Andry Rajoelina à Toamasina : Réouverture du transport fluvial sur le Canal des Pangalanes dans quatre mois

Chose promise chose due. Durant sa tournée de campagne électorale, le président Andry Rajoelina a fait la promesse de réhabiliter le Canal des Pangalanes afin de rétablir la circulation fluviale dans cette localité. La promotion du secteur touristique figure d’ailleurs parmi les « velirano présidentiels ». Samedi dernier, le Chef de l’État a effectué une descente à Toamasina pour donner le coup d’envoi des travaux de dragage du Canal des Pangalanes. Quatre mois. C’est la durée prévue pour la réalisation des travaux qui consisteront au curage du fond peu profond juste à la sortie du Port de Toamasina, le curage du fond peu profond à l’entrée Nord du lac Rasoamasay et Rasoabe, le curage du fond peu profond à Masomeloka et ses environs, l’élagage de l’emprise de gueule de canal et l’élargissement du tronçon à Andringitra. « Les travaux sont financés entièrement par l’Etat malagasy, par l’intermédiaire de l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale », à fait savoir le Directeur général de l’APMF, le Capitaine de Vaisseau Jean Edmond Randrianantenaina. Samedi, le président Andry Rajoelina a aussi honoré de sa présence la cérémonie d’inauguration du Poste de Surveillance fluviale nouvellement construit à Manangareza et l’inauguration d’un nouvel embarcadère qui se trouve juste à côté. Il est aussi monté à bord du matériel de dragage pour constater de visu l’activité de curage dudit Canal.

Création. Construit en 1901, le Canal des Pangalanes mesure 654km. « Ce projet aura des impacts directes sur la vie socioéconomique de la population de plusieurs districts et communes, entre autres, Toamasina, Ambila Lemaitso, Andevoranto, Vatomandry, Mahanoro, Nosy Varika, Mananjary, Manakara et Farafangana », a annoncé le Chef de l’Etat. Et de poursuivre que ce projet concerne environs trois millions de bénéficiaires. A travers la réhabilitation du Canal des Pangalanes, le régime actuel entend favoriser le secteur tourisme avec notamment la construction d’hôtels et de différentes infrastructures touristiques le long des Pangalanes, et vise aussi à promouvoir la création d’emplois. C’est certainement la raison pour laquelle le président de la République persiste et signe pour la mise en œuvre de ce projet. D’après les explications, la dernière retouche effectuée sur le Canal des Pangalanes remonterait en 1988. Après la série d’inaugurations effectuée dans l’enceinte du Port de Toamasina, le président Andry Rajoelina a assisté à la cérémonie de réception officielle d’un nouveau matériel tracker de la Société de Manutention des Marchandises Conventionnelles (SMMC).

« Buildings mora ». Hier dans la matinée, Andry Rajoelina a poursuivi son déplacement à Toamasina par une descente à Tanandava pour constater l’évolution des travaux de construction de l’autoroute reliant le Port de Toamasina à la RN2. Accompagné du ministre de l’Aménagement du territoire, Hajo Andrianainarivelo et du Directeur général de la Société Analogh, Hasina Razafindrakoto, le Chef de l’Etat a aussi visité le quartier d’Ambohijafy où seront implantés les « buildings mora » équipés d’un complexe sportif pour la Région Antsinanana. Les études pour la réalisation de ce projet ont déjà été faites. D’après les explications, les travaux débuteront incessamment. Le numéro Un d’Iavoloha a clôturé sa tournée dans la Région Antsinanana par une descente sur la route Toamasina – Foulpointe qui est actuellement en cours de réhabilitation. En effet, Andry Rajoelina a donné l’ordre formel de construire la route Toamasina – Soanierana Ivongo par des bétons armés. Durant ce déplacement dans le pays Betsimisaraka, le Chef de l’Etat a reçu de nombreuses doléances de la population locale concernant des cas d’accaparement de terrains.

Source : Andry Rajoelina à Toamasina : Réouverture du transport fluvial sur le Canal des Pangalanes dans quatre mois

Finnair opère ses premiers vols à base de biocarburants

Finnair, la compagnie aérienne finlandaise, annonce le lancement de ses premiers vols opérés à base de biocarburants dès cette semaine. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de son programme « Push for Change » visant la réduction des émissions carbone. Aujourd’hui et mercredi prochain, le vol quotidien Finnair au départ de San Francisco et à destination du hub de la compagnie à Helsinki sera opéré grâce à un mélange de carburants comprenant 12% de biocarburants. Cela permettra la réduction des émissions totales de CO2 de ces deux vols d’environ 32 tonnes.

À San Francisco, Finnair s’est associée à SkyNRG et World Energy pour produire ce carburant ; Shell Aviation a également contribué au projet en fournissant un soutien logistique. Ce biocarburant durable est fabriqué à partir d’huile de cuisson usagée collectée en Californie, ce qui n’interfère donc pas avec la production alimentaire ou l’industrie agricole.

Arja Suominen, SVP Communications & Corporate Responsibility chez Finnair, a déclaré :

« Le lancement de l’initiative Push for Change a été une étape essentielle pour Finnair afin d’offrir à nos passagers la possibilité de compenser ou de réduire facilement les émissions carbone générées pendant leur voyage. Les premiers résultats de cette démarche ont été très concluants et nous sommes ravis d’aller encore plus loin avec ces deux vols utilisant du biocarburant, entièrement soutenus par les contributions « Push for Change ». Naturellement, nous espérons que les voyageurs utiliseront de plus en plus ce service à l‘avenir. »

Push for Change

Lancé par Finnair en janvier 2019, ce service est destiné à impliquer les voyageurs sur les effets des émissions de CO2, répondre aux problématiques environnementales mais également aux attentes des passagers désireux de s’engager dans une démarche éco-responsable. Pour cela, la compagnie propose à ses passagers – sur la base du volontariat – de régler une « taxe de compensation » lors de l’achat d’un billet, directement via son site internet.

La taxe de compensation s’élève à 1€ pour un vol aller-retour en Finlande, à 2€ pour un vol aller-retour en Europe et à 6€ pour un vol intercontinental. Le calcul de ces redevances est basé sur la moyenne des émissions générées lors d’un vol et sur le coût nécessaire à la réduction d’une tonne d’émission de CO2 dans le cadre du projet soutenu par Finnair.

Finnair propose ainsi à ses passagers de s’impliquer, aux côtés de la compagnie et s’ils le souhaitent, dans un projet écologique au Mozambique visant à réduire la consommation de charbon ou, au choix, soutenir le développement des vols utilisant des biocarburants.

Des informations complémentaires sur l’initiative « Push for Change » de Finnair, notamment sur les options d’achat de biocarburant pour de futurs vols ainsi que sur les projets certifiés permettant de compenser les émissions de carbone, sont disponibles sur le site « Push for Change » de Finnair.

Source : Finnair opère ses premiers vols à base de biocarburants

Toamasina-Foulpointe : Une route en béton en cours de construction

Beaucoup se plaignent de l’état de la route nationale 5, reliant Toamasina et Foulpointe. Questionné sur ce sujet, le directeur général des Travaux Publics, Hajaniaina Randrianandrasana a affirmé que la réhabilitation a commencé. « Le projet de réhabilitation de la RN5 est financé par les ressources propres internes (RPI) de l’Etat à travers le MAHTP (Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics). Pour la ville de Toamasina, un appel d’offre est déjà lancé pour la réfection du boulevard Ratsimilaho, coupé depuis des années. Les procédures sont également en cours pour l’attribution du marché à l’entreprise en charge des travaux d’infrastructures routières reliant le Port de Toamasina et la RN2 », a noté le DG des Travaux publics. Outre cette partie Est, il a également cité de nombreux projets, concernant entre autres, la route Antsiranana-Ambilobe-Ambanja. Pour ce cas, deux ponts sont à construire et le marché est déjà attribué à Colas, d’après les explications.  Pour l’axe Ambilobe-Vohémar bénéficiant d’un financement chinois par le CRBC, les travaux sur 168Km s’achèveront en octobre 2019. Dans le sud, des projets de corridors et de routes sont en cours de mise en œuvre. En ce qui concerne la campagne d’entretiens, toutes les Directions régionales du MAHTP sont en train de préparer les dossiers d’appel d’offres, pour les 22 régions, selon le DG Hajaniaina Randrianandrasana.

Source : Toamasina-Foulpointe : Une route en béton en cours de construction

A Madagascar, ADEMA prévoit de créer 4 nouveaux hubs aériens

Gestionnaire de 10 principaux aéroports à Madagascar et de 44 aérodromes secondaires, la société ADEMA entend miser sur la modernisation de ses infrastructures pour apporter ses contributions dans le développement de la Grande île, par le biais du tourisme. Aussi la création de 4 hubs à visées nationales et internationales pour faciliter l’accès des touristes aux différentes zones touristiques, est en vue.

Concrètement, ADEMA projette de bâtir ces hubs à Toamasina, Andrakaka Diégo Suarez, Mahajanga et Tuléar. D’après le Directeur Général de l’ADEMA, ce seront autant de tremplins de choix pour les vols domestiques , régionaux et internationaux. Ils éviteront aux touristes de passer obligatoirement par Antananarivo ou Nosy-Be pour atteindre les autres touristiques.

Le master plan pour celui de Toamasina a déjà été défini, a-t-on appris. La première phase des travaux consistent à la rénovation de l’aérogare et au renforcement de la piste d’atterrissage pour qu’elle puisse accueillir des gros porteurs. Un grand projet qui sera le fer de lance et l’interconnexion avec de grands projets en cours dans cette partie de l’île, entre autres l’extension du Port et la construction d’une autoroute reliant la RN2 et le Port. Un appel à projets est déjà lancé et sera à l’ordre du jour du Forum des investisseurs qui se déroulera à Antananarivo les 17 et 18 septembre 2019. Quant aux trois autres hubs, l’on apprend que les master plans seront terminés prochainement.

Après la construction du nouvel aéroport international d’Antananarivo géré par Ravinala Airports, ces grands projets d’aménagement des autres aéroports de la destination Madagascar garantiront également la connectivité aérienne domestique, gage de l’atteinte de l’objectif de 500 000 touristes d’ici 2023 fixé par l’Etat malgache.

Source : A Madagascar, ADEMA prévoit de créer 4 nouveaux hubs aériens

Air Mauritius : Des offres promotionnelles à la FIM

Pour la troisième fois consécutive, Air Mauritius participe à la Foire Internationale de Madagascar. Une occasion pour cette compagnie aérienne de rencontrer ses clients, mais également et surtout de leur offrir des offres alléchantes. C’est ainsi que dans le cadre de la FIM, Air Mauritius pratique de nombreuses réductions sur des destinations phares. Pour ne citer entre autres, que les remises jusqu’à -20% sur l’Ile Maurice, Hong Kong, Kuala Lumpur, Delhi, Chennai, Bangalore. Des tarifs préférentiels sont également proposés sur Dubaï, Londres Paris, Shangai, Perth, La Réunion… Enfin, toujours dans le cadre de la FIM, la filiale de la compagnie, Air Mauritius Holidays présente ses packages hôtels, vols et excursions pour préparer les vacances scolaires à l’Ile Maurice, Dubaï, la Malaisie, Singapour et Hong Kong. Rappelons qu’Air Mauritius est le transporteur officiel des prochains jeux des îles qui se tiendront à Maurice du 19 au 28 juillet 2019. A cet effet, des tarifs spéciaux sont proposés pour les supporters et familles qui veulent faire le déplacement pour assister à ces jeux régionaux.

Source : Air Mauritius : Des offres promotionnelles à la FIM

Air Seychelles : Réouverture de la ligne sur Madagascar

Après un an de retrait suite à la décision de son gouvernement, Air Seychelles a lancé la réouverture de la ligne sur Madagascar. « Cette année, nous effectuons un vol saisonnier à destination de la Grande île à partir de 3 juillet jusqu’au 26 octobre 2019. Ce sera un vol bihebdomadaire assuré par les appareils Airbus 320 de la compagnie tous les mercredis et samedis », a déclaré Remco Althius, le PDG de la compagnie lors de la conférence de presse hier à l’hôtel Carlton. En fait, « nous avons étudié que le nombre de trafics entre les deux îles augmente durant la période estivale. Notre objectif est de mettre en place un vol régulier après l’évaluation de cette période », a-t-il rajouté. De son côté, le ministre de tutelle, Joël Randriamandranto a soulevé que cela contribue à l’ouverture de notre ciel aérien. « Cette compagnie dessert directement Mumbaï, entre autres. Ce qui permettra d’atteindre notre objectif de 500 000 touristes en 5 ans », a-t-il conclu.

Source  : Air Seychelles : Réouverture de la ligne sur Madagascar

Litige Air France – Air Madagascar : Un dossier difficile à gérer pour le nouveau régime

La gestion du  dossier concernant le litige opposant Air Madagascar  et Air France sur l’achat des deux Airbus A 340 – 300 s’annonce difficile pour le nouveau régime

Cette semaine s’avère décisive quant à l’avenir  de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar.  On apprend en effet que normalement, le tribunal de commerce de Paris rendra, peut-être mercredi prochain son  verdict sur le litige opposant Air France et la compagnie malgache.

Très gourmandes

Ce litige rappelons-le concerne le paiement des loyers des deux Airbus A 340 acquis pendant la période transitoire sur la base d’un contrat de vente- location contracté auprès d’Air France propriétaire de ces deux appareils qui étaient déjà dans un état de vétusté avancée  et très difficile à gérer. La preuve depuis leur acquisition, ces deux Airbus A 340, très gourmandes en jet fuel sont devenus des sources de  nombreuses difficultés pour Air Madagascar. Pire, l’un des deux avions était bien souvent cloué au sol et ses entretiens et réparations ont coûté des millions de dollars à Air Madagascar dont les finances sont déjà au plus bas. Et le cauchemar n’est toujours pas fini pour Air Madagascar, car actuellement, c’est Air France qui  lui réclame  plusieurs millions de dollars  pour ce qui serait une défaillance  concernant le paiement des loyers  de ces deux avions qui sont en très mauvais état. On ne connaît pas encore les chiffres officiels de cette transaction mais certaines sources parlent de 500.000  dollars par mois qu’Air Madagascar n’aurait donc pas payé selon les termes du contrat.

Mort certaine

D’où cette demande d’Air France d’être dédommagée par Air Madagascar. Là encore, on ne connaît pas le montant exact des sommes à payer. Elles dépasseraient, selon certaines sources, les 100 millions de dollars.  En tout cas, si le tribunal de commerce de Paris donne raison à  la puissante Air France et condamne la petite Air Madagascar, cette dernière aura énormément de difficultés et sera même menacée  d’ une mort certaine. A moins qu’Air Austral, le partenaire stratégique puisse faire quelque chose pour la compagnie malgache. Mais là, il ne faut visiblement pas se faire trop d’illusion car au final le partenariat stratégique passé entre les deux compagnies n’a pour le moment pas apporté les bons effets attendus pour Air Madagascar, et partant, pour l’Etat malgache. Pour preuve  de ce mauvais résultat à mis parcours du partenariat stratégique,  l’on constate actuellement que pour  Air Madagascar, la situation n’est pas tellement reluisante, puisque sur l’international, elle est  fortement handicapée par la mauvaise performance des deux  vieux Airbus A 340-300 qui ne sont plus très confortables et qui grèvent énormément les finances de la compagnie en raison des charges trop lourdes, ne serait-ce qu’en termes de consommation de kérosène.  Sur le réseau domestique, l’avènement de la filiale « Tsaradia » est censé apporté un nouveau souffle, mais les passagers continuent de souffrir de nombreux manquement, notamment, en termes de régularité.

Injuste

Quant à l’Etat malgache, ou plutôt les contribuables dont la plus grande partie n’a jamais pris un avion, le sacrifice consenti  est énorme. En effet,  pour faire passer le partenariat stratégique, le précédent régime a accepté l’exigence démesurée d’Air Austral de payer sur les recettes de l’Etat, 303 milliards d’ariary pour éponger les dettes d’Air Madagascar. Et permettre ainsi à Air Austral de racheter les 49%  du capital d’Air Madagascar pour 15 millions de dollars. Et là encore des zones d’ombre persistent puisque, faute de fonds propres, Air Austral a dû  contracter des prêts auprès de l’AFD et d’un consortium de banques commerciales.  Pire, la CNAPS, un organisme public malgache  a été sollicité pour aider la compagnie régionale  Air Austral à acheter la compagnie nationale Air Madagascar.  Acheter une compagnie malgache en empruntant de l’argent auprès des Malgaches s’avère en tout cas injuste. Dans tous les cas, Air Madagascar se trouve actuellement dans une position très difficile.   Si par malheur, le tribunal de commerce de Paris dont la prochaine audience aura donc lieu après- demain prononce une condamnation, ce sera le début de la fin. Et même si elle est épargnée, la poursuite du partenariat stratégique pour qu’il puisse porter réellement les intérêts du pays, est une autre affaire. Espérons que les nouveaux dirigeants puissent trouver la meilleure option pour gérer cette crise  qui risque, à terme de mettre Air Madagascar sur la  voie d’une compagnie en voie de disparition. Fierté nationale où es- tu ?

Source : Litige Air France – Air Madagascar : Un dossier difficile à gérer pour le nouveau régime

MyCapricorne : le programme de fidélité commun pour Air Austral et Madagascar

Les deux compagnies Air Austral et Air Madagascar ont procédé au rapprochement de leurs programmes de fidélité pour un réseau plus attractif pour le client.

Une étape fondamentale de leur partenariat stratégique

Les programmes de fidélité “Namako” d’Air Madagascar et “Capricorne” d’Air Austral ont été fusionnés pour n’en former qu’un. Dans le cadre d’une nouvelle étape de leur partenariat stratégique, les deux compagnies ont réinventé “My Capricorne” . Ce rapprochement marque la volonté des deux parties de renforcer leur partenariat à longue durée et respectant la stratégie gagnant-gagnant. “Les compagnies Air Austral et Air Madagascar franchissent aujourd’hui une étape fondamentale du partenariat stratégique qui les lie depuis le 30 novembre 2017”, a indiqué la compagnie réunionnaise dans un communiqué sur le récit du Journal de Mayotte.

Des avantages pour les passagers

Ce rapprochement profite surtout aux clients des deux compagnies. En effet, les passagers d’Air Austral et d’Air Madagascar pourront désormais bénéficier d’un réseau de destinations élargi ainsi que d’un barème de points plus avantageux. Dans la foulée, la gestion et la consultation du solde des points en ligne constituent un nouvel avantage de ce programme de fidélité pour les deux compagnies partenaires et leurs filiales Tsaradia et Ewa Air. Les usagers n’ont aucune démarche à faire. En effet, leur espace en ligne fera l’objet d’une modification automatique tenant compte de la fusion des programmes. Par ailleurs, chaque client recevra un mail qui détaillera le nouveau système de points.

Une première grande réalisation des compagnies partenaires

A la suite de ce programme de fidélité commun, le DFG d’Air Austral Marie Joseph Malé évoque une démarche qui “donne tout son sens à la philosophie du partenariat stratégique établi entre nos deux compagnies”. De son côté, Roland Besoa Razafimaharo, DG d’Air Madagascar a indiqué que “le lancement de MyCapricorne signe la première grande réalisation des compagnies partenaires pour cette année 2019”, rapporte le journal Midi Madagasikara. “Ce nouveau programme de fidélisation s’inscrit dans la stratégie d’Air Madagascar et d’Air Austral, construite autour d’une vision commune au service de nos clients”, a-t-il ajouté.

Source : MyCapricorne : le programme de fidélité commun pour Air Austral et Madagascar

Air Madagascar – Air Austral : partage de code avec Kenya Airways

Le Privileged Partnership Agreement ou Accord de partenariat privilégié a été signé à Nairobi entre Air Madagascar, Air Austral et Kenya Airways pour positionner Nairobi en tant que nouveau hub complémentaire d’Antananarivo et de Saint-Denis.

Air Madagascar et Air Austral avancent un pas de plus dans leur partenariat stratégique. Le 17 décembre, l’Accord de partenariat privilégié qui s’inscrit dans le cadre d’un mémorandum d’entente du 18 juillet dernier a été signé à Nairobi, au Kenya. Ceci vise à positionner ce hub de Kenya Airways en tant que nouveau hub complémentaire d’Antananarivo et de Saint-Denis de la Réunion et ainsi de développer des synergies fortes entre les trois compagnies. Les trois compagnies se sont entendues sur des accords de partage de codes visant à renforcer les dessertes du continent africain et de l’océan Indien et offrir à leurs passagers un choix élargi de destinations et de services.

Deux codeshares ont été validés. Il s’agit de celui signé entre Kenya Airways et Air Madagascar sur la ligne Antananarivo – Nairobi qui sera effectif à partir du 21 janvier 2019. L’autre codeshare est signé entre Kenya Airways et Air Austral pour la desserte la Réunion – Nairobi avec une escale qui reste à définir. Il est à souligner que les filiales respectives des trois partenaires, Ewa Air, Tsaradia et Jumbo Jet font également partie de cette convention et contribueront aux synergies. Des synergies qui vont faciliter les affrètements et les formations des équipes techniques des trois compagnies.

Source : Air Madagascar – Air Austral : partage de code avec Kenya Airways

Air Madagascar – Air Austral : une ligne La Réunion Diégo pour les festivités

Air Madagascar et Air Austral, compagnies partenaires stratégiques lancent une ligne ponctuelle entre La Réunion et Diégo du 18 décembre jusqu’au 22 janvier 2019. La décision serait prise pour répondre à une demande forte et constante de la part de la clientèle réunionnaise.

Après le succès de l’ouverture de la ligne La Réunion – Toliara et Tolagnaro, le 3 décembre, Air Madagascar et Air Austral, partenaires stratégiques, testent la liaison La Réunion-Diégo. D’après les explications, il s’agit d’une offre ponctuelle afin de répondre à une demande forte et constante, en particulier de la part de la clientèle réunionnaise, qui désire visiter cette région Nord de la Grande île. Une série de six vols est programmée, tous les mardis, entre La Réunion et Diégo à partir du 18
décembre jusqu’au 22 janvier 2019. Contrairement à la ligne La Réunion-Grand Sud, celle La Réunion- Diégo sera opéré par un ATR 72-500 de la compagnie Air Austral en codeshare avec Air Madagascar, pour une escale technique à Toamasina.

La raison du déploiement d’un ATR, comme Eric Koller, président du Conseil d’Administration (PCA) d’Air Madagascar l’a évoqué, dernièrement, est que la piste de Diégo ne peut pas accueillir un 737-800. A souligner que l’ex-province de Diégo est une des destinations très prisées par les touristes étrangers, notamment grâce à son climat doux et sa température annuelle constante à 26°C. De plus, la destination possède une biodiversité impressionnante tels la mer d’Emeraude, le Massif de l’Ankarana et la Montagne d’Ambre.

Source : Air Madagascar – Air Austral : une ligne La Réunion Diégo pour les festivités