tourisme, si des circonstances exceptionnelles et inévitables rendent le retour impossible, les professionnels par exemple doivent prendre en charge 3 nuitées sur place. C’est d’ailleurs déjà le cas pour les compagnies aériennes du fait du règlement européen.

La crise à La Réunion rappelle aussi la valeur ajoutée des professionnels. « Il y a une vraie différence entre le client qui s’est débrouillé tout seul lors de son achat, et celui qui est passé par un professionnel agents de voyages ou TO dans ce genre de circonstances. Nous sommes là à tout moment pendant et après. »

Les TO s’organisent

Les voyagistes sont sur le qui-vive. « La priorité, c’est la satisfaction du client, explique Guy Zekri, le directeur général de Beachcomber Tours, pour qui la journée de samedi sera déterminante quant à la suite du mouvement. Nous avons un bon réceptif sur place qui s’occupe de nos clients. Nous avons contacté toutes les agences dont des clients doivent partir d’ici lundi. Nous leur proposons, en cas d’autotour, un report du voyage, valable un an. Les clients peuvent aussi changer de destination et partir sur l’Île Maurice, où nous avons des possibilités. Si aucune des propositions n’est satisfaisante, nous appliquerons la directive européenne en remboursant le client… ».

Exotismes, l’un des TO les plus importants à La Réunion, est en contact permanent avec ses fournisseurs (compagnies aériennes, loueurs de voiture, hôteliers, …), son équipe locale et les clients à destination. « Comme depuis le début de la mobilisation, nous appelons chaque agence avant chaque départ pour faire un point sur la situation. Aujourd’hui, si la plupart des clients ont bien prévu de maintenir leur voyage, nous donnons la possibilité de différer le séjour des clients », précise Didier Sylvestre, directeur adjoint d’Exotismes.

D’autres opérateurs s’agacent clairement de la situation, qui aura des conséquences financières. » Depuis quelques jours, la moitié de notre équipe s’occupe de la Réunion », regrette Hélion De Villeneuve. « Nous sommes en pleine saison, c’est écœurant. Pour l’instant, nous restons souples en proposant le report du voyage ou un changement de destination. Mais nous ne décidons pas pour le client ou pour les agences, nous sommes là pour les assister. C’est un travail de titan sur place. Et cela aura un impact sur notre chiffre d’affaires ».

Source : Crise à La Réunion : un cas de force majeure

La Réunion: Des recettes touristiques inédites pour le premier semestre 2018

« La première moitié de l’année affiche surtout des chiffres inédits en termes de recettes touristiques à La Réunion avec plus de 190 millions d’euros de dépenses par les touristes extérieurs ont été enregistrés, rapporte la récente étude de la fréquentation touristique menée par l’Ile de La Réunion Tourisme.

Cette croissance exceptionnelle (+ de 50 millions d’euros de plus que l’année dernière à la même période), s’explique non seulement, par une fréquentation en hausse constante mais aussi par l’origine des touristes accueillis ces derniers mois. L’afflux croissant de touristes métropolitains (+15%) et européens (+14%), dépensent davantage que les visiteurs issus de la zone océan Indien dont le nombre est en léger recul sur la période.
Ils ont ainsi dépensé en moyenne 803 euros lors de leur séjour contre 652 euros en 2017 à la même période.

« L’objectif fixé de 365 millions d’euros de recettes touristiques pour l’année 2018 devraient être atteint avant la fin de l’année. Les chiffres du premier semestre de cette année 2018 dépassent les objectifs prévus et rassurent l’ensemble des acteurs du tourisme de l’île sur la tendance actuelle », précise l’étude.

Au total, 241.579 touristes extérieurs ont été accueillis sur l’île durant ce premier semestre, soit une hausse de la fréquentation de 11%.

Outre une quantité de visiteurs inédite, la qualité des services touristiques proposés sur l’île et l’intérêt de la destination ont été salués par l’écrasante majorité des visiteurs : 99 % des touristes qui déclarent que l’intérêt de la destination est très satisfaisant ou satisfaisant.

Source : La Réunion: Des recettes touristiques inédites pour le premier semestre 2018

Tourisme à La Réunion : 1 milliard d’euros générés en 2017

Il y a les touristes extérieurs à La Réunion, mais également le tourisme local. Ce dernier affiche de très bons résultats pour l’année 2017.

Une étude menée localement (IRT, Fédération réunionnaise du tourisme et Ipsos océan Indien) a permis de mesurer son impact sur l’économie réunionnaise. Entre mars 2017 et février 2018, le tourisme domestique a dégagé un chiffre d’affaires record de 700 millions d’euros.

Comment en arrive-t-on à un tel résultat ‘ “Les Réunionnais ont effectué près de 4 500 000 séjours sur l’île d’au moins une nuitée, dont une large majorité sont des nuitées marchandes (hôtel, gîte, maison d’hôte,…). Ces prestations représentent une source de revenu absolument indispensable à la filière touristique locale”, explique l’ÀŽle de La Réunion Tourisme.

Des nuitées auxquelles il faut ajouter les excursions. “En plus de cela, chaque mois, 326 000 Réunionnais effectuent au moins une excursion sur l’île hors de leur commune de résidence. À raison de 5 à 6 sorties mensuelles, les Réunionnais comptabilisent plus de 21 millions d’excursions annuelles hors de leur commune de résidence, dont plus de 4 millions comprennent une activité payante.”

Résultat, l’année 2017 est qualifiée d’exceptionnelle et permet d’hisser le secteur du tourisme à la première place des filières économiques locales, selon l’IRT. “Pour la première fois dans l’histoire du tourisme local, le symbolique milliard d’euros est atteint et dépassé.” Il correspond au montant du tourisme local cumulé à celui de l’extérieur – une majorité de touristes venant de métropole – et qui a représenté 358,1 millions d’euros en 2017.

L’année dernière, 507 563 touristes et 43 276 croisiéristes étaient venus visiter La Réunion. Un record pour notre destination en terme de recettes touristiques. Avec un séjour d’une durée moyenne de 17 jours, une famille dépense 1 249 euros localement alors que la préparation du voyage lui a déjà coûté 1 984 euros en moyenne avait calculé l’IRT.

Cette première étude devrait en amener d’autres dans le futur. “Elle met donc en exergue l’attachement des Réunionnais à leur territoire et l’importance de développer plus encore le tourisme extérieur qui connaît, depuis 2 ans, une dynamique de croissance inédite.”

Source : Tourisme à La Réunion : 1 milliard d’euros générés en 2017

Première rentrée des étudiants de Vatel à la Réunion

C’est sur l’Île de la Réunion que la dernière-née des écoles du groupe vient d’ouvrir ses portes. Certains sont réunionnais, d’autres arrivent de métropole : les 18 étudiants de la première promotion Bachelor de Vatel Réunion ont fait leur rentrée le 26 septembre 2017.

Chemise, cravate, costume pour les garçons, tailleur jupe pour les filles : comme les 7 000 étudiants Vatel dans le monde, les nouveaux étudiants de la Réunion arborent fièrement leur uniforme. Ils recevront durant cinq ans un enseignement axé sur l’international et sur l’alternance construite et maîtrisée de la théorie et de l’expérience professionnelle.

C’est dans la ville de Saint-Paul que se trouve l’école, dirigée par Ghislaine et Philippe Lhuissier. Forts de leur expérience au sein du CREE (Centre Réunionnais d’Entreprise Éducative), ils se sont lancés dans l’aventure Vatel avec passion pour faire naître la 41e école du groupe.

Le groupe est particulièrement bien représenté dans cette région en plein essor touristique, avec désormais trois écoles : Vatel Maurice, Vatel Madagascar et Vatel Réunion. En avril 2018, une deuxième promotion
débutera son Bachelor à Vatel Réunion.

Source : Claude Dibiase – Première rentrée des étudiants de Vatel à la Réunion

Madagasikara Airways: belle performance sur la desserte Pierrefonds-Sainte Marie

La compagnie aérienne Malagasy Madagasikara Airways, arrivée en août 2016 à Pierrefonds La Réunion, a fait carton plein avec son vol direct pour Sainte-Marie. Elle a permis à près de 1500 Réunionnais de voyager vers la Grande île, sur la période de janvier à juillet 2017.

La desserte

Depuis août 2016, Madagasikara Airways relie Saint-Pierre de La Réunion (via l’aéroport de Pierrefonds) à l’île Sainte-Marie par un vol hebdomadaire, tous les vendredis. Cette liaison est opérée en aéronef de type turbopropulseurs Embraer 120 de 30 sièges. Le départ à Sainte-Marie est prévu à 8h pour une arrivée à 10h 50 à Pierrefonds. Le vol retour est programmé à 11h 50 pour une arrivée à Sainte-Marie à 12h 40. Cette jeune compagnie 100% malagasy, commercialise l’aller-retour à environ 600 euros. Aux dernières nouvelles, elle continuerait son plan de vol encore au moins une année.

Marché cible

La Réunion est l’un des marchés prioritaires de la Grande île, selon la nouvelle stratégie marketing de la destination Madagascar, basée sur une approche affinitaire. D’après les agences de voyage réunionnaises, une demande soutenue pour l’île Sainte-Marie de la part de leur clientèle est enregistrée depuis l’année dernière. Les touristes réunionnais apprécient particulièrement le dépaysement et la chaleur de la population Saint-Marienne. Sans oublier les baleines, ses plages paradisiaques et sa mer turquoise. En terme d’infrastructures, Sainte-Marie ne manque pas d’arguments: elle s’est dotée, ces dernières années, de beaux établissements hôteliers offrant tout le confort ainsi que de très professionnels prestataires spécialisés.

Source : Madagasikara Airways: belle performance sur la desserte Pierrefonds-Sainte Marie

Akoya Hôtel*****& Spa, nouveau membre certifié Green Globe

C’est dans le cadre de l’audit Green Globe de l’Akoya Hôtel*****& Spa, que Philippe-Jean ARNOU du cabinet MH Consultant, représentant le Cabinet-conseils François Tourisme Consultant, s’est rendu à La Réunion du 31 Janvier au 2 Février dernier.

Depuis l’origine du projet, une vraie volonté de mettre en place une démarche durable a conduit l’Akoya Hôtel*****& Spa à s’orienter vers une certification Green Globe.

En effet, depuis, sa conception jusqu’à sa mise en exploitation en Octobre 2015, l’établissement a su s’intégrer intelligemment à son environnement, par exemple les roches extraites du sol pour la construction de l’hôtel ont été ensuite utilisées pour créer des murs dans le jardin, influant donc sur les impacts de gaz effet de serre.

Tous ces processus résultent d’un Plan de Management du Développement Durable détaillant la politique de l’entreprise ainsi que les actions réalisées et envisagées par l’hôtel. Ceci afin que toutes les parties prenantes au projet soient informées des démarches et  engagements environnementaux, économiques, sociaux et sociétaux de l’établissement.

Pour rappel Green Globe est :

  • La première certification au monde dédiée au développement durable du tourisme
  • Un système original de MANAGEMENT du développement durable conçu spécialement pour l’hôtellerie, le tourisme et les loisirs
  • Un gage de TRANSPARENCE et de CRÉDIBILITÉ: certifié par un audit tierce partie
  • Plus de 500 membres certifiés dans 83 pays
  • Plus de 40 critères et jusqu’à 385 Indicateurs

Le prochain rendez-vous avec l’AKOYA Hôtel*****& SPA se fera dans deux ans pour un nouvel audit.

Quant à Madagascar, Philippe-Jean se rendra à Nosy Be du 19 au 22 juillet pour auditer l’Eden lodge et l’Heure Bleue.

L’équipe de Madagascar Hôtel Consultant

 

Consultez l’article de Green Globe :

First Green Globe Certification on Reunion Island

Et cliquez pour plus d’informations :

Akoya Hôtel*****& Spa

Green Globe

François Tourisme Consultant, partenaire privilégié Green Globe

 

 

La Fédération Réunionnaise de Tourisme recrute !

A la recherche d’un emploi dans le secteur du Tourisme à La Réunion, cette offre peut vous intéresser.

La Fédération Réunionnaise de Tourisme est à la recherche de conseillers en séjours, spécialisés dans l’accueil croisière. Votre mission au sein de l’équipe sera d’assurer l’accueil, la promotion touristique du territoire ainsi que d’informer les croisiéristes lors des escales. Pour cela, la maîtrise courante de l’anglais ainsi qu’une deuxième langue étrangère est demandée (Espagnol, Allemand, Italien…). Vous devez également être à l’aise et connaître l’offre du marché touristique locale. Une bonne maîtrise de la bureautique et des outils numériques est souhaitée.

Issu d’une formation Bac +2 ou plus dans le secteur du tourisme ou similaire et ayant une expérience d’une année au minimum, ce poste est fait pour vous.

Les qualités attendues sont : Polyvalent, autonome, dynamique, aisance relationnelle, sens de l’accueil et du service, qualités d’expression écrite et orale, savoir travailler en équipe, discrétion, diplomatie, endurance.

Niveau d’études : BAC + 2, secteur Tourisme
Lieu de travail : Aéroport Roland Garros et Gare Maritime
Travail le Samedi, Dimanche et jour fériés
Base de 35 h par semaine
CDD de 8 mois (1er septembre 2017 au 30 avril 2018)
Convention collective Nationale n° 3175

Source : La Fédération Réunionnaise de Tourisme recrute !