L’affichage environnemental débarque dans les hôtels

Le Ministère de l’Environnement encourage les hôteliers à afficher l’impact environnemental d’une nuitée dans leur établissement.

Le gouvernement souhaite introduire pour les hôtels un barème de performance environnementale de A à E, comme cela se fait déjà dans les produits électroménagers. Cette information sera ensuite déclinée à travers quatre critères : l’impact sur le climat, la consommation d’eau, la consommation de ressources non renouvelables et l’utilisation de produits bio et écolabellisés.

Un barème pensé pour être fiable

Une centaine d’hôtels à travers la France expérimentent d’ores et déjà cet affichage environnemental, notamment un hôtel 2 étoiles à Nantes et un autre à Versailles, un hôtel 3 étoiles à Nice et un autre à Montpellier, un hôtel 4 étoiles à Annecy et un hôtel 5 étoiles à Deauville, ainsi qu’à Cannes. Le Ministère souhaite toutefois que cet affichage soit le plus objectif possible, afin d’éviter le « greenwashing », cette tendance des entreprises à vanter les avantages environnementaux qu’elles ne possèdent pas. Pour ce faire, les données à la base de chaque barème devront être quantifiables et prouvables.

Le gouvernement espère que cet affichage environnemental permettra au consommateur de faire ses choix non seulement en fonction du confort et du prix proposés, mais également sur le critère de l’impact environnemental de la nuitée. Si l’expérimentation s’avère positive, dans un deuxième temps, certains hôtels pourraient être plus enclins à se faire certifier en vue de l’obtention de l’éco-label européen.

L’affichage environnemental s’inscrit dans une politique de tourisme éthique au niveau mondial

La fédération France Nature Environnement, qui regroupe 3.000 associations pour la protection de l’environnement, voit cette initiative d’un bon oeil et rappelle que la consommation des ménages est à l’origine d’environ deux tiers des impacts de l’homme sur son environnement : 58 % des émissions de gaz à effet de serre sont produits à domicile, et 66 % de l’eau y est consommée. La fédération est même favorable à ce que l’affichage environnemental soit étendu à tous les biens de consommation courante et qu’il intègre les notions de durée de vie et d’intensité d’usage.

Le lancement de l’affichage environnemental s’inscrit dans l’Année internationale du tourisme durable pour le développement, décrétée par l’Organisation mondiale du tourisme. Son Code mondial d’éthique du tourisme stipule par ailleurs que « l’ensemble des modes de développement touristique permettant d’économiser les ressources naturelles rares et précieuses, notamment l’eau et l’énergie, ainsi que d’éviter dans toute la mesure du possible la production de déchets, devront être privilégiés et encouragés par les autorités publiques nationales, régionales et locales ».

Source : L’affichage environnemental débarque dans les hôtels

Hilton veut doubler son parc hôtelier en France

Le groupe hôtelier Hilton a annoncé avoir pour objectif l’ouverture de 9 hôtels supplémentaires en France dans “les années à venir”, dont trois d’ici deux ans. Hilton, qui compte actuellement huit hôtels dans l’Hexagone, “dispose maintenant d’une réserve totale de neuf projets dans toute la France qui ajouteront plus de 1 000 chambres à son portefeuille”.

Pour les deux années à venir, le groupe souhaite ouvrir “trois nouveaux hôtels, sous trois marques distinctes, qui prendront la forme de contrats de franchise établis avec le groupe Naos”, et qui se répartiront entre le Grand Paris et plusieurs emplacements clés en région. Hilton et Naos lanceront les marques Hilton Garden Inn et Hampton by Hilton respectivement à Bordeaux et à Clichy. Le centre de Paris verra un deuxième hôtel rejoindre la marque Curio Collection.

Le développement de notre portefeuille en France est une priorité stratégique pour Hilton […]. Nous nous concentrons sur l’extension de notre portefeuille au-delà de la célèbre marque Hilton ; nous apportons de nouvelles marques à Paris et dans de grandes villes régionales”, a déclaré Patrick Fitzgibbon, vice-président senior du développement pour Hilton. Le groupe possède plus de 4 900 établissements (soit plus de 800 000 chambres) dans 104 pays.

Source : Hilton veut doubler son parc hôtelier en France

L’œnotourisme monte en flêche

Alors qu’ils étaient 7,5 millions en 2009, les touristes venus à la découverte des vins et vignobles français sont estimés à 10 millions en 2016, ce qui représente une croissance supérieure à 30 % et une dépense globale de 5,2 milliards d’euros.

Un succès qui s’explique par l’envie de plus en plus prégnante d’aller à la découverte des trésors et savoir-faire de nos terroirs et par les efforts réalisés par les acteurs du secteur pour professionnaliser l’offre et l’enrichir grâce aux nouveaux équipements ouverts récemment.

En effet, si la visite de caves reste un incontournable, une multitude d’expériences s’offre aujourd’hui à l’œnotouriste: ateliers de création de son propre vin, nuit chez le vigneron ou au château, itinéraire type Route des vins, balades et randonnées douces à travers les vignobles, stages et conférences dans des académies du vin, etc.

Une offre qui attire aussi bien les visiteurs français (à 58 %) qu’étrangers (à 42 %).

C’est d’ailleurs pour cette dernière clientèle que la progression de fréquentation est la plus spectaculaire : +40 % depuis 2009, contre +29 % pour la clientèle française.

Belges et Britanniques constituent les principaux adeptes de l’œnotourisme en France (près de la moitié des visiteurs internationaux) mais de nouvelles clientèles, venues de marchés plus lointains, notamment asiatiques, manifestent un intérêt croissant pour cette activité et contribuent à la dynamique.

Depuis plus de 10 ans, Atout France s’est fortement impliquée auprès des acteurs de la filière pour en faire une véritable force de notre offre touristique.

L’Agence intervient dans l’accompagnement et la structuration de l’offre (avec notamment le développement du label Vignobles et Découvertes désormais détenu par plus de 60 destinations), dans la compréhension et le développement du secteur avec 2 études spécifiques, mais également et surtout dans la promotion de la filière.

Avec le site visitfrenchwine.com, le Cluster Œnotourisme de Atout France et ses partenaires ont mis à disposition des clientèles internationales une véritable vitrine de l’offre œnotouristique française.

Le site se décline désormais sur les réseaux sociaux avec un nombre de followers en progression constante.

Source : L’œnotourisme monte en flêche

AccorHotels s’étend au Brésil

AccorHotels vient d’annoncer hier jeudi avoir finalisé son accord pour la prise en gestion de 26 hôtels de Brazil Hospitality Group (BHG). Pour un montant de 60 millions d’euros (200 millions de reais brésiliens), le groupe hôtelier conforme ainsi sa position de numéro un au Brésil avec cette opération qui devrait être signée officiellement au quatrième trimestre 2017.

Signée avec BHG et ses actionnaires GP Investments et GTIS Partners, cette opération conforte les dirigeants du groupe sur les bonnes performances attendues en 2018 car soulignent-ils « l’impact économique sera important notamment avec les synergies permises par la plate-forme opérationnelle déjà en place dans le pays« .

Sébastien Bazin (photo), le PDG d’AccorHotels a insisté sur l’énorme potentiel du marché brésilien parlant notamment « d’opportunités considérables« .

« Le Brésil s’inscrit dans la stratégie de long terme du groupe et les périodes difficiles offrent toujours de très intéressantes opportunités« , a déclaré quand à lui Gaurav Bhushan, le Directeur général du développement d’AccorHotels.

AccorHotels possède 252 hôtels au Brésil totalisant 40.000 chambres et ajoutera 4.400 chambres à son portefeuille avec les établissements de BHG.

Sur ce marché, il devance toujours ses concurrents les brésiliens Atlantica et BHG et réalise aujourd’hui 7 % de son chiffre d’affaires au Brésil, son quatrième pays derrière la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

Les hôtels repris à BHG, de type économique, milieu et haut de gamme, passeront « en douceur » sous les différentes enseignes du groupe français, notamment Ibis, Mercure, Novotel, Mama Shelter, MGallery et Pullman.

Source : AccorHotels s’étend au Brésil

La Chine accueille le 1er forum international de l’éducation dans les métiers de l’accueil et du tourisme

Hangzhou (CHINE POPULAIRE)

Les 14 et 15 avril prochains, la ville de Hangzhou en Chine accueillera la première édition de l’International Forum of Education & training Innovation for Hospitality & Tourism Industry (FETI). Cette plate-forme d’innovation mondiale permettra à tous ses participants de partager leurs connaissances et leurs idées et créer des nouvelles occasions d’affaires et des projets. Y seront abordés les tendances actuelles et les pistes de développement sur l’hébergement, la restauration, les destinations, les produits touristiques, et segments de marché, avec un zoom particulier sur l’économie chinoise.

Près de 400 professionnels du tourisme et l’industrie hôtelière, professeurs et étudiants sont attendus.

L’Amforht, qui organise l’événement, propose un tarif préférentiel (250 € au lieu de 400 €). Pour en bénéficier, contacter Hélène Verdet (07 61 05 74 65 • [email protected])

Source : Claude Dibiase – La Chine accueille le 1er forum international de l’éducation dans les métiers de l’accueil et du tourisme

Nous vous rappelons que Madagascar Hôtel Consultant est représentant de l’AMFORHT à Madagascar.

Pour en savoir plus sur l’AMFORHT, cliquez ICI.

Best Western : quand la réalité virtuelle s’immisce dans les hôtels

Best Western annonce avoir mis en place un système de réalité virtuelle dans tous ses établissements d’Amérique du Nord. Ses clients auront désormais la possibilité de visiter ses hôtels à 360°. 

Best Western propose une nouvelle expérience innovante à ses clients en leur offrant la possibilité de visiter les 2 000 établissements du groupe aux Etats-Unis via un système de réalité virtuelle. Les visites durent en moyenne entre 50 secondes et 2 minutes. Elles s’effectuent en 3D, à 360° et sont accompagnées de musique et de commentaires. C’est en partenariat avec Google Street View que le projet s’est concrétisé.

Cette innovation est dans la lignée de la politique de modernisation de l’image que le groupe a initié ces dernières années. Le groupe a notamment adopté une nouvelle identité visuelle (création de nouveaux logos) pour mettre l’accent sur le positionnement de chacune de ses marques. Best Western a par ailleurs engagé un vaste plan de rénovation, représentant un investissement de près de 150 millions d’euros en France et de 2 milliards de dollars en Amérique du Nord.

Dorothy Dowling, Responsable Marketing et SVP de Best Western Hotels & Resorts a déclaré : “Avant même de franchir le seuil de l’établissement, les clients auront la possibilité de visiter les chambres, les halls et les infrastructures comme s’ils y étaient en personne. Best Western est un des pionniers en la matière, et nous sommes confiants quant au fait que nos clients et nos hôtels bénéficieront de cette évolution technologique.”

Au 1er janvier 2016, Best Western était le neuvième opérateur hôtelier mondial en nombre de chambres avec 311 870 chambres dans 3 992 établissements d’après les données publiées par Hospitality ON.

Source : Best Western : quand la réalité virtuelle s’immisce dans les hôtels

L’Afrique du Sud surfe sur le bon Cap

C’est un groupe d’une douzaine de personnes, moitié agents de voyage, moitié journalistes, que Gabriel Taher, le Directeur de l’Office de tourisme d’Afrique du Sud en France, a emmené au Cap sur le double thème gastronomie et musique. Un éductour nouvelle formule voulu par Gabriel :

« Par le passé, nous proposions des voyages de découvertes par destinations avec un grand succès mais l’Afrique du Sud est si riche que l’idée de thématiques s’est aujourd’hui imposée. Gastronomie, musique certes, mais aussi bien être, randonnée, cultures locales, architecture, histoire ou bien sûr safaris. Dorénavant, un sondage sera lancé auprès des agents de voyages pour élire leurs axes préférés et les inviter à l’approfondir, et nous les amènerons alors sur les sites les plus concernés. »

L’Afrique du Sud est sans doute le pays offrant le plus de diversité au monde, tant en paysages, climats, faune et flore, traditions et modernité. « Le pays a réglé les problèmes de violence qui autrefois pouvaient faire hésiter certains visiteurs, les communautés vivent en harmonie et ont plaisir à recevoir les touristes. Et il y a aujourd’hui un foisonnement d’initiatives innovantes pour rencontrer l’Afrique du Sud sous des angles insoupçonnés. »

Une nation Arc-en-ciel

Avec 5 millions de visiteurs, dont plus de 120 000 Français l’an passé, la nation Arc-en-ciel voulue par Mandela a fait du tourisme une arme pour l’emploi.

« Huit billets d’avion engendrent concrètement un emploi local à plein temps et c’est une priorité gouvernementale, poursuit Gabriel Taher. Sous deux ans, l’objectif est de doubler le nombre de nos touristes. »

D’où une énergie à promotionner la destination auprès de tous les décideurs. Et le moins que l’on puisse dire est que la tâche leur est grandement facilité.

L’Afrique du Sud, avec trois climats (tropical, indien, méditerranéen), une flore et une faune riches et endémiques, des infrastructures modernes, une préservation de l’histoire… offre de multiples angles de découvertes.

Et chaque jour, des initiatives nouvelles se font jour, appuyées sur la tradition ou carrément décalées.

Au Cap, « la ville-mère » où tout a commencé en 1657 par le simple souci de trouver des légumes frais pour lutter contre le scorbut menaçant les marins hollandais en route vers les Indes, on voyage des maisons colorées des Maltais de Bo Kaap aux bars branchés proposant des mariages gin-chocolat, en passant par l’immense mall Victoria et Alfred du Waterfront et sa grande roue ou l’ascension de la Table Mountain en téléphérique pour un pique-nique sous le soleil couchant.

A 45 kilomètres à la ronde, tous les paysages possibles de la planète se rencontrent : déserts, plages, manchots antarctiques sous le soleil, baleines, autruches, babouins, vignobles, musiciens en tous genres… C’est ici que plus de 500 publicités sont tournées par an pour les plus grandes marques de la planète, les top models les plus en vue, et les films aux décors exigeants.

« On n’a pas fini de redécouvrir l’Afrique du Sud, conclut Gabriel Taher, approuvé à 100 % par ses accompagnateurs du voyage.

Qui peut proposer de perdre son regard vers le lointain au cap de Bonne Espérance, partir à la rencontre des éléphants, se brancher high tech, ou siroter un grand cru dans un vignoble dans la même journée ou presque ? C’est aussi ça, l’arc en ciel voulu par Madiba, Nelson Mandela. »

Source : Yves Pouchard – L’Afrique du Sud surfe sur le bon Cap

L’Inde, le nouvel Eldorado touristique des Chinois

Peu de français connaissaient le conglomérat chinois Fosun avant qu’il ne rachète le Club Med en Janvier 2015. Depuis, le Club se développe à grande vitesse. Il faut savoir que la Chine est devenue son deuxième marché après la France. Aujourd’hui Fosun s’invite dans une société de voyage indienne.

Les groupes chinois investissent en Inde

En fait, en 2016, les entreprises chinoises ont investi deux fois plus de ce qu’elles avaient investi en Inde durant les 10 dernières années.

Fosun était à la recherche d’investissements de « private equity » en Inde. Le conglomérat a ainsi réalisé en 2016 un investissement de plus d’un milliard d’euros dans le groupe indien, Gland Pharma.

Fosun s’invite aujourd’hui chez Ixigo

Ixigo a été fondée par Rajnish Kumar et Bajpai en 2007. La société a évolué d’un méta-moteur de recherche pour se développer dans une offre de voyage complète avion, train, hôtel, taxi…

La société avait levé en 2011 une somme de 18 millions d’euros.

Makemytrip, le site de voyage numéro 1 en Inde avait souscrit.

En Juin 2015, le fabricant de téléphones Micromax a fait un investissement non divulgué dans Ixigo. Aujourd’hui Fosun participe à un tour de table organisé par Sequoia Capital pour 15 millions d’euros.

Ixigo se développe grâce au bouche-à- oreille

Ixigo serait leader dans les moteurs de recherche en Asie du Sud. Ils ont développé de nombreuses applications pour aider les voyageurs dans la planification de voyage avec Tripplanner ou Fare Mapper.

La société se développe vite et assure sa communication par le bouche-à- oreille des utilisateurs satisfaits.

Source : Serge Fabre – L’Inde, le nouvel Eldorado touristique des Chinois

Hong Kong : une série d’hôtels mis en vente

Dans un contexte de ralentissement de la fréquentation touristique à Hong Kong, notamment en provenance de Chine continentale, plusieurs établissements hôteliers ont été mis en vente dans la région administrative de Hong Kong.

Le développeur basé à Hong Kong Henderson Land Développement, contrôlé par le promoteur immobilier Lee Shau Kee se sépare de l’un de ses quatre hôtels : le Newton Palace Hotel, un établissement de 598 chambres, situé dans le quartier de Kowloon East, à Hong Kong. Ce dernier aurait été cédé à un investisseur local pour environ 296 millions de dollars.

Cette vente est menée en parallèle à d’autres cessions telles que celles du Sika Hotels (141 chambres) à West Kowloo, pour environ 48,6 milllions d’euros et un hôtel situé près de la baie de Causeway pour près de 54,6 millions d’euros. Selon certains observateurs, ces ventes pourraient entraîner la conversion de ces établissements vers d’autres usages tels que des espaces de co-working, des bureaux ou des logements pour étudiants.

Ces cessions sont en effet conclues dans un contexte touristique fortement dégradé. L’année dernière, les arrivées des touristes continentaux ont baissé de près de -6,7% à 43 millions, et ce malgré un léger rebond tardif observé en décembre dernier. Hong Kong a connu un boom touristique ces dernières années qui a provoqué un fort développement de son parc hôtelier, qui serait passé de 58 000 chambres en 2009 à près de 74 000 (257 hôtels) en mars 2016, selon les données de GovHK, le portail de la région administrative de Hong Kong.

Source : Hong Kong : une série d’hôtels mis en vente

L’Organisation Mondiale du Tourisme veut protéger encore plus les voyageurs

L’essor continu du secteur du tourisme, les tendances actuelles qui le caractérisent, les nouveaux défis liés à la sûreté et à la sécurité, et le développement de nouveaux modèles commerciaux exigent une adaptation du cadre juridique mondial. Aussi l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) est-elle engagée, depuis 2011, dans l’élaboration d’une convention internationale visant à protéger les touristes et assurer la confiance à l’égard du secteur du tourisme. Cette initiative est entrée maintenant dans sa phase finale.

La neuvième réunion du groupe de travail sur la convention internationale concernant « la protection des touristes et les droits et les obligations des prestataires de services touristiques » a eu lieu les 26 et 27 janvier 2017. Elle s’est attachée à faire avancer le projet de convention en y intégrant les commentaires formulés par les États membres de l’OMT et les membres du groupe de travail dans le cadre de la consultation publique organisée d’août à novembre 2016.

La protection des touristes dans les situations d’urgence, le renforcement de la coopération entre les États et l’échange d’informations sont des questions de la plus haute importance pour l’Organisation, en même temps que la protection des touristes en général en tant que consommateurs.

Ce sont des aspects importants de la convention qui vont permettre, à terme, d’améliorer la confiance à l’égard des prestataires de services touristiques.

Ainsi que l’avait déclaré le Secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai : « Nous nous trouvons à une étape charnière : face à l’essor du tourisme année après année, les gouvernements et le secteur privé ont besoin d’outils pour mettre en place un cadre garantissant la protection des touristes, entre autres éléments. »

La dernière réunion du groupe de travail se déroulera les 28 et 29 mars 2017 au siège de l’OMT, à Madrid. Elle aura pour but d’achever la mise au point du projet de texte de convention, en vue de sa présentation à l’Assemblée générale de l’OMT à sa vingt-deuxième session [Chengdu (Chine), septembre 2017].

Le groupe de travail sur la convention internationale concernant « la protection des touristes et les droits et les obligations des prestataires de services touristiques » a été créé en vertu de la décision prise à cet effet par le Conseil exécutif de l’OMT en 2011.

Présidé par le Directeur exécutif de l’OMT chargé du programme et de la coordination, M. Zoltan Somogyi, le groupe de travail se compose de représentants des États membres de l’OMT, d’organisations internationales et du secteur privé.

Source : L’Organisation Mondiale du Tourisme veut protéger encore plus les voyageurs