Tourisme durable : Accor lance une nouvelle offre hôtelière “greet”

Accor lance une nouvelle marque “greet” qui se veut un concept “alternatif”et non uniforme. Le groupe espère ouvrir 300 hôtels greet à l’horizon 2030 à travers l’Europe.

Accor lance greet une “nouvelle offre d’hôtellerie alternative et de tourisme durable” indique un communiqué de presse.
“Plurielle dans son approche design mais unique dans son identité, l’un des atouts majeurs de la marque est sa capacité à offrir une certaine liberté et une grande flexibilité aux propriétaires d’hôtels passés sous son enseigne”.

Seules directives : les hôtels greet arborent certains marqueurs forts de la marque tels que son logo dans les parties communes, une grande table d’hôtes pour partager des moments privilégiés, ou encore 20% de chambres pouvant accueillir 4 à 6 personnes.

Le groupe souhaite accompagner ses franchisés dans les démarches de rénovations et de mise en valeur de leur établissement. Pour ce faire, Accor a noué des partenariats avec Emmaüs, qui permettra aux propriétaires de s’approvisionner en mobilier de seconde main et créations réalisées à partir d’éléments recyclés, ainsi que Valdelia : éco-organisme proposant une solution complète de collecte, de recyclage et de réutilisation des mobiliers usagés auprès de tous les professionnels.

Autre partenariat phare, la démarche engagée avec « L’atelier consommateur & Citoyen », lancé au printemps 2019 par C’est qui le patron ?!.

Le premier établissement a ouvert en avril 2019 dans les vignes bourguignonnes. De nombreuses adresses doivent ainsi ouvrir leurs portes prochainement, notamment à Marseille (St Charles et Aéroport), Lyon Perrache, Paris, St-Witz, Rennes, Bourges ou encore St-Germain-en-Laye.

Le Groupe Accor espère ouvrir 300 hôtels greet à l’horizon 2030 à travers l’Europe.

Source : Tourisme durable : Accor lance une nouvelle offre hôtelière “greet”

Eté 2019 : 8,5 millions de Français ont choisi Airbnb

C’est la France que les clients d’Airbnb ont plébiscitée, mais aussi l’Espagne, l’Italie, le Portugal. Un peu comme chez les TO français.

44% des Français comptaient choisir une location de vacances cet été, contre 31% un hôtel, annonçait en juin une étude d’Europ Assistance. De toute évidence, Airbnb en a bien profité ! Quelque 8,5 millions de Français ont posé leurs valises dans l’une de ses locations saisonnières entre le 1er juin et le 31 août, annonce le groupe californien. Parmi eux, deux millions avaient choisi Airbnb pour la première fois.

Sans surprise, comme pour les voyagistes, la France arrive en tête des destinations des Français qui ont choisi le leader de la location saisonnière. 60% de nos compatriotes ont ainsi (re)découvert l’Hexagone, cinq régions se démarquent : Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne.

Le choix de la proximité

Autre tendance à retenir : de nombreux voyageurs français ont privilégié des vacances près de chez eux, souligne un communiqué. Ainsi près d’un million de Français ont séjourné dans leur propre région cet été avec Airbnb, à commencer par les voyageurs d’Auvergne-Rhône-Alpes, suivis par ceux de Nouvelle-Aquitaine, d’Occitanie, de Provence-Alpes-Côte-d’Azur et d’Ile de France.

Les clients de l’Hexagone qui ne sont pas restés en France ont favorisé les pays voisins comme lieu de villégiature, notamment l’Espagne, l’Italie, le Portugal et le Royaume-Uni.

4 millions de voyageurs le 10 août

Le 10 août dernier, plus de 4 millions de personnes dans le monde ont passé la nuit dans un logement loué sur Airbnb. Un record pour le groupe né en 2008, avec des matelas gonflables pour seuls équipements.

En juillet 2019, la plate-forme a fini par clarifier la manière dont elle présente les offres aux consommateurs, notamment le prix total des hébergements, à l’issue de négociations avec la Commission européenne qui lui avait lancé un ultimatum.

En juin 2012, Airbnb avait franchi la barre des 10 millions de nuitées, dont les trois-quarts en dehors des Etats-Unis. Cette même année, Olivier Grémillon (désormais chez Booking) ouvrait le bureau parisien, désormais piloté par Emmanuel Marill.

Source : Eté 2019 : 8,5 millions de Français ont choisi Airbnb

Organiser les stocks pour le service d’étages

Exemple France.

– Les fiches de stock

Les fiches de stock permettent de connaître en permanence l’état du stock mais aussi sa valeur. On y enregistre toutes les entrées et sorties. À chaque mouvement, le stock est remis à jour.

Hôtel Belle Pomme Savonnettes :
Carton de 100
SS =
SR =
SA =
Fournisseur : ADI : Tél : Délai de livraison :
Date N° facture Entrée Sortie En stock
Stock au 01/01/année n  

 

  1 000
10/01/année n S10   100 900
12/10/année n F12 2 000 2 900

• Deux méthodes utilisées : 

– Premier entré, premier sorti ou FIFO (First in, First out)

Dans cette méthode, on considère que les articles les premiers entrés sortent les premiers du stock pour la valeur à laquelle ils sont entrés.

C’est la méthode la plus fastidieuse, car elle oblige à tenir simultanément plusieurs stocks sur la même fiche, pour chaque lot de prix différent, mais c’est la méthode la plus juste, chaque article étant sorti à sa valeur réelle.

– Coût moyen pondéré (CMP)

C’est la méthode la plus courante, on calcule le coût moyen des articles en stock.
Il faut recalculer le prix moyen à chaque livraison.

Exemple :

1er mars : stock de 500 savonnettes à 0,18 € 90 €
8 mars : livraison de 1 000 savonnettes à 0,20 € 200 €
Coût du stock 90 + 200 290 €
Quantité en stock : 500 + 1 000 1 500
Prix moyen : 290 € ÷ 1 500 0,19 €

• Bon de réquisition

Chaque marchandise sortant de l’économat doit faire l’objet d’un bon. Ce document doit être rempli correctement, daté et signé. Un double doit être remis au moment de la réception de la marchandise pour que le service demandeur puisse effectuer le contrôle. Ces bons sont archivés. En cas de litige, au moment de l’inventaire, ils peuvent être consultés.

• Local de stockage

Toutes les marchandises représentent un capital, il faut donc en prendre soin en les rangeant dans le local aménagé à cet effet, fermant à clé, sec, à l’abri des rongeurs et des poussières.
Il faut faire tourner les produits sur les rayonnages, ce qui signifie qu’il faut toujours mettre les nouveaux produits derrière les anciens pour assurer une bonne rotation et ne pas se retrouver avec des produits défraîchis ou périmés.
Afin de faciliter son travail, il est préférable de les ranger par articles de même catégorie. Les produits le plus souvent utilisés doivent être de l’accès le plus facile.


• Faire un inventaire

Afin de vérifier l’exactitude de vos fiches, vous devez compter ‘physiquement’ vos stocks. Suivant les articles, les inventaires se font tous les mois (exemple : les produits d’accueil) ou tous les ans (exemple : le linge). Ces inventaires permettent de contrôler vos consommations et la rotation de vos stocks, et un coulage éventuel.

Exemple de calcul de consommation :

– Stock initial (inventaire au 1er jour du mois) 200 €
– Achat dans le courant du mois 70 €
– Stock final (inventaire au dernier jour du mois) 100 €
– Consommation = 200 + 70 = 270 – 100 170 €

– Rotation en nombre de jours : (stock moyen en euros x nombre de jours du mois) ÷ consommation en cours
Soit : (150 € x 30 jours) ÷ 170 € = 26 jours

– Stock moyen  = (stock initial + stock final) ÷ 2
Soit : (200 + 100) ÷ 2 = 150

Source : Organiser les stocks pour le service d’étages

Avec ses « aventures », Airbnb marche dans les pas des tour-opérateurs

Le groupe californien monte désormais des voyages d’aventure échelonnés sur plusieurs jours, avec hébergement, mais pas (encore) le transport.

Airbnb n’en finit pas de surprendre. Après le lancement en 2016 des Expériences d’un jour, au nombre de 30 000 dans le monde, le groupe commence à se mettre en concurrence frontale avec certains voyagistes traditionnels. Comment ? Avec un nouveau service de voyages de plusieurs jours, appelé Airbnb Adventures, lancé jeudi 13 juin.

Un positionnement « aventure »

Airbnb a livré quelques exemples d’Aventures Airbnb, comme ce voyage de trois jours pour partir à la rencontre des lions avec des guerriers Sabache au Kenya (457 euros par personne) ou encore cette expédition de six jours dans les Galapagos (3195 euros par personne). Seules les prestations terrestres sont proposées, soit l’hébergement, les repas et les activités. A charge pour le client de trouver un vol.

Pour l’heure, le nombre de propositions reste limité, avec des fiches en partie traduites en français, et des prix en euros ou en dollars. Quelque 200 aventures sont indexées, et sont soit entièrement exclusives à Airbnb, soit proposées par de petits opérateurs locaux mais « que l’on ne trouve généralement sur aucune autre grande plate-forme de réservation », précise un communiqué. Les hôtes offrent une gamme de prix allant de 79 dollars pour un voyage d’une nuit, à 5 000 dollars pour un trek de 10 jours, est-il précisé.

Des circuits organisés par des « experts locaux »

Le géant californien, leader de la réservation de locations saisonnières, fait ainsi ses premiers pas dans le métier de producteur. Du point de vue du client, son positionnement le place en concurrence avec les spécialistes des voyages d’aventure et de la randonnée ainsi que des plates-formes comme Evaneos. Son statut spécifique de plate-forme, soit d’agrégateur, est toutefois maintenu, avec paiement sur le site ou l’application (avec possibilité de réservation en petits groupes). A noter qu’en France l’entreprise n’est toujours pas immatriculée en France.

« Airbnb Adventures est une nouvelle collection d’expériences de plusieurs jours organisées par des experts locaux qui emmènent des groupes intimes dans des lieux épiques, hors des sentiers battus, et les plonge dans des cultures et des communautés uniques », explique l’entreprise. Des réceptifs seraient donc à la manœuvre. Des réceptifs qui pourraient, demain, indexer des circuits et séjours plus classiques, afin de rentabiliser leurs activités.

Source : Avec ses « aventures », Airbnb marche dans les pas des tour-opérateurs

Les étapes à respecter pour faire le lit

Trois techniques existent – au pied, à la tête, sur le côté – et permettent de faire moitié moins de pas, de gagner du temps et d’éviter la fatigue.

Quelques consignes générales à observer

– Ne jamais utiliser de linge sale ou abîmé ;
– éloigner le lit du mur si possible ;
– enlever les draps et les taies un par un, les mettre au sale, vérifier qu’il n’y ait pas d’objet laissé par les clients ni la télécommande TV ;
– s’assurer qu’il n’y ait rien entre le matelas et le sommier ;
– changer ou lisser l’alèse.

Procédure avec draps

  • Technique 1 : se positionner au pied du lit

Faire totalement la moitié du lit par le pied :
– jeter le drap du dessous, ourlet à l’endroit ;
– faire les deux carrés des coins ;
– jeter le drap du dessus, ourlet à l’envers, le positionner à une main de la tête de lit en prévoyant le rabat, puis lisser ;
– jeter la couverture en plaçant l’étiquette au pied ;
– faire les deux coins au carré et border le pied.

Passer à la tête du lit :
– tirer le drap de dessous, le border, faire les carrés ;
– tirer le drap du dessus et la couverture ;
– faire le rabat ;
– faire les carrés et border.

  • Technique 2 : se positionner à la tête du lit 

Procéder de la même façon que pour la technique au pied du lit, mais en commençant par la tête.
Le cache-couverture se met au-dessus de la couverture selon la méthode employée dans l’établissement.

  • Technique 3 : se positionner sur le côté du lit

Faire totalement le lit sur une moitié :
– jeter le drap du dessous, ourlet à l’endroit ;
– faire les deux carrés des coins ;
– jeter le drap du dessus, ourlet à l’envers, le positionner à une main de la tête de lit en prévoyant le rabat, puis lisser ;
– jeter la couverture en plaçant l’étiquette au pied ;
– faire le rabat ;
– faire les deux coins au carré et border le côté.
Passer de l’autre côté du lit afin de faire l’autre moitié du lit :
– Tirer le drap de dessous, le border, puis le drap du dessus et la couverture ;
– faire le rabat ;
– faire les carrés et border.

Phase finale pour les différentes méthodes

– Ajuster le dessus-de-lit ou la courtepointe au pied du lit en rabattant le haut ;
– placer les oreillers après avoir mis les taies dans le sens inverse des sous-taies ;
– rabattre le dessus-de-lit sur les oreillers ;
– repositionner le lit.

 

Procédure avec couette

Procéder comme précédemment mais border le drap de dessus puis :
– se placer à la tête de lit ;
– déplier la housse qui est pliée à l’envers ;
– prendre les deux coins de la couette avec les deux angles supérieurs de la housse (il est souhaitable de prévoir des poignées pour passer les mains) ;
– tirer le bas de la housse vers le pied afin qu’elle se mette en place ;
– ajuster et lisser ;
– positionner la couette à la tête du lit ;
– border le pied (et les côtés selon les normes de l’hôtel) ;
– mettre les oreillers.

Procédure en recouche

La procédure de nettoyage de la chambre en recouche sera sensiblement la même que pour un départ. Le travail s’effectuera en respectant scrupuleusement les objets personnels du client, en rangeant sans modifier l’ordre trouvé en entrant dans la chambre.

  • Les détails spécifiques à la recouche

– Enlever la vaisselle sale ;
– renouveler les produits d’accueil selon la procédure de l’établissement (ne pas oublier les sacs à linge, la papeterie…) ;
– enlever les produits consommés ou abîmés (fruits) mais laisser en place tout article non terminé ;
– changer l’eau des fleurs, rafraîchir la composition ;
– ranger les vêtements de nuit selon les normes de l’hôtel (les accrocher à la patère de la salle de bains ou les plier) ;
– respecter les choix du client (chauffage, climatisation, oreillers…).
Un soin particulier est nécessaire pour la salle de bains et les coiffeuses où sont disposés les produits de toilette. Chaque article est remis à sa place.

 

Source : Les étapes à respecter pour faire le lit

Airbnb organise un sommet mondial sur le tourisme responsable au bénéfice des communes disposant de peu ou d’aucune offre d’hébergement traditionnelle

  • Décideurs politiques et experts du tourisme internationaux se sont réunis ce jour à l’occasion du premier “Sommet des nouvelles destinations” d’Airbnb afin de construire de nouveaux modèles de tourisme, plus durables, au bénéfice de communes disposant de peu ou d’aucune offre d’hébergement traditionnelle.
  • Les arrivées de voyageurs sur Airbnb se sont multipliées dans les communautés rurales en France et en Espagne, créant ainsi de nouvelles opportunités pour les populations locales.

Décideurs politiques et experts du tourisme internationaux se sont réunis, avec plus de 300 participants, à l’occasion de la première édition du Sommet des Nouvelles Destinations d’Airbnb – un événement rassemblant de nombreux acteurs industriels, des décideurs politiques et les populations locales pour échanger, innover et réfléchir ensemble à la création de nouveaux modèles touristiques durables et responsables, à destination des territoires dépourvus d’hôtels et/ou disposant de peu d’infrastructures touristiques.

Les voyages et le tourisme représentent plus de 10 % du PIB mondial et un emploi sur dix dans le monde. Les revenus de ces activités ne sont cependant souvent pas répartis équitablement. Près de la moitié des municipalités de Catalogne, par exemple, sont dépourvues d’hôtels ou d’autres options d’hébergements traditionnelles. Dans près de 120 communes dépourvues d’hôtels en Catalogne, les voyages effectués grâce à Airbnb ont permis de contribuer à stimuler l’économie à hauteur de 1,5 million d’euros.

En France – le pays le plus visité au monde – environ 90 % des communes de moins de 2 000 habitants sont dépourvues d’hôtels ou d’options d’hébergements traditionnelles. Les hôtes Airbnb ont toutefois permis d’accueillir 1,9 million de voyageurs dans ces communes rurales. En Espagne, les arrivées de voyageurs vers des destinations rurales de moins de 2.000 habitants ont augmenté de plus de 130% au cours des deux dernières années.

A Igualada – où se tient le « Sommet des Nouvelles destinations » et où se trouve le premier « laboratoire des destinations durables » d’Airbnb – les arrivées de voyageurs sur Airbnb ont augmenté d’un tiers et les revenus des hôtes ont doublé en 2018, sans que cela n’engendre de coûts supplémentaires lié au développement d’infrastructures touristiques.

Travailler ensemble pour promouvoir un tourisme responsable 
Des décideurs politiques et des représentants de 30 communes de Catalogne, du reste de l’Espagne et de 10 pays, dont l’Italie, le Portugal, le Danemark, la Thaïlande et la Colombie, se joignent aujourd’hui aux membres de la communauté locale et aux experts du tourisme internationaux pour ce sommet, qui se tient dans le premier “laboratoire des destinations durables” d’Airbnb, à Igualada, en Espagne. Ce programme piloté par les communautés locales et conçu spécifiquement pour favoriser le développement du tourisme durable, a été inauguré par le maire d’Igualada il y a un an, en collaboration avec Airbnb. Son objectif : rassembler les acteurs de l’industrie, les décideurs et les membres de la communauté pour construire ensemble de nouveaux modèles de tourisme qui profitent à tous et, en particulier, aux zones où il n’y a pas – ou peu – de possibilités d’hébergements touristiques.

« Le tourisme est un moteur économique pour les communes du monde entier. Mais ses retombées sont trop souvent perçues par un nombre d’acteurs limités.  » déclare Chris Lehane, Directeur des Affaires Publiques chez Airbnb. « Alors que le tourisme continue de croître d’année en année, nous souhaitons engager de nouvelles discussions entre l’industrie, les décideurs et les collectivités afin de faire du tourisme une opportunité pour tous. Si les solutions peuvent différer d’un territoire à l’autre, Igualada est le parfait exemple dans le monde de la façon dont les décideurs politiques et les communautés peuvent travailler ensemble pour construire des modèles de tourisme responsables et durables, au bénéfice de tous  ».

Nouvel accord à Barcelone et en Catalogne 
Plus tôt dans la journée, Airbnb a signé un accord – le premier de la région – avec le comité du Tourisme Catalan et le Conseil de la province de Barcelone afin de promouvoir le tourisme dans les zones intérieures de la Catalogne et développer des « laboratoires des destinations durables » avec quatre autres municipalités de Catalogne.

Ces derniers organiseront une série d’ateliers avec Airbnb, des dirigeants et des membres des collectivités locales pour réfléchir ensemble à la façon dont les innovations, comme le partage de logements et l’économie de l’expérience, peuvent contribuer à la promotion de nouvelles destinations auprès des voyageurs actuels, à la recherche de voyages locaux, authentiques et durables.

« Nous sommes ravis de travailler avec l’Agència Catalana de Turisme et Diputació de Barcelone pour promouvoir un tourisme responsable », déclare Chris Lehane. “Nous avons déjà collaboré avec plus de 500 autorités à travers le monde. Nous souhaitons continuer en ce sens en travaillant avec d’autres communes et décideurs sur de nouveaux modèles de tourisme durable qui profitent à tous. »

Source : Airbnb organise un sommet mondial sur le tourisme responsable au bénéfice des communes disposant de peu ou d’aucune offre d’hébergement traditionnelle

Écotourisme : les hébergements écologiques gagnent en popularité

Booking.com a mené une étude, courant février 2019, pour connaître les préoccupations des voyageurs internationaux en matière de tourisme éco-responsable.

Les enseignements de l’étude

  • 55 % des répondants sont enclins à mettre en place des actions plus respectueuses de l’environnement pendant leur congé, mais ils manquent cruellement de connaissances et d’options intéressantes lorsqu’ils tentent d’agir selon leurs convictions.
  • 72 % des voyageurs considèrent qu’une action immédiate est indispensable, et que les populations devraient opter pour des alternatives touristiques durables, afin de sauver la planète pour les générations futures. Si les résultats obtenus sont relativement homogènes pour toutes les tranches d’âge, les participants âgés de 46 à 55 ans (74 %) et les Millennials (71 %) sont ceux pour qui le besoin d’agir est le plus urgent.
  • Écolo-gements : les hébergements écologiques gagnent en popularité : en 2019, 73 % des voyageurs internationaux ont l’intention de séjourner au moins une fois dans un hébergement éco-responsable.
  • 70 % des sondés affirment que la mention éco-responsable pourrait les encourager à réserver un hébergement, même s’il ne s’agit pas de l’un des critères les plus recherchés sur la plateforme.
  • 72 % des voyageurs internationaux affirment ignorer l’existence de labels spécifiques décernés aux hébergements respectueux de l’environnement.
  • En France, près de la moitié des Français assurent ne pas avoir les moyens de payer les frais supplémentaires associés aux voyages éco-responsables.
  • Les agences de voyage ont aussi leur part de responsabilité : pour 71 % des sondés, ces dernières devraient proposer plus d’options de voyages écologiques aux consommateurs.
  • 46 % des sondés seraient plus enclins à voyager de manière écologique si cela leur permettait de profiter d’avantages économiques – tels qu’une réduction d’impôts.
  • Pour 45 % des voyageurs, la tâche serait plus aisée si les sites de voyages en ligne proposaient un filtre pour identifier les hébergements éco-responsables.
Source : Écotourisme : les hébergements écologiques gagnent en popularité

Formation Le métier de gouvernante : technique & management

FORMATION Le métier de gouvernante :
technique & management, samedi 11 Mai

Son œil est redoutable et redouté.

La gouvernante d’hôtellerie ne tolère ni trace de poussière, ni tâche sur les sols et encore moins d’ampoule grillée. Pour maintenir le standing de l’hôtel, elle organise le travail des agents d’hôtellerie, répartit les tâches, transmet les consignes. Et se met en quatre pour satisfaire la demande des clients.

Pour exercer cette profession, il est nécessaire de faire preuve de rigueur et d’avoir un petit côté perfectionniste. Une gouvernante doit aussi avoir certaines qualités humaines et le sens du management.

Bien sûr, la pratique d’une ou de plusieurs langues vivantes est conseillée.

Vous cherchez des solutions pour améliorer vos compétences techniques et fédérer vos équipes?
Découvrez notre formation :

Procédure de contrôle et d’inspection des chambres avant occupation

Le contrôle et l’inspection permettent de vérifier l’état et la propreté de la chambre et de relever les moindres dysfonctionnements. Il faut se rappeler que le dernier coup d’oeil de la gouvernante sera la première impression du client.

  • Le contrôle

Le but de cette opération est de vérifier l’état de la chambre avant de donner son accord à la réception pour l’occupation. Il doit être effectué systématiquement après chaque nettoyage. Dans certains établissements, les femmes de chambre font un autocontrôle. Tous les sens doivent être en éveil :
– la vue et le sens de l’esthétique ;
– l’ouïe pour les dysfonctionnements ;
– l’odorat pour repérer toute odeur désagréable ;
– le toucher (certaines salissures ne se voient pas mais se sentent sous les doigts).


Le déroulement

– Frapper, en vérifiant l’aspect extérieur de la porte.
– Contrôler la porte intérieure ainsi que les affichages obligatoires.
– Allumer toutes les lumières afin de vérifier les éclairages.
– Vérifier l’aspect général et l’atmosphère.
– Choisir un sens de vérification afin de ne rien oublier et ne jamais revenir en arrière : procéder du haut vers le bas.


La chambre

En respectant le sens du travail et selon la disposition de la chambre, vérifier :
– le mobilier : placards, cintres, tiroirs, étagères, produits d’accueil (comme les sacs pressing), état des oreillers et couvertures supplémentaires ;
– le bureau, (room directory, guides, papeterie), chevet, commode, chaises, fauteuils (soulever les coussins), poussière sur les tableaux, abat-jour, plinthes… ;
– le lit : tête de lit, dessus-de-lit, état du linge, coins au carré… ;
– le fonctionnement du matériel audiovisuel, électrique et manuel : télécommandes, télévision, stores, téléphone, minibar, coffre, climatisation, borne internet ;
– la propreté générale du sol, des vitres, rideaux, voilages et murs.


La salle de bains

Respecter toujours le même sens, du haut vers le bas. La vue et le toucher sont importants car c’est avec les doigts que l’on détecte si une baignoire mal rincée ou s’il y a des traces de calcaire sur les faïences claires.

Là aussi, il convient de contrôler la propreté et le fonctionnement des appareils. La disposition harmonieuse des produits et du linge est essentielle pour l’esthétique. On peut établir la liste non exhaustive suivante : la baignoire et son tablier, le pare-douche, les bouches d’aération, les miroirs, les vasques (sans oublier dessous), sèche-cheveux, pomme et flexible de douche, accastillage, clapets, propreté du sol…

Il est nécessaire d’insister auprès des femmes ou valets de chambre sur les problèmes techniques qu’ils doivent signaler : écoulement lent, fuite du flexible… car ils sont les mieux placées pour remarquer ce type d’anomalie.


Les toilettes

Le mode opératoire reste le même et il faut toujours porter la même attention. Il faut contrôler particulièrement la chasse d’eau, la tuyauterie, la cuvette (en totalité), l’abattant dessus et dessous, la brosse toilettes et son support, l’approvisionnement en papier.

  • L’inspection

Il s’agit d’un contrôle beaucoup plus poussé avec un aspect technique important (peintures, joint de lavabo, état des portes…). Il est utile d’avoir un état chambre par chambre avec un descriptif daté du mobilier, de la literie, des réfections faites. Cela permet de planifier les travaux de rénovation de peintures, de changement de sanitaires, de connaître la date de changement de literie (utile pour les prévisions budgétaires).
Lors de cette inspection, les moindres dysfonctionnements techniques sont notés. Selon l’urgence, les interventions qui en découlent seront faites sans délai ou bien planifiées. Le blocage des chambres sera prévu à l’avance en dehors des périodes de forte activité.

Source : Procédure de contrôle et d’inspection des chambres avant occupation

Originally posted 2019-04-19 15:13:49.

FORMATION Chef de réception, le 16 Mars 2019

FORMATION Chef de réception, le 16 Mars 2019

Le Chef de réception est responsable du service Accueil-Réception de l’hôtel, qui prend en charge les clients à leur arrivée.

Il, ou elle, dirige pour cela une équipe de réceptionnistes, et peut-être de night auditors, dont il définit le planning et coordonne le travail, dans un souci constant de servir au mieux le client. Ses qualités managériales donneront le ton et le style d’accueil à ses collaborateurs.

Il, ou elle, est également responsable du planning des réservations, gère les relations avec les agences de voyage et les centrales de réservation, cherche à faire connaître son établissement auprès des professionnels du tourisme et développe les opérations spéciales d’accueil de groupe.

Rappelons que se sont dans les 5 premières minutes que les clients se font un avis sur l’établissement dans lequel ils sont, il est donc primordial que l’accueil des clients soit toujours parfait!

Vous souhaitez offrir un accueil professionnel et un service de qualité à vos clients?
Découvrez notre formation :