En 2019, l’hôtellerie européenne restera attractive pour les investisseurs

Deloitte a interrogé 120 acteurs de l’hôtellerie, dont des propriétaires, des prêteurs, des promoteurs et des investisseurs, sur les perspectives du secteur pour 2019. Pour ces professionnels, l’Europe concentrera l’investissement hôtelier – en particulier Amsterdam, Londres et Paris -, et le secteur devra faire face à deux défis majeurs : attirer davantage de clients, en particulier les millenials, mais aussi recruter et fidéliser davantage au sein même des entreprises.

Après une année 2017 marquée par le niveau élevé du volume d’investissement dans l’hôtellerie européenne, l’intérêt des investisseurs pour le secteur reste soutenu d’après une étude Deloitte réalisée auprès de plus de 120 acteurs du secteur de l’hôtellerie du monde entier, dont des propriétaires, des prêteurs, des promoteurs et des investisseurs.

 

Évolution du marché

Premier constat positif, le volume des transactions hôtelières en Europe a augmenté de 5,8 % sur 12 mois au deuxième trimestre 2018. La Grèce, la France et l’Espagne sont perçues comme des marchés en croissance. Pour l’ensemble des acteurs interrogés, l’Europe concentrera d’ailleurs l’investissement hôtelier en 2019. Amsterdam reste la ville européenne la plus attractive pour les investissements. Londres est remontée à la deuxième place, suivie par Paris à la troisième place. En raison du moratoire sur le développement hôtelier, Barcelone est passée à la sixième place après avoir été l’un des marchés les plus prisés auparavant.

38 % des sondés identifient le manque de croissance économique comme l’un des principaux risques pour l’industrie au cours des cinq prochaines années. L’ ‘overtourisme’ (exaspération locale envers les touristes) apparaît pour la première fois dans le top 5 des risques.

Les défis du secteur

Pour les professionnels interrogés, les plus grandes opportunités résident dans les offres ciblant les millenials (55 %) ainsi que dans les concepts de séjours prolongés de milieu de gamme (49 %). Clients clés, les millenials voyagent en moyenne 4,2 fois par an (contre 2,9 fois par an pour la génération précédente) et une grande majorité d’entre eux souhaiteraient voyager davantage.

Les plus de 60 ans constituent également une opportunité majeure pour les professionnels du secteur. Leur nombre va tripler à horizon 2100 et la plupart d’entre eux voudront continuer à voyager et découvrir d’autres cultures.

D’après l’étude, l’autre défi que le secteur hôtelier aura à relever sera celui du recrutement : 37 des 46 pays représentant plus de 80 % de l’emploi dans le secteur du voyage et du tourisme connaîtront un déficit de profils au cours de la prochaine décennie. Pour trois personnes interrogées sur cinq, l’augmentation des salaires au cours des trois prochaines années puis par la progression plus rapide des carrières et l’amélioration des avantages sociaux sont les clés pour attirer et fidéliser ses employés.

Source : En 2019, l’hôtellerie européenne restera attractive pour les investisseurs

Bocuse d’or : Dans les coulisses de l’Equipe de France

Six semaines avant la finale du Bocuse d’or 2019, le candidat français Matthieu Otto, plus déterminé que jamais, aiguise sa technique et sa créativité.

Sélectionné fin 2017 parmi huit prétendants français, Matthieu Otto portera les couleurs de son pays lors du prochain Bocuse d’or, qui se déroulera au Sirha de Lyon, les 29 et 30 janvier 2019. Après avoir franchi l’épreuve du Bocuse d’or Europe en juin dernier à Turin, le sous-chef à Sarreguemines (Moselle) aborde la dernière ligne droite. “On pense, on dort et on vit Bocuse d’or. C’est une perpétuelle remise en question“, avoue ce passionné, qui s’entraîne avec la persévérance d’un sportif de haut niveau pour cette compétition internationale. “En octobre et novembre, ça a été la phase de réflexion et de création. Matthieu a rencontré plein de chefs et a travaillé sur différents points – la culture, la tradition française, l’innovation, la technique, la créativité -, avant de trouver notre ligne directrice, de manière assez efficace, presque logique. Maintenant, on est dans la conception, le montage des plats, le dosage… On va rapidement enchaîner avec l’organisation dans le temps et l’espace. La compétition reste une course contre la montre, dans des conditions spécifiques, à savoir un box à ciel ouvert, devant un public“, précise Romuald Fassenet, Meilleur ouvrier de France, chef étoilé du Château Mont Joly (Jura) et coach de Matthieu Otto.

Un travail d’équipe

C’est à l’École Ferrandi Paris que le candidat et ses soutiens disposent d’un lieu dédié à la préparation du concours. Matthieu Otto peut ainsi s’entraîner dans une réplique exacte du box de la compétition. De la musique est même diffusée pendant les tests, afin d’avoir un fond sonore permanent, comme lors du Bocuse d’or. Le QG de l’Equipe de France s’apparente à une ruche : des chefs viennent régulièrement y goûter les plats du candidat et donner leur avis. D’anciens lauréats du Bocuse d’or et des MOF viennent nous aider. J’écoute tout le monde, c’est une richesse exceptionnelle de techniques, de goûts et d’idées. Mais on a un fil rouge, on en parle et je tranche. Le filtre se fait avec beaucoup de respect et d’amitié, de compétence et de sérieux“, confie Romuald Fassenet. Tous les jours, le candidat et son coach organisent des briefs et débriefs. Sans oublier les interventions d’un coach sportif et d’un coach mental. “Quand on est toute la journée dans la cuisine, il est important de s’aérer, de décompresser et de s’oxygéner. Quant au coach mental, il est là pour nous conditionner, pour aller plus loin et dépasser nos limites“, glisse Matthieu Otto. A “200% en cuisine“, le candidat est épaulé par Yohann Chapuis, coach adjoint, Louis de Vicari, commis, et quelques élèves de l’Ecole Ferrandi venus prêter main forte. Tous les aspects matériels, techniques ou logistiques sont, quant à eux, délégués à la Team France, présidée par François Adamski, Bocuse d’or et MOF. Un vrai travail d’équipe.

L’élégance au menu

En 2019, le Bocuse d’Or accueillera 24 jeunes chefs qui, en 5h35, devront réaliser deux plats : un carré de veau sous la mère 5 côtes premières à rôtir apprêté de ses abats (thème plateau choisi en hommage à Paul Bocuse, disparu cette année) et une chartreuse de légumes aux coquillages. “Ce sont des plats très traditionnels. A moi d’y apporter une touche de modernisme et d’innovation“, juge Matthieu Otto. Secret sur ses recettes et leurs avancées, le candidat livre cependant son fil directeur : “J’apprécie la finesse, l’élégance, le savoir-faire et quelques notes de ma région natale“. “Ce sera exceptionnel“, assure Romuald Fassenet.

Aux yeux de François Adamski, la principale difficulté du Bocuse d’or est “de faire beau, bon, et de gagner face à des candidats qui sont de plus en plus forts, aiguisés, entraînés“. Mais cette pression ne semble pas encore peser sur les épaules de Matthieu Otto, qui s’avoue “serein“, à six semaines de la compétition. “Ses principaux atouts ? Matthieu est une force de la nature, il est courageux, travailleur, à l’écoute, efficace, il ne baisse jamais les bras. Il est déterminé et décidé à aller au bout, poursuit François Adamski. Rendez-vous au mois de janvier pour aller le féliciter sur la première place du podium“.

Source : Bocuse d’or : Dans les coulisses de l’Equipe de France

Salon Mondial du tourisme à Paris du 14 au 17 mars 2018

Des espaces thématiques réuniront les acteurs français et étrangers sur différents secteurs touristiques : croisières, oenotourisme & gastronomie, tourisme de mémoire et d’histoire, tourisme & handicap, tourisme durable.

Des espaces de conseils par des spécialistes du voyage :


Votre voyage sur mesure pour bénéficier des conseils d’un spécialiste de l’évasion pour organiser son voyage

Les Conseils Pratiques : de multiples astuces sur le voyage, l’organisation, les spots à découvrir…

Le Coin des Blogueurs réunissant des blogueurs

3 espaces de bonnes affaires pour des croisières, séjours en France ou à l’étranger

Un espace dédié à la formation aux métiers du tourisme avec la FFTST – Fédération Française des Techniciens et Scientifiques du tourisme, réunissant des écoles de formation et des offres de stages ou d’emploi émanant des exposants du salon.

Des espaces d’animations : 
La Grande Scène avec un programme quotidien de présentation de destination, de jeux, de musique et de danse.

L’espace enfants pour un moment de détente à partager avec ses têtes blondes

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Du jeudi 14 au dimanche 17 mars 2019
10h à 19h sans interruption – fermeture à 18h le dimanche 17 mars 2019
Tarifs : 12 € par personne, gratuit pour les moins de 12 ans
Prévente à 10 € par personne sur le site internet du salon
Un billet donne accès aux deux événements
Paris Expo Porte de Versailles – Pavillon 4

www.salons-du-tourisme.com/Paris

Source : Salon Mondial du tourisme à Paris du 14 au 17 mars 2018

Retour sur une année 2018 intense et perspectives pour 2019

Tout d’abord, un grand merci à vous, clients, collaborateurs et partenaires, pour la confiance que vous nous avez accordée cette année encore.

Retour sur notre activité en 2018

  • Cette année vous avez été plus de 75 000 à visiter notre site web, à consulter notre blog et l’actualité hôtelière et touristique que nous partageons avec vous chaque jour.

  • Nous avons eu le plaisir de former plus de 700 personnes autour de 25 thèmes de formation différents.
  • Pour les coacher et les accompagner dans leur projet d’entreprise, nous avons reçu la confiance du groupe HOTEL H1, de la Banque BNI, de Cycle Madagascar – Momotas, de Tsanga Tsanga Hôtel, Materauto, du Sakamanga, et bien d’autres encore.
  • J’ai répondu à l’appel des professionnels en province et ainsi eu l’occasion de me rendre à Antsirabe, Toamasiana, Fianarantsoa, Manakara, Isalo, Nosy be et Sainte Marie.

Joyeuses Fêtes et Bonne Année !

Tous nos souhaits de défis, d'ouverture et de développement pour vos projets.

L’équipe de Madagascar Hôtel Consultant se joint à moi pour vous souhaiter à tous d’heureuses fêtes de fin d’année et une excellente année 2019!

C’est avec énergie que nous continuerons de déployer nos efforts l’année prochaine, pour contribuer plus activement encore, au développement d’un tourisme de qualité et responsable, et répondre aux besoins des professionnels avec toujours plus d’innovations, de services et d’outils à votre disposition.

En 2019, nous serons à vos côtés pour vous accompagner sur les questions de gestion environnementale, de certification et labellisation en faveur du développement durable. N’oublions pas que le tourisme dans l’Océan Indien n’aurait pu se développer sans un patrimoine naturel unique, qui fait toute la beauté de ses paysages et l’attractivité de ses destinations. Et à l’heure où la sonnette d’alarme sur l’urgence climatique retentit,  il en va de la responsabilité de tous les acteurs touristiques d’en prendre conscience et de contribuer à la préservation de la biodiversité unique de leurs territoires.

Que cette nouvelle année soit portée par un élan commun pour un tourisme plus durable et responsable à Madagascar et dans l’Océan Indien.

Ensemble, développons vos talents.

Philippe Jean