Madagascar : ouverture de l’hôtel Sheraton en octobre 2017

Le géant américain de l’hôtellerie Starwood annonce l’ouverture de Sheraton Madagascar pour le 1er octobre 2017. Il s’agit d’un hôtel cinq étoiles installé à Ivato, bénéficiant d’un emplacement idéal tout près de l’aéroport international d’Antananarivo.

Un atout pour le tourisme

Bâti sur une superficie de 27 000m², cet établissement comporte vingt quatre étages ainsi qu’un parking pour cent trente véhicules. Il fait partie de 652 nouveaux hôtels que le groupe américain compte ouvrir d’ici 2020. Il va sans dire que l’arrivée d’un tel hôtel de luxe à Madagascar sera un grand atout pour le tourisme et de façon plus large pour l’économie Malagasy.

Recrutement massif

Il y a un an, le groupe américain Starwood Hôtel avait déjà procédé à un recrutement massif en vue de l’ouverture de ce nouvel établissement hôtelier. Il avait entre autres lancé une cinquantaine d’offres d’emploi comprenant des superviseurs d’étage, des concierges, des responsables restaurant, des pâtissiers et des cuisiniers. Maintenant que l’ouverture de l’hôtel se précise, d’autres recrutements pourraient se faire dans les prochains mois.

Source : Madagascar : ouverture de l’hôtel Sheraton en octobre 2017

Tourisme inclusif : Besoin de politique par pays, selon la BAD

Plus que jamais auparavant, les pays africains doivent formuler des politiques économiques et commerciales, susceptibles de promouvoir la croissance du tourisme inclusif et vert ainsi que les échanges commerciaux entre les pays du continent, et de contribuer à l’ouverture des visas, pour un continent interconnecté sans frontières, selon la dernière édition de l’« Africa Tourism Monitor ». Ce rapport publié par la Banque africaine de développement (BAD) explique les raisons pour lesquelles, il est aujourd’hui vital que l’Afrique tire parti de la collaboration et de l’expertise des praticiens des secteurs public et privé pour créer un secteur résilient du tourisme et des voyages en Afrique. « Aidons les Africains à se déplacer librement et faisons de l’Afrique un continent plus ouvert, plus prospère et véritablement connecté », recommande Akinwumi Adesina, président de la BAD, dans ce document.

Intégration. L’Africa Tourism Monitor est une publication annuelle de la BAD issue d’une collaboration triennale avec la Maison de l’Afrique de l’Université de New York (NYU) et l’Africa Travel Association (ATA). Cette nouvelle édition est consacrée au « Tourisme durable par le biais de l’innovation, de l’entrepreneuriat et de la technologie ». L’Agenda 2063 de la Commission de l’Union africaine propose la création d’un passeport africain et la suppression des exigences liées aux visas pour tous les citoyens d’Afrique. Plus particulièrement, il est considéré que l’ouverture des visas présente des perspectives indéniables pour améliorer l’interconnectivité, favoriser la croissance économique et le commerce, et stimuler les investissements, offrant ainsi d’énormes avantages à l’industrie du tourisme et des voyages. En outre, l’ouverture des visas cadre avec l’une des priorités « Top 5 » de la BAD qui consiste à « Intégrer l’Afrique », et qui vise à faire de l’Afrique un continent plus ouvert, plus prospère et interconnecté. « Il est évident que le tourisme constitue l’un des secteurs les plus prometteurs pour le développement en Afrique et qu’il offre des possibilités certaines pour encourager le développement inclusif, renforcer la participation de la région à l’économie mondiale, et générer des revenus permettant d’investir dans d’autres activités, y compris la préservation de l’environnement et de la culture », déclare Taleb Rifai, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), dans le rapport.

Source : Antsa R. – Tourisme inclusif : Besoin de politique par pays, selon la BAD

Hôtellerie- Madagascar: nouvelle consécration pour Andilana Beach

Pour la troisième année consécutive, Andilana Beach Resort a gagné le prix World Travel Awards en tant que Meilleur Beach Resort de l’océan indien. Cet hôtel a aussi raflé pour la cinquième année consécutive le prix du Meilleur Resort de Madagascar.

Leader dans l’océan indien

C’est la première fois qu’un établissement hôtelier de Madagascar gagne le prix du Meilleur Beach Resort de l’océan indien, à trois reprises. Ce qui confirme une fois de plus sa position de leader dans le secteur et dans toute la région. Ce titre s’ajoute à la longue liste de trophées déjà reçus par cet hôtel de luxe de Nosy-Be. Ainsi en plus du prix en tant que Meilleur Beach Resort du Monde en 2016, Andilana Beach a déjà obtenu les distinctions suivantes: Meilleur Resort de Madagascar en 2013, 2014, 2015 et 2016; Meilleur Family Resort de l’océan indien en 2015; Meilleur Beach Resort de l’océan indien en 2016.

Nouveautés 2017

Andilana Beach s’est engagé dans d’importants travaux de réaménagement et d’embellissement cette année. Parmi les nouveautés, notons entre autres le Beach Restaurant et la Fashion Boutique. Par ailleurs les salles de bain des 204 chambres ont été entièrement rénovées. Et 8 nouvelles et spacieuses suites viennent d’être créées.

Bravo club à découvrir

L’on sait maintenant que le tour opérateur Alpitour est entrée dans la gestion d’Andilana Beach. Celui-ci vient de lancer les ventes de ses hôtels-clubs auprès des agences de voyages partenaires. Madagascar avec le Bravo club Andilana Beach à Nosy Be, figure parmi les 5 adresses en long-courrier proposée par le Tour opérateur, pour son programme “Bravo clubs Novembre 2017 –  Avril 2018“. Vendus en formule tout compris, les Bravo clubs conjuguent “situation, restauration, animation franco-italienne et activités sportives particulièrement soignées“. Tous sont de catégorie 4 étoiles.

Source : Hôtellerie- Madagascar: nouvelle consécration pour Andilana Beach

Aires marines protégées : La baie d’Ambodivahibe, petite merveille « écotouristique »

Aire marine protégée (AMP) depuis décembre 2015, la baie d’Ambodivahibe est aujourd’hui un exemple de conservation de la biodiversité et de gestion durable des ressources.

Le lieu se trouve dans la région DIANA, dans la partie Nord de Madagascar. Un endroit à fort potentiel touristique et exceptionnel en termes de biodiversité marine. Il s’agit de la baie d’Ambodivahibe. L’endroit sert les intérêts économiques des communautés locales, notamment à travers les activités de pêche aux poulpes – bien réglementées depuis la mise en place de l’AMP dans laquelle l’ONG Conservation International (CI) s’est particulièrement investie – tout en étant un site attrayant pour les touristes pour sa biodiversité et la splendeur de son paysage.

Refuge idéal. La baie, idéalement située et présentant une géomorphologie peu commune dans cette partie de Madagascar, joue un rôle important dans le maintien des écosystèmes. Le canyon de 20 m de profondeur au milieu de la baie où l’eau est fraîche, a fait du site un refuge idéal pour diverses espèces face au changement climatique. La baie d’Ambodivahibe abrite aussi bien des poissons de récifs que de gros poissons dont certains sont menacés. On citera le poisson napoléon, le mérou géant et le poisson-perroquet à bosse.

Gestion durable. Ce site n’a pourtant pas toujours été à l’abri des menaces. La destruction des forêts autour de la baie, le changement climatique et surtout les activités illégales, ont failli le mettre en péril. Convaincre les communautés locales de l’intérêt économique que représente la baie a été une tâche ardue, au début, pour CI, en activité dans cette zone depuis une décennie. En effet, il fallait mener un travail de longue haleine auprès de la population des alentours : expliquer les enjeux de la préservation de ce site, et gagner leur confiance, puis les intégrer dans le processus.

Activités prospères. Le seul village qui a accepté, au début, de fermer temporairement la pêche aux poulpes durant une période définie, a vu peu à peu d’autres villages lui emboîter le pas dans la gestion durable des réserves. La naissance d’associations et autres plateformes, la mise en place de réglementations fixées par les communautés elles-mêmes, incluant la fermeture momentanée de la pêche à une certaine période de l’année, ont permis aux communautés locales de voir leurs activités prospérer. Au jour de la réouverture de la pêche aux poulpes, la quantité obtenue a plus que décuplé : de 600kg en 2000, elle est passée à 8 tonnes en 2017.

« Ecotourisme bleu ». Fin 2016, CI a lancé le projet de développement de « l’écotourisme bleu » à Ambodivahibe. Le site affiche, en effet, un paysage exceptionnel à travers les mangroves, les chenaux et les embouchures existants dans cette zone, faisant de celle-ci un site touristique exceptionnel. La tenue, en avril 2017, du festival des réserves marines à Ambodivahibe, a encore plus rehaussé la valeur de la baie sur le plan touristique. Mais il ne faut surtout pas qu’elle soit  victime de son succès.

Source : Aires marines protégées : La baie d’Ambodivahibe, petite merveille « écotouristique »

ONTM-CanCham : Un roadshow au Canada

L’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) et les opérateurs touristiques malagasy vont participer à un roadshow au Canada du 21 au 28 octobre 2017, et ce, en partenariat avec la Chambre de Commerce et de Coopération Canada-Madagascar (CanCham), l’Economic Development Board of Madagascar et l’Ambassade de Madagascar au Canada. Ce roadshow offrira à ces opérateurs touristiques malagasy l’opportunité de rencontrer les professionnels canadiens, afin de favoriser la promotion de la destination sur le marché nord-américain. Ils vont ainsi pouvoir présenter une offre diversifiée en matière de circuits, d’hébergements et de loisirs, sur les différentes régions de Madagascar. Ils peuvent entretemps nouer des contacts professionnels à travers les rencontres B to B avec les acteurs du tourisme à Montréal et Ottawa.

Renforcer la compétitivité. En outre, une visite du salon international du tourisme et Voyages qui se déroulera du 20 au 21 octobre 2017 à Montréal, est également prévue dans le cadre de ce roadshow. A chaque édition, plus d’une centaine de pays y participent par le biais de leurs Offices du Tourisme, Tours Opérateurs ou agents de voyage. En fait, cette mission économique et commerciale au Canada entre dans le cadre de la poursuite des actions de promotion de la destination Madagascar menée par l’EDBM, en vue de renforcer la compétitivité de la Grande île sur le marché mondial du tourisme. Rappelons que le pays dispose d’un avantage comparatif en termes de richesses de sa biodiversité, qui plus est, en grande partie endémique.

Source : Navalona R. – ONTM-CanCham : Un roadshow au Canada

EDBM – Madagascar: le tourisme en pleine expansion

D’après l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM), organisme en charge de la promotion des investissements dans la Grande île, le tourisme fait partie des trois secteurs en pleine expansion, ces deux dernières années.

Une croissance continue pour le tourisme

Dans son rapport d’activités pour le premier semestre de l’année 2017, l’EDBM indique clairement qu’à part les secteurs du textile, des TIC, le tourisme enregistre également une croissance continue. Ce secteur a récolté à lui seul 748 millions de dollars de recettes en 2016 avec l’arrivée de 293 000 touristes. La même année,  47% des 17 entreprises touristiques inscrites au guichet unique de l’EDBM sont détenus par des étrangers. Et pour le premier semestre 2017, 43% des entreprises touristiques enregistrées sont à capitaux étrangers, selon toujours l’EDBM.

Plusieurs sites identifiés pour la création d’hôtels

Dans la continuité des actions de promotion de la destination et afin de renforcer la compétitivité de la Grande ile sur le marché mondial du tourisme, l’EDBM envisage actuellement l’implantation de quelques grandes infrastructures touristiques. Pour ce faire, des sites seront proposés et présentés aux investisseurs hôteliers lors des roadshows qui seront menés dans plusieurs pays tels que la Grande Bretagne, le Canada, l’Allemagne ou la Chine.  L’on a déjà identifié 5 sites prioritaires, 8 sites prioritaires secondaires et 14 sites supplémentaires dans et autour des parcs nationaux, répartis dans les zones touristiques majeures de Madagascar.

Source : EDBM – Madagascar: le tourisme en pleine expansion

L’hôtel le plus cher du monde se trouve aux Seychelles

Une enquête de Luxury-Hotels.com a rapporté que le North Island Lodge aux Seychelles est l’hôtel de luxe le plus cher du monde.

L’hôtel le plus cher du monde

Le luxe en matière d’hôtellerie se trouverait aux Seychelles, selon le rapport d’enquête du site Luxury-Hotels.com. Le North Island Lodge serait d’ailleurs l’hôtel le plus cher du monde avec un prix de 6995 $ (6070 euros) la nuitée. Afin d’arriver à cette conclusion, le site a comparé les tarifs des hôtels de luxe du monde entier, pour les séjours de juillet à août 2017. La base du classement serait le montant minimum déboursé par un couple pour une nuit dans un hôtel.

Un séjour d’exception aux Seychelles

Un séjour dans l’île du Nord des Seychelles reviendrait justement aussi cher en raison du cadre exceptionnel qu’il offrirait. D’après Bruce Simpson, le Directeur général du North Island Lodge, les touristes sont prêts à payer ce prix “parce que l’île ne se contente pas d’offrir les standards traditionnels de l’hôtellerie de luxe, mais va au-delà en excellant dans le voyage expérientiel”. Seules onze villas sont présentes sur l’île du Nord. Les responsables misent justement sur cet effet de rareté pour que les vacanciers se sentent comme sur une île privée.

L’île du Nord aux Seychelles n’en est pas à son premier classement parmi les hôtels de luxe dans le monde. En juillet 2014, le site Travelmag.com avait également certifié que l’hôtel était le plus cher au monde avec un prix moyen de 6695 $ la nuit.

Source : L’hôtel le plus cher du monde se trouve aux Seychelles

Madagascar: Nosy Soa Park, la nouvelle attraction touristique de Mantasoa

Le site

Nosy Soa Park est une réserve naturelle à vocation pédagogique et touristique. Elle s’étend sur une île de 1km de circonférence avec une superficie totale de 88 000m². On y recense plusieurs espèces floristiques, telles que des orchidées, des arbres fruitiers, d’eucalyptus et de ravintsara, et des espèces de bois précieux. Nosy Soa Park détient également une importante richesse faunistique. C’est en effet l’abri de plusieurs espèces de lémuriens, de tortues, de grenouilles, de caméléons et d’oiseaux.

Sauvegarder le patrimoine naturel

Le jardin zoologique de Nosy Soa Park a pour vocation de conserver et protéger les animaux et les écosystèmes dans lesquels ils vivent et contribuer à la sauvegarde des espèces faunistiques classées parmi les plus rares. Cette réserve naturelle peut servir de laboratoire de grandeur nature, pour étudier les espèces résistants aux feux de brousse, leur évolution et leur comportement dans un site restauré.

Y aller

Afin d’accueillir les visiteurs locaux et étrangers, un chalet d’accueil, un parc de jeux pour enfants et des aires de repos y sont aménagés. Par ailleurs, des chemins d’accès menant vers le site de parcage des animaux ont été tracés.  Nosy Soa Park est accessible par voie routière en prenant la RN2 jusqu’à Ambatoloana. De là, il faut suivre une piste praticable en toute saison vers le lac de Mantasoa, pour atteindre le point d’embarquement menant sur l’île.

Source : Madagascar: Nosy Soa Park, la nouvelle attraction touristique de Mantasoa

Air Seychelles sacré “Meilleure compagnie aérienne de l’océan Indien”

La compagnie aérienne Air Seychelles a décroché quatre prix des World Travel Awards pour l’Océan Indien. Le PDG du groupe parle d’un “couronnement”.

Fierté du PDG d’Air Seychelles

Créée en 1978, Air Seychelles a remporté dernièrement quatre prix des World Travel Awards pour l’Océan Indien. La compagnie aérienne a en effet décroché les titres de “Meilleure compagnie aérienne de l’océan Indien – classe business”, “Meilleur équipage cabine de l’océan Indien” et “Aviation principale de l’océan Indien”. Et pour la première fois, elle a été sacrée “Meilleure marque de compagnie aérienne de l’océan Indien”. Fier de toute l’équipe, Roy Kinnear, PDG d’Air Seychelles, a confié que “remporter les quatre World Traval Awards est tout simplement phénoménal”. Il a ajouté que ces quatre récompenses représentent un couronnement pour ce qui a été une année incroyable pour la compagnie.

Les perspectives d’avenir

Le PDG de la compagnie seychelloise se projette déjà vers le futur en assurant que la compagnie se concentrera encore sur l’amélioration de ses services. Air Seychelles développera alors une compagnie aérienne rentable et durable avec des opportunités de progression de carrière au sein du groupe, a détaillé Roy Kinnear. “Nous opérons dans un environnement extrêmement compétitif et nous nous battons souvent dans des catégories supérieures comparativement à de plus grands opérateurs”, a-t-il souligné sur le récit de Seychelles News Agency.

Les Worlds travel awards

Les Worlds travel awards sont considérés comme les Oscars de l’industrie touristique. Aujourd’hui, elle est reconnue mondialement comme une marque de fabrique pour l’excellence. Les vainqueurs régionaux s’affrontent dans les catégories mondiales qui leur correspondent. Le nom des gagnants sera connu lors de la soirée de la grande finale des World Travel Awards en décembre 2017.

Source : Air Seychelles sacré “Meilleure compagnie aérienne de l’océan Indien”

Un annuaire pour l’AGMHCM

L’Association des Gîtes, des Maisons d’Hôtes et de Charme de Madagascar vient de publier un magazine « Guest House » qui comporte la liste, avec leur descriptif, des établissements de ses 21 adhérents.

L’AGMHCM a tenu à publier, en cette occasion, un véritable annuaire, le plus exhaustif possible en partenariat avec les Offices Régionaux du Tourisme, de l’ensemble des structures correspondantes aux critères de l’association.

La particularité de cette publication est d’être adossée à la première édition d’Explorer, (magazine des sports, loisirs et bien-être) annuaire des prestataires spécialisés de Madagascar édité en partenariat avec l’Office National du Tourisme de Madagascar. Explorer / Guest House est distribué gratuitement aux professionnels du tourisme.

AGMHCM

(+261) 33 11 398 00
[email protected]
www.guest-house-madagascar.com

Source : Un annuaire pour l’AGMHCM